[Film] Sting of the Scorpion, de Lee Kwok-Laap (1992)


An Chi, Chou Chien et Lester Chan Cheng Hui sont trois amis d’enfance, récemment diplômés de l’académie de police de Hong Kong, qui se retrouvent affectés au même commissariat. Les deux hommes ont des sentiments pour leur collègue féminine, mais An Chi n’a d’yeux que pour Chou Chien. La tragédie frappe lorsque les amoureux tombent sur une affaire de corruption policière aux proportions internationales…


Avis de Cherycok :
Attiré par la très courte durée, 1h07 générique compris, suite à une pause déjeuner qui a été malencontreusement exceptionnellement raccourcie, je me suis lancé dans Sting of the Scorpion en ignorant tout, du casting à l’histoire en passant par le réalisateur. C’est parfois par un pur hasard qu’on fait de très bonnes découvertes après tout, donc on ne sait jamais. Bon, pour la bonne découverte, c’est râpé, car Sting of the Scorpion est une énième production fauchée comme Hong Kong en faisait tant dans les années 90. Néanmoins, cela reste une sympathique découverte car malgré ses allures, parfois, de série B bas de gamme, ce premier film du réalisateur Lee Kwok-Laap (On Parole 1 et 2, Shanghai Fever) est plutôt agréable à suivre, rappelant par moment le She Shoots Straight (Justice sans Sommation chez nous) de Corey Yuen.

D’entrée de jeu, ça bouge pas mal, avec trois scènes d’action, gunfight + kung fu en moins de 13 minutes. Ces scènes sont courtes, mais nerveuses, avec des échanges pieds / poings plutôt corrects, et même un saut en tirant avec un flingue dans chaque main façon John Woo. Le scénario se met en place, de manière assez classique, avec encore une histoire de flic corrompu qui manigance une grosse affaire et va faire accuser certains de ses collègues, éliminant certaines personnes petit à petit dès qu’il sera soupçonné. Jamais le scénario ne cherche à cacher son méchant, ce dernier est dévoilé dès la première demi-heure, et on passe par les étapes habituelles de ce genre de film. On a donc droit aux personnages qui tournent autour du pot, puis qui rassemblent les preuves, ils interrogent les témoins, ils ont des désaccords, … Le spectateur comprend assez rapidement le fin mot de l’histoire, et les quelques rebondissements, bien que bienvenus, ne surprennent guère. Mais le scénario ne se laisse pas distraire avec des bavardages inutiles et tente de mettre en place des relations entre les personnages, une intrigue qui tient la route et dilue dans tout cela une bonne quantité de scènes d’action.

Sting of the Scorpion va en toile de fond poser la question « Jusqu’où est-on prêt à aller par amour » et va brasser les thèmes de la culpabilité, de la vengeance, de l’amitié, ou encore de la trahison. Mais difficile d’étoffer des personnages en 1h07 génériques compris et d’approfondir l’intrigue et ces thématiques lorsqu’en plus on veut que son film ait pas mal d’action. Du coup, il est vrai qu’on ne s’attache que peu à ces personnages, aussi sympathiques soient-ils, et la mort de certains d’entre eux ne nous atteint pas, alors qu’elle aurait dû. Les acteurs s’en sortent pourtant avec les honneurs. Maggie Siu (PTU, Breaking News) livre une très belle performance, en particulier dans les scènes un peu plus dramatiques ; Anthony Wong, avec son look improbable (cheveux longs permanentés, casquette), arrive à rester sobre tout du long ; et on est content de voir quelques têtes connues telles que Johnny Wang (Le Marin des Mers de Chine 2, Twin Dragons), Helena Law (Bullets Over Summer, Young & Dangerous) ou encore Eddy Ko (The Mission, Les Larmes d’un Héros). Les scènes d’action, assez nombreuses, tiennent plus du polar que du film martial. Leur montage est parfois un peu chaotique, mais la nervosité est là. Elles sont malheureusement constamment trop courtes, peut-être à cause de contraintes budgétaires qui sont sans doute également la cause de ce final un peu trop abrupt et d’une conclusion un peu trop rapide, empêchant le film de rester dans les mémoires bien que, au final, il se laisse regarder sans déplaisir.

LES PLUSLES MOINS
♥ Le jeu des acteurs
♥ Va à l’essentiel
♥ Un scénario correctement construit
♥ Mise en scène qui fait le job
⊗ Final trop vite expédié
⊗ Manque de budget évident
⊗ Au final très (trop ?) classique
Sting of the Scorpion est un petit polar fauché qui arrive malgré tout à être divertissant grâce à un bon rythme, une histoire qui se tient, et un casting efficace. Loin d’être mémorable, il fait le job.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Le film a suffisamment marché au box-office pour qu’une suite soit mise en chantier et voit le film l’année suivante sous le titre Murders Made to Order. Certains acteurs reprennent leur rôle comme Maggie Siu qui va jouer ici un assassin sous couverture.



Titre : Sting of the Scorpion / 蠍子
Année : 1992
Durée : 1h07
Origine : Hong Kong
Genre : Pas si mal
Réalisateur : Lee Kwok-Laap
Scénario : Lee Kwok-Laap

Acteurs : Maggie Siu, Anthony Wong, Lester Chan, Eddy Ko, Helena Law, Johnny Wang, Law Shu-Kei, Leung Jun-Git, Cheung Wing-Cheung, Bruce Law, Cho Chun

 Xie zi (1992) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
7 mai 2022 14:34

La tronche d’Anthony Wong j’adore.

Feroner
Reply to  Cherycok
7 mai 2022 18:01

« une cabine » je l’avais jamais entendu cette expression. C’est Toulousain ou tu viens de l’inventer.