[Dossier] Que sont devenus les acteurs de Commando (1985) ?

Cela ne vous est-il pas déjà arrivé lorsque vous regardez ou reregardez un film des années 70, 80, 90, de vous dire « Ah oui, il était chouette cet acteur, qu’est-ce qu’il est devenu ? » ? Bon nombre d’acteurs de notre jeunesse se font plus discrets aujourd’hui, certains semblent même quasiment avoir disparu du monde du cinéma. Alors pour changer des critiques habituelles qu’on trouve sur Dark Side Reviews, et si nous nous intéressions à ce que sont devenus les acteurs et actrices du film Commando (1985) ? Oui, il faut bien choisir un film, et j’apprécie particulièrement ce dernier. Un film rempli de testostérone, culte pour toute une génération de trentenaires, où un Schwarzy en mode sévèrement burné allait péter la gueule à tout un tas de sbires sur un scénario tenant sur un papier de cigarette à rouler. Mais on s’en foutait, ça pétait de partout et c’était trop bien !

Mais alors, que sont devenus les acteurs de Commando ?


commando


Arnold Schwarzenegger / John Matrix

Y’a-t-il besoin de présenter Sir Arnold aka Governator ? L’homme a assez d’œuvres marquantes dans sa filmographie pour être connu de tous, des plus vieux comme des plus jeunes. Le mastodonte d’origine autrichienne qui après une carrière avec succès dans le culturisme, remportant au passage de nombreux titres, s’est lancé dans le cinéma en enchainant des œuvres cultes telles que les Terminator, Predator, Last Action Hero, Conan le Barbare, Total Recall, True Lies, Jumeaux, ou encore Commando. Mais la liste est encore longue ! Running Man, Le Contrat, Double Détente, Un Flic à la Maternelle, Kalidor, Junior, L’Effaceur, ces titres vous évoquent forcément quelque chose. Bon, il est vrai que la fin des années 90 et le début des années 2000 auront été un peu plus difficiles pour l’acteur qui n’aura pas forcément fait les bons choix de rôles. Les films moyens voire mauvais s’enchainent, de La Fin des Temps (1999) à L’Aube du 6ème Jour (2000), en passant par Dommage Collatéral en 2002. Le décrié mais pourtant très très fun Terminator 3 (2003) vient relever la barre avant que Schwarzenegger ne mette sa carrière en pause pour devenir dès 2003 Gouverneur de Californie et ce jusqu’en 2011, période durant laquelle il n’aura fait que quelques toutes petites apparitions dans des films tels que Bienvenue dans la Jungle (2003), Le Tour du Monde en 80 Jours (2004) ou encore le premier Expendables en 2010.

En 2011, he is back, mais on n’en doutait pas, « I’ll be back ! » s’était-il exclamé haut et fort dans le premier Terminator ! Sauf que voilà, il n’est plus tout jeune et l’action comme à l’ancien temps, ce n’est-plus pour lui. Pourtant, il continue toujours dans le genre avec plus ou moins de souplesse, dans des rôles souvent de vieux briscards sur le retour, un peu usés par la vie. Stallone lui donne un rôle plus important dans Expendables 2 et 3 aux côtés des autres acteurs cultes de toute une génération. Il incarne un vieux flic fatigué dans le très sympathique Le Dernier Rempart (2013) de Kim Jee-Woon aux côtés de Johnny Knoxville, un prisonnier dans le moyen Evasion (2013) en duo avec Sylvester Stallone, un chef d’unité d’élite dans le plutôt naze Sabotage (2014) de David Ayer, et il endosse une dernière fois le rôle qui l’a rendu célèbre dans Terminator Genisys en 2015. La même année, il s’essaie à un autre registre dans le drame horrifique Maggie de Henry Hobson et le résultat est plutôt probant. On attend tous de pied ferme The Legend of Conan où il reprendra son rôle culte.

A noter que l’acteur est engagé depuis 2004 pour la cause environnementale.

schwarzy


Rae Dawn Chong / Cindy

Fille de Tommy Chong, acteur, humoriste, scénariste, réalisateur, producteur et musicien canadien, connu du grand public pour avoir incarné durant plusieurs saisons le Hippie Léo dans la série TV That ‘70s Show, Rae Dawn Chong a commencé sa carrière toute jeune en apparaissant dans des séries TV et des téléfilms. On la voit notamment dès le milieu des années 70 dans Disney Parade le temps d’un double épisode. C’est en 1981 que le grand public fait sa connaissance, même si grimée dans le rôle de Ika, dans La Guerre du Feu de Jean-Jacques Annaud pour laquelle elle gagne le Genie Award de la meilleure performance pour une actrice dans un rôle principal. Après d’autres rôles notables dans Beat Street (1984), Choose Me (1984) et La Couleur Pourpre (1985), elle incarne Cindy, la jeune fille un peu cruche mais attachante dans le Commando (1985) de Mark L. Lester, aux cotés de Arnold Schwarzenegger. Peu prolifique durant la fin des années 80, si ce n’est un rôle important dans Le Proviseur (1987) aux côtés de Jim Belushi, les années 90 vont être bien plus prospères. Mais sa carrière ne décollera jamais et Rae Dawn Chong œuvrera essentiellement à la télévision dans des séries et des téléfilms malgré quelques petits rôles dans des films tels que Time Runner (1993), Crying Freeman (1995) ou encore Goodbye America (1997). Elle apparait le temps de trois épisodes dans la série culte Melrose Place (1992-1993), ou encore dans un épisode de Au-delà du Réel (1995), Highlander (1996) ou encore Poltergeist – Les Aventuriers du Surnaturel (1997). Dans les années 2000, même combat, si ce n’est qu’elle trouve enfin un vrai rôle de 2000 à 2002 durant 44 épisodes de la série Les Chemins de l’Etrange. Même chose les deux années suivantes où elle incarne Sophie Mason pendant 17 épisodes sur Méthode Zoé (2003-2004). Niveau longs métrages, c’est la bérézina. Se contentant de petits rôles dans des films de seconde zone tels que Constellation (2005), Max Havoc : Ring of Fire (2006) ou encore Cyrus (2010), elle touche le fond en apparaissant pour un rôle important dans le générique de la production lowcost Pegasus Vs. Chimera en 2012 chroniqué en ces lieux.

raedawnchong


Alyssa Milano / Jenny Matrix

Connue du grand public pour ses rôles dans les séries Madame est servie (196 ép. de 1984 à 1992), Melrose Place (40ép. de 1997 à 1998), Charmed (178 ép. de 1998 à 2006) ou encore Mistresses (26 ép. de 2013 à2014), Alyssa Milano commence sa carrière en tant que chanteuse dans la comédie musicale Annie dès l’âge de huit ans. Elle apparaît ensuite à la télévision dans des publicités commerciales et se lance dès le début des années 80 dans le théâtre. Son rôle décroché dès le début des années 80 dans Madame est servie force ses parents à déménager à Hollywood et c’est à partir de ce moment-là que la jeune fille va se lancer dans le cinéma. Elle apparait dans Tendres Années (1984) et donc dès l’année suivante dans Commando où elle incarne la fille de John Matrix que Bennett va kidnapper. Après une vidéo de fitness produite pour les adolescents en 1988, elle tourne dans des téléfilms destinés à un public plutôt jeune tels que Auto-école en Folie ou Le Bal de l’Ecole durant lesquels elle côtoie d’autres jeunes acteurs comme Christina Applegate ou Matthew Perry. Au début des années 90, elle enregistre cinq albums, et après l’arrêt de Madame est Servie, elle fait des choix de carrière qui n’iront pas en sa faveur. Par peur de tomber dans l’oubli comme beaucoup d’enfants-stars, elle tourne pour la télévision en acceptant des rôles à contre emploi dans des téléfilms tels que L’Affaire Amy Fisher (1993) ou Confessions d’une Rebelle (1994), mais aussi pour le cinéma comme dans le mauvais Double Dragon (1994) aux côtés de son fiancé de l’époque Scott Wolf. Après des apparitions dans L’Etreinte du Vampire (1995) ou Fleur de Poison 2 (1996), elle obtient des seconds rôles Fear (1995) avec Mark Wahlberg et Reese Witherspoon et dans Une Virée d’Enfer (1996) avec Ben Affleck.

Fin des années 90, tournant dans sa carrière, la belle décroche comme stipulé ci-dessus un rôle récurrent dans Melrose Place, et surtout Charmed qui fera d’elle une idole auprès de tous les jeunes tant la série aura été un succès mondial. Le début des années 2000 est du coup plus calme cinématographiquement parlant puisqu’elle se consacre à sa série phare, mais elle semble avoir du mal à se relancer à la fin de celle-ci puisque, après un rôle durant 10 épisodes de la série My Name is Earl de 2007 à 2008, quelques téléfilms et voix dans des jeux vidéo, c’est le calme plat. Cela lui permet de se concentrer sur une ligne de vêtement qu’elle lance consacrée aux jeunes filles supportrices de Baseball. Fan de Baseball depuis toujours, elle publie un libre et tient un blog sur le sujet. Les années 2010 ne sont guère plus intéressante, elle a du mal à se relancer et participe à des séries qui ne trouveront pas leur public telles que Breaking In, jusqu’à Mistresses qui la remet sur le devant de la scène aux États-Unis avec son rôle de Savannah ‘Savi’ Davis.

alyssamilano


Vernon Wells / Bennett

Australien de naissance, Vernon Wells a commencé sa carrière dans des séries du pays avant que George Miller et son Mad Max 2 ne fassent connaitre sa tronche reconnaissable entre toutes au monde entier. Pourtant, malgré son charisme et sa tête de méchant, le bougre n’aura jamais percé et se sera fait une solide réputation que chez les amateurs de séries B voire Z d’action et de science-fiction. Dès 1985, il participe au film Une Créature de Rêve dans lequel il parodie son rôle dans Mad Max 2, joue le rôle de Dabby Duck dans L’Ecole de tous les Dangers, et incarne le méchant à tendance psychopathe dans Commando de Mark L. Lester où il kidnappe la jeune Alyssa Milano parce que c’est ce que fait un grand méchant rancunier. La 2ème partie des années 80, il joue dans de petites productions telles que Coming of age (1986), Le Matraqueur des Rues (1987) et décroche le rôle de Mr Igoe dans L’Aventure Intérieure (1987) de Joe Dante. Quelques apparitions dans des séries de l’époque également, K-2000, Rick Hunter, MacGuyver, mais juste le temps d’un épisode.

Les années 90 sont prolifiques mais à part son rôle de méchant dans le très fun Fortress (1992) avec Christophe Lambert, il enchaine séries B à tendance Z sur série B à tendance Z. Circle of Fear (1990), T-Force (1993), Ultimatum (1994), Hard Justice (1995), Kick of Death (1997), Wasteland Justice (1999), et la liste est encore longue ! Au début des années 2000, on peut voir sa trogne dans la série pour ado Power Rangers où il incarne durant 40 épisodes le rôle du méchant Ransik. Il double d’ailleurs son personnage dans les jeux vidéo du même nom. Puis il enchaine sur un second rôle dans le King of the Ants (2003) de Stuart Gordon. Quelques voix de jeux vidéo (Golden Axe, Darksiders) et quelques films de triste mémoire plus tard (Silent Night Zombie Night, Revamped), il se tourne vers les productions lowcost façon SyFy et The Asylum. On le voit par exemple dans Jurassic Attack, Jurassic City ou encore Cowboys vs Dinosaurs tout en continuant le doublage de jeux vidéo (Darksiders 2, Diablo III,…). Oui, il faut bien payer ses impôts. Mais malgré tout, quelle que soit la qualité de là où il joue, Vernon Wells est très prolifique avec pas moins de 9 rôles, plus ou moins importants, dans l’année 2016. Et ce n’est pas tout puisque qu’il apparait au générique de plus de vingt films / téléfilms toujours en post-prod. Sacré Vernon !

vernonwells


Dan Hedaya / Arius

Né à New-York de parents Syriens, Dan Hedaya commence sa carrière au début des années 70. Passant de petits rôles en petits rôles dans des téléfilms et des séries –on le voit notamment dans Kojak-,  le grand public le découvre en 1981 pour son second rôle dans Sanglantes Confessions aux côtés de Robert De Niro. Deux ans plus tard et après un très court passage dans la série Chips en 1982, Tony Scott le fait tourner dans Les Prédateurs avec Catherine Deneuve, Susan Sarandon et David Bowie. En 1984, il apparait aux cotés de Clint Eastwood dans La Corde Raide et les frères Coen lui donnent le rôle mémorable de Julian Marty dans leur premier film Sang pour Sang (Blood Simple en VO). C’est en 1985 que Mark L. Lester lui confie le rôle du dictateur Arius dans Commando. Dans la 2ème moitié des années 80, il œuvre surtout à la télévision dans des téléfilms et des séries. On le voit notamment dans Deux Flics à Miami, La Cinquième Dimension, The Tortellis, Madame est Servie ou La Loi de Los Angeles.

Les années 90 sont très prolifiques et il navigue entre films et téléfilms. Plusieurs rôles qu’on retiendra public comme par exemple celui de Tully Alford dans La Famille Addams (1991), Twitchy dans Maverick (1994), Jeff Rabin dans Usual Suspects (1995), Mel Horrowitz dans Clueless (1995), Gabriel dans Une Vie Moins Ordinaire (1997) ou encore Général Perez dans le Alien 4 (1994) de Jean-Pierre Jeunet. Au début des années 2000, il fait une petite apparition dans Mulholland Drive de David Lynch, puis semble s’éloigner des productions hollywoodiennes en préférant des films plus modestes, voire des séries Z comme Quicksand (2002) avec Michael Dudikoff. Il se tourne vers les séries TV et apparait dans plusieurs épisodes des séries Lucky, Oui Chérie !, Urgences, et interprète même le père de Monk dans la série du même nom.

Avec l’âge, Dan Hedaya se fait plus discret. Il apparait dans un ou deux épisodes des séries Person of Interest, Blue Bloods et Gotham, mais les projets se font aujourd’hui de plus en plus rares.

danhedaya


Mark L. Lester / Réalisateur

Réalisateur, producteur, scénariste, Mark L. Lester a tout le long de sa carrière été attiré par le cinéma d’action, certains de ses films devenant même de gros succès au box-office à leur époque. Il a su créer son propre style sur des films tels que méga-hit Commando (1985), le thriller surnaturel adapté de Stephen King Charlie (1984) avec Drew Barrymore et Martin Sheen, Dans Les Griffes du Dragon Rouge (1991) avec le duo Dolph Lundgren / Brandon Lee, ou encore ses deux films qui critiquaient la société : Class of 1984 (1982) avec Michael J. Fox dans son premier rôle, et sa suite Class of 1999 (1990). En plus d’être acclamé par la critique internationale, ses films sont des succès. Commando récolte plus de 120M$US à travers le monde, et Class of 1984 est numéro 1 au box-office US et devient un des films les plus rentables du moment.

Mais la carrière de Mark L. Lester en tant que réalisateur a été lancée lorsque son premier projet, l’acclamé Twilight of the Mayas (1971), gagne tous les honneurs au Festival du Film de Venise. Son Roller Boogie (1979) avec Linda Blair et sa comédie décapante Armed and Dangerous avec Meg Ryan trouvent également leur public. Mais dans son début de carrière, il se fait une spécialité dans les films d’action non-stop avec La Bombe humaine (1973), Ca Cogne et ca Rigole chez les Routiers (1974), Bobbie Jo and the Outlaw (1976) ou encore Les Risque-tout (1977). Après avoir amassé assez d’argent au bout de 17 films, il crée et devient président de American World Pictures en 1993, une boite de prod destinée à produire et distribuer des films dans le même genre que ceux qui l’ont aidé à être connu.

Depuis cette création, Lester s’est créé une impressionnante filmographie de plus de 100 films. Il a par exemple réalisé et produit Ptérodactyles, un des films SyFy les mieux notés ; les séries B d’action Betrayal (2003) avec Adam Baldwin et Extreme Justice (1993) avec Lou Diamond Philips ; les thrillers Sacrifice (2000) avec Michael Madsen, Blowback (2000) et Tueur en Cavale (1999), ainsi bien d’autres bobines pas forcément réussies ni même très connues, mais qui restent dans sa ligne directrice. Le bonhomme est d’ailleurs aussi coupable de bousins tels que Sinbad et le Minotaure (2011) ou Yeti : Curse of the Snow Demon (2008).

En 2012, après avoir divorcé de sa femme Dana Dubovsky qui travaillait également pour American World Pictures, il décide de s’en aller et de créer Titan Global Entertainment. Il y réalise de bons gros navets dignes de productions The Asylum tels que Poseidon Rex (2013) ou Dragons of Camelot (2014) et produit pour eux Jurassic Attack (2013) ou encore Avalanche Sharks : Les Dents de la Neige (2014). Aujourd’hui âgé de 70 ans, il continue dans la voie qu’il a toujours souhaitée.

markllester


A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

12 Comments

Add a Comment
  1. Ça ne nous rajeunit pas tout ça 😀

    Vrai qu’elle était toute jeeeeeeune la Alyssa Milano dans Commando !! Un film que j’aime bien me regarder de temps en temps pour « vider la mémoire cache » de mon cerveau ^^

  2. « Tu te souviens quand j’ai dit que je te tuerai en dernier ? »

     

    « J’ai menti. »

    🙂

  3. Ah la la, Schwarzy et ses fameuses punchlines. Et souvent, elles donnent mieux en Vf !

  4. Pas vu ce truc depuis 20 ans facile presque aucun souvenir, j’hésite a me le refaire car récemment j’ai revu « Running man » et « double détente » et j’ai trouvé ca franchement mauvais surtout « Running Man », après comme vous dites il a toujours une bonne punchline qui vient rattraper une scène d’action pachydermique.

    Je confirme la VF est au top.

  5. Ah mais c’est mauvais Commando si tu vas par là, mdans dans le genre film sévèrement burné complètement bourrin, il se pose là, etc ‘est très fun de débrancher le cerveau ^_^

  6. J’ai revu le machin et oui c’est mauvais, mal joué, un scénar juste nul a chier et ultra prévisible et la réalisation et très banale mais que c’était bon.

    En VF ce genre de film au réplique a la con prennent une certaine saveur qui me plais beaucoup  » J’avais dis que je te tirerais un balle entre les yeux mais je vais te le mètre entre les couilles » 10 sur 10 dans le genre il y en a plein d’autre j’aurais du les noter.

    Il y a pas mal de référence homo dans ce film comme les gros plans sur des torses musclé et luisant sans parler du méchant avec sa moustache a la Fredie Mercury et son marcel a trou manque juste la casquette en cuir. Et cette réplique de Swarzy « tu vas pouvoir me l’enfoncer profond et me regarder gémir. le méchant avec un regard lubrique « ha Ouuuais » bon en fait il parle de son couteau.

    Et ses scène d’action ou on vois Arnold ce battre a un contre dix a deux a l’heure  faire des enchainement impossible dans le genre « il manque des animation dans les combats » comme tu le dis souvent Cherycok la on atteint des sommets, et quand il reste planté a découvert devant une armée et s’en sort avec une roulade (a deux a l’heure) c’est grandiose.

    Bref du grand nanar juste un cran en dessous de chasse a l’homme avec JCVD dans le même genre mais avec de l’action signé John Woo.

     

  7. Oui, ce film est un nanar 80’s pur jus. Je suis un grand fan.

    une autre punchline :

    – « Tu te souviens quand je t’avais dit que je te tuerais en dernier ? »
    – « Oui. »
    – « J’ai menti. »
    – « Aaaaaaaaaaaaaaaaah » (tombant dans le vide)

  8. Le cinéma de Mark L. Lester, c’était de l’or en barres pour les bisseux des 80’s-90’s !
    Les dérives de la jeunesse et du système éducatif dans le cultissime Class 1984 (et dans une moindre mesure dans Class of 1999 avec les formidables Stacy Keach, Pam Grier et Malcolm McDowell, bien que ce 2d film tende plutôt vers la science fiction à la Terminator) collent étrangement à certaines réalités d’aujourd’hui.
    Commando, malgré son côté très simpliste et basique au premier abord reste toujours aussi cool et sympa à regarder de nos jours. (On ne peut pas en dire autant de certains films plus récents)
    Et puis, il reste un des meilleurs représentants du style « One man army ! »
    Pour ce qui est des acteurs ils sont tous au top et bien dans le ton du film, Arnold est au top de sa forme et Alyssa Milano est toute mimi !
    Certes, ils ont tous vieilli aujourd’hui, mais ont tous fait des carrières honnètes.
    En bref, Commando demeure à jamais un classique de l’action bourrine, un incontournable de Schwarzenegger et un des plus beaux faits d’armes de Mark L. Lester !

  9. J’avais beaucoup aimé Class of 1984 (critique dispo sur le site) mais pas encore vu Class of 1999 (que j’ai mais qui me fait un peu peur). Je le tenterais à l’occaz.
    De Mark L. LEster, j’ai chroniqué ca aussi : http://www.darksidereviews.com/semaine-nanar-navet-jour-1-poseidon-rex-2013/ mais c’était pas bon, un bon gros navet.

  10. J’ai déjà lu la chronique de « Poseidon Rex » que je ne connais pas du tout (j’y suis allé voir quand j’ai vu que c’était de Mark L. Lester !) mais, je ne suis pas plus tenté que ça..et je ne rate pas grand-chose aparemment !
    Sinon, pour Class of 1999, n’hésite pas à tenter le voyage..c’est un peu au croisement de Mad Max pour le côté post-apo et de Terminator pour les profs bioniques, mais en mode bien cheapos !
    Les acteurs se lachent et cabotinent pas mal, l’anbiance générale est joyeusement foutraque et décalée…
    Par rapport à Class 1984, on est içi dans un bon ptit nanar post-apo bien sympatoche !
    Personnellement, j’aime beaucoup !
    Mais, à toi de te faire ton propre avis ! 😉

  11. Ah non mais si tu peux éviter Poseidon Rex, évite clairement car là on est plus dans le navet.
    Class of 1999, je le verrais quoi qu’il arrive, j’aime bien finir les sagas que je commence de manière générale, et comme j’ai vu l’opus 1984… et croisement entre mad max et terminator, moi ça me parle immédiatement !

    Dis voir, tu aurais un mail ou un facebook histoire de discuter Paganizer ? J’ai une ou deux questions à te poser ^^

  12. Idem, en général, j’aime aller au bout des sagas, sauf exception (par ex Terminator..
    Je me suis arrêté au 3 « Le soulèvement des machines » car à partir de « Renaissance », ça part sur carrément autre chose, et j’ai pas accroché..
    Quand à Genysis, j’ai tenté, mais j’ai pas pu..
    Enfin, pour revenir à la saga des Class of, je te déconseille Class of 1999 II qui est franchement sans intérêt !
    Mais après c’est à toi de voir !

    Pour répondre à ta question, je n’ai pas de Facebook, vraiment pas mon truc..
    Mais j’ai une adresse mail (celle que je note dans la case « adresse de messagerie » en dessous des coms..) Tu n’y as pas accès ?
    Sinon, dis moi comment je peux te la transmettre..
    (je peux pas trop la balancer dans les com vu qu’ils ront accessibles à tout le monde, c’est pas très sécure..non ?) enfin je sais pas, dis moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017