[Film] Terminator Genysis, de Alan Taylor (2015)

En 2029, John Connor, chef de la résistance humaine, mène la guerre contre les machines. En pleine offensive de Los Angeles, John a des craintes quant à l’avenir, quand des espions TECOM révèlent un nouveau plan de Skynet : il prévoit de l’attaquer sur deux fronts, le passé et l’avenir, ce qui fera finalement changer l’issue de cette guerre pour toujours. Sur le point de gagner la guerre contre Skynet, John Connor envoie son fidèle lieutenant Kyle Reese à travers le temps pour sauver la vie de sa mère et assurer sa propre existence. Mais ce qu’il trouve de l’autre côté, n’est pas ce à quoi il s’attendait. Après avoir été rendue orpheline à neuf ans par un Terminator, Sarah Connor a depuis été élevée par un autre Terminator, programmé pour la protéger. Ce Terminator l’a alors formée pour faire face à son destin, qu’elle tente de rejeter catégoriquement.


Avis de Rick :
Cinquième opus de la saga, Terminator Genysis me faisait très peur depuis l’arrivée des bandes annonces sur le net. J’y voyais un viol de ma jeunesse, d’une partie de ma culture cinématographique, avec un film voulant se dérouler durant Terminator 1, donc en 1984, mais avec des personnages (et donc acteurs) qui sentaient un peu trop les années 2000. Bref, il ne faut pas juger sans voir, et même si cette année 2015 commence mal en suites/remakes/reboots pouet pouet tralala à l’exception de Mad Max Fury Road, il faut se lancer ! Après tout, ce n’est pas comme si la saga était exceptionnelle de bout en bout, avec un troisième opus très divertissant mais inutile, et un quatrième bourré de bonnes idées et de bons acteurs mais au scénar (et au final) bien raté. Et contrairement à beaucoup, je vénère de toute façon beaucoup plus le premier opus (pour son côté sombre de série B bad ass) que le second (bien plus optimiste, le futur peut changer blabla). Bref, Genysis. Et bien ce n’est pas si nul que ça, mais pas exceptionnel non plus, loin de là ! Car Terminator Genysis a parfois de bonnes idées, prend des paris osés également, mais souffre de gros défauts, notamment dans sa seconde heure, dans ses explications, et même dans sa construction. La deuxième heure détruisant le début, ce n’est pas nouveau en 2015 (oui Jurassic World, c’est à toi que je parle petite canaille !).

Terminator502

Mais j’aurais du me douter aisément de ses défauts dés le générique, en voyant certains noms de l’équipe technique, comme Patrick Lussier au scénario, déjà responsable de Helldriver (Drive Angry, avec Nicolas Cage), Dracula 2000 et ses deux suites. Un scénariste (mais pas réalisateur ici) plus habitué au rentre dedans sans fondements qu’au scénario à la portée philosophique intéressante et portant à réflexion. Oh surprise… ce Terminator 5, c’est exactement ça ! On a surtout l’impression que le métrage veut changer de genre, de style, d’époque, de méchants, de film carrément en fait toutes les demi-heures. Si bien que oui, tout va vite (trop vite), rien n’a le temps de se poser, les méchants n’ont pas le temps de représenter de vraies menaces ou de représenter de vrais icônes. Bref, ne crachons pas si rapidement sur le film, car tout commence bien. Même très bien en fait. Le film se déroule en 2029, et on nous montre un futur comme on l’a toujours imaginé depuis Terminator 1 en 1984. Des robots, des machines volantes, des tirs au lasers (et ouais ça manquait au 4), des humains aux blessures de guerre voyantes. Alors oui, ça reste soft, aucun pied de Terminator n’écrasera de crâne humain, mais ça fonctionne. Skynet est le mal, John Connor est le chef de la résistance avec son second Kyle Reese (dommage, on ne retrouve pas Anton Yelchin du 4, acteur que j’apprécie particulièrement et que l’on retrouve cette année dans le nouveau Joe Dante), et la guerre touche à sa fin.

Terminator504

Finit les filtres habituels des films se déroulant dans un futur post apocalyptique comme dans Terminator 4, cette première demi-heure fonctionne bien malgré quelques choix de casting discutables. Si Jason Clarke fait un John Connor plutôt convaincant, Jai Courtney ne convint pas totalement en Kyle Reese, mais ça va vite, et l’inévitable arrive, il faut envoyer Kyle Reese en 1984 pour sauver Sarah Connor. Débute la seconde demi-heure, encore réussie. Alan Taylor, le réalisateur, sans livrer un travail transcendant, soigne sa mise en scène et nous balance pas mal d’infos en pleine face, et tant qu’on n’aura pas les explications, tout fonctionne. Retour en 1984 donc, pour refaire Terminator premier du nom. Sauf qu’en fait non, le passé a changé, et après quelques plans rendant hommage au premier film, ce cinquième film s’amuse doucement à déformer tout ce que l’on connaît. Sarah Connor est déjà une guerrière, un Terminator l’a élevé et pris la place de la figure paternelle (comme dans le 2 pour John Connor), Kyle Reese doit être sauvé, et un T-1000 (ancien Robert Patrick, ici Byung-hun Lee vu dans A Bittersweet Life et J’ai Rencontré le Diable) est également là pour faire le sale boulot : tuer Sarah Connor. Oui, tout ce que l’on connaissait change radicalement, mais ça fonctionne et parfois les quelques notes d’humour fonctionnent bien. On prend plaisir à voir tout ce que l’on connaît se faire déformer. James Cameron n’aurait donc pas menti lors de la dernière bande annonce en disant tout le bien qu’il pense de Genysis ?

Terminator508

Malheureusement, la seconde heure du métrage, suite à un retournement de situation et un nouveau voyage dans le temps pour 2017 cette fois-ci, vient un peu détruire nos espoirs et bien nous faire comprendre que le scénario ne veut strictement rien dire. Oui, Terminator Genysis n’est bien qu’un blockbuster estival, qui fait totalement illusion dans sa première heure et vient même nous faire croire à un film réfléchi, sauf qu’en fait non. Changement d’époque, explications fumeuses, nouveaux méchants (le fameux Genysis du titre, et un autre révélé dans la bande annonce, merci marketing), et c’est encore parti pour de l’action. Clairement décevante, cette seconde heure, si elle se fait divertissante, détruit donc pas mal de nos espoirs. On aura beau avoir du bon par-ci par-là, la déception reste de taille, vu que tout ce bon monde a l’air de croire dur comme fer au scénario. L’effet papillon, tout ça, on s’en fou en fait ! Genysis joue sur les failles temporelles, les univers parallèles, et essaye de perdre le spectateur dans divers degrés de lecture pour cacher qu’en fait, le film est une blague !

Terminator511

Mais comme la saga bat de l’aile depuis bien longtemps, on pensera tout de même que dans le fond, ce n’est pas si mal. Surtout qu’il y a quelques bons points. La mise en scène est plutôt bien torchée, quelques scènes d’actions sont réussies (et d’autres beaucoup moins, hein l’hélicoptère, c’est le syndrome Expendables 3 ?), et voir Arnold vieillissant qui ne se prend pas toujours au sérieux fait plaisir. Emilia Clarke (que je vois jouer pour la première fois, je ne regarde pas de séries !!) ne s’en sort pas trop mal du tout, essayant de respecter le personnage de Sarah Connor. Elle est mignonne comme tout, mais paraît par moment bien jeune pour jouer Sarah Connor (alors qu’après vérification, elle a 28 ans, mince, mon âge). Dommage encore une fois que le scénario soit au final si « bâtard » lorsqu’il se dévoile enfin, et que le métrage va si vite qu’il change de méchant comme de t-shirt lors d’une canicule, si bien qu’à l’exception du grand méchant n’apparaissant que tardivement, chaque menace est minime, jamais il n’aura été si simple de se débarrasser d’une machine du futur. On pestera également sur son happy ending qui rappelle pourtant un peu celui du 2, mais qui donne envie de se crever les deux yeux, voir de se couper la…. On se comprend ! On pestera aussi sur le score musical, nous sortant le thème musical du film dés qu’une punchline des films originaux sera présente. Merci d’appuyer autant l’effet, mais je pense que de toute façon, c’est le fan qui était avant tout visé… Bref, un divertissement qui vaut ce qu’il vaut, mais qui aurait pu être tellement pire qu’à titre personnel, il est plutôt bien passé notamment sa première heure.

Terminator503

Un cinquième opus dont la première heure fonctionne très bien, avant que l’on ne comprenne que le film est une blague. Divertissant et très inégal.

Note :

Terminator510



Terminator5Terminator Genisys
Année :
2015
Durée :
2h06
Origine :
U.S.A.
Genre :
Science Fiction
Réalisateur :
Alan Taylor

Acteurs : Arnold Schwarzenegger, Jason Clarke, Emilia Clarke, Jai Courtney, J.K. Simmons et Byung-hun Lee

 Terminator Genisys (2015) on IMDb


 

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
27 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
17 juillet 2015 8:46

Moi à l’inverse, la bande annonce m’avait fait marrer et m’avait donné envie d’aller le voir sans rien en attendre, parce que c’était couru d’avance que ça n’allait pas valoir grand chose. Ca attendra finalement une sortie en dvd/br, je pense que ca sera nettement suffisant ^^

pacboy
17 juillet 2015 9:11

le film se prends tellement pas au sérieux, qu’il en devient drole et divertissant :p malgré les milliards d’incohérences, et le twist final pour faire le happy ending m’a tellement ravi, JE VEUX VOIR SCHWARZY DANS TOUS LES TERMINATORS ! Sinon il me manquerait trop ! ><

Arf t'as encore baissé ta note, tu m'avais 12/20, pour moi c'est un petit 14 bien mérité, bien con, bien fun, certes bourrés de défauts et d'incohérences, mais divertissant, et ça faisait longtemps qu'un terminator ne m'avait pas divertit (coucou le 4)

Oli
17 juillet 2015 10:38

Punaise j’avais oublié qu’il y avait cette truffe de Lee Byung-hun…

Iris
Administrateur
17 juillet 2015 10:58

Hum j’ai eu envie de le voir, et puis cette envie s’est petit à petit émoussée. Pour finalement m’amener à craindre le pire car ce que j’ai vu de Patrick Lussier (et même s’il n’est qu’au scénar, ça fait super peur quand même pour quelqu’un qui a subi à l’époque Dracula 2000 et ses suites)me donne envie de fuir très très loin et très très vite. Donc je vais opter pour le visionnage à la maison, avec pour éviter d’avoir envie de me crever les yeux (j’aurais du mal à vouloir me couper la…. ^^), la possibilité de faire des tartes aux fraises 😉

Oli
17 juillet 2015 11:01

Comme Iris, j’étais très chaud au départ. Et puis petit à petit…l’envie a disparu. Il faut dire que les distributeurs officiels ont…distribué les spoilers comme moi j’aurais aimé leur distribuer des baffes ! Alors que j’ai essayé d’éviter le maximum de BA, je me suis fait avoir par une vidéo promotionnelle de James Cameron – qui m’a résumé le film en moins de 10 secondes, même pas eu le temps de réagir. Merci pour tout James.

Iris
Administrateur
Reply to  Rick
17 juillet 2015 11:48

Merci Rick de compatir… Nous autres fans de vampirades subissons pas mal de daubes aussi, faut dire qu’on se le cherche un peu ^^. Et oui, les yeux, seuls les yeux ^^ (contente de te rassurer)

Cherycok
Administrateur
Reply to  Iris
17 juillet 2015 11:55

Je te rassure, c’est pareil pour les fans de zombies comme moi. Si tu savais le nombre de trucs infâmes que j’ai pu me coltiner… Rick pourra l’attester. Mes yeux ont souvent pleuré, saigné,… Mais pourtant j’y revenais ^^

Cherycok
Administrateur
Reply to  Rick
17 juillet 2015 12:00

c’est une passion inavouée, c’est pour ça. Ou alors tu te prépares inconsciemment à la future invasion zombie qui nous attend !

Iris
Administrateur
Reply to  Rick
17 juillet 2015 12:23

oh une idée de croisement qui ferait un nanar génial!!! Ca existe peut-être déjà remarque… Chery, The improbably wtf movies Master, une idée?

Cherycok
Administrateur
Reply to  Iris
17 juillet 2015 12:28

JE n’en ai pas vu en tout cas. MAis des trucs ou il y a à la fois dez zombies et des vampires, ça j’en ai vu, genre l’excellente série Death Valley (qui n’aura eu droit que à une seule saison 🙁 )

Cherycok
Administrateur
Reply to  Rick
17 juillet 2015 12:52

Hop, ils sont trouvés, plus qu’à attendre maintenant ^^

Iris
Administrateur
Reply to  Rick
17 juillet 2015 12:18

Byzantum est en attente de visionnage chez moi d’autant que j’ai adoré Entretien avec un vampire. J’ai adoré Only lovers left alive dans la série des films de vampires différents. Mais je reste accro au Dracula de Coppola (oui c’est un lieu commun mais que ce film est bon!). Par contre, la série des Dracula 2000 je les classe dans la même catégorie que le Queen of the Damned de Michael Rymer et crois-moi ce n’est pas peu dire en matière de daube ^^. D’où la crainte sur ce Terminator (pour recoller au thème hein, c’est pas qu’on s’en éloigne mais si quand même).

Iris
Administrateur
Reply to  Rick
17 juillet 2015 14:58

ok je verrai BYZANTIUM dès que possible… Bien que maintenant ma curiosité soit éveillée sur des vampires zombifiés (j’ai hâte de voir par quel procédé de sorcellerie ou je ne sais quoi des morts vivants peuvent chopper un virus qui les transforme en…. morts vivants, sortes donc de morts-vivants au carré ah ah)ou des zombies suceurs de sang ^^… franchement, vous n’avez pas honte de pervertir des personnes qui jusque là avaient une culture cinématographique honorable? 🙂

Cherycok
Administrateur
Reply to  Iris
17 juillet 2015 15:58

Et pourquoi pas l’inverse ? Des vampires qui petits à petits choppent le virus zombie comme les humains ? ^^

Iris
Administrateur
Reply to  Cherycok
17 juillet 2015 12:04

Oui mais Chery, vu ton goût pour les nanars et ce que tu es capable de t’infliger, je comprends que tu puisses y revenir… Moi je ne fais pas exprès ^^

Cherycok
Administrateur
17 juillet 2015 12:25

Oui, plus c’est con, plus c’est bon ^^

feroner
Éditeur
17 juillet 2015 13:12

Je deteste ce film terminator et fun vraiment deux chose qui vont pas ensemble déjas quand j’ai revu le deux pour ca sortie blu_ray version longue les passages comique m’on parut hors sujet, mais la c’est le film entier qui est hors sujet.
Le pire dans ce film c’est l’endive proteiné qui joue le rôle de kyle Reese et le scénario complètement absurde.
Les citations montre bien que le réalisateur n’a rien compris au premier terminator on s’en fous du plan avec la basket nike ou du bruit des fusil laser (exactement les même) ce qui fesait la force du premier c’était l’opposition entre l’humain agile et malin et la machine froide et inarrêtable, impossible de l’affronter il faut fuir. dans genisys les terminator ce font éclater en cinq minutes aucune tension.

Cherycok
Administrateur
25 août 2015 9:31

Alors vu hier soir avec ma chérie et hum, je serais bien moins généreux que Rick. Alors c’est fun de retrouver un terminator vieillissant (mais pas obsolète !) et un schwarzy qui sait lui même qu’il n’a plus le même age qu’avant, y’a des scènes d’action qui pètent bien. MAis je ne sais pas, la sauce ne prend pas du tout. C’est blindé d’incohérences, ca essaie de se la jouer intelligent, avec un scenar alambiqué, mais au final ca se prend les pieds dans le tapis et ca en devient ridicule. Le vrai personnage intéressant pour moi (le vieux) ne sert au final absolument à rien, le méchant est ridicule, et les hommages / clin d’oeil sont bien trop nombreux, à tel point qu’on a l’impression parfois que ca fait remplissage juste pour faire plaisir aux fans de T1 et T2.

Bref, pas plus de 3.5/10 pour moi

Iris
Administrateur
25 août 2015 11:31

Absolument d’accord avec toi Chery. J’ajoute que la première partie, là où on pourrait parler d’hommages ou de clins d’œil, souligne plutôt le manque total d’inspiration puisque ce sont pour la plupart de vulgaires copiés-collés de scènes du II, à tel point qu’on se demande vraiment quel est l’intérêt de faire une suite s’il n’y a rien de nouveau. Les nouveautés quant à elles sont sous-exploitées la plupart du temps et quand elles sont traitées je te rejoins sur le côté ridicule et la pseudo caution scientifique d’une fumeuse théorie d’univers parallèles chopée sur Wikipédia rend le truc encore plus pouilleux. Pour finir, une machine, et le Terminator en prime, qui développe des pseudo-sentiments alors là c’est NON pour moi et définitivement non. Bref la seule satisfaction est d’avoir économisé un ciné ^^

Iris
Administrateur
26 août 2015 9:36

Hum y a en effet des jours où on est plus réceptif aux daubes ^^… Et oui, on arrive à tomber d’accord sur les vampires 😉

Oli
25 avril 2016 4:37

Vu le dernier TERMINATOR. On a trouvé ça nul. Pas d’impact. Plat mais divertissant comme une série télé moyenne. Content de retrouver Schwarzy, mais le reste du casting est odieux. L’acteur pour John Connor est bon, mais son personnage est tellement ridicule… L’actrice de GOT, ils n’ont pas choisi la meilleure… Qu’est-ce qu’elle fout là ? Kyle… bodybuildé, incarné par un acteur sans aucun charisme (déjà nul dans le dernier DIE HARD). Le Sud-Coréen dans la peau du T-1000, comme une envie de vomir – heureusement il disparait rapidement.

Le début est sympatoche mais franchement, ça devient très vite complètement n’importe quoi, sans tension avec une mise en scène bien bof (la poursuite en hélico, vraiment ?). Pris comme un nanar, ça peut divertir, effectivement.