[Film] La Tendre Indifférence du Monde, de Adilkhan Yerzhanov (2018)


Saltanat, jeune intellectuelle férue de littérature vivant dans un village reculée du Kazakhstan, se retrouve criblée de dettes après la mort de son père. Recevant une proposition d’un oncle prêt à l’aider, elle part donc en ville à la rencontre de cet oncle, accompagné de son ami d’enfance Kuandyk, un rustre, bagarreur au grand coeur. Le couple va alors se retrouver confronter à la dureté de la société kazakh moderne, violente et égoiste.


Avis de Nasserjones :
La première fois que j’ai entendu parler de Adilkhan Yerzhanov c’est par l’intermédiaire de l’ami Feroner qui avait poster sur un forum un avis sur A dark dark man, autre film du réalisateur dans lequel il soulignait l’humour ridicule à la Kitano et le côté dépaysant du film tourné dans les steppes. Après visionnage des bandes-annonces des deux films de Yerzhanov sortis en France en dvd je me suis de suite lancé dans l’aventure. Si le premier film regardé du réalisateur, A dark dark man, sorte de film noir/western suivant un flic corrompu, ne m’a pas entièrement convaincu, le visionnage de La tendre indifférence du monde a été une belle claque.

Alors on est dans du cinéma d’auteur pur et dur, avec tout ce que ça peut impliquer, rythme très lent, plans fixes contemplatifs et références littéraires (ici à Camus) histoire de faire de l’œil aux cinéphiles intellectuels des festivals pouvant donner l’impression d’être face à un cinéma élitiste réservé aux lecteurs des Cahiers du Cinéma. Si la lenteur et les plans fixes contemplatifs ne sont pas un défaut en soit, la quasi absence de musique et son rythme donne parfois un côté un peu austère au film, pour ne pas dire chiant. C’est d’autant plus dommage qu’il y a un très beau thème musical (celui qu’on entend dans la bande-annonce) mais malheureusement ce thème n’est présent qu’une seule fois pendant les 100 minutes de métrage.

Mais si La tendre indifférence du Monde laisse parfois l’ennui pointer le bout de son nez à deux ou trois reprises, c’est aussi un film très beau esthétiquement parlant, rempli de cadrages picturaux soignés. A plusieurs reprises, on pourrait tout simplement prendre des photos de certains plans et les encadrer dans son salon. C’est aussi un film plein de poésie où se mélangent violence, douceur, humour et critique sociale. C’est rarement le cas, mais je trouve que pour une fois la citation sur le dvd français destinée à accrocher le public (citation de l’Obs) résume parfaitement le film : « Un conte poétique du bout du monde raconté avec délicatesse et douceur ». Le duo d’acteurs est lui aussi formidable, avec d’un côté la jeune intellectuelle qui illumine tout le film dans sa belle et élégante robe rouge, et de l’autre son ami d’enfance avec sa tête et son allure d’ours, amoureux d’elle depuis l’enfance qui passe son temps à se battre. Et puis il y a surtout cet humour décalé si particulier, présent dans tous les films de Yerzhanov, avec sa galerie de personnages tous plus grotesques les uns que les autres qui donne l’impression d’être devant la réincarnation de Kitano. Sans pour autant virer au plagiat, et faisant preuve d’un style personnel profondément ancré dans la réalité de la société kazakh, Adilkhan Yezhanov apparait comme le digne successeur de Beat Takeshi.

LES PLUSLES MOINS
♥ Drôle et émouvant
♥ Très beau visuellement
♥ Dépaysant
⊗ L’absence de musique pendant le film le rendant par moment un peu austère.
La Tendre Indifférence du Monde est un petit bijou à la fois drôle, poétique et cruel qui marque la naissance d’un futur grand réalisateur.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Adilkhan Yerzanov vient de remporter le grand prix du festival du polar de Reims avec son nouveau film Assault. Il succède au film iranien La loi de Téhéran.

• Le film est uniquement disponible en DVD chez nous. Il aurait mérité une belle image HD pour retranscrire au mieux la « magie » des paysages kazakhs.



Titre : La Tendre Indifférence du Monde / Ласковое безразличие мира
Année : 2018
Durée : 1h40
Origine : Kazakhstan
Genre : Drame
Réalisateur : Adilkhan Yerzhanov
Scénario : Adilkhan Yerzhanov, Roelof-Jan Minneboo

Acteurs : Dinara Baktybaeva, Kuandyk Dyussembaev, Sultan Abzalov, Tulemis Alishev, Kulzhamilya Belzhanova, Yerken Gubashev, Arken Ibdimin, Bauyrzhan Kaptagai

 La tendre indifférence du monde (2018) on IMDb


0 0 votes
Article Rating

Auteur : Nasserjones

Fan névrosé de cinéma HK, élevé aux girls with guns et heroic bloodsheed, j'essaye depuis quelques années de me soigner comme je peux en m'ouvrant un peu plus à des films plus intimistes et différents. Des Philippines au Kazakhstan, de la Corée à l'Indonésie, je poursuis tant bien que mal mon auto-thérapie.
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
29 avril 2022 18:12

J’ai vu de ce réalisateur « A dark dark man » que j’ai pas mais alors pas du tout aimé de la caricature de film d’auteur hyper chiant. Ouais il y avait de jolis plans fixe et aussi Dinara Baktybaeva qui est aussi très jolie.
En film Kazakh il y a Tomiris qui est sortie en Blu-ray en France que j’ai trouvé très chouette.

Cherycok
Administrateur
Reply to  Nasserjones
1 mai 2022 22:19

il est sorti chez nous d’ailleurs TOMIRIS je crois non ?

Nasserjones
Nasserjones
Reply to  Cherycok
2 mai 2022 1:11

Oui en blu ray chez m6.