[Film] L’Héritier de la Violence, de Ronny Yu (1986)


Brandon entretient une amitié de longue date avec Michael. Mais ce dernier ne la mérite pas : il voudrait en effet que sa femme tombe dans ses bras. Il l’accuse même du meurtre d’un gangster du quartier. Brandon est mis en prison. A sa sortie, celui-ci constate que sa femme et son fils ont été kidnappés. Une longue recherche commence…


Avis de Cherycok :
Même si Ronny Yu est connu pour avoir mis en boite le très bon Fearless (Le Maitre D’Armes chez nous) en 2006 et surtout le génial The Bride With White Hair (1993), le reste de sa filmographie souffle quand même le chaud et le froid. On y trouve des bons films, comme par exemple The Saviour (1980) ou The Phantom Lovers (1995), des trucs bien nuls tels que Magic Warriors (1997) ou La Fiancée de Chucky (1998) et tout un tas de films juste sympathiques, qui passent bien sur le moment mais qui ne laissent pas un grand souvenir. Dans cette dernière catégorie, on va s’intéresser à Legacy of Rage, sorti chez nous sous le titre L’Héritier de la Violence, et qui a la particularité de mettre en vedette pour la (presque) première fois le regretté Brandon Lee, fils du non moins regretté Bruce Lee. Legacy of Rage n’est clairement pas un grand film, mais il vaut malgré tout le coup d’œil. Et puis, ça fait un bien fou de se replonger dans le ciné HK des années 80 !

A n’en pas douter, Ronny Yu a voulu tenter un coup avec ce film. Donner le premier rôle au fils de l’artiste martial le plus connu du monde à cette époque, en lui donnant la possibilité de montrer de quoi il est capable, il fallait oser le faire. Surtout qu’ils n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère, allant juste qu’à mettre, sur l’affiche du film, Bruce Lee en filigrane juste derrière de son fils. Avouez que c’est quand même assez putassier, mais dans le Hong Kong des années 80, on osait tout, et c’est aussi pour ça qu’on adore tant ce cinéma. Ronny va même aller jusqu’à reprendre la scène de baston dans la rue de La Fureur du Dragon, où Brandon Lee affrontera Bolo Yeung (Bloodsport, Double Impact) que son père affrontait dans Opération Dragon. Néanmoins, et alors que le rentre dedans aurait pu être bien plus violent, les hommages / références au maître du jeet kune do s’arrêtent là et Brandon Lee va pouvoir exprimer ce qu’il est lui. Ce dernier ne cherche d’ailleurs à aucun moment à faire comme son père. Bref. La première chose qu’on remarque avec Legacy of Rage, c’est qu’il y a du beau monde. Il y a donc Ronny Yu à la réalisation, mais on retrouve Clifton Ko (réalisateur de la saga des Happy Ghost ou encore des It’s a Mad, Mad, Mad World) au scénario, Meng Hoi (acteur mais aussi chorégraphe sur Righting Wrongs, Pedicab Driver ou The Blade) aux scènes d’action, Blacky Ko (acteur / réalisateur / chorégraphe / spécialiste des cascades) pour les courses poursuites, ou encore John Sham (I Love Maria, Yes Madan) à la production. Mais c’est surtout son casting qui est hallucinant, jugez par vous-même : Brandon Lee, Michael Wong, Michael Chan, Shing Fui-On, Kirk Wong, Regina Kent, Ku Feng, Jam Chung, Teddy Yip, Meng Hoi, Ng Man-Tat, Ken Lo, Blacky Ko, Clifton Ko, Ronny Yu et encore d’autres têtes connues du cinéma de Hong Kong. A croire que tous ont voulu participer à ce film qui aurait pu lancer la carrière à Hong Kong du fils de Bruce Lee. Il n’en sera d’ailleurs pas ainsi puisque Legacy of Rage est le seul film HK de Brandon qui partira par la suite aux Etats-Unis où il enchainera les séries B Laser Mission (1989), Dans les Griffes du Dragon Rouge (1991), Rapid Fire (1992), puis The Crow (1994) de Alex Proyas pendant lequel il décéda tragiquement durant le tournage. Petit ange parti trop tôt.

Mais revenons-en à Legacy of Rage. Nous sommes ici dans un pur film des années 80 comme Hong Kong en a produit des masses. Il commence par une scène bien violente, puis va partir sur quelque chose de plus léger, même si on se doute que, vu le titre et la première scène, ça devrait repartir très rapidement dans la violence. Mais le scénario va prendre un peu trop de temps pour développer ses personnages et mettre en place son intrigue. Son écriture souvent maladroite ne le fera jamais se détacher de la masse de productions du genre qui ont vu le jour à cette époque. Il va être question de trahison déboulant sur une vengeance, et vont se mélanger ici polar, drame, romance et univers carcéral. Pas de réelle surprise dans le déroulement, on est dans quelque chose de très classique avec pas mal de facilités (les méchants retrouvent toujours le héros où qu’il soit). Le personnage de Brandon Lee, très charismatique, va être confronté à son ancien meilleur ami incarné par un Michael Wong tout jeune, qui ne parlait pas encore son célèbre mélange de cantonais et d’anglais, mais qui faisait déjà le cake, interprétant à merveille un connard fini. Il est très simple de connaitre à l’avance le déroulement du scénario, mais malgré tout, Legacy of Rage n’ennuie pas car il sait distiller des petites scènes d’action et autres courses poursuites bien troussées ci et là. Il aurait été complètement lambda s’il n’y avait pas eu cette scène finale de 15 minutes virant à l’heroic bloodshed, avec des scènes vraiment impressionnantes (l’explosion du camion, le gunfight à l’élevage de poulets). Ces 15 dernières minutes ont un côté ultra jouissif, avec des cascades qui font bien mal, une mise en scène nerveuse, des plans bien sanglants et du mobilier qui explose de partout. Oui, voir un mec qui tire en sautant avec une uzi dans chaque main, le tout au ralenti, ça continue encore et toujours à être complètement jouissif. Malgré la relative linéarité et l’absence d’originalité de la première heure, force est de constater que ce final vient relever le niveau de bien belle manière.

LES PLUSLES MOINS
♥ Le final excellent
♥ Un casting de fou
⊗ Première partie trop longue
⊗ Aucune originalité
Unique incursion de Brandon Lee dans le cinéma de Hong Kong, Legacy of Rage est une agréable petite série B d’exploitation très typé 80’s. Même s’il y a de fortes chances que la nostalgie vienne contrebalancer les défauts du film, on passe un sympathique moment.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Après la mort de Brandon Lee sur le tournage de The Crow en 1994, le film Legacy of Rage a connu une seconde jeunesse dans les vidéoclubs et à la vente. Certains pays ont même profité de l’occasion pour sortir le film pour la première fois.
• Ronny Yu voulait au départ que le film ait beaucoup plus de scènes martiales. Mais Brandon Lee a insisté pour que ce ne soit pas le cas afin d’éviter toute comparaison avec son père. Ronny Yu dût pour le coup changer pas mal de choses dans le film, dont le final, beaucoup plus heroic bloodshed, afin de surfer sur la popularité du Syndicat du Crime sorti quelques mois plus tôt.


Titre : L’Héritier de la Violence / Legacy of Rage / Légitime Vengeance
Année : 1986
Durée : 1h27
Origine : Hong Kong
Genre : Petit ange parti trop tôt
Réalisateur : Ronny Yu
Scénario : Clifton Ko, Raymond Fung

Acteurs : Brandon Lee, Michael Wong, Michael Chan, Regina Kent, Mang Hoi, Shing Fui-On, Ng Man-Tat, Kirk Wong, Teddy Yip, Ku Feng, Bolo Yeung

 Légitime vengeance (1986) on IMDb


Les derniers articles par Cherycok (tout voir)
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
17 septembre 2020 20:37

“ça fait un bien fou de se replonger dans le ciné HK des années 80 !”
Alors autant j’ai pas la nostalgie des années 80 dans le ciné US, ca me gonfle même carrément autant pour le ciné HK c’est oui oui et oui.
Ca m’a donné envie de le revoir ca doit faire 10 ans si j’ai crois l’article qui parle de la sortie française et qui date de 2009.
Je me souviens surtout du final de malade et que c’était un peut chiant.

Matt
Matt
17 septembre 2020 21:45

“des trucs bien nuls tels que Magic Warriors (1997) ou La Fiancée de Chucky (1998)”

La fiancée de Chucky bien nul ? Je n’aime pas du tout la saga des Chucky que je trouve vraiment ringarde. Mais celui là doit être le seul où au moins je me suis marré^^

Rick
Administrateur
Reply to  Cherycok
19 septembre 2020 22:04

Alors que moi, j’aime beaucoup Chucky 1 et 2, je trouve La Fiancée délirant, mais le 3 je le déteste totalement, je n’ai jamais voulu le revoir pour écrire dessus.

Matt
Matt
Reply to  Matt
18 septembre 2020 21:33

Pour moi Chucky ça marcherait mieux dans un format de type “contes de la crypte” (il y a d’ailleurs des épisodes sur des poupées meurtrières)
En 20min t’en fais le tour. Sur une durée d’1h30 ça devient vite chiant et le ridicule de l’idée ne fait que grandir^^

Faze
Faze
20 septembre 2020 1:48

Un bon gros souvenir d’ado celui là , dont j’ai toujours la vhs Kumite si je dis pas de bêtise …

Un bon film , un gros ventre mou au milieu (même si pas déplaisant et puis j’aime bien les séquences en prison de façon géneral) mais un final bien barbare et jubilatoire ! (mention spéciale au pote à lunette de Brandon , carrément explosif et possédé le petit père)

ps : et pour votre débat , à part chucky 3 qui est vide de tout , j’aime bien cette série de film , sans prise de tête et pleines de punchlines foireuses.