[Film] L’Emmerdeur, de Edouard Molinaro (1973)


François Pignon, représentant en chemises, se rend à Montpellier pour essayer désespérément de reconquérir son épouse, partie avec un autre. Une fois de plus éconduit, il entreprend de se suicider dans sa chambre d’hôtel… mais échoue là encore. Le problème est que son voisin de chambre est l’imposant Milan, tueur à gages venu exécuter un contrat, et que celui-ci a d’autres choses à faire que se coltiner un dépressif gluant.


Avis de Cherycok :
L’Emmerdeur, c’est ce genre de films français qui ont été moult fois rediffusés à la télé (surtout dans les années 80 et 90) mais qu’on prend toujours plaisir à revoir, parce qu’ils possèdent un énorme capital sympathie, parce qu’ils mettent en scène un duo d’acteurs géniaux, parce qu’ils font partie de ces classiques qui, même s’ils vieillissent malgré tout, restent toujours aussi efficaces. Bien entendu, il doit y avoir une part de nostalgie là-dedans. Mais en ce qui me concerne, je regarderai toujours avec un sourire aux lèvres des films comme La Chèvre, La Grande Vadrouille, Marche à l’Ombre, Rabbi Jacob ou encore Viens Chez Moi, J’Habite chez une Copine. A cette liste, on peut rajouter L’Emmerdeur d’Edouard Molinaro, sorti en 1973, scénarisé par Francis Veber, et mettant pour la première fois en vedette le personnage culte de François Pignon.

L’Emmerdeur est adapté d’une pièce de théâtre, Le Contrat (1971), écrite par Francis Veber. C’est ce dernier qui choisira d’adapter sa propre pièce au cinéma. Ça sera donc ici la première apparition du personnage de François Pignon sur grand écran, qu’on retrouvera par la suite dans les films Les Compères (1983), Les Fugitifs (1986), Le Diner de Cons (1998), Le Placard (2001), La Doublure (2005), et enfin L’Emmerdeur (2008), remake du film qui nous intéresse ici. Il est interprété ici par Jacques Brel (Mon Oncle Benjamin, L’Aventure c’est l’Aventure) qui campe son dernier rôle au cinéma. Pour lui donner la réplique, on retrouve le toujours génial Lino Ventura (Les Tontons Flingueurs, Les Barbouzes) pour un duo qui va faire des étincelles. Pour l’adaptation de la pièce de Veber, c’est Edouard Molinaro qui est conseillé par les acteurs qui ont déjà travaillé avec lui par le passé, et réalisateur de titres aussi connus que Oscar (1967), Hibernatus (1969), La Cage aux Folles (1978) et sa suite (1980), Pour Cent Briques t’as plus Rien (1982) ou encore A Gauche en Sortant de l’Ascenseur (1988). Un habitué des comédies donc, qui va exploiter à fond le potentiel comique du duo d’acteurs, Ventura incarnant le personnage bourru contenant sa colère et Brel le lunaire candide et maladroit. Deux personnages que tout oppose, qui ont été, sont, et seront le ciment de bon nombre de buddy movies. L’alchimie des personnages fait ici des étincelles. Lino Ventura incarne donc le personnage sérieux, qui va constamment retenir sa colère car il a un job à effectuer. On le sent comme une cocotte-minute, prêt à exploser, constamment sur la retenue pour ne pas distribuer des taquets en boucle à un François Pignon très envahissant. Ce dernier est donc joué par Jacques Brel et est le personnage « veberien » par excellence. Casse-couille fini malgré lui, maladroit comme pas deux, obstiné dès qu’il a une idée en tête, mais néanmoins ultra attachant, il est celui qui mettra constamment le personnage de Ventura dans des situations embarrassantes et compliquées.

Les seconds rôles ne sont pas en reste, et sont parfois aussi croustillants que notre duo comique (l’homme de chambre par exemple, ou encore l’autostoppeur). Mais alors qu’on pourrait croire que tous les ressorts comiques seront axés sur le personnage de Pignon, c’est au contraire sur celui de Milan (Lino Ventura) qu’ils vont jouer. Le voir souffrir en silence, serrer les dents pour ne pas exploser, essayer d’être conciliant alors que ce n’est pas son tempérament, 1h30 durant a quelque chose d’assez jouissif. Toute l’aspect policier autour du film n’est au final que secondaire, même s’il est là pour poser les bases du personnage de Ventura, c’est surtout dans des situations de vaudeville que Edouard Molinaro et Francis Veber veulent nous entrainer. Quiproquos, retournements de situations, même si on reste dans quelque chose aujourd’hui de déjà vu et revu, le sourire ne nous quitte pas du début à la fin tant les dialogues sont fins et drôles. Molinaro va faire preuve d’un vrai sens de la mise en scène, même si elle pourra paraitre un peu froide au début. Certes, L’Emmerdeur a malgré tout un peu vieilli. Son rythme est parfois un peu lent, son faux défilement des décors lors des scènes en voiture peut prêter à rire. Mais il reste malgré tout un film très attachant à bien des égards, surtout grâce à son duo magnifique qui fait des merveilles. Du haut de ses quasi cinquante ans, il est en tout point supérieur à son très moyen (mauvais même) remake de 2008, réalisé par Veber lui-même, avec Richard Berry et Patrick Timsit.

LES PLUSLES MOINS
♥ Des dialogues savoureux
♥ Des seconds rôles réussis
♥ Le duo Brel / Ventura
⊗ Rythme en dents de scie
L’Emmerdeur d’Edouard Molinaro est une comédie drôle et attachante. Même si le film est connu de tous via ses multiples rediffusions à la télévision, il n’en demeure pas moins toujours agréable à regarder grâce à son duo d’acteurs aux petits oignons.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Outre le remake de 2008, il existe également un remake américain sorti en 1981 et appelé Victor La Gaffe (Buddy Buddy en VO), réalisé par Billy Wilder, avec Jack Lemmon et Walter Matthau.
• A sa sortie en France, L’Emmerdeur a réalisé 3 354 756 entrées.
• Le metteur en scène Edouard Molinaro joue le barman dans le café. Lors d’une scène du film, on peut le voir tenir un disque de Jacques Brel entre les mains.


Titre : L’Emmerdeur
Année : 1973
Durée : 1h30
Origine : France
Genre : Quel casse burne !
Réalisateur : Edouard Molinaro
Scénario : Francis Veber

Acteurs : Lino Ventura, Jacques Brel, Caroline Cellier, Jean-Pierre Darras, Jean Franval, Pierre Collet, Arlette Balkis, Jean-Louis Tristan, Xavier Depraz, André Valardy

 L'emmerdeur (1973) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
17 octobre 2020 13:30

“Bien entendu, il doit y avoir une part de nostalgie là-dedans”
Non c’est une très bonne comédie je l’ai vu pour la première fois il y a quelques années et ca fonctionne super bien aujourd’hui. Après faut pas etre allergique au cinéma a l’ancienne.
Il parait que Lino a été super dur a convaincre il voulait pas faire de comédie. Et même après le tournage il disait que ca allait pas du tout marcher.

Feroner
Administrateur
17 octobre 2020 13:37

Il y a toujours ce problème de commentaire qui ne s’affiche pas.
La par exemple il y écrit zéro commentaire alors que je vient d’en poster un.
Même des fois la dernière critique disparait et réapparait. Dès fois je laisse un com sur la nouvelle et quand je revient sur la site plus tard dans la journée pour voir si on a répondu il n’y a plus rien ni com ni critique.
Ca doit être pour ca que DAV a laissé 3 fois le même com sur Alive.

John Roch
Administrateur
Reply to  Feroner
17 octobre 2020 21:30

Perso ça me fait le coup quand je vais sur le site en ayant cliqué via le facebook de DSR. Sinon tout roule.

Faze
Faze
Reply to  Cherycok
18 octobre 2020 2:14

Je confirme , un coup de j’actualise la page et miracle tout apparaît ! 😉

Sinon comme Fero , découvert ce film il y a moins de 10 ans et je me suis bien amusé , un classique de la comédie française.
Donc nulle besoin de nostalgie pour s’éclater devant.

Rick
Administrateur
Reply to  Faze
21 octobre 2020 5:33

J’ai aussi parfois ce souci sur mon ordinateur, et je dois actualiser la page pour que les commentaires voir le dernier article n’apparaisse.