[Film] Massacre au Village, de Robert Tai (1983)


Le tigre d’or et ses neuf diables mettent le pays à feu et à sang. Les enfants d’un village voient leurs parents massacrés sous leurs yeux. Recueillis par les moines de Shaolin, ils apprennent le Kung Fu en compagnie d’un jeune garçon courageux qui les a protégés durant leur fuite.


Avis de Cherycok :
Ça y est, je me suis enfin décidé à regarder mon premier film de Robert Tai (Ninja Final Duel), réalisateur connu dans le milieu des amateurs de kung fu bis à tendance Z pour avoir réalisé quelques kung fu fauchés délirants dans lesquels le grand n’importe quoi et le délire visuel permettent de compenser un budget serré. Je me suis donc attaqué à ce Shaolin Chastity Kung Fu, second film du monsieur, sorti chez nous sous le titre Massacre au Village dans une version amputée de quelques minutes, film ne comportant pas encore à 100% la Bob Tai’s Touch mais dans lequel on retrouve déjà la marque de son réalisateur.

Au programme, du fight, du fight, et encore du fight, le tout saupoudré d’un grain de folie permanant. A peine après 5 minutes de film durant lesquelles on nous fait une brève présentation des personnages, on entre directement dans le feu de l’action. Aucune minute de répit, les combats s’enchaînent à une vitesse ahurissante, à tel point qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer une seconde. Neuf bandits vont prendre d’assaut un village pour intercepter un convoi de police qui doit y faire escale dans le but de libérer leur chef. Des moines de Shaolin vont aider les villageois à reprendre possession de leurs lieux. Il faut dire qu’avec un scénario aussi simple, il était facile de placer des combats à tout va. Et c’est dans ces affrontements que réside toute la folie de Robert Tai : des combattants aux tronches hallucinantes à l’instar de ce gros molosse avec ses couettes de chaque côté de la tête, ou encore ce petit gros au maquillage nous rappelant fortement un concert de Kiss ; un jeune héros interprété par un Alexander Lo Rei (Ninja Final Duel) qui va finir par éclater s’il continue de contracter ses muscles comme ça ; un montage hystérique avec des raccords foireux ; des mecs qui sont éjectés dans les airs au moindre coup avec de bien belles giclées de sang –le gore étant une des marques de fabrique du réalisateur- ; ou bien encore ce passage complètement « aware » ou Robert Tai va nous apprendre le kung-fu de Shaolin en 10 leçons.

A noter un final de 40 minutes de combats non-stop (à peu près la moitié du film), bien bourrins, les héros affrontant chacun des 10 méchants qui leur donnent du fil à retordre. Le film nous présente d’ailleurs des artistes martiaux hors pair, principalement axés sur un style très acrobatique, très piste de cirque, ce qui pourra en énerver certains. Parlons rapidement de la version française, renforçant encore plus le côté Bis du film, avec des répliques monumentales et des doubleurs en roue libre. Mention spéciale au petit gros un peu neuneu qui nous sort un magnifique « Hum, les coqs chantent, pourtant c’est la nuit… Ils ont dû pondre des œufs… ». Du grand art ! Du fun à l’état pur donc, pour un film certes bourré de petits défauts (monté avec les pieds, bande originale pas terrible, …), mais dans lequel on sent déjà toute la folie de Robert Tai et son envie de proposer quelque chose de « nouveau » malgré le manque évident de budget.

LES PLUSLES MOINS
♥ Très rythmé
♥ Les personnages barrés
♥ Les moments bis
♥ L’avalanche de combats
⊗ Pas pour tous les publics
Shaolin Chastity Kung Fu m’a donné envie de découvrir d’autres films du réalisateur, c’est donc qu’il a parfaitement réussi sa mission.



Titre : Massacre au Village / Shaolin Chastity Kung Fu / 少林童子功
Année : 1983
Durée : 1h22
Origine : Taïwan
Genre : Kung Fu Bis
Réalisateur : Robert Tai
Scénario : Chang Chien-Chi

Acteurs : Alexander Lo Rei, Hilda Liu, Wong Mau-Chow, Yang Hsiung, Tong Lung, Chin Kuo-Chung, Huang Gen-Wei, Chang Chi-Ping, Wang Chi-Sheng

 Massacre au Village (1981) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments