[Film] Kill Chain, de Ken Sanzel (2019)


Des tireurs d’élite qui se tirent dessus par hôtel interposé, des prostituées qui se font égorger, des flics corrompus, une femme fatale qui sait user de ses charmes, des gangsters à la recherche de quelqu’un, un propriétaire d’hôtel qui semble être bien plus que ce qu’il ne veut prétendre, … Une nuit qui va être mouvementée, entre meurtres, vengeance, traitrise et rédemption.


Avis de Cherycok :
Ça commence à faire quelques années qu’on a perdu Nicolas Cage. Que s’est-il passé dans sa carrière pour qu’il prenne un virage pareil… Lui qui était devenu une vraie star du box-office dans les années 90, il n’a clairement pas su gérer ses choix de films dans les années 2000. Des choix qui n’ont clairement pas toujours été des plus judicieux, l’acteur acceptant à peu près tout ce qu’on lui proposait. La dégringolade a commencé et les gros films auxquels il participait ont commencé à être des échecs critiques et commerciaux (Next, Hell Driver, Le Dernier des Templiers, …). Mais à cause d’énormes dettes, Nic Cage n’a pas eu le choix que de continuer de tourner, d’autant plus que des violences conjugales ne sont pas venues arranger les choses. Alors que l’acteur reprend du poil de la bête et renoue un peu avec le succès (Prediction, Kick Ass), nouveau coup dur avec le four Ghost Rider (et surtout sa suite). Depuis, il enchaine les DTV, souvent des séries B catastrophiques proches du navet pur jus, tournant parfois jusqu’à 6 films par an. Dans la masse de films estampillés Nicolas Cage qui sont pondus chaque année, certains arrivent malgré tout à sortir du lot, voire à être bons, comme les récents Color Out Of Space et Mandy. Comme quoi il ne faut pas perdre espoir. Mais pour sa dernière bobine en date à l’heure où j’écris ces lignes, Kill Chain, on retombe dans quelque chose de vraiment trop moyenasse pour retenir l’attention.

Déjà, un film estampillé Cinetel Films, ça n’avait rien de rassurant. La boite de prod indépendante n’est pas réputée pour la qualité de ses films. Même l’arrivée de Millenium Pictures dans le générique ne va pas aider à nous rassurer, leurs dernières bobines n’étant pas de franches réussites. Alors on jette un œil à la filmographie du réalisateur Ken Sanzel, et là non plus rien de bien remarquable si ce n’est d’avoir réalisé le pas terrible Blunt Force Trauma (2015) et d’avoir écrit le scénario du moyen Un Tueur Pour Cible (1998). Oui, soyons clair, Kill Chain n’avait rien pour nous faire espérer quoi que ce soit. Mais bon, on garde espoir car les premières images laissent augurer une réalisation et une photographie réussies. Bon, on a vu Nicolas Cage 2 minutes puis il a disparu jusqu’à la 45ème, mais on a eu des jolies couleurs, avec des filtres sympas. On a aussi une histoire de duel entre deux snipers, on ne sait pas trop ce que ça fout là mais ça se suit. Ça s’enchaine avec une histoire de flics corrompu, de gangsters menés par une hystérique, et un gunfight très rigolo à l’intérieur d’une voiture. Oui, oui, il y a de bonnes idées jusque-là. On ne sait pas trop où ça veut en venir et il y a pas mal d’incohérences (que foutent des prostituées américaines dans une ville paumée d’Amérique du Sud ?), ni quel rapport cela a avec l’introduction du film, mais bon c’est là, c’est joli et ça se regarde. Enfin, ça se regarde mais le cameraman semble être atteint de Parkinson. Ça tremble ou ça bougeotte sans arrêt ! Est-ce fait exprès pour donner un style ? Je ne sais pas, mais une chose est sûre, c’est que ce n’est pas agréable à l’œil. Et putain, où est Nicolas Cage ? Pour un film où il est seul sur l’affiche avec son nom écrit en gros, c’est peu 2 minutes de présence en 45 minutes de film. Cette question dans ma tête aura suffi à le faire revenir puisque le voilà débouler à la 46ème. Bon, c’est pour nous remettre les 2 premières minutes du film, mais au moins il est là. Car lui il est bon, et son personnage également.

Arrive donc la 2ème partie du film, ou plutôt la troisième si on considère que la première partie est composée de deux segments, qui est censée faire le lien avec ce qu’on vient de voir. Et ce n’est pas évident évident. Ou plutôt c’est tiré par les cheveux. Ou alors c’est mal branlé, c’est au choix. En fait, on a presque l’impression que chacun des trois segments du film aurait pu être pris indépendamment. Quand on y repense, chacun est plutôt bien écrit, mais la manière dont ils sont rattachés entre eux est très artificielle. Et lorsque survient l’explication finale, le scénario se perd complètement. Ça en devient même parfois complètement crétin. Et c’est sincèrement on ne peut plus dommage car il se dégage malgré tout un petit quelque chose de cette bobine. Il y a pas mal de bonnes idées et l’ambiance que le réalisateur a essayé d’insuffler fonctionne. Le film est ultra sérieux, sans une once d’humour, avec un rythme lent mais adéquat, avec quelques touches de sexe et d’ultra violence qui ne viennent rien gâcher. Les acteurs sont bons, Nicolas Cage en tête mais également Anabelle Costa (les séries Ballers et Quantico) plus sexy que jamais, même si les seconds rôles ne sont aucunement développés (le personnage de Ryan Kwanten disparait comme un pet dans le vent). Et au final, malgré de bonnes intentions évidentes, ça ne fonctionne pas. Ou plutôt, ça fonctionne par intermittence. Mais dommage que, quand ça fonctionne, ça soit plombé par un cameraman qui semble filmer d’une main tout en se tripotant la nouille de l’autre.

LES PLUSLES MOINS
♥ Le casting
♥ Une belle photographie
♥ De bonnes idées
⊗ Filmé avec les pieds
⊗ Un scénario qui se perd
⊗ Nic Cage absent 45 minutes !
Ce n’est pas avec Kill Chain que l’estime de Nicolas Cage va remonter auprès du public. Même s’il a fait bien plus catastrophique ces dernières années, Kill Chain demeure un film extrêmement moyen, rempli de bonnes choses mais plombé par d’autres. Allez zou, au suivant.

LE SAVIEZ VOUS ?
• C’est la 7ème collaboration entre Nicolas Cage et Millenium Films. C’est également la 7ème fois que Nicolas Cage interprète un personnage appelé John. Ce dernier est d’ailleurs également producteur exécutif du film.
• Alors que le film avait été vendu à Cannes comme étant dans la veine des meilleurs films noirs de détectives, il n’aura au final aux States qu’une sortie directement sur Amazon Video, sans aucune publicité.


Titre : Kill Chain
Année : 2019
Durée : 1h31
Origine : U.S.A
Genre : Mi-figue mi-raisin
Réalisateur : Ken Sanzel
Scénario : Ken Sanzel

Acteurs : Nicolas Cage, Anabelle Costa, Ryan Kwanten, Enrico Colantoni, Eddie Martinez, Alimi Ballard, Angie Cepeda, Pedro Calvo, Jon Mack, Luna Baxter

 Kill Chain (2019) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rtgg
Rtgg
11 février 2020 9:06

beurk

Faze
Faze
Reply to  Cherycok
12 février 2020 1:33

Et sinon boss , c’est voulu que Rick chronique les bons Cage et toi que les bouses ou films moyens ?!? 😀

Faze
Faze
Reply to  Cherycok
13 février 2020 1:50

C’était qu’une petite boutade boss !

Après on est entièrement d’accord sur le fond , et ton boulot me permet de distinguer les nanars des navets donc te prive pas , c’est des heures de vie que tu me fais gagner ! 😀

Feroner
Éditeur
15 février 2020 15:54

Cage a deux projets de film très intéressant.
http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/The-Unbearable-Weight-of-Massive-Talent–une-date-pour-le-film-de-Nicolas-Cage-sur-Nicolas-Cage
La fin de la traversé du désert pour Cage?

Rick
Administrateur
Reply to  Feroner
16 février 2020 22:50

Oh je connaissais pas, c’est que ça a l’air intéressant en effet, ça peut être foufou, amusant et plutôt pertinent vu sa carrière en fait.