[Avis / Sortie Ciné] Vengeance, de Johnnie To

Titre : Vengeance
Année : 2009
Durée : 1h40
Origine : Hong Kong
Genre : Polar, action
Réalisateur : Johnnie To

Acteurs : Johnny Hallyday, Sylvie Testud, Simon Yam, Anthony Wong, Lam Suet, Maggie Siu, Felix Wong

Synopsis : Francis Costello, aujourd’hui cuisinier mais ex tueur professionnel, va à Hong Kong afin de venger sa fille et sa famille.

Avis de Slimdods : Nombreux sont les adorateurs de Johnnie To, réalisateur virtuose qui a su prendre la place de John Woo sur le terrain du polar urbain HK grâce à quelques films, comme The Mission encensé un peu partout, le divertissant Fulltime Killer et surtout sa saga mafieuse comprenant Election et Election 2, polars mêlant des enjeux politiques et règlements de comptes dans un réalisme saisissant. Nombreux sont aussi les déçus de ses derniers films, Exiled en tête, cause d’un Johnnie To qui à tendance à se regarder un peu trop filmer, à montrer au monde à quel point son cinéma est unique dans le genre. J’aime beaucoup Exiled, mais c’est vrai, il se la pète le bougre. Alors, quand il annonce qu’il va réaliser un polar purement HK avec un français loin d’être inconnu chez nous, que ce soit sur la scène musicale jusqu’au guignol de l’info, il y a de quoi frétiller de joie, non sans une once d’appréhension.

L’image de Johnny Hallyday en France est délicate : on se fout de sa gueule à cause de sa diction unique et de sa boîte à coucou, on aime sa musique où pas, on suit sa vie de star médiatique où pas, Optique 2000, ect … mais Johnny reste Johnny, une personnalité qui a su passer les générations sans frémir, qui en ce moment entame une tournée d’adieux et qui n’a absolument aucun égal aujourd’hui en France. Chacun à sa propre image de Johnny et pour apprécier Vengeance, il est obligatoire de se faire violence et d’oublier, le temps du film, cette image bien où mauvaise (attention, ce n’est pas facile). Pendant la séance, la démarche de Johnny, son style et même sa diction ont provoqué des rires bien énervants (souvent injustifiés mais pas toujours malheureusement, j’y reviendrais) pour quiconque essaye de rentrer dans l’ambiance … Bon courage.

Vengeance est donc bien un film de Johnnie To : Les mêmes gueules, la même réalisation virtuose m’as-tu vu comme je suis balèze, les mêmes thèmes abordés, les mêmes fusillades que Exiled, ça fait quand même beaucoup de similitudes pour un film. Et on en vient tout de suite au gros problème de Johnnie To : son cinéma commence à réellement tourner en rond. La première partie du film se révèle pourtant assez plaisante, avec une superbe rencontre entre le trio HK Anthony Wong / Gordon Lam / Lam Suet et Johnny, une rencontre de poseurs certes, mais à l’ambiance magique. Une amitié virile nait entre ces quatre là, et dans ce contexte, la première partie du film se révèle très plaisante, avec un soupçon de naïveté maîtrisé (comme dans Exiled tiens). Johnny y est caricatural mais l’icône qui nait en face de nos yeux fait assez sensation : il a du style Johnny Halliday et Johnnie To le magnifie. On y croit encore à cette vengeance donc, mais le film va se perdre dans une complexité qui va faire perdre toute crédibilité au film.

Johnnie To et son copain Wa Kai Fai ont été beaucoup trop loin : une limite a été franchise avec Vengeance, contrairement à Exiled (bon, en faîtes si, souvenir de la canette !) mais la magie opérait totalement dans ce dernier, notamment grâce à des personnages esquissés avec ce qu’il faut de naïveté et de crédibilité pour y croire. Ici, le personnage de Costello joué par Johnny Halliday est rendu beaucoup trop complexe (il a une mémoire de poisson rouge) et le ridicule de certaines situations en fera sourire plus d’un (voir la scène de la plage et de la pleine lune, sortie tout droit d’un film d’épouvante, totalement à l’ouest le To sur ce coup là). Johnnie To s’est emmêlé les pinceaux sur ce coup, et ce conte pour adulte n’atteint jamais le seuil de crédibilité escompté. Puis merde, cette histoire de vengeance ne nous fait pas vibrer et c’est là le gros problème du film : on ne ressent aucune compassion pour le personnage de Costello, Johnny étant assez inexpressif en général. Bref, le générique de fin arrive sans émotion … quel dommage !

Mais le film nous permet aussi d’assister à des fusillades toujours aussi virtuoses. Bien introduites la plupart du temps, ces séquences explosent la rétine par des plans toujours aussi magiques et un montage stylé à la limite de la lisibilité. Ralentis dans tous les sens, poussières de sang, étincelles par milliers : Johnnie To nous offre un spectacle absolument grandiose. Il ose même quelques idées surprenantes, comme cette fusillade qui s’amuse à rendre la Lune source de lumière unique aux yeux de nos tireurs (même si c’est un peu brouillon) où encore cette séquence de guerre entre les deux clans aux abords d’une déchèterie ! Les fusillades de la fin du film sont absolument dantesques, mais souvent déjà vus ailleurs dans la filmographie de Johnnie To, et on en revient toujours au même problème, il tourne en rond le To. Même si le tout s’avère réellement impressionnant, c’est dommage de voir que le bonhomme se recycle, s’auto-remake dans une proportion qui semble totalement lui échapper. Le pire, c’est qu’il se copie sans s’améliorer, avec par exemple le même traitement pauvre des femmes, (pauvre Sylvie Testud, tu souffres et on s’en balance) où encore le personnage de Simon Yam, qui dans Exiled était à la limite du cabotinage mais qui y atteint ici un degré absolument insupportable (et pourtant, j’adore cet acteur). L’écœurement n’est pas loin, alors attention monsieur To, ressaisis toi !

Vengeance n’est donc pas le chez d’œuvre attendu. Il se révèle juste honnête pour quiconque cherche un bon film de gun, poseur et démonstratif à l’image, avec un score musical assurant le minimum tout en manquant d’homogénéité. Ne cherchez pas d’émotion ni d’originalité, à part bien évidemment par la présence de notre Johnny national qui a tout de même de la gueule. Une déception tout de même, une régression même de la part de Johnnie To pour un film qui reste tout de même un divertissement assez honnête.

Note : 6/10

slimdods

Rejeton Hkmaniak-O-dépressif, je suis le vrai « Bouffe tout » de la famille : du polar urbain sérieux à la comédie kitsh, du Kaiju-eiga au Wu Xia Pian volant, aucun genre n’est épargné par ma faim. D’ailleurs, j’ai un faible pour l’anticonformisme assumé et mon Tsui Hark d’époque me manque énormément. Heureusement que mon Baby Godzilla est réconfortant !

Les derniers articles par slimdods (tout voir)

11 Comments

Add a Comment
  1. Salut,

    J’ai vu le film hier soir et, je suis en totale adéquation avec ta critique : moi aussi je trouve que ça ressemble trop à exilé (qui malgré ce que tu disais plus haut est mon To préféré) mais sans lui arriver à la cheville une seule fois. Comme toi je trouve que Johnny est inexpressif. Quant à la scène de la prière sur la plage… mon dieux… quel choque, je m”tait retenu jusque là (même pour le : “c’est quoi venger” ptdr), mais la scène de la plage m’a achevé j’était plié en deux tout comme le reste de la salle.

    Bref un film à oublier de toute urgence, c’est pas avec ça que To va percer le marché français.

  2. Justement, Johnnie To a tout à gagner sur ce film sur le marché français. Rappelons qu’en France il y a au moins 20% de fans de Johnny, 20% de “je suis pas fan mais j’aime bien”, sans oublier les 15% de sosies qui peuplent ses concerts. J’ai une aversion illimitée pour le personnage et le chanteur mais j’avoue que le projet attise ma curiosité. Sans aucun doute, ce sera le meilleur résultat pour To dans l’hexagone.
    Après, un film comme Exiled (que j’assimile volontier à de la masturbation chez Johnnie To) me gonfle … Je préfère la fraîcheur d’un executioners, d’un Lifeline ou encore d’un The Longest Nite.

  3. Perso, si j’etais un novice du ciné asiatique et que j’allais voir ce film par curiosité du fait de la presence de Johnny, c’est pas ce film qui m’aurait aider à apprécier ce ciné. Certes ce sera evidement le meilleurs chiffre commercial pour To, mais ça ne sera pas son film le plus apprecié ici!

  4. Si le fan de Johnny avait bon goût je crois que ça ce saurait depuis le temps.

  5. Slimdods,
    Je voulais juste réagir par rapport à ton excellente critique (faut encore que je vois le film, mais au moins ta critique donne envie de faire son propre avis pour le meilleur et pour le prie !!  ;  p  ) et par rapport à ta remarque, comme quoi Johnnie To tourne en rond.
     
    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi.
     
    Johnnie To exploite un FILON; Johnnie To s’encroûte.
     
    Il ne faut pas oublier, que c’est avant tout un homme d’affaires avisé (et pour l’avoir côtoyé à plusieurs reprises, je peux en témoigner personnellement, même si c’est tout à son honneur); qu’il l’a toujours été, même si son travail est très certainement de meilleure qualité, que de la plupart d’autres réalisateurs (hongkongais) plus bassement commercialistes. Au moins a-t-il pris des risques pour se libérer du carcan des comédies niaises romantiques à la pelle avec Andy Lau et Sammi Cheng pour nous pondre des “Mission” ou “PTU”…
     
    En revanche, en faisant cela, il a petit à petit conquis le marché INTERNATIONAL et a depuis enchaîné des polars semblables (sa vitesse de tournage ne doit pas non plus y être étranger à la répétition de pas mal de motifs et de scènes); “Vengeance” est – pou moi – un pur film “de commande” de ses partenaires étrangers, qui ont dû aimer ses précédents films, y avoir quelque intérêt et lui ont filé un peu de fric pour réitérer ces formules. Ni plus, ni moins.
     
    Maintenant, il a aussi enchaîné – la même année – le cérébral “Mad Detective” (proche, dans le style, d’un scénar’ de-construit à la manière d’un “Running on Karma”), la comédie populaire romantique “Linger” (mauvais, mais où il expérimente pas mal de formules nouvelles pour lui, notamment en tentant – très maladroitement – de donner de l’épaisseur à un personnage féminin) et “Sparrow” (un cas véritablement “à part”, puisque tourné sur une période de plusieurs années et terminé – en toute hâte – sur incitation du festival de Berlin, qui lui a donné les thunes pour ce faire contre la promesse d’une sélection officielle…ahhh…le business)…
     
    Donc, pour moi, Johnnie To “porofite du moment”, mais ne “tourne pas (encore ?!!) en rond”.
     
    ;  p

  6. Et en plus il a pas réalisé THE LONGEST NITE, ah, ah…

  7. Johnny a l’idée de tourner avec la Milkyway…mais John nie tout

    qui croire ?

    Slimdods sans doute ! A force de tourner en rond et / ou de s’oublier en chemin pour privilégier le business (difficile de complètement lui en vouloir), Mr To m’aura quand même (moi et quelques autres je suppose) carrément laissé sur le carreau

  8. A Hero Never Die RULEZZZZZZ ! Et pis c’est tout !
    Sinon, vu Vengeance, et y’a pas à chier, Johnny, même en acteur, je peux pas… Y’a certes quelques bonnes scènes mais pur ma part je le range au rayons des films moyens, que j’oublierais moins vite, contrairement à d’autres qui m’ont bien marqué comme Hero Never die donc, running out of time, PTU, Breaking News (je dois etre un des seuls à avoir adoré ^^), Needing You (une des meilleures comédies romantiques HK pour moi), Lifeline, Loving You, Heroic trio,… tout ca ca m’a marqué, mais tout ce qui est des Exiled, Triangle (enfin, son segment), Running on Karma (mais quelle bouse ce film), et même les Election, ca m’a vraimnt ennuyé plus que autre chose… (j’ai peur de voir the mission tellement j’ai peu aimé Election vu que apparemment sont similaires sur pas mal de points)

  9. Vu Vengeance, j’ai bien aimé, pas le film du siècle, mais c’est très agréable. Principal défaut : ca traine un peu en longueur sur la fin (derniere scène assez naze et complètement inutile, juste là pour nous montrer la deuxième expression de Johnny)…

    Par contre Cherycok, The mission, ca n’a rien à voir avec Election. The mission, c’est une bombe quoi.

  10. Ai vu le film et ai bien aimé, un peu trop lent (comme souvent chez To) mais distrayant, très bien filmé, avec quelques trouvailles naïves et roublardes à la fois, des thématiques sympa (flingues mais aussi bouffe, gosses & Memento… tiens, une idée de titre alternatif ?). Johnny est efficace, même si je préfère l’impeccable Anthony Wong, toujours mon comédien HK préféré (Yam 2ème !). Plutôt bon donc, moins ennuyeux que d’autres To des années 2000 (voire l’un de mes préférés récents avec Breaking News), et tout aussi bien mis en scène. Un bon 6,5/10. J’espère juste que ce virtuose visuel à la DePalma décide enfin à bosser 2 ans sur un seul film vraiment ambitieux (et pas 6), un chef-d’oeuvre technique ultime.

  11. Sinon, j’ai vu VENGEANCE de Johnnie To avec notre Johnnie Halliday national, et je dois avouer que j’ai trouvé ça moyen, voire carrément assez mauvais… Très peu d’intensité, avec des gunfights vraiment très moyens (le gunfight entièrement au ralenti dans la nuit avec les vieux effets de style sur la lune, c’était assez à chier), un Johnny qui joue franchement comme un pitre, des parties du scénario complètement à chier (le coup des 3 tueurs qui deviennent potes avec Johnny… mouais, on y croit moyen quand même).
    Seul point à sauver pour moi, le trio d’acteurs Anthony Wong, Lam Suet et l’autre dont j’ignore le nom.

    Mais franchement, grosse, mais alors très grosse déception… 3 ou 4/10, pas plus.

    Ah oui, et ce vieux sang pourri… Vous saviez que les asiatiques avaient du sang en poudre dans les veines ?…

    (comment ca je poste 3 plombes en retard mon avis lol)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *