[Film] Maggie, de Henry Hobson (2015)

Un père dont la fille a été mordue par un zombie, choisit de la garder auprès de lui pour l’accompagner dans ses derniers moments.


Avis de Jonathan-HK :
La bande annonce de Maggie m’avait beaucoup interpellé lors de sa sortie, laissant entrevoir un drame plus qu’un film de zombie, avec un Arnold à contre-emploi, jouant plus sur l’émotion et la beauté des images que sur le démasticage de zombies au fusil à pompe. Mais le film tient-il ses promesses ?

Réalisé par Henry Hobson, le film nous raconte donc l’histoire d’une jeune fille mordue par un zombie et entamant une lente et douloureuse mutation, sous l’œil de sa famille et plus particulièrement de son père, qui refuse de la placer en quarantaine sous la surveillance du gouvernement.
Il est difficile de ne pas voir un parallèle évident avec les personnes atteintes de maladies incurables, les condamnant à une douloureuse et inexorable agonie, sous le regard impuissant de la famille. Le film tire beaucoup de sa force en multipliant les sous entendus : le regard de l’autre, la douleur de la famille, la volonté de partager chaque instant ensemble, de savourer chaque repas, chaque rire, et essayant de repousser au plus loin l’idée que la fin se rapproche, sans rien pouvoir y faire. Le système de santé est également critiqué, notamment lors d’un dialogue du film que je trouve très juste : “Le gouvernement nous rassure, dit que tout se passe bien, qu’on nous tient la main jusqu’à la fin. Mais ils mentent. Ils ne le font pas. Ils mettent tous les infectés ensembles dans une même grande pièce, peu importe le stade de leur transformation, et ils se mangent entre eux.”
Maggie traite brillamment son sujet sans s’éparpiller, aidé par une réalisation sobre et magnifique, nous offrant de superbes images malgré un ton plutôt terne et grisâtre, à l’image des villes désertées et éteintes depuis le début de la contamination. La musique est douce, jamais envahissante, apportant tendresse et émotions.

Qui dit film de zombie dit en général attaques, morsures, gore, quelques héros submergés par des vagues entières de morts vivants, vidant chargeur sur chargeur pour espérer s’en tirer. Mais Maggie n’offre rien de tout cela. On ne voit que 4 zombies dans le film, lents, et quasiment pas de sang. Ne cherchez pas un effet Walking Dead ici, sinon vous risqueriez d’être sacrement déçus. Le film est presque pudique sur les mises à mort, la plupart se déroulant hors champ. Vous êtes prévenus.
Le rythme est comme les zombies: lent, posé, démarrant doucement jusqu’à se finir tout aussi en douceur, sans sursaut et tout en émotions. On en vient donc aux acteurs. Tous à l’aise dans leur rôle, chacun jouant avec sobriété et une grande justesse, particulièrement Abigail Breslin (Maggie) et Arnold qui joue son père, le témoin de la métamorphose de sa fille. Sans en faire trop, il maîtrise son personnage de fermier vieillissant avec beaucoup de brio et de justesse, et son alchimie avec Abigail rend la relation père/fille crédible.

Film réaliste et intelligent, Maggie tient ses promesses de A à Z, offrant à Arnold l’un de ses meilleurs films et apportant au genre une dose d’humanité bienvenue.

Note :



Titre : Maggie
Année : 2015
Durée : 1h35
Origine : U.S.A. / Suisse
Genre : Drame / Horreur
Réalisateur : Henry Hobson

Avec : Arnold Schwarzenegger, Abigail Breslin, Joely Richardson, Laura Cayouette, J.D Evermore, Denise Williamson

 Maggie (2015) on IMDb


Les derniers articles par Jonathan-HK (tout voir)

3 Comments

Add a Comment
  1. J’avoue qu’il m’intrigue un peu ce film, mais en même temps il me fait un peu peur…

  2. Beaucoup aimé également. Simple, axé sur ses personnages et se refusant les effets chocs, bonne surprise.

  3. Je le sens bien ce film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *