[Film] Flic ou Zombie, de Mark Goldblatt (1988)

A Los Angeles, des braquages en série sont commis par des bandits qui semblent invincibles. Mortis et Bigelow, deux détectives chargés de l’affaire découvrent que l’un des braqueurs qu’ils ont réussi à abattre était déjà mort depuis une semaine. Après une enquête dans les tripots de la ville, ils découvrent une machine qui fait revivre les morts pendant une période de douze heures.


Avis de Cherycok :
Petite bobine 80’s devenue culte au fil du temps, Flic ou zombie (Dead Heat en VO) est la première réalisation de Mark Goldblatt. Son nom ne vous dit sans doute rien et c’est normal dans le sens ou sa seule autre réalisation est le Punisher de 1989 avec Dolph Lundgren. Réalisateur peu prolifique certes, mais pourtant Mark Goldblatt est l’un des plus grands monteurs que Hollywood ait connu dans les années 80, 90 et 2000. C’est lui derrière Terminator 1 et 2, Rambo 2, Cabal, Commando, Predator 2, Le Dernier Samaritain, True Lies, Starship Troopers, Hollow Man, Pearl Barbor ou encore récemment le Chappie de Neill Blomkamp. Il a même occupé le poste de réalisateur de seconde équipe sur le Robocop de Paul Verhoeven. Et pour en revenir à Flic ou Zombie (mais quel titre à la con…), imaginez un Starsky et Hutch au pays des zombies, sorte de mix entre Reanimator et L’Arme Fatale. Un Buddy Zombie Movie en quelques sortes. Oui, tout un programme.

Qui dit « buddy movie » 80’s dit certains ingrédients du genre à respecter. Et ils sont ici tous réunis : un humour parfois à la con, des dialogues en mode fun couplés à des scènes d’action sentant bon la poudre et la tôle froissée, et bien entendu un duo de héros qui accroche immédiatement. Ce duo se compose ici de Treat Williams (127 Heures, Prince de New York), campant le sérieux du groupe, toujours classe, ayant du succès avec la gente féminine, et de Joe Piscopo (Sidekicks, Johnny le Dangereux), le sidekick rigolo, à la cool, jamais avare en blagounettes et, années 80 obligent, arborant fièrement une coupe mulet du plus bel effet. Le duo fonctionne immédiatement et l’alchimie entre les deux acteurs fait plaisir à voir. Ça balance de la punchline à deux balles et de la réplique à la con à tout va, permettant de profiter d’une VF d’époque aux petits oignons avec des doubleurs semblant parfois en roue libre. « Mademoiselle, j’ai les dents du fond qui baignent tellement j’ai envie de pisser, où est-ce que je pourrais faire mon gros pipi ». « Défense d’entrer, mes couilles ». « Il va voir comment un simple petit cochon va devenir côtelettes ». « Désolé d’interrompre ton érection, vieux, mais on voudrait parler avec le responsable de ces laboratoires ! ». « J’aimerais bien le réincarner en selle, sur le vélo d’une minette ». Et ce n’est qu’un petit florilège dont les oreilles amatrices de répliques nanardes se délecteront le sourire aux lèvres. C’est décomplexé, pas sérieux, et le film ne fait à aucun moment donné preuve d’une quelconque subtilité. Un film drôle et bête en somme, avec en prime le doubleur de l’époque de Bruce Willis et sa voix reconnaissable entre toutes.

Et toute cette histoire de zombie alors, qu’est-ce qu’il en est ? Ah bien en fait, Flic ou zombie ne traite pas le sujet comme on a l’habitude de le voir. Ici, les « zombies » sont des personnes qui ont été ressuscitées avec une machine et qui, une fois réveillées, ont toutes les caractéristiques des humains. Ils parlent, réfléchissent, se déplacent normalement, n’ont pas spécialement faim de chair humaine. Juste, leur corps n’a plus que 12 heures d’espérance de vie et donc petit à petit se met à pourrir si on ne fait rien pour eux. Les maquillages sont par ailleurs très réussis, très 80’s eux aussi, avec en prime de l’animatronics qui a sincèrement de la gueule, renforçant le côté nostalgique de cette époque où l’image de synthèse n’existait pas. La scène chez le traiteur chinois est d’ailleurs un pur régal, avec le processus de réanimation qui est lancé au milieu de la cuisine, nos héros se fightant avec un porc laqué, des canards cuits, du foie de veau et même une carcasse de bœuf qui reprend vie. Une scène qui à elle seule vaut le visionnage du film tant c’est du nawak top niveau. Des effets spéciaux de qualité donc, signé par l’équipe de Steve Johnson, déjà responsables de ceux de Videodrome (1983), Le Loup Garou de Londres (1981), Jack Burton (1986), Simetierre 2 (1992) ou encore Le Retour des Morts Vivants 3 (1993). Alors, ce n’est jamais très gore, mais les quelques excès versant dans la sanquette fonctionnent et le film sait se faire parfois relativement violent.

Dommage que la deuxième moitié du film soit moins passionnante. Outre un petit ventre mou aux deux tiers, l’humour est un poil délaissé, avec la disparition à l’écran de notre sidekick rigolo. L’histoire se centre plus sur le flic en cours de décomposition, et même le film continue avec du gunfight décomplexé, de l’explosion et du carambolage de bagnoles, la sauce prend moins. Certains personnages sont un peu trop vite expédiés, avec cette impression un peu désagréable qu’on ne savait plus trop quoi faire d’eux (la blonde du laboratoire par exemple). La mise en scène tient toujours bien la route, elle est propre voire même osée par moments, mais au fur et à mesure que le film avance, on sent comme une sorte de lassitude. Le final façon Terminator est un peu vite expédié, dans le sens où notre héros semble n’avoir en face de lui qu’une résistance minimale, et c’est peut-être aussi pour ça qu’on ressort de Flic ou Zombie avec ce léger sentiment de déception, surtout après ce concentré de fun qui composait sa première partie.

LES PLUSLES MOINS
♥ L’ambiance cool et fun
♥ L’action débridée
♥ Les dialogues
⊗ Un final vite expédié
⊗ Parfois une impression de bâclé
Flic ou Zombie, c’est de la série B à tendance nanar qui sent bon les 80’s du début à la fin, un buddy zombie movie des plus funs qui ne pêche que par sa dernière demi-heure un peu en deçà. Parfait pour une soirée avec des potes, de la pizza, et des bières !



Titre : Flic ou zombie / Dead Heat
Année : 1988
Durée : 1h26
Origine : U.S.A
Genre : : L’Arme Zombiale
Réalisateur : Mark Goldblatt
Scénario : Terry Black

Acteurs : Treat Williams, Joe Piscopo, Lindsay Frost, Darren McGavin, Vincent Price, Clare Kirkconnell, Keye Luke, Robert Picardo

 Flic ou zombie (1988) on IMDb




















A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

6 Comments

Add a Comment
  1. J’ai toujours adoré ce film! Un bon gros plaisir coupable!

  2. J’aimais beaucoup quand j’étais jeune, mais pas revu depuis l’époque de la VHS. Ça a malgré tout du un peu vieillir je pense. La nostalgie aidant, je me le referais peut être à l’ocaz.

  3. Ni plus ni moins qu’un de mes films cultes !
    Du délire et du portnawak à tous les étages (le passage du resto Chinois où la bidoche et les sushis prennent vie et attaquent est tout simplement anthologique !)
    De la punchline nanarde en veux tu, en voilà, Joe Piscopo et sa magnifique mulette frisotée qui cabotine comme un fou, doublé par la voix française de Bruce Willis (on s’attend presque à l’entendre sortir un « Yeepeekayeah pauv’ con ! »
    Un rythme qui ne faiblit que sur la fin (et encore, je ne trouve pas ça si gênant..)
    Si on ajoute à tout ça la bande originale bien rock 80’s et quelques seconds rôles bien poilants, on obtient clairement, comme tu le dis Cherycok, un cocktail succulent et corsé juste ce qu’il faut pour une soirée ciné-potes-pizza-bière réussie !
    Une comédie-buddy movie nanarde so 80’s imparable dont on ressort avec la banane jusqu’aux oreilles !

  4. Jeune la jaquette et le titre m’avait toujours fait peur. J’avais peur du film tout moisi. Pourtant je suis passé de très nombreuses fois devant quand j’arpentais les videoclub. Je me suis décidé si tard à le voir lorsque Rick me l’a conseillé, et je ne regrette qu’une chose, c’est de ne pas l’avoir vu avant… C’est sincèrement ultra fun, et le coup du buddy movie avec un zombie etait bien fichu.

  5. Encore un film sur lequel on est en phase Chery !
    Par contre, j’ai pas trop compris pourquoi tu précisais le doubleur « de l’époque » de Bruce Willis..
    Sur ce film, c’est Patrick Poivey qui assure le doublage de Joe Piscopo, et il est la voix française officielle de Bruce Willis depuis 1988 (année de sortie de ce Flic ou Zombie justement)
    et depuis, c’est lui qui a doublé 80% des films avec Willis.
    Il n’y a que quelques films ou ce n’est pas lui (Le 5e Élement par exemple, car Luc Besson avait refusé que ce soit lui qui assure le doublage.. et c’est le cas aussi sur 3 ou 4 autres films dont je n’ai pas les titres en tête.)
    Voilà, c’était juste pour l’info. Mais après, peut-être que je n’ai juste pas bien compris ce que tu entends par doubleur de l’époque..

  6. Juste que les 2 derniers films que j’ai vu qvec willis, ce n’etait pas sa voix habituelle. Je pensais que le doubleur avait changé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017