[Film] The Hard Corps, de Sheldon Lettich (2006)


Un vétéran américain ayant été traumatisé par les combats en Afghanistan est engagé par la soeur d’un champion de boxe afin d’assurer la protection de ce dernier. Wayne Barclay a en effet précipité la chute de Singletery, un caïd du gangstarap, il y a de cela quelques années. Aujourd’hui Singletery sort de prison pour bonne conduite, et malgré les apparences il n’a qu’une seule idée en tête : faire payer Barclay… en se souciant peu ou pas des éventuels dommages collatéraux !


Avis de Oli :
Après la très heureuse surprise IN HELL du maître Ringo Lam et, entre autres, le très poussif SECOND IN COMMAND réalisé (c’est un bien grand mot) par Simon Fellows, Jean-Claude Van Damme est retourné auprès de Sheldon Lettich, qui le dirige donc ici pour la quatrième fois. Van Damme aurait sans doute pu faire un meilleur choix (remember THE ORDER) car Lettich est un réalisateur aux manières très anonymes, souvent lourdingues, bref ce n’est qu’un faiseur, parfois honnête mais ça ne va jamais plus loin.

Néanmoins la relation entre les deux intéressés est très forte, leurs carrières respectives étant intimement liées. D’ailleurs Lettich a écrit quelques beaux passages de la filmo de Van Damme (il a participé à l’histoire de BLOODSPORT et réalisé FULL CONTACT). Hélas avec THE HARD CORPS, le gaillard confirme tout le mal que beaucoup pensent de lui : la réalisation est d’une platitude absolue, peinant à insuffler la moindre énergie aux rares combats à mains nues et échouant dans la mise en scène des autres séquences d’action (les gunfights, si on peut appeler cela ainsi, semblent être filmés avec ennui…). THE HARD CORPS déçoit donc, car il n’apporte rien à la carrière de l’intéressé (à part un peu de cash) : il n’améliore pas sa filmo, il ne la démonte pas non plus (Van Damme a fait bien pire). Au niveau acting c’est un peu le même constat : Van Damme se contente du minimum et nous ressert une moue bougonne et taciturne comme trop souvent…

Reste que le mariage improbable d’un vétéran de la campagne afghane avec les plus dangereuses terreurs du gangstarap demeure relativement plaisant car, justement, on ne s’y attendait pas forcément. On a bien évidemment droit à tous les clichés du genre (chaînes en or qui brillent et nanas à moitié nues accrochées aux bras de leurs boss côté gangstarap ; traumatisme post-guerre du Golfe et difficultés à vivre après avoir côtoyé la mort côté vétéran américain). L’intrigue est, de plus, cousue de fil blanc, puisque l’on devine très rapidement tout ce qui va se passer : qu’une idylle va naître, que Van Damme va refaire surface, que le moins méchant des méchants va retourner sa veste, et on voit très aisément venir le traître avec ses gros, gros sabots taillés XXL. Les allergiques à Van Damme peuvent donc oublier ce qu’ils viennent de lire, ils peuvent oublier jusqu’à l’existence même de ce film : ils ne s’en porteront pas plus mal. Les autres pourraient par contre passer un moment tout à fait divertissant devant THE HARD CORPS… d’autant plus que les seconds rôles du film sont plutôt réussis : Razaaq Adoti et Vivica « j’avais une vie et une filmographie avant KILL BILL » A. Fox sont ainsi très convaincants.

LES PLUSLES MOINS
♥ JCVD
♥ Rythme plaisant
♥ Des seconds rôles réussis
⊗ Réalisation plate
⊗ Des combats peu énergiques
⊗ La mise en scène de l’action
Moi je ne me suis pas ennuyé, et ce malgré les très (trop) nombreuses approximations de ce film taillé comme un téléfilm popcorn du samedi soir…

LE SAVIEZ VOUS ?
• DMX avait initialement été signé pour jouer le rôle de Terrell Singletery, mais il a malheureusement été condamné à une peine de prison. DMX a été cité dans FHM : « J’aurais préféré aller en prison de toute façon ».

• Dans une interview accordée à Crave Online, Don Wilson affirme qu’il a non seulement travaillé et présenté le scénario avec le réalisateur Sheldon Lettich, mais qu’il devait également jouer le rôle principal. Wilson déclare qu’il était à la recherche d’un producteur pour financer le film lorsqu’il a appelé Lettich des mois plus tard et a appris que non seulement son rôle avait été remplacé par Jean-Claude Van Damme, mais que le tournage était presque terminé.



Titre : The Hard Corps
Année : 2006
Durée : 1h50
Origine : U.S.A / Angleterre
Genre : Action
Réalisateur : Sheldon Lettich
Scénario : Sheldon Lettich, George Saunders

Acteurs : Jean-Claude Van Damme, Razaaq Adoti, Vivicia A. Fox, Peter Bryant, Ron Bottita, Viv Leacock, Adrian Holmes, Mark Griffin, Ron Selmour, Aaron Au

 Hard Corps: Unité d'élite (2006) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Oli

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
le loup celeste
8 mai 2022 19:57

Si les fights sont mollassons, ce Van Damme dans l’univers du hip-hop reste, grâce à ses personnages, un DTV plutôt agréable à suivre.