[JV] Quest Hunter (2017, PC)

Bienvenue dans le Monde des ténèbres. Un monde qui fonctionne selon ses lois et ses règles. Un monde où le feu est le plus grand trésor, tandis qu’une pelle y devient un soutien et un ami fidèle. La vie des malfaiteurs y est pénible, sans parler de celle des héros ! Car le personnage principal devra : s’entraîner et se procurer des armes, reconquérir un lieu pour y faire un camp, réunir une équipe d’amis et d’assistants, améliorer et défendre son camp, deviner des énigmes anciennes, détruire les projets des ennemis perfides, trouver et dénicher une grande quantité de trésors, et bien entendu sauver une princesse en même temps que le monde entier.


Test de Cherycok :
Dans le merveilleux monde des RPG, on trouve bien entendu les gros jeux que tout le monde attend, du genre The Elder Scroll 6 ou Cyberpunk 2077 dont l’annonce officielle a fait frétiller l’entrejambe de bon nombre de gamers au dernier E3. Et puis il y a les petits RPG issus de la scène indé que personne ne connait. Parce qu’ils n’ont pas des graphismes tournant sur Unreal Engine 4 et donc forcément c’est moche. Parce que la presse « spécialisée » ne nous rabâche pas les oreilles avec. Parce que, apparemment, s’il n’y a pas un gros studio derrière, ce n’est à priori pas intéressant. Et bien moi qui, comme pour le cinéma, ne m’intéresse que peu à ce qui sort des gros studios, ça m’intéresse ces petits RPG qui ne paient pas de mine et qui pourtant sont très sympas. Je vous avais parlé récemment de Cat Quest, on va s’intéresser aujourd’hui à Quest Hunter. Un RPG casual encore en Early Access à l’heure où j’écris ces lignes (entendez par là que le jeu n’est pas encore complètement fini), mais on va en parler quand même. Car après avoir passé environ 20h dessus, et bien c’était ‘achement sympa !

2 Zombie Games est un tout petit studio indépendant qui a fait ses premières armes sur smartphones et tablettes. On leur doit par exemple le très sympathique Color Journey et le jeu d’action téléchargé plus de 6 millions de fois Dead Route. Avec Quest Hunter, ils franchissent un cap et vont proposer aux joueurs PC et MAC (pour le moment) de vivre une grande aventure, cette d’un monde rempli de ténèbres, où le soleil a été volé. Et vous, vous êtes un jeune garçon qui s’est malencontreusement crashé dans ce monde à la suite d’un voyage en montgolfière qui a étrangement mal tourné. Le destin des habitants va reposer sur vous et il faudra vous montrer vaillant et courageux afin de retrouver le soleil et sauver la princesse des griffes d’horribles méchants.
Sous ses airs d’action RPG classique, Quest Hunter est… un RPG des plus classiques. Il va s’avérer pourtant des plus agréables à jouer, pour peu qu’on ne s’attende pas à quelque chose d’une grande profondeur et d’une complexité poussée car, comme précisé plus haut, on est en plein dans un jeu dit « casual ». Quest Hunter n’est pas difficile (du moins dans son mode de difficulté « normal »), se contente de l’essentiel en termes de mécanismes et de gameplay, ne permet pas une grande personnalisation de son avatar, ne propose pas des graphismes très poussés, ou encore ne fait pas dans l’originalité dans son système de quêtes et de leveling. Oui, dit comme ça, Quest Hunter ne semble pas avoir grand-chose pour lui… Et pourtant, je vous assure que si.

Ces défauts, du moins en apparence, sont aussi ses forces pour peu que vous preniez le jeu pour ce qu’il est, c’est-à-dire un action-RPG casual qu’on va lancer pour passer un petit moment de détente, sans se prendre la tête, sans avoir trop à réfléchir. Les graphismes ont beau ne pas être très poussés, leur patte graphique est des plus sympathiques et donne au jeu un aspect mignon tout plein. C’est coloré, avec un look très cartoon, des textures simples et une modélisation des personnages rappelant volontairement les débuts de la 3D. Car oui, Quest Hunter joue un peu la carte du old school, cette époque où les action-RPG étaient légions sur nos consoles de salon et pour les presque quarantenaires comme moi, la nostalgie fonctionne à plein régime. D’autant plus que l’excellente bande son accentue encore plus cet aspect tout comme son scénario tout simple rappelant ceux des premiers Zelda (et des derniers aussi remarque…).
Votre jeune héros évolue dans des environnements entièrement en 3D, avec une vue de ¾ mais avec impossibilité de faire tourner la caméra. Simplicité, simplicité, ne l’oublions pas. Cela posera d’ailleurs parfois quelques petits problèmes de visibilité car, même si les éléments de décors deviennent transparents lorsqu’ils se retrouvent devant vous afin de continuellement avoir un visu sur son personnage, on a parfois l’impression qu’on peut passer à un endroit alors qu’en fait non. Mais c’est un coup à prendre et on ne se fait rapidement plus avoir.

Niveau jouabilité, c’est comme pour le reste, c’est réduit au strict minimum. Un clic gauche de la souris vous permet d’attaquer, un clic droit de bloquer les attaques, les déplacements se font tout au clic gauche de la souris. Vous aurez le droit de mettre en raccourci claviers 4 objets de votre inventaires (nourriture, bombes, …) ainsi que 3 compétences. Ces compétences se débloquent bien entendu à fur et à mesure que vous prenez de l’expérience et montez de niveau. Chaque nouveau level vous permettra de distribuer X points dans les attributs de votre personnage, à savoir les points de vie, vos dégâts avec vos armes, votre défense, ainsi que les dégâts que votre bouclier est capable d’absorber. Et c’est à peu près tout. A votre disposition également un inventaire (un sac à dos) qui vous permettra de stocker les nombreux objets qui seront à votre disposition. Armes et armures, certes, mais également du bois, des cailloux, de la nourriture, des potions, du minerai, des plumes, des coquillages, des pierres précieuses… Tout un tas de ressources différentes qui vous permettront soit d’aider les PNJ que vous rencontrerez à construire des choses, soit à améliorer tout ce que vous avez sur vous, aussi bien vos armes/armures que votre sac à dos, afin que ce dernier ait plus d’emplacement pour stocker des choses, soit enfin à upgrader vos compétences afin qu’elles soient plus efficaces.

La durée de vie du titre est assez conséquente pour un petit RPG indé (20h pour les 2 premiers actes, le 3ème n’étant pas encore disponible à l’heure où j’écris ces lignes, early access oblige). Vous arpenterez plusieurs heures durant les différents lieux que propose le jeu, pourfendrez moult monstres et résoudrez pléthore de mini-puzzles dans des donjons, prendrez des quêtes aux différents PNJ après de courts dialogues remplis d’humour et de fun, serez bercés par les douces mélodies du jeu, le tout en explosant le moindre élément du décor afin de remplir votre sac à dos. Classique je vous dis, classique, mais vraiment très agréable car il règne sur Quest Hunter une certaine légèreté. Vous savez, ce genre de jeu auquel on joue après une journée fatigante et qui aide à se détendre dès les premiers secondes. Ce genre de jeu où rien ne vous énerve car il n’y a rien de vraiment bloquant. Ce genre de jeu bien adapté aux sessions courtes. Ce genre de jeu presque jouable entièrement à la souris afin de pouvoir boire un coup en même temps. Ce genre de jeu qui, dans l’absolu, n’a rien de transcendant mais qui pourtant a ce gout de « reviens-y ». Et j’y reviendrais quand le chapitre 3 sera disponible, pourquoi pas d’ailleurs avec ma moitié étant donné que le jeu est jouable en coopération.


GRAPHISMES
Complètement dépassés techniquement parlant mais compensés par une patte graphique toute mignonne. Les textures des personnages sont un peu grossières mais collent bien au look un peu old school du jeu.
JOUABILITÉ
D’une simplicité infantile. Interface simplifiée, menus qui le sont tout autant, et votre personnage se dirige au doigt et à l’œil d’un seul doigt.
DURÉE DE VIE
Les deux premiers chapitres se terminent en 20heures environ, ce qui est plutôt correct pour un action-RPG. Mais aucune idée à l’heure d’aujourd’hui du nombre d’acte que comportera le jeu, early access oblige.
BANDE SON
Des bruitages un peu répétitifs mais de très jolies mélodies que vous pourrez écouter en boucle si vous le souhaitez puisque la soundtrack est également disponible à la vente (ou incluse avec le jeu si vous prenez l’offre collector.
CONCLUSION
Quest Hunter est un action-RPG casual de bonne facture. Rien de très original à l’horizon mais le jeu propose un univers graphique mignon, des dialogues plutôt funs, et une ambiance fraiche et légère. Parfait pour se détendre entre deux mastodontes du jeu vidéo.



Titre : Quest Hunter
Année : 2017
Studio : 2 Zombie Games
Editeur : 2 Zombie Games
Genre : RPG casual tout mimi

Joué et testé sur : PC
Existe sur : PC / MAC
Support : Dématérialisé

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017