[Avis] Mission Impossible, de Joseph Kuo

La « Gold Dragon Sword », une épée convoitée de tous et qui confère un pouvoir à celui qui la possède, a été dérobée. Elle se retrouve entre les mains d’un vieux maître qui est attaqué à son tour et périt lors d’un combat concernant la lutte de l’épée. Il avait cependant caché celle-ci dans un endroit bien secret et la confie à sa fille avant de mourir qui aura pour mission de ramener le précieux à l’empereur… Mais la route vers le palais de ce dernier sera semée d’embûches.

Avis de Supavince :
Avis aux amateurs de grands films épiques old school et des nostalgiques de L’hirondelle d’or! Mission Impossible mérite sûrement votre attention et suscitera à coup sûr votre intérêt! Mission Impossible?! Non, non, non ! Point de Tom Cruise ici ni d’explosion d’hélicoptère accroché à un train dans un tunnel, nous sommes bien en présence d’un Wu Xia Pian bien troussé avec une touche de fantastique.

 

Ne vous attendez toutefois pas à des combats chorégraphiés style Yuen Woo Ping ou les highkicks seraient légions. Non. Mission Impossible a été tourné en 1971 et les combats sont plutôt terre-à-terre (quoi que…). Mais quand le rythme va, tout va! Les échanges de sabre sont en nombre et suffisent à étancher notre soif en termes d’action. Une hype certaine vient même s’emparer des personnages, tant chez les héros bien stylés que chez les vilains utilisant des armes toutes plus différentes les unes des autres.

A l’instar de Come Drink with Me (L’hirondelle d’or) où la gente féminine avait la part belle avec Cheng Pei Pei, Mission Impossible met également au premier plan une femme, Sin Fan, interprétée par l’actrice Ching Li, une sorte de Wonder Woman qui fait trépasser sans problème ses opposants. Le parallèle avec Come Drink with Me ne s’arrête pas là puisque les deux films partagent le même bad guy pour affronter notre héroïne, à savoir l’acteur Chen Hung Lieh, habitué à endosser le costume de méchant qui lui va comme un gant, grâce notamment à son visage tiré et virant vers l’antipathie, ce qui facilite grandement la chose! Il mettra à mal la mission (impossible?) confié à Sin Fan.

Mission Impossible tient sur un pitch de départ assez classique (une épée légendaire convoitée de tous) mais l’histoire reste néanmoins prenante et assez surprenante, surtout quand le réalisateur se risque à entrer une part de fantastique à son histoire avec l’apparition d’un fantôme (on se demande d’ailleurs quasiment jusqu’à la fin du film si s’en est vraiment un). A première vue, ça pourrait sembler casse-gueule, les moyens dédiés aux effets spéciaux pour l’époque ne permettaient pas d’en mettre plein la vue. Mais l’intelligence de Joseph Kuo aura été justement de les réaliser avec sobriété, ce qui lui aura permis de ne pas trop tomber dans le ridicule, même si forcément, en regardant 40ans en arrière, on s’amusera à apprécier ses effets avec un œil curieux et nostalgique. Voir un personnage qui allonge son bras de 5m à la façon d’un Mr Fantastic est drôle, la scène de vieillissement accélérée du visage d’un personnage l’est tout autant. Les scènes de fantômes quant à elles sont plutôt bien maîtrisées.

Au début des années 70, le studio Shaw Brothers avait les moyens pour faire des grands films et ce Mission Impossible a tout d’une grande épopée épique et fantastique. Une aventure trépidante qui ne se laisse que légèrement attaquer par le poids des années… Encore un film injustement oublié par les éditeurs dvd. Il faut se tourner vers la Ziieagle box pour pouvoir l’apprécier de façon décente ou bien se contenter de la version vhs d’époque qui a quelque peu souffert… Une belle découverte!

 

Titre : Mission Impossible / 劍女幽魂
Année : 1971
Durée : 1h36
Origine : Hong Kong
Genre : Wu Xia Pian fantastique

Réalisateur : Joseph Kuo

Acteurs : Ching Li, Chen Hung-Lieh, Chiang Nan, O Yau-Man, Su Chen-Ping, Ma Kei, Yee Yuen, Ngai So, Tsai Hung, Yuen Sam, Law Bun, Lui Jun

 


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
I.D.
25 octobre 2012 11:57

Toujours sympa de se zieuter un p’tit wu xia pian old school et encore mieux lorsque c’est une héroïne qui tient le haut de l’affiche ! 😉