[Film] Les Vampires du Désert, de J.S. Cardone (2001)


Sean, qui travaille à Los Angeles dans une petite société de production cinématographique, n’a pas assez d’argent pour se rendre au mariage de sa sœur en Floride, à l’autre bout du pays. Aussi accepte-t-il de livrer une voiture à Miami, seul moyen pour lui de faire le voyage sans payer. Alors qu’il traverse le Texas, une crevaison l’oblige à passer la nuit dans un motel sinistre, où son sommeil est perturbé par des bruits étranges et inquiétants. Le lendemain matin, il prend un jeune auto-stoppeur, Nick. A la nuit tombée, tous deux font halte dans un petit restaurant. L’attention de Sean est alors attirée par une cliente à l’air complètement hagard…


Avis de Cherycok :
Les Vampires du Désert n’a pas une très bonne réputation. On lui a reproché plein de choses, d’essayer de trop pomper le Vampires de Carpenter sans en avoir le talent, de trop surfer sur la mouvance de films d’horreurs pour djeuns lancée par Destination Finale l’année d’avant, de trop s’attarder sur le côté road movie et pas assez sur le côté vampires, … Bref, pas un bon film pour beaucoup, à commencer par ma petite femme, Iris, grande fan de la mythologie Vampire, qui m’a moult fois vanté la nullité intrinsèque de cette bobine. Rick, lui, emploie plutôt le terme « affligeant ». En tant qu’aventurier un peu maso du cinéma, il ne m’en fallait pas plus pour essayer de comprendre pourquoi ce film était si mal aimé du public (bon, et aussi parce que j’avais promis à Iris de le regarder mais chut !). Alors clairement, je ne peux qu’aller dans leur sens. Les Vampires du Désert n’est pas un bon film. Mais ce n’était pas non plus la purge que je m’imaginais après tous les commentaires houleux que j’avais pu entendre/lire.

Nous sommes effectivement ici dans le film de vampires pour djeuns. Pas du genre Twilight car il n’est point ici question d’amourettes à l’eau de rose, mais plutôt dans la continuité de ces films qui ont inondé le marché après le carton planétaire de Scream : Souviens-toi l’été dernier, Délivre nous du mal, Urban Legend, La Maison de l’Horreur, Destination Finale, et tant d’autres. Sauf qu’ici, on a essayé de mixer ça avec le Vampires (1998) de John Carpenter qui semble avoir beaucoup plu au réalisateur de Vampires du Désert, J.S. Cardone (8MM 2, Shadowzone). En gros, on met des djeuns, si possible à la belle gueule, on y ajoute des vampires, on transpose le tout dans un milieu désertique, et on essaie d’apporter sa propre vision des vampires. On mixe le tout en espérant que ce soit un minimum digeste et emballez c’est pesé.
Le premier problème, c’est déjà que ce n’est justement pas très bien emballé. Cardone a beau s’inspirer de Carpenter dans l’approche de son film, il ne lui arrive pas à la cheville en termes de mise en scène. Le montage frôle parfois la catastrophe, on constate pas mal d’erreurs de cadrage, et visuellement, le film se rapproche plus d’un téléfilm lambda, sans ampleur. C’est dommage car, comme le film est essentiellement un road movie dans des coins désertiques, il y avait moyen de donner une vraie identité au film. Mais pas ou peu de plans larges, aucun réel effort sur la photographie, c’est visuellement assez plat.

Autre problème, Les Vampires du Désert se montre trop gentil. Il y a un tout petit peu de gore, lors de quelques plans assez furtifs (cœur arraché, tête explosée) ; il y a quelques plans boobs car, ne l’oublions pas, nous sommes ici dans un film pour teenagers et qu’il est important de les faire frétiller de l’entrejambe ; mais cela reste trop léger et impossible donc de se démarquer par ces côtés-là également. Les amateurs de mythologie vampire n’en auront également pas pour leur argent voire pire, auront les cheveux qui se hérissent sur la tête tant les Vampires du Désert se moque des codes habituels. C’est une toute autre vision de la chose qui nous est présentée ici, l’effort est à souligner mais ne plaira donc pas à beaucoup. Il existe ici un remède pour les gens mordus et en cours de transformation, et les vampires n’ont pas de crocs. Rien que pour ce dernier point, certains feront sans doute une syncope.
Néanmoins, tout n’est pas à jeter. Le duo de héros, Kerr Smith (Destination Finale, la série Life Unexpected) et Brendan Fehr (Destination Finale, la série Les Experts Miami), se montre relativement crédible. La dynamique du film est plutôt intéressante, justement de par l’aspect road movie qu’il essaie de mettre en place. Certes, en termes d’action, ce n’est pas la panacée, mais on ne s’ennuie pas pour autant et on a envie de voir où ça veut en venir même si, il faut l’avouer, tout est assez prévisible. Il est certain que le résultat final est assez médiocre, mais ça reste malgré tout regardable si on n’est pas trop exigeant.

LES PLUSLES MOINS
♥ Certains acteurs
♥ Ça se suit sans souci
⊗ Mise en scène très plate
⊗ Prévisible
⊗ Pas vraiment de scénario…
Les Vampires du Désert est un divertissement lambda qui ne révolutionne en rien le genre et qui ne retiendra pas l’attention de grand monde. Aussitôt vu, aussitôt oublié comme on dit.



Titre : Les Vampires du Désert / The Forsaken
Année : 2001
Durée : 1h30
Origine : U.S.A
Genre : Sang Rancune
Réalisateur : J.S. Cardone
Scénario : J.S. Cardone

Acteurs : Kerr Smith, Brendan Fehr, Izabella Miko, Johnathon Schaech, Phina Oruche, Simon Rex, Carrie Snodgress, Alexis Thorpe, Frederick Flynn, Beth Ann Styne

 Les vampires du désert (2001) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
30 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Faze
Faze
31 mai 2019 1:01

C’est la critique la moins pire que j’ai pu lire sur ce film , que je n’ai jamais vu …

Et même avec toute ta bienveillance (sans exagérer non plus) envers ce film , je pense que je mourrai vierge de toute vision du bouzin ! 😀

Faze
Faze
1 juin 2019 21:20

Faut dire ce film s’est fait defoncer par tout le monde à sa sortie … mais vraiment tout le monde !!!

A un point où j’ai presque envie de le voir rien que pour le défendre le pauvre bougre .
Mais tonton Chery il a dit non , donc si même un type tolérant comme toi met son véto sur l’objet incriminé , c’est que c’est peine perdue ! 😀

Ps : j’espère que quand tu dis que ta femme aime le mythe des campires , ça veut pas dire qu’elle t’oblige à regarder Twilight en boucle …

Faze
Faze
Reply to  Cherycok
4 juin 2019 3:30

Dracula le Coppola ou le Browning ?
Sinon Entretient avec un vampire , que j’aime beaucoup au passage, est il une bonne adaptation ?
Car à voir la suite , au cinéma , c’est un peu le jour et la nuit.
Donc les livres de Anne Rice se place où par rapport aux adaptations qui en découlent ?

Jamais eu l’occasion d’en discuter avec une personne qui a lu les bouquins , que je n’ai évidemment pas moi même lu.

Iris
Administrateur
4 juin 2019 9:48

Hello Faze. Alors pour te répondre brièvement (pas sûre d’y arriver cela dit), pour avoir lu le Bram Stoker, je trouve l’adaptation de Coppola aussi fidèle dans l’histoire que dans l’ambiance à la fois gothique et romantique si propre au style du roman. Le Browning s’éloigne un petit peu de l’histoire du livre. Et sincèrement le style surjoué de Lugosi et du cinéma des années 30 m’ont un peu rebutée mais j’avoue peut-être n’avoir pas été hyper ouverte sur le coup.

Concernant les adaptations des Chroniques des Vampires de Anne Rice, à mon sens, seul Entretien avec un vampire est une adaptation fidèle au roman. Il en reprend l’histoire, fait l’impasse sur certains points mais ça ne gâche rien, les personnages sont bien adaptés (même si le casting ne correspond pas toujours à l’image que l’on se fait des personnages du roman –Armand incarné par Banderas est en réalité un adolescent de 17 ans au physique androgyne… Don’t act -). La seconde adaptation est un viol pur et simple du livre. La Reine des damnés est une merde infâme, où toute révélation et prise de conscience des origines et du pouvoir vampirique ainsi que le lien de sang unissant les vampires sont sacrifiés sur l’autel d’une œuvre commerciale interprétée avec les pieds par un casting tout moisi… Dans les romans il y a vraiment une sorte de « hiérarchie », pas au sens commandement mais au sens puissance, entre les vampires du premier sang, les plus anciens, et les vampires plus jeunes. C’est à peine abordé et de façon presque grotesque dans le film alors que ces personnages ont une énorme importance et un côté psychologique très développé dans les livres. Mais j’ai perdu tout espoir que des adaptations quelles qu’elles soient puissent retranscrire ce genre de profondeur. Cela vaut pour Anne Rice comme pour beaucoup.

Après certains pourraient dire que je suis un peu extrémiste dans mon jugement d’adaptation car j’en attends aussi respect et sublimation d’une œuvre de base qui n’avait rien demandé. Tout dépend donc du point de vue 😉

Matt
Matt
Reply to  Iris
4 juin 2019 10:13

Le Coppola en rajoute quand même pas mal : l’histoire d’amour de Dracula, ses origines avec le lien avec le vrai Vlad l’empaleur, tout ça n’est pas dans le bouquin. Mais bon ça reste un bon film (juste les acteurs qui sont en roue libre souvent…Anthony Hopkins complètement hystérique dans son interprétation de van Helsing, Keanu Reeves à côté de ses pompes…)

Mais sinon autant se concentrer sur les réalisateurs qui savent faire un film. Comme Entretien avec un vampire est bien, on regarde les films de Neil Jordan et on tombe sur …Byzantium qui est très bien^^
A force les adaptations…bon…
On sait de toutes façons que c’est compliqué à faire, qu’il y a forcément des trucs sacrifiés pour que ça ne dure pas 5h, etc.

Iris
Administrateur
Reply to  Matt
4 juin 2019 11:27

Bien d’accord que le Coppola en rajoute mais c’est quand même le plus fidèle à mon sens. L’histoire d’amour n’y est certes pas mais le lien avec Vlad l’empaleur lui y est (de toute évidence du choix du nom, de la localisation de son château aux histoires de guerres contre les Turcs, on est bien là-dessus). Rien ne m’a choquée dans l’interprétation d’Hopkins, je l’avoue, mais j’ai peut-être un souvenir déformé et Keanu Reeves je le trouve pas trop mal dans son rôle de jeune premier paumé (il est notaire hein, il est pas funky non plus)…
Byzantium, Rick m’en parle depuis très longtemps et faut absolument que je le voie !
Après je suis d’accord dans l’absolu sur les adaptations, en effet tu ne peux pas tout mettre. Néanmoins, quand tu te permets d’intituler un film comme l’œuvre de base, tu fais en sorte de la respecter un tant soit peu. Sinon tu l’appelles autrement. Moi quand je suis attirée dans un cinéma sur la foi d’un titre et qu’au final je me retrouve en présence d’une daube monstrueuse qui n’a rien à voir, ça me fait l’effet d’avoir cliqué sur un lien putaclic… tu vois le genre ? Et du coup je suis furax parce qu’en plus mon cerveau choppe des virus et qu’il faut un formatage parfois en urgence…

Matt
Matt
Reply to  Iris
4 juin 2019 11:42

Ah Stoker s’est inspiré du vrai personnage de Vlad mais dans le roman il ne relie pas son vampire au vrai perso historique, contrairement à Coppola qui explique clairement que c’est lui.

Après ce genre de personnage est tombé dans le domaine public je crois, donc tu peux faire n’importe quoi en utilisant le même titre…hélas.
Après il y a daube et daube. Les fans des livres sont souvent des puristes un peu chiants quand même hein, faut l’avouer^^ Si c’est pas respecté à la lettre, ils ne seront jamais contents.
Des fois il vaut mieux se concentrer sur la fidélité dans l’ambiance, le type de récit, que dans une fidélité aux détails près.

Iris
Administrateur
Reply to  Matt
4 juin 2019 13:29

Mais je suis d’accord avec toi sur tout ça… En effet les fans des livres sont parfois des puristes, mais pas forcément chiants hein ^^; Et c’est bien sur ça que comptent ceux qui sortent leurs films! Quand un bouquin s’est vendu à des millions d’exemplaires, bah quand le film sort, ce sont d’abord ces puristes que l’on espère attirer pour rentabiliser ;-). Alors souvent aussi on les bichonne sur la première adaptation, on respecte, on suit l’histoire. Et puis une fois que le public s’est un peu élargi, paf, dans vos gueules les lecteurs maintenant on fait ce qu’on veut, on n’a plus besoin de vous! Et alors là, on n’en est plus à juste massacrer des détails hein, non là c’est un autodafé, comme un tweet mensonger de Castaner, on prend un tout petit bout de l’histoire, insignifiant si possible et on le monte en grosse mayonnaise bien indigeste…Si seulement on avait une fidélité à l’ambiance et au récit ce serait toujours ça, mais concernant la Reine des damnés, on n’a rien d’autre que des prénoms (ça c’est bon hein)…

Matt
Matt
Reply to  Iris
4 juin 2019 11:46

Ce qui m’énerve ce sont les films comme “Moi, Frankenstein”
Certes il y a un mot de plus dans le titre, mais ça reste trop proche pour autoriser un tel déferlement de conneries de baston contre des gargouilles du futur ou whatever…

Matt
Matt
Reply to  Cherycok
4 juin 2019 12:03

Moui bah…ça se serait appelé “les gargouilles du futur” j’aurais rien dit. Mais ça m’agace qu’on colle le nom d’un bouquin connu qui n’a rien à voir là dessus.

Iris
Administrateur
Reply to  Matt
4 juin 2019 13:34

Ah tu vois? tu comprends ce que je veux dire je suis sûre ^^

Matt
Matt
4 juin 2019 13:36

Oui oui je comprends. Mais après, pour avoir lu tes critiques sur les Harry Potter, je te trouve dure. C’est pas une hérésie ni insultant, ça reste tout à fait correct selon moi. Même si forcément ça fera chier que certains trucs ne soient pas repris dans les films. Je crois que celui que j’ai le moins aimé c’était la coupe de feu. Mais déjà de base le scénar du bouquin est un peu con. Tout ce plan pour que Harry touche un portail ? Béh…tu lui offres un bouquin en début d’année, il va le prendre…et paf c’est bon il a touché un truc^^

Iris
Administrateur
Reply to  Matt
4 juin 2019 14:06

Ah tu m’as trouvée dure sur HP? je peux comprendre… Même si j’ai été soft je trouve ;-). Je pense que le pire pour moi était le 6… De faire d’une chasse aux Horcruxes un simple bal du lycée m’a soulé. Et je trouve que ce qui a été repris dans le film est précisément ce qui ne devait pas y être au détriment de l’intrigue principale du livre… Mais ça n’engage que moi. Pour ce qui est du scénar du bouquin, bah au final oui mais ça a déjà été fait dans le deux le coup du bouquin refilé en début d’année ^^

Matt
Matt
Reply to  Iris
4 juin 2019 14:17

Non mais il aurait fallu trouver un autre prétexte. Genre personne ne peut voir ou toucher la coupe de feu sans gagner le tournoi. Mais déjà de base elle est dans la salle commune au début et les élèves jettent des papiers dedans. Euh…au pire tu bouscules Harry dessus, ou tu lui dis “éh tu veux toucher la coupe ?”
Enfin c’est trop con tout ce plan hyper compliqué pour qu’il gagne un tournoi pour toucher un objet qu’il avait en face de lui dès le début.^^

Iris
Administrateur
Reply to  Matt
4 juin 2019 14:55

Bah non il aurait été éjecté à cause de la protection liée à la limite d’âge ^^. Et pi ça suppose que Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom poireaute des heures dans le cimetière en attendant le moment où par hasard HP toucherait la coupe ou autre objet… Nan, faut bosser le scénar Matt ^^

Matt
Matt
Reply to  Iris
4 juin 2019 14:25

Après j’avoue que je me souviens plus trop du 6eme livre.
Mais bon après la saga cinéma n’est pas parfaite, loin de là. Mais ç’aurait pu être tellement pire ! Quand on voit certains trucs comme la tour sombre, le dernier Conan…putain mais c’est des chef d’oeuvres à côté les Harry Potter^^
Les acteurs sont bons (les adultes…pas toujours les gosses), c’est maitrisé niveau photographie, il y a quand même plein de scènes réussies. Alan Rickman en Rogue est juste génial, etc.

Iris
Administrateur
Reply to  Matt
4 juin 2019 14:33

Ah oui mais on est d’accord hein, y a toujours moyen de faire pire ^^. moi j’ai juste parlé du bon et du moins bon à mon sens hein… Mais ça reste une saga tout à fait honorable et de laquelle je suis carrément fan faut être clair là-dessus. Rickman était génial, Smith tout autant en Mc Gonagall.Et bien d’autres. Après ce qui me gave un peu c ‘est que des tas de personnes puissent penser que Harry Potter reste une saga pour enfants avec de mignons petits sorciers qui agitent leur baguettes dans un Poudlard mièvre et sucré… C’est quand même tellement plus que ça et c’est tellement dommage que les films aient participé à véhiculer ce message aseptisé. C’est vraiment un de mes principaux griefs

Matt
Matt
Reply to  Iris
4 juin 2019 15:05

Ouais mais ça hélas…
Les gens vont plus facilement au cinéma, ils ne lisent pas forcément. Et du coup l’atmosphère des films est très souvent ce que les gens vont retenir.
Et comme ces films coutent un pognon monstre, ils ne peuvent pas en faire des films R-rated^^
Même souci avec les films de super héros, même si avec Logan ils ont osé faire un truc plus sombre.
Mais le monde du cinéma coute tout de suite plus de pognon, donc il faut attirer un large public pour rentabiliser.
Ou alors s’arranger pour faire des films pas trop couteux. Mais dès que tu mets en scène des persos cosmiques ou de la magie partout…tu peux plus faire un film avec petit budget.

Iris
Administrateur
Reply to  Matt
4 juin 2019 16:53

On est d’accord surtout lorsqu’ils sont basés sur de la littérature jeunesse. Mais je pense qu’il y avait un juste milieu à trouver sachant que tout était déjà dans le matériaux de base. Bref ce sont avant tout des partis pris commerciaux plus qu’artistiques ça on est bien d’accord. Et c’est sur ça que je râle parce qu’on nous y attire de façon presque malhonnête. En ce qui me concerne j’ai passé la quasi totalité des films Harry Potter à expliquer à mes enfants les tenants et les aboutissants et crois-moi, heureusement que j’avais lu parce qu’ils étaient pleins pleins pleins de questions.Comme quoi tout n’est pas perdu ^^

Faze
Faze
5 juin 2019 1:35

Euh … ok …

Haha heureux d’avoir lancé le débat , mais j’ai jamais lu ni vu un seul Harry Potter , donc je fais un pas sur le côté et m’esquive discrètement.

Bien , merci Iris pour ton point de vue sur Dracula et les Anne Rice , que je partage d’ailleurs. (la reine des damnés … quelle merde oui !)

Je vous laisse parler de petits magiciens , pendant ce temps Chery va surement me trouver un sympathique nanar. 🙂

Matt
Matt
Reply to  Cherycok
5 juin 2019 9:23

Ah ben zut alors^^
Tu t’es fait les classiques du genre quand même ? Les Flash Gordon ou Starcrash ?^^

Matt
Matt
Reply to  Cherycok
5 juin 2019 10:43

Moi les seuls nanars qui m’éclatent c’est ceux qui sont involontaires et fait avec sérieux même si complètement ratés^^
C’est pour ça que les Asylum qui font exprès de faire nawak…ça ne m’amuse pas.

Le doc savage arrive, tu connais ?^^