[Film] Re-Kill, de Valeri Milev (2015)

5 ans après l’épidémie qui a éradiqué 85% de la population mondiale, la guerre entre les Re-animés et les humains fait encore rage et la plupart des grandes villes sont encore inhabitables. Parmi les rares villes encore habitées, les Re-animés ont été parqués dans des zones contrôlées par la R-Division, une unité chargée de re-tuer les Re-animés avec l’espoir d’empêcher une deuxième épidémie. Une Real-TV envoie des caméramans suivre cette division pour être au plus près de l’action…


Avis de Cherycok :
Scott Adkins est devenu un incontournable de la série B d’action burnée depuis quelques années et c’est en 2010/2011 que Re-Kill fait parler de lui pour la première fois, avec un trailer donnant franchement envie aux amateurs du bonhomme, surtout si en plus ils apprécient la destruction massive de zombies. Pourtant, malgré un tournage en 2011, ce n’est qu’en cette fin d’année 2015 que le film voit le jour à cause d’une guéguerre opposant le réalisateur Valeri Milev (Detour Mortel 6, Code Red) au producteur Courtney Solomon (Dungeon & Dragons), la faillite de la boite de production AfterDark films, puis finalement la renaissance de cette dernière et donc la sortie des cartons de ce film tout prêt, qui n’attendait qu’une petite touche finale. Est-ce que cette longue attente en valait la chandelle ?

Pour ceux qui ont vu la série DeathValley, vous ne serez pas dépaysés par le principe du film Re-Kill puis l’idée est à peu près la même : les producteurs d’une émission dite « à sensations fortes » vont envoyer des caméramans suivre une équipe spécialisée dans l’extermination de zombies, ou plutôt de réanimés puisqu’ils les appellent comme ça dans le film, afin d’être au plus près de l’action et faire en gros encore plus de buzz possible. Et tout le film va être mis en scène comme si le spectateur regardaitdes émissions sur une chaine de télévision. On se retrouve donc au cœur de l’action, mais pas que, puisqu’un peu à la manière de StarshipTroopers, le film est truffé de fausses publicités, parfois hilarantes, remplies de second degré. Des pubs pour des armes, des assurances vies, pour des cigarettes avec comme slogan quelque chose comme « Fumer peut vous tuer, mais ça vous tuera bien moins vite que les réanimés », voire des publicités érotiques pour encourager les gens à faire l’amour pour afin de repeupler la Terre (je rappelle que l’épidémie a éradiqué 85% de la population des États Unis) avec pour message d’encouragement : « It’s good for him. It’s Good for Her. It’s Good for America ». Complètement improbable, mais surtout assez excellent dans la manière dont c’est mis en scène. Àcôté de ça, des interviews des membres de l’équipe spéciale sur leur ressenti au cœur de l’action, ou des interviews plus intimistes, à la sortie des douches de décontamination, de la breaking news,… Bref, le parfait programme pour se moquer d’un bon paquet d’émissions télé américaines parfois un peu houleuses.
Car oui, sous ses allures de film de zombies un peu second degré, Re-Kill n’en oublie pas d’égratigner un peu certains clichés ricains, à commencer par ces émissions putassières qui ne cherchent que le buzz, quitte à mettre en danger leur personnel. La critique est facile, certes, mais Valeri Milev y met le second degré nécessaire pour que ça n’en devienne pas vulgaire.

Emission TV, reportages,… tout le film ou presque se passe donc à travers la caméra des journalistes. Par conséquent, beaucoup de caméra à l’épaule et surtout énormément de shakycam… Cela donne un côté intense et éprouvant (dans le bon sens du terme) à l’action mais, en contrepartie, cela peut donner rapidement mal aux yeux et à la tête car éprouvant (dans le mauvais sens du terme). Oui, préparez les dolipranes et autres nurofènes, ça pourrait piquer ! Même la course poursuite est filmée de manière à être en raccord avec le reste du film, via des caméras de surveillance ou des dashcam / rearcam pour encore plus d’immersion.
Mais malgré ce côté fatiguant pour les yeux à cause de l’incessant mouvement de la camera, les scènes d’action sont particulièrement réussies. Ça leur donne un côté très nerveux qui nous scotche pas mal à l’écran grâce à des gunfights très efficaces et un rendu crédible par un nombre de figurants à l’écran assez conséquent (tournage délocalisé en Bulgarie, les figurants ne coutent pas cher là-bas). Seul reproche : certains passages de nuit sont un peu trop sombres et, couplés à la shakycam, la visibilité est parfois un peu limite. Ajoutez à cela des zombies très crédibles, des maquillages réussis, des effets gores nombreux et excellents (yeux arrachés, shotgun en pleine tête, tripailles à l’air, carotides arrachées,…), et un résultat vraiment réussi pour un modeste budget de 9.5M$US.

LES PLUS LES MOINS
♥ Des scènes d’action intenses
♥ Le principe des fausses pubs excellent
♥ C’est gore !
⊗ Scott Adkins sous exploité
⊗ Cette putain de shakycam !
Re-Kill s’avère être au final une très bonne série B dont le seul réel défaut est l’abus de shakycam. Espérons que le prochain film de Valeri Milev soit au moins du même acabit.



Titre : Re-Kill
Année : 2015
Durée : 1h27
Origine : U.S.A
Genre : Journalisme de l’extrême
Réalisateur : Valeri Milev
Scénario : Michael Hurst

Acteurs : Bruce Payne, Mark Adams, Scott Adkins, Daniella Alonso, Layke Anderson, JillianBatherson, Rob Boltin, Stephanie Caleb, Ian Casselberry, Lindsay Clift, HaylieCreppel, Roger R. Cross, Owen Davis

 Re-Kill (2015) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jonathan-Asia
24 octobre 2015 6:45

Je dis banco !

Rick
Administrateur
24 octobre 2015 14:42

Faudrait que je le vois, j’adore le concept des fausses pubs ^^
Puis ça a l’air plus passionnant que Détour Mortel 6 du même réalisateur 😀