[Film] Ready Player One, de Steven Spielberg (2018)


2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l’OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l’œuf de Pâques numérique qu’il a pris soin de dissimuler dans l’OASIS. L’appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu’un jeune garçon, Wade Watts, qui n’a pourtant pas le profil d’un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant…


Avis de Iris :
A moins que vous ne soyez un enfant-loup ou que vous ayiez passé les derniers mois en ermite dans une grotte, vous avez forcément entendu parler de Ready Player One, le dernier Spielberg, sorti chez nous le 28 mars dernier. Alors vous avez aussi forcément lu tout ce qui avait trait aux multiples références, à l’hommage aux 80’S, etc. Eh bien moi aussi et c’est ce qui nous a poussés à rejoindre les salles obscures alors que le soleil fait son grand retour… Fallait que ce soit bon ! Et je ne vais pas y aller par quatre chemins : c’était bon, c’était très bon, c’était un putain de trip… Amis Geeks, ce film est fait pour vous ! Amis normaux, ce film est un très bon Spielberg !

Que ce soit clair, je n’ai pas lu le livre Player One d’Ernest Cline sur lequel est basée l’œuvre donc je ne m’étendrai pas sur la qualité de l’adaptation, cela soulagera certains je le sais bien 😉. Quoi qu’il en soit, l’auteur étant coscénariste je ne pense pas que l’œuvre ait était trahie, en tous les cas pas sans l’autorisation de son géniteur. D’après ce que j’en ai lu, le livre est plus basé eighties, plus centré sur le jeu vidéo et la musique y est centrale. Le message serait lui aussi quelque peu dénaturé mais l’adaptation n’en souffrirait que relativement. Avis aux fans donc.
Passons donc au métrage vu avec l’œil neuf innocent et naïf de l’ignorante que je suis.
Donc Colombus Ohio, 2045, le monde a changé et la première vision de la vie nous offre un mélange de chaos quasi post apocalyptique où les gens du commun vivent dans des mobil’homes entassés façon immeubles déglingués, cela pose le décor du réel. Car si la réalité semble merdique de prime abord, les humains de tous âges vivent dans une réalité virtuelle qui permet tout grâce aux lunettes 3D sorte d’Occulus Rift du futur : faire du sport, de la cuisine, travailler, parier, danser, faire du pole dance, bref on vit dans le monde virtuel. Et dans ce monde virtuel c’est l’Oasis qui concentre tout : sorte de MMORPG où l’on peut tout faire, créé par James Halliday (toute référence à un rockeur national mort récemment me semble fortuite) et c’est là que tout le monde se retrouve, sous son avatar bien entendu et en toute liberté. Et donc oui, le fondateur de l’Oasis a décidé avant de mourir de planquer un Easter Egg quelque part dans le jeu, à découvrir en résolvant une série de trois quêtes, pour accéder au contrôle de l’Oasis (et de ce fait quasi le pouvoir suprême car qui contrôle l’Oasis contrôle le monde) et aux 500 milliards de dollars d’actions d’Halliday…. Autant dire de quoi mettre un peu de gras de rôti sur les tartines…. Bref pendant 5 ans de nombreux chasseurs d’Easter-egg, les « chasses œuf » ont tenté de valider les quêtes mais aucun n’y est parvenu. Ils se sont lassés et peu de gens continuent de chercher. Wade Watts notre héros essaie toujours et c’est son levelling que nous allons suivre au travers du film.

Et donc à partir de là, place aux multiples Easter Egg que contient le film lui-même car ils sont pléthore et même si je vais en citer quelques-uns, il est également fun de les chercher soi-même (ceci n’est pas une soluce pour mater le film 😉). D’abord les références cinématographiques avec bon nombre de caméos du cinéma des années 80 (mais pas que) avec Freddy Krueger, Jason Voorhes, Gremlins, Chucky parmi les clins d’œil à l’horreur ; Last action hero, Hightlander, les Goonies, Star Wars, Alien, Battlestar Galactica, Star Trek, Terminator parmi celles pour le cinéma d’action et SF, une mémorable immersion dans le Shining de Kubrick absolument géniale et beaucoup, beaucoup d’autres ; le cinéma d’animation avec la moto d’Akira « tronisée », le Géant de Fer, les Gundam ; des références hors années 80 avec Mecha Godzilla, Avatar, Jurassic Park, King-Kong, le personnage de Daito qui est un hommage à Toshiro Mifune acteur fétiche de Kurosawa et Citizen Kane est également bien présent avec la référence RoseBud qui revient sans cesse. Les références aux jeux vidéo maintenant avec un hommage à l’Atari 2600 et ses jeux (Centipède, Pac-Man entre autres), Space Invaders, la Planet Doom (ma préférée !!!), No More Heroes et son clin d’œil à Scott Pilgrimm, Worms et son hommage à la Sainte-Grenade de Sacré Graal, Gears of war, Halo, Street Fighter, Mortal Kombat, Duke Nukem, Overwatch, et tellement d’autres ! Mais le plus bel hommage rendu au jeu vidéo est bel et bien la façon dont l’histoire est narrée, c’est-à-dire comme un MMO (jeu en ligne massivement multijoueurs) où l’on crée son avatar et on le fait évoluer, on le stuff (on l’équipe) soit en gagnant de l’argent virtuel soit en « lootant » (trouvant ou gagnant) des objets cachés et puissants si possibles. On se bat ou suit des quêtes. Bref, on vit cette aventure comme un jeu vidéo et le langage employé y fait sans cesse référence (les joueurs morts « respawn », les persos peuvent crafter des objets, on joue à des FPS, on voit des boss, bref on est dans un jeu), nos amis sont en ligne et on ne connait d’eux que leur avatar. Les gamers se reconnaitront.
Enfin les références aux comics (surtout DC j’avoue) avec Batman, Harley Queens, Superman et même un hommage aux jeux de rôle avec bien entendu le Dungeon Master façon Dungeons et Dragons et on pourrait même voir une similitude avec Shadowrun, autant dans son univers presque post apo que dans sa vision de la mégacorpo IOI et de son leader omnipotent Sorrento, avec sa propre milice et son armée de Sixers, en passant par la force des clans et l’on pourrait même se dire que, quelque part, le monde virtuel est une sorte de Matrice.

L’action est très présente dans ce film et les CGI sont réellement techniquement bien réalisés. Spielberg prouve ici qu’à l’âge de la retraite bien passé il est possible de livrer un film dont les scènes d’action tiennent la route et sont lisibles, y compris lorsqu’elles sont réalisées en numérique. On ne s’ennuie pas une seule seconde durant les tout de même 2h20 de film. La course poursuite en début de film est juste hallucinante et l’immersion est totale, ce qui est à souligner dans un film aussi bourré d’effets spéciaux. L’histoire, elle, au-delà de s’inscrire dans un jeu vidéo, reste une histoire comme sait les ficeler Spielberg, une sorte de saga dans laquelle la force du groupe fera la réussite de chacun. On renoue avec les Spielberg de notre enfance tels que les Goonies ou E.T et, en effet, il n’y aura pas de surprise de ce côté-là. On pourrait regretter que les personnages ne soient pas plus creusés mais sincèrement cela ne gêne aucunement.
C’est frais, ça fait du bien et c’est régressif. Ce qui fait que le film ne tombe jamais dans les travers que d’autres ayant voulu s’essayer au « back to the eighties » ont connus, à savoir jeter en vrac à la gueule du spectateur de la référence pour la référence au détriment de l’histoire, tel que le fiasco du Pixel tant attendu de Chris Colombus.

LES PLUSLES MOINS
♥ Les références
♥ L’action
♥ Le visuel
⊗ Final attendu
⊗ Plutôt axé geek
Ready Player One est comme un bonbon, une madeleine de Proust pour Geek, on passe un moment excellent pour peu que l’univers nous soit familier et qu’on l’aime. Je ne peux me prononcer pour les autres mais l’histoire a de quoi les amener avec elle. Réfractaires à l’informatique ou à la SF s’abstenir en revanche, ce film vous fera du mal 😉.



Titre : Ready Player One
Année : 2018
Durée : 2h20
Origine : U.S.A
Genre : Last regressive action hero
Réalisateur : Steven Spielberg
Scénario : Ernest Cline, Zack Penn

Acteurs : Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn, Lena Waithe, Simon Pegg, Mark Rylance, T.J. Miller, Hannah John-Kamen, Philip Zhao, Win Morisaki

 Ready Player One (2018) on IMDb















Iris

Aime tout ce qui de près ou de loin fait appel à tout sauf au réalisme, fan de SF, tombée petite dans l’Heroïc Fantasy, amatrice de grandes sagas impliquant Elfes, nains et autres trolls, fan de vampirades en tous genres ou de délires Lycanthropiques. Peut se satisfaire de l’esthétique et relativement bon public dès lors que cela ne concerne pas les requins à trois têtes ou la nouvelle vague. Impressionnable en cas de scènes de torture ou d’esprit malfaisant, a parfois besoin de décompresser devant un gros blockbuster décérébrant.

36 Comments

Add a Comment
  1. J’ai littéralement adoré. Certes, toutes ces références de la pop culture ne sont là que pour brosser le geek dans le sens du poil, mais ça a fonctionné à fond sur moi qui suis à la fois mordu de jeux vidéo et de cinéma (avec un côté très nostalgique pour les années 80), et ce depuis les années 80. Spielberg semble se faire plaisir car, ne nous trompons pas, c’est un grand enfant comme certains d’entre nous, et il n’y a qu’à voir son regard sur les photos de tournage pour s’en assurer.
    Alors oui, c’est du film d’aventure à la Spielberg, c’est à dire assez linéaire et prévisible, mais le but recherché est de divertir et de faire plaisir à tout un pan de la population, et pour moi c’est très réussi. Les jeunes d’aujourd’hui qui iront voir se film vont rater une bonne majorité des références car Ready Player One a clairement été fait pour les 35/45 ans ayant grandi avec les début du jeu video, avec le cinéma de genre des années 80.

    L’expérience fut pour moi complètement jouissive et j’aurais aimé que le film dure deux heures de plus. Et putain, quelle mise en scène de fou !

  2. Hehe on est de la même génération ;-).
    Je vais aller le voir!

  3. Je vais plutôt allez voir le film sur l’autre boss des années 80 Pablo Escobar.

  4. Perso….lisez le livre!!! (mais comment que ça fit vieux grincheux!!!^^)

  5. J’ai adoré le livre et j’attendais le film avec impatience et je n’ai pas été déçu!
    Oui il y a plein de passages du roman qui sont zappés (dommage pour la partie sur Blade Runner…) mais il aurait fallu au moins 2 films pour tout faire tenir. Mais effectivement je conseille aussi de lire le livre qui est un vrai chef d’oeuvre.
    J’ai eu la chance de le voir en 4DX dans mon cinéma et la fameuse scène d’intro était juste grandiose! Quelle claque j’ai pris! Je suis redevenu un gosse le temps de quelques heures, j’ai même versé ma petite larme ^^

  6. Le livre ? Punaise, j’ai pas aimé… C’est super mal écrit et bourré de clichés.

  7. Le film est bourré de clichés, volontaires.

  8. Ah ah ! J’étais quasi-certain que le film vous plairait Chery et Iris ! Gagné ! 😉
    Pour ma part, ce film me met face à un dilemme !
    Une partie de mon cerveau me crie :
    -“Mais vas-y Paga, c’est bourré ras-la-gueule de références à tout un pan de ton enfance et de ta jeunesse, tu vas t’éclater !”
    Et l’autre lobe cérébral, beaucoup moins motivé celui-là me dit :
    -“Ouais mais fait gaffe, c’est monté façon MMORPG et t’aimes pas ce genre de jeu…et puis tu vas rien piger au côté réseaux sociaux, monde hyper connecté tout ça-tout ça…tu vas choper la migraine !”
    Alors je ne sais pas quoi faire…help !
    Non, j’exagère bien sûr, mais je suis très indécis..
    Un bon Spielberg ultra référencé, il faut que je le vois, mais, je vais attendre un peu..
    Dommage, je ne le verrai peut-être pas sur grand écran, mais tant pis.

  9. Bo moi je dis « vas y, tu prends pas beaucoup de risques, c’est tout de même une « épopée »

  10. Ca y est je l’ai vu et j’aurais du aller voir ca plutôt que Escobar qui parle Anglais avec l’accent Espagnol.
    Oui c’est du bon divertissement les deux heures vingt passent toutes seules et pas besoin de jouer au MMORPG ou d’être a fond dans les réseaux sociaux pour comprendre tu aurais du y allez Paga car j’ai même pas de compte Facebook et ca m’a pas gêné du tout.
    L’histoire est prenante et je me suis attaché a ces ados (alors que j’aime pas les films avec des ados en général) les scènes d’action sont lisible certes mais un peut trop tournoyante a mon gout un petit peut de découpage ca fait pas de mal et ca permet de faire des cadrages un peut plus recherché.
    Ce film c’est un peut comme Kill Bill mais avec des référence grand public.
    Comme tout le monde trouve ca bien il fallait que je trouve des points négatif.
    Pas très original de mélanger MMORPG et film ca existe depuis un moment en manga S.A.O et LOG HORISON par exemple (oui c’est pas du cinéma).
    Visuellement j’ai trouvé ca très moche, trop criard et kitch dans l’oasis et tout gris dans la réalité, après les indestructible 2 ca fait mal.
    Des incohérences
    Il suffit de mourir une seule fois et on perd tout alors comment ca ce fait qu’il y ai plein de concourant pour la course extrême du début.
    Le post-it dans le fauteuil du boss
    Quand ils piègent le boss en lui faisant croire qu’il est dans la réalité pourquoi il a son apparence normale il peut pas en changer sans le vouloir.
    La moto d’Akira qui fais un bruit de Harley, alors la c’est très très grave.

  11. Alors moi je dois avouer que l’esthétisme me repousse. On dirait du Zack Snyder, tout est bleu/gros, noir, avec plein de lumières épileptiques partout. Ouhlàlà ça ne me fait pas envie du tout. Les scènes d’action on dirait du Batman vs Superman. Je préfère quand il y a d’autres couleurs pour ma part^^
    Et puis bon…j’ai beau être geek (fan de jeux, de ciné, de comics et BD), je ne suis pas tellement attiré par la célébration des références geek. Je préfère juste voir un bon film plutôt qu’un tas de fan service.

    1. justement, c’est un bon film 😉

      1. Hmmm…je sais pas si je suis le bon public alors. J’ai l’impression de voir un jeu vidéo…que je pourrais juste regarder et pas jouer^^ Et moche visuellement.
        Je précise que je n’ai pas vu le film, mais les trailer ne me font pas envie.

        1. Perso, je l’ai trouvé superbe visuellement. Pourtant dans les jeux video, les cinématiques ont tendance à me gonfler…

        2. Sans être pour autant aussi enthousiaste que Chery, je confirme, je l’ai vu récemment, et j’ai beaucoup aimé. Ça nous renvoit à notre jeunesse quand Spielberg faisait et produisait ce genre de divertissement. Visuellement il n’est pas moche, mais il y a un vrai parti prit auquel il faut adhérer il est vrai, et surtout un côté assez facile comme le dit Feroner (la réalité grisée, le monde virtuel coloré, facile).

          Faut le prendre comme un bon gros divertissement, plutôt maîtrisé visuellement (en terme de mise en scène pure, et de direction d’acteurs mais quelques clichés qui se baladent partout).

          Et pourtant le film me faisait peur, car justement la référence pour la référence, c’est un truc que je fuis maintenant, petit raz le bol, mais là ça passe, et certaines références/certains hommages font plaisir.

        3. “la réalité grisée, le monde virtuel coloré”
          Euh…c’est coloré cette teinte bleutée de crépuscule triste ? Moi ça me fait penser à du Snyder.
          Mais bon ok…je lui laisserai une chance si l’occasion se présente. Je ne vais pas courir après pour le voir cela dit.

          1. Fais moi confiance, surtout que je suis le premier détracteur de Zack Snyder, qui déteste absolument tous ces films depuis son premier ahah.

          2. Ah. Bon je verrais alors.
             
            Pour Snyder, j’aime bien Watchmen, mais c’est tout.
            300 je pense que c’est un film bien réalisé mais c’est pas ma came du tout.
            Ses films chez DC c’est une catastrophe.
            Pas vu Sucker Punch, et pas envie^^

            1. L’armée des Morts m’a ennuyé comme pas permis.

              300 j’ai pas tenu en entier, trop de style pour rien.

              Watchmen j’ai tenté, et 3 fois en plus, mais je me suis toujours endormi devant (le fait que je n’aime pas les super héros, ni le style de Snyder, ça n’aide pas).

              Sucker Punch fut une torture de tous les instants…. Et après celui-ci, je me suis juré de ne plus me faire avoir.

              Ceci dit, j’ai vu Justice League, et oui, c’était naze.

  12. Salut les amis. Bon, enfin vu. Pas aimé. Quelques séquences divertissantes malgré tout. C’est vide, les personnages sont vides, le suspense on n’y croit pas une seule seconde, on s’ennuie et on se réveille parfois face à une énième déferlante de CGI. Je ne suis pas déçu, je n’en attendais pas grand-chose. Du coup, je préfère presque le bouquin – pourtant mal écrit. Au moins son univers dégageait quelque chose. Là, c’est fade. Vite vu. Vite oublié.

  13. Tiens coucou Oli, je lisais justement tes derniers articles sur ton blog 😉 Et donc bon 10ème anniversaire haha ^^
    Je me doutais que tu n’aimerais pas le film 😉 Je l’ai perso trouvé très divertissant, après pas sûr qu’il survive au second visionnage (vu que j’aime voir les films deux fois, pour confirmer la bonne impression, ou parfois donner une seconde chance à un film que je juge bancal). Je m’attendais à détester mais non. Tu n’as pas apprécié la séquence “The Shining”? ahah

    1. Merci ! Mais si mon blog a pris 10 ans, ça veut dire que… moi aussi ! Et ça, c’est moins glorieux^^ J’ai bien aimé le passage de SHINING, ça fait partie des “quelques séquences divertissantes” dont j’ai parlé – sans les citer, je ne voulais pas spoiler, mais à cause de toi, trop tard, ah ah ah ! Dans le livre ce n’est pas SHINING, mais un autre film. Et le challenge est différent, plus “otaku”, il faut connaître le film par coeur. Là bon… il faut éviter des coups de hache… Mais oui cette séquence est super.
      Le film ne survivra pas à un second visionnage si tu veux mon avis. Personnages, histoire, enjeux, suspense, interprétation, atmosphère… C’est fade. Même le méchant est nul.
       

      1. Je crois que j’avais créé mon premier site (même pas blog à l’époque, site) en 2005, donc….. ouais ça nous rajeunit pas, mieux vaut zapper les aniv !

        Au moins on s’y retrouve sur cette séquence, que je n’ai pas vu venir. Dans le bouquin, il me semble avoir lu qu’il y avait quelque chose vis-à-vis de Blade Runner non ?

        Par contre oui niveau méchant, un point faible alors qu’ils ont un super acteur. Pas développé, juste méchant pour avoir du pouvoir et de l’argent, manichéen au possible.

        1. (je spoile un peu)
          La grosse séquence qui est passée à la trappe, quelque peu remplacée par celle de SHINING, c’est tout le challenge autour de WAR GAMES. Mais ça peut se comprendre. Ou alors il aurait fallu le raccourcir. Moi j’aurais bien aimé le même challenge que WAR GAMES dans le bouquin (connaître les dialogues par coeur) mais sur plusieurs petits bouts de films cultes à la suite. Dommage qu’ils n’aient pas fait ça.
           

          1. Aaaaah je savais pas, merci de la précision. Je ne l’ai pas vu depuis…. ben ma tendre et innocente enfance ce film, la VHS a souvent tournée en boucle gamin. Mais du coup aujourd’hui j’ai quasi intégralement oublié le film. Il faudrait que je tente de le revoir à l’ocaz tiens.

            1. J’ai le DVD. Il est bien ce film. Certains diront un peu daté parce que c’est clair que le film s’inscrit dans son époque mais il n’a rien perdu de sons suspense et de son message anti-guerre.
              On parle bien du film de John Badham hein ?^^

  14. Ready Player One représente tout ce que j’attends d’un blockbuster hollywoodien. Ni plus, ni moins.

    1. Avec un tel matériau de base et un tel réal, ça aurait dû être plus qu’un simple blockbuster sans âme non ? GOONIES, GHOSTBUSTERS, GREMLINS, JUMANJI, BACK TO THE FUTURE et tant d’autres… Ces films pour petits et grands, ils ont une âme, des personnages attachants. Là, non. Donc OK. Là on se rejoint : c’est juste un blockbuster de plus. Vite vu, vite oublié.
       

      1. Je ne l’ai pas du tout trouvé sans âme, c’est même l’inverse. Il m’a justement rappelé tous les films que tu cites, j’ai ressenti la même chose que lorsque j’ai vu tous ces films cultes de mon enfance.

        1. Etonnant que ca te plaise autant car pour moi c’est un blockbuster dans la moyenne de ce qui ce fait en ce moment, divetissant mais très peut d’idées beaucoup de recyclage et trop long.
          J’aime bien l’acteur principal Tye Sheridan un ado qui a une tronche il était déja très bon dans MUD et JOE deux très bon film.

          1. Pour moi il est bien au dessus de tous les autres blockbusters. Car deja il y a un gros travail de mise en scène. Quand je regarde les derniers Marvel que j’ai vu par exemple (Le dernier Avenger pour ne citer que lui), j’ai trouvé ca visuellement mauvais, avec aucun travail de montage. Le truc, ce n’est pas que je n’aime pas les blockbusters, j’en ai toujours regardé et j’en regarderais sans doute toujours. Juste je ne les trouve pas bon. Les derniers que j’ai trouvé bon, c’est Ready Player One et plus récemment le Mission Impossible 6 dont les scènes d’actions sont excellentes.

  15. Moi je comprends Oli. Je ne l’ai certes pas vu, mais les images ne me font pas du tout envie. 10 minutes avec des vrais acteurs (donc réellement filmées par Spielberg) et tout le reste en film d’animation grisâtre et sombre (parce que le dark, ça se vend bien), avec des scènes d’action qui me donnent l’impression de mater la fin de Batman VS Superman de Snyder…
    Après je me trompe peut être mais l’emballage ne me fait pas envie du tout. Et je m’en fous pas mal des références et de voir des persos de jeux connus faire un caméo de 5 secondes dans un film.

    1. Spielberg parait parfois fatigué. La séquence finale en camionnette (je spoile presque pas), ça fait de la peine. C’est le INCEPTION du pauvre… Au lieu de sublimer le bouquin (qui parfait d’une super idée de base, mais qui peinait à décoller), Spielberg s’est contenté du strict minimum.
       

      1. “C’est le Inception du pauvre” j’irais même jusqu’à dire que c’est le Sucker Punch du pauvre.
        Mais non c’est pas de la provoc …

        1. Ready Player One a une excellente mise en scène. Ce n’est pas le cas de Sucker Punch ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *