[Film] 10 Cloverfield Lane, de Dan Trachtenberg (2016)

Une nuit, Michelle est victime d’un accident de voiture, elle se réveille enchaînée dans un bunker avec deux hommes, Howard et Emmet. Ils lui affirment qu’ils lui ont sauvé la vie « d’une catastrophe à échelle mondiale ». Ayant du mal à les croire, Michelle décide de s’enfuir par tous les moyens.


Avis de Rick :
Développé dans le plus grand des secrets, 10 Cloverfield Lane n’est pas une suite, ni même une préquelle, mais se déroule tout simplement dans le même univers que le premier Cloverfield, qui datait de 2008. Le même univers oui, mais plus de found footage ou de science fiction ici, mais un huis clos dans une cave, entre trois acteurs. Oui, ça change radicalement. Et à ma grande surprise, 10 Cloverfield Lane, titre reliant à la fois le film à l’original mais étant aussi l’adresse où il se déroule, fut une réussite. Un film tenant sur les épaules de ces deux acteurs principaux, excellents, et permettant à la tension de s’installer. Notre personnage principal, Michelle, est victime d’un accident de voiture. À son réveil, elle est attachée dans une cave. Non, pas de torture porn ou de rape and Revenge ici, loin de là. Son tortionnaire, ou plutôt sauveur, lui annonce qu’une catastrophe a eu lieu, que l’air est contaminé là-haut, et que leur seule chance de survivre est de rester là, dans cet abri. Michelle va bien entendu avoir du mal à le croire, et avec un autre personnage, va tenter par tous les moyens de s’évader et de rejoindre la surface. Classique sur le papier, huis clos, nombre de personnages restreins, de pièces restreintes, 10 Cloverfield Lane avait tout du projet casse gueule. Surtout qu’il est donc rattaché à Cloverfield, alors que le premier jet de son scénario n’avait rien à voir.

10cloverfieldlane06

Mais les miracles existent, et 10 Cloverfield Lane est un huis clos très efficace, mené par deux grands acteurs. Mary Elizabeth Winstead dans la rôle de Michelle tient clairement le film sur ses épaules, et trouve enfin un rôle à la hauteur de son talent, et surtout, un film intéressant et suffisamment commercial pour se faire remarquer (car Faults c’était excellent mais ça passe inaperçu, et les films genre The Thing, c’est mauvais). Face à elle, on retrouve John Goodman tout simplement excellent, nous faisant douter en permanence de ces intentions, avec un jeu subtil, tour à tour pouvant être votre meilleur ami avant de vous faire flipper par une phrase à multiples interprétations ou un regard qui peut vouloir dire beaucoup de choses. L’horreur du premier opus, avec ce monstre géant qui attaquait New York, est donc remplacée par une horreur qui a un visage beaucoup plus humain, nous faisant clairement oublier le produit que l’on était censé voir au départ. Et ça, c’était un pari risqué, et encore plus casse gueule que de vouloir faire un huis clos. 10 Cloverfield Lane débute comme un banal film, avant que l’élément déclencheur n’amène le huis clos, puis nous offre une dernière partie, certes semblant un peu plus artificielle, mais venant rattacher le film à son prédécesseur.

10cloverfieldlane09

Pour sa première réalisation, on pourra même dire que Dan Trachtenberg a fait de l’excellent boulot, réussissant à rythmer son métrage, et à laisser les trois acteurs principaux (nous avons, outre Goodman et Winstead, John Gallagher Jr.) s’exprimer et instaurer leur propre rythme au métrage, plutôt que d’accumuler les plans et coupes au montage. Ils sont aidés il faut dire par un scénario plutôt bien ficelé et qui sait parfaitement quand il faut lancer de nouvelles informations, des rebondissements, semer le doute, ou enfin faire bouger les choses. Pour peu que l’on rentre dedans, 10 Cloverfield Lane se fait passionnant et extrêmement bien mené, tout en laissant une place très importante à la suggestion. Car le tout n’est pas de savoir ce qu’il se passe à la surface, ou de voir trois personnages s’entre-tuer, mais de savoir si ce que Howard (John Goodman) raconte est vrai ou non. La dernière partie du métrage, forcément plus démonstrative donc, et reliant le métrage au premier Cloverfield, fonctionne un peu moins bien, tout en gardant une certaine cohérence avec l’ensemble de l’œuvre, mais en délaissant néanmoins son concept si claustrophobique. Malgré tout, 10 Cloverfield Lane est une réussite, où l’on ressort agréablement surpris.

10cloverfieldlane11

LES PLUSLES MOINS
♥ Une bonne tension
♥ Excellente maitrise du seul environnement du film
♥ Trois très bons acteurs
♥ Bonne psychologie
⊗ Un final plus démonstratif, bien que plaisant
Très bonne surprise que ce huis clos, bien écrit et mettant en avant des acteurs à fond dans leurs rôles.

10cloverfieldlane17



10-cloverfield-laneTitre : 10 Cloverfield Lane
Année : 2016
Durée : 1h44
Origine : U.S.A.
Genre : Thriller
Réalisateur : Dan Trachtenberg
Scénario : Josh Campbell, Matthew Struecken et Damien Chazelle

Acteurs : John Goodman, Mary Elizabeth Winstead, John Gallagher Jr., Douglas M. Griffin et Suzanne Cryer

 10 Cloverfield Lane (2016) on IMDb


10cloverfieldlane1510cloverfieldlane1810cloverfieldlane21

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

11 Comments

Add a Comment
  1. J’étais a deux doigts d’aller le voir et puis je me suis dis un huis clos dans une cave pas la peine d’aller au ciné pour ca. Je ne savais même pas que c’était vaguement une suite de cloverfield  qui m’avais bien scotché, au ciné et premier found footage pour moi c’est pas plus mal que ca n’en soit pas ce procédé et génial la première fois mais devient vite insupportable.

    je vais me regardé ca ce week end.

  2. Oui je comprend, vrai que si on va au cinéma pour en prendre plein la vue, un huis clos dans une cave, c’est sans doute pas le meilleur choix 🙂

    Je l’avais aussi raté au ciné, mais au final la découverte sans rien en attendre en dvd a été une excellente surprise. J’espère que tu apprécieras.

  3. Un film que je n’ai pas souhaité voir parce que je me fous un peu de Cloverfield. Mais apparemment même sans aimer ni revoir le premier, c’est un film qui peut fonctionner tout seul.
    Je vais donc devoir lui laisser une chance.

  4. Ah d’ailleurs je viens de voir Hidden des Duffer borthers (à ne pas confondre avec les 30 autres films qui s’appellent Hidden ou The Hidden, je parle bien du film des auteurs de la série Stranger things)
    Le point de départ est assez similaire. C’est une famille qui se cache dans un abri anti atomique alors que des “trucs” dehors les traquent. Il est question d’une épidémie, mais on ne comprend qu’à la fin. ça prend un virage auquel on ne s’attend pas et c’est pas mal du tout.

  5. Personne connait Hidden ?

  6. Chaque film Cloverfield n’a quasi rien à voir avec le précédent, donc ça peut se voir indépendamment. Par contre le dernier, Cloverfield Paradox, était très moyen.
    Et non perso je ne connaissais pas, mais bon, comme ça doit se vendre avec un gros “par les créateurs de Stranger Things” et que je ne regarde pas de séries et que la mode sur ça m’a gonflé total, ça me ferait fuir ahah.

    1. Ah non c’est vendu avec rien du tout, j’en ai entendu parler par hasard et y’a même rien d’écrit à ce propos sur le DVD. Le film a été fait avant la série, et c’est un pauvre DTV sorti chez nous à peu près en même temps que la série débarquait et n’avait donc pas encore le succès qu’elle a eu.

  7. Ce film souffre finalement de son titre. Il aurait mieux fait de s’appeler “The cellar” comme c’était prévu au départ.
    Pourquoi je dis ça ? Ben…parce qu’en faisant un lien avec un film de monstre, le spectateur est quasi certain qu’il y a bien un truc dehors et que Howard n’invente rien. Ce qui est un peu dommage quand même…

    Mais sinon le film est très bien, bien joué. Le final dure un peu trop longtemps en effet. Limite le film aurait pu s’achever quand elle constate qu’il y a des vaisseaux dehors. Mais bon j’imagine que le réal ne voulait pas suggérer que son héroïne allait mourir, alors une petite baston supplémentaire et elle fuit vers des rescapés. Moui…bon…ça ne gâche pas le film mais c’était un peu inutile selon moi.

  8. En fait on dirait que c’est un truc fréquent depuis des années, les fins déçoivent souvent, sont plus démonstratives ou partent dans une direction plus musclée pas franchement utile. Sans doute le cahier de charge. Enfin ici, c’est bien différent du reste du métrage plus subtil en huis clos, mais ça se regarde encore.

    1. Ben avec le changement du titre pour le raccrocher à la franchise Cloverfield (qui n’était même pas une franchise avant ce film d’ailleurs…), et cette fin plus démonstrative, on sent en effet comme une ingérence du studio qui a pris un script de huis clos bien fichu et y a raccroché un bout à la fin pour faire plus “film de SF” ou “film de monstre” comme le premier film.
      Le script de base dans l’abri reste très bon pour moi, mais il y a truc qui donne l’impression que ce n’était prévu de finir ainsi à la base. Tout comme le titre qui était différent.

      1. C’est le syndrome de la saga Hellraiser ça 😀 (avec Dimension Films qui prenait des scripts qui n’avaient rien à voir et y rajoutait deux trois éléments pour faire Hellraiser).

        Après, prévu ou non à la base, ça reste divertissant, et en terme de qualité, ça reste bien supérieur au récent The Cloverfield Paradox.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *