[News] L’intégrale des films God of Gamblers confirmée chez Spectrum Films

A peine leur énorme coffret PTU sorti que Spectrum Films pensent déjà à leur prochain gros coffret qui sortira à Noël 2022. L’annonce avait déjà été faite il y a quelques mois mais elle a été confirmé il y a à peine quelques jours : tous les films de la saga God of Gamblers seront bien présents dans ce futur coffret God of Gamblers qui, comme celui de PTU, s’annonce bien fourni. En attendant de connaitre les bonus et de savoir si un livre accompagnera ce coffret (on nous promet plein de surprises donc sait-on jamais), présentons les 5 films de la saga réalisée, scénarisée et produite par Wong Jing (City Hunter, Royal Tramp, Evil Cult) à ceux qui ne les connaitraient pas.


GOD OF GAMBLERS
Année : 1989
Durée : 2h05
Réalisateur : Wong Jing

Casting : Chow Yun-Fat, Andy Lau, Joey Wong, Sharla Cheung Man, Charles Heung, Lung Fong, Shing Fui-On, Ng Man-Tat, …

Alors qu’il s’apprête à affronter un des plus célèbres tricheurs du milieu, Ko chun (Chow Yun Fat), le Dieu du Jeu, est victime d’une mauvaise chute et se heurte le crâne sur un rocher. Il perd la mémoire et est recueilli par un joueur amateur (Andy Lau) qui ne tarde pas à découvrir ses talents de joueur de carte…

Premier film de la saga qui, grâce à son succès phénoménal, a popularisé un sous-genre typique du cinéma de Hong Kong : le film de gambling. Imparfait, certes, mais tout simplement culte.

A noter que le film est sorti chez nous en VHS sous le titre Les Dieux du Jeu.


GOD OF GAMBLERS II
Année : 1990
Durée : 1h44
Réalisateur : Wong Jing

Casting : Stephen Chow, Andy Lau, Cjarles Heung, Sharla Cheung Man, Ng Man-Tat, Monica Chan, Blacky Ko, Shing Fui-On

Alors que Ko Chun, le God of Gamblers, voyage en amérique du Sud et redistribue l’argent gagné à des oeuvres de charité, son élève, le Knight of Gamblers (Andy Lau), revient à Hong-Kong. Il y fait la rencontre d’un jeune homme aux pouvoirs étonnants (Stephen Chow), qui se fait appeler le Saint of Gamblers et souhaite lui aussi devenir l’élève de Ko Chun. Ensemble les deux hommes vont devoir affronter un nouvel adversaire redoutable.

Stephen Chow prend la place de Chow Yun-Fat dans cette fausse suite sorti un an après. Sans doute l’opus le plus faible de la saga mais néanmoins un divertissement très fun devant lequel il est difficile de résister aux pitreries de Stephen Chow.


GOD OF GAMBLERS III : BACK TO SHANGHAÏ
Année : 1991
Durée : 1h56
Réalisateur : Wong Jing

Casting : Stephen Chow, Gong Li, Sophia Fang, Ray Lui, Charles Heung, Sandra Ng, Ng Man-Tat, Sharla Cheung Man

Alors qu’il affronte son ennemi avec son pouvoir surnaturel, le Saint of Gamblers (Stephen Chow) est renvoyé dans le Shanghai des années 30. Là, il y fait la connaissance de son grand père (Ng Man Tat) et d’un richissime homme d’affaire.

Suite directe de God of Gamblers II, ce troisième opus s’éloigne de l’esprit de la série pour devenir une comédie plus classique basée sur les quiproquos, le tout ponctué de quelques gunfights (bien que la scène de fin reste une scène de gambling). Le film est un divertissement très sympathique qui fait passer un bon moment.


GOD OF GAMBLERS RETURN
Année : 1994
Durée : 2h05
Réalisateur : Wong Jing

Casting : Chow Yun-Fat, Tony Leung Ka-Fai, Jacklyn Wu, Chingmy Yau, Elvis Tsui, Charles Heung, Law Kar-Ying

Retiré en France pour y vivre une paisible retraite, Ko Chun (Chow yun Fat), le dieu du jeu, est malheureusement défié par un autre grand maître. Celui-ci lui vole les 18 millions de dollars qu’il devait gérer pour une œuvre de charité et tue sa femme (Sharla Cheung) qui était enceinte. Sur son lit de mort, elle fait promettre à son mari de ne plus se proclamer Dieu Du Jeu pendant un an, ni jouer…

Chow Yun Fat est de retour aux affaires dans ce 4ème opus, que certains considèrent comme le 2ème (occultant au passage les 2 avec Stephen Chow). Un très bon divertissement qui mélange combats aux flingues, humour cantonais avec un Tony Leung Ka-Fai déchainé et des scènes de gambling superbes.

A noter que le film est sorti chez nous en VHS sous le titre L’Arnaqueur de Hong Kong.


GOD OF GAMBLERS 3 : THE EARLY STAGE
Année : 1996
Durée : 1h43
Réalisateur : Wong Jing

Casting : Leon Lai, Anita Yuen, Jordan Chan, Gigi Leung, Francis Ng, Elvis Tsui, Frankie Ng, Moses Chan

Retour sur la vie du Dieu du Jeu, Ko Chun. De 1969 à 1986, de sa jeunesse jusqu’à l’obtention du titre de God of Gamblers.

L’épisode qui revient aux origines, se déroulant avant le premier opus, bien qu’on soit presque dans un remake déguisé. Le casting est entièrement remanié mais l’esprit est toujours là avec des scènes d’action, de l’humour et des scènes de gambling longues et délirantes. Un très chouette divertissement qui clôt la saga en beauté.


Voilà pour les films. Dès que nous en serons plus, comme par exemple si le coffret sera accompagné d’un livre (ou d’un film surprise, qui sait, cette saga a fait tant de rejetons), nous vous tiendrons au courant.

5 1 vote
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
11 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
1 janvier 2022 12:22

Le final de du trois (le Stephen Chow). avec le dieu du jeu Français c’est du délire total j’adore.
T’as écrit GOF OF GAMBLER.

THE EARLY STAGE. Jamais vu ca a l’air cool.

Feroner
Administrateur
1 janvier 2022 13:12

Et bonne année les potos.

Raph
Raph
2 janvier 2022 12:20

Je propose All For The Winner comme 6ème film 😉 (et The Top Bet en super bonus caché) 😀

Feroner
Administrateur
Reply to  Raph
3 janvier 2022 11:50

Il y a aussi le trilogie From Vegas to Macau qui est bien cool avec un troisième opus… J’ai pas les mots.

Feroner
Administrateur
Reply to  Cherycok
3 janvier 2022 14:38

Il va très très loin dans le n’importe quoi et le mauvais goût.
J’ai beau être habitué à Wong Jing et au delire HK la c’était trop pour moi. Jonathan Asia a bien aimé si je me rappelle bien. J’étais pas près.