[Film] Double Dragon, de James Yukich (1994)


Los Angeles 2007. Après le dernier tremblement de terre, “The Big One”, la ville a été submergée et les tours du centre-ville sont au bord de l’océan. La nuit, la ville rebaptisée “New Angeles”, devient le territoire de gangs qui s’affrontent. Le jour, elle est entre les mains du diabolique Koga Shuko. Riche et dangereux, il possède la moitié d’un antique médaillon chinois doté de pouvoirs surnaturels. Seuls Jimmy et Billy, deux adolescents orphelins, ont la possibilité de faire échouer Shuko car ils détiennent… le morceau manquant du Double Dragon. C’est le début d’une aventure folle et survoltée…


Avis de Cherycok :
Lorsque je me suis lancé dans Double Dragon, je connaissais très bien la réputation du film. Je savais que j’allais voir une bousasse mais, que voulez-vous, curiosité malsaine, envie d’auto-flagellation, je ne sais pas mais j’avais envie de le voir. Peut-être parce que j’étais fan des trois opus sortis sur NES et de celui sorti sur SNES, allez savoir. Une chose est sûre, c’est que même s’il m’avait fait peur à l’époque, il est maintenant vu avec l’idée que j’avais bien fait de ne jamais louer cette bonne grosse daube. Car je peux l’affirmer sans trembler des genoux, ce Double Dragon figure parmi les plus mauvaises adaptations de jeux vidéo que j’ai pu voir. Et j’en ai vu un paquet. Certains diront qu’elles sont toutes plus ou moins mauvaises. On ne peut pas leur donner tort. Mais celle-là, elle atteint des niveaux de nullité stratosphériques.

Ah, les adaptations de jeux de l’époque… La première question, c’est pourquoi ils ont autant cherché à adapter des jeux de baston qui avaient souvent des scénarios qui tenaient sur deux lignes. Surtout quand en plus ils ne le respectent pas et qu’ils cherchent désespérément à créer une histoire souvent complètement pétée pour pas grand-chose. Mais dans l’absolu, ce n’est même pas une histoire de scénario. Il aurait suffi de faire comme en Asie avec les innombrables kung fu polars qui ne brillaient pas par leur scénario mais qui proposaient des scènes d’action soignées. Il n’y a qu’à voir plus récemment un film comme The Raid qui ressemble à s’y méprendre à un beat’em all (les jeux Double Dragon sont des Beat’em all) : un scénario simple et convenu, une succession de combats qui montent en puissance pour arriver à un final dantesque. Mais nous sommes aux States, pas en Asie, et même si les réalisateurs de Hong Kong commençaient à arriver en masse aux U.S.A. par peur de la rétrocession, ils ont préféré confier la réalisation de cet étron galactique qu’est Double Dragon à un certain James Yukich, nom qui ne dira rien à personne puisqu’il s’agit de son seul long métrage, le reste de son impressionnante filmographie étant composé de vidéoclips, de téléfilms et autres documentaires. Un réalisateur qui soit aura eu les poings liés par les producteurs, soit aura fait preuve d’absolument aucun talent tant cette entreprise est foireuse du début à la fin et sur tous les points. La mise en scène est inexistante, avec des cadrages souvent bien foireux et des éclairages aux fraises. Et puis que dire des CGIs… Les gars, quand on n’a ni les sous, ni le talent, on laisse les CGIs là où ils sont, surtout en 1994. Ce sont les maquillages dans l’ensemble qui sont ratés, avec une mention très particulière pour le sbire bodybuildé à l’extrême qui ne ressemble à rien. Clairement, quand on voit le résultat, pas étonnement que le film se soit planté au box-office, n’arrivant même pas à rentabiliser un tiers de son maigre budget de 8M$US. Pas étonnant que le film ait mis plus de 2 ans avant d’arriver chez nous.

Cette adaptation ne conserve absolument rien des jeux dont elle s’inspire si ce n’est les deux protagonistes principaux. Même sur ce point-là, elle se rate dans le sens où, autant Mark Dacascos (Only The Strong, Crying Freeman) a plusieurs fois démontré ses talents martiaux sans aucun souci, autant Scott Wolf (les séries Nancy Drew et Night Shift) n’a rien à foutre ici, peinant à bouger sa gambette et se contenant de faire le pitre du début à la fin. Et puis c’est un comble d’avoir si peu de bastons pieds/poings lorsqu’on adapte un beat’em up. Le film est plutôt rythmé, mais on aura bien plus de courses poursuites (voitures, bateaux) et de moments nawaks ratés que de combats à mains nues. Ces derniers sont de toute façon à côté de la plaque. Autant on a quelques cascades vaguement sympathiques, autant les bastons sont molles, lentes, filmées avec les pieds. Et les quelques beaux coups de pieds de Dacascos n’y changeront rien. Rien d’étonnant, à un moment, de les voir péter une borne d’arcade Double Dragon, un peu comme s’ils disaient qu’ils n’en avaient rien à caguer du matériau de base et qu’ils faisaient ce qu’ils voulaient. A la limite, pourquoi pas, mais tu as intérêt à être bon sur le « faisaient ce qu’ils voulaient », et là ce n’est clairement pas le cas. L’humour est au ras des pâquerettes, avec des blagues dignes d’un enfant de huit ans, même chose pour les gags -on sent qu’on est sur un film pour les jeunes ados- et les dialogues sont dans l’ensemble tout bonnement lamentables. Citons également des clichés à la pelle, des idées risibles, des incohérences et des faux raccords pour un résultat encore plus exceptionnellement bâclé. Ajoutons à cela un Robert Patrick (Terminator 2, Zero Tolerance) affublé d’une coupe de cheveux ridicule à mi-chemin entre Desireless et Cruella qui ne vous fera plus jamais voir le T-1000 comme avant et vous obtiendrez un étron intergalactique même pas rigolo au deuxième degré. Pour un amateur de nanar comme moi qui aime se marrer devant des mauvais films, difficile de prendre son pied sur ce Double Dragon qu’on rangera directement à la poubelle, après avoir pété la galette en petits morceaux et avoir sauté à pied joints sur le boitier du DVD/BR.

LES PLUSLES MOINS
♥ J’ai rigolé une fois je crois⊗ La mise en scène
⊗ Les dialogues
⊗ Les CGIs et les maquillages
⊗ Scott Wolf, insupportable
⊗ Adaptation ratée
Note :
Vous trouviez que les films Super Mario Bros (1993) et Street Fighter (1994) étaient des mauvaises adaptations de jeux vidéo ? C’était sans compter sur leur très sérieux concurrent Double Dragon (1994) qui en 1h36 arrive à les faire passer pour des presque bons films.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Lors du combat final, Linda Lash (Kristina Wagner) demande à Marian (Alyssa Milano) “et maintenant, qui est le boss ?” (Now who’s the boss?). Un peu plus tard, Marion dit à Lash qu’elle a de la chance, en général elle envoie les gens à l’hôpital (You’re lucky, generally I put people in the hospital). Les répliques sont des références aux débuts des deux actrices, Alyssa Milano ayant débuté dans Madame est servie, dont le titre original est Who’s the Boss?, tandis que Kristina Wagner a passé la majeure partie de sa carrière d’actrice (depuis 1984 jusqu’à aujourd’hui) dans Hôpital central.
• La poursuite en bateau a été filmée sur la rivière Cuyahoga, dans le nord-est de l’Ohio. Elle se termine par une explosion qui a nécessité 700 gallons d’essence combinés à 200 gallons d’alcool. Malgré les avertissements diffusés la veille sur plusieurs chaînes d’information, l’explosion a provoqué la panique des habitants de Cleveland, qui ont passé 210 appels téléphoniques aux services d’urgence en dix minutes.
• Alyssa Milano et Scott Wolff ont commencé à sortir ensemble pendant le tournage de ce film et se sont ensuite fiancés, mais la relation n’a pas duré et le couple a fini par se séparer.
• L’acteur Robert Patrick a déclaré : “C’est un film que j’ai fait et dont je pensais, sur le papier, qu’il pourrait vraiment marcher. Ça n’a pas si bien marché que ça. … Il y a des aspects amusants dans ce personnage, et c’était une expérience assez libératrice d’être drôle et d’essayer d’être menaçant en même temps. Je suis fier de ma performance. C’est une performance assez extrême. Oui, et j’ai pu travailler avec Scott Wolf, Mark Dacascos, et Alyssa Milano”.


Titre : Double Dragon
Année : 1994
Durée : 1h36
Origine : U.S.A
Genre : Ils ont joué au jeu ?
Réalisateur : James Yukich
Scénario : Paul Dini, Neal Shusterman, Michael Davis

Acteurs : Scott Wolf, Mark Dacascos, Robert Patrick, Kristina Wagner, Alyssa Milano, Julia Nickson, Nils Allen Stewart, Henry Kingi, John Asher, Leon Russom

 Double Dragon (1994) on IMDb


0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
John Roch
Administrateur
13 juillet 2021 9:11

Je n’ai quasiment plus de souvenir de la chose, et vu ce que tu en dis je ne suis pas prêt de le revoir ^^

Tiens, j’ai retrouvé une interview de Dacascos ( mad movies 100) ou il explique qu’ il a été recruté à la va vite, qu’il a découvert les jeux juste avant le tournage. Il explique que les producteurs n’ ont pas sû cibler un publique en particulier ( ce qui pour lui est la raison de l’ échec du film) , et que le réalisateur ne savait pas ce qu’il faisait, et que le scénario était incompréhensible et visiblement incomplet.

Faze
Faze
Reply to  Cherycok
14 juillet 2021 1:23

Très mauvais film en effet … reste la vision du future typiquement années 90 qui peux faire sourire … de temps en temps.

C’est maigre !

Feroner
Administrateur
14 juillet 2021 15:27

La tronche et les costumes de Dagascos !!!