[Film] Hidden, de The Duff Brothers (2015)


Ray, Claire et Zoe, jeune fille de sept ans, sont réfugiés dans un abri antinucléaire afin de survivre à une dangereuse épidémie. Pendant 301 jours, ils ont fait de leur prison une maison, attachés à leurs souvenirs et à l’espoir, d’un jour, avoir une vie normale. Pendant 301 jours, la famille a échappé aux dangers de la surface, aux souffles bruyants et aux bruits de pas entendus la nuit, menaçants leurs fragiles existences. Mais arrive le 302ème jour…


Avis de Cherycok :
Lorsqu’on me conseille un film, j’essaie de le voir. Je mets parfois de nombreux mois avant de le faire mais je me garde ça dans un coin de la tête et ma petite cervelle finit par remettre ça sur le tapis au bout d’un moment. Me voilà donc devant Hidden, premier long métrage de Matt et Ross Duffer, alias The Duff Brothers, bien plus connus aujourd’hui pour avoir créé la série Stranger Things dont Netflix est si fier. Un film qui n’aura même pas eu droit à une sortie cinéma et qui sera passé directement par la case DVD. Un choix très étrange tant Hidden aurait eu tout à fait sa place sur grand écran mais bon, si on commence à se poser des questions sur les choix des distributeurs, on n’a pas fini. Mais c’est clairement dommage car, même si le film des frangins n’est pas parfait, il mérite le coup d’œil et vaut bien mieux que bon nombre de bobines prétentieuses et sans intérêt qui abreuvent nos salles obscures.

Hidden, ça parle de quoi ? C’est une énième histoire d’un groupe de survivants, ici un homme, une femme et leur petite fille, qui, suite à ce qu’on devine être une épidémie, se retrouvent terrés dans un lieu clos et doivent survivre. La survie réduite à son minimum, à l’intérieur d’un abri dans lequel ils se sont enfermés eux-mêmes pour s’isoler de la menace extérieure, presque sans luminosité, avec de la nourriture en boites. L’ennui, la solitude, le danger qui les guette à chaque bruit trop fort qu’ils pourraient faire, la moindre emmerde qui entraine une perte colossale, l’utilisation de règles à respecter afin de survivre le plus longtemps possible, … Un huis clos comme on en a déjà vu plein, très similaire sur certains points à des films tels que Sans un Bruit (2018) ou 10 Cloverfield Lane (2016).
Sauf que, on se rend vite compte que Hidden est à contre-courant. Dans la première partie, on croit connaitre l’issue, de toute façon on s’est imaginé toutes les fins possibles et imaginables, mais on a vite compris que le film ne nous dit pas tout. Et effectivement, dans la seconde partie, le film va renverser les codes, nous faire douter sur où est le bien et où est le mal et être au final bien plus malin que ce qu’on pensait. On se rend compte que les fameuses règles à respecter ont un double sens de lecture. On repense immédiatement à certains dialogues, à certaines scènes, qu’on voit d’un coup sous un autre œil. Des flashbacks nous expliquent petit à petit le pourquoi du comment, pas forcément tous très utiles mais pas trop envahissants. Le fin mot de l’histoire est étonnant, au point qu’on en sort un peu décontenancé car cette deuxième partie va bien trop vite en besogne comparée à la première et que son semblant de happy end était peut-être de trop. Il y avait d’autres manières de finir le film tout en gardant son essence.

Hidden exploite son minimalisme à fond. Le budget du film étant plus que serré, le film va beaucoup jouer sur l’invisible. Les réalisateurs vont prendre soin de développer une atmosphère pesante, oppressante, avec comme parti pris une très faible luminosité du début à la fin. Une ambiance très réussie, avec cette lumière très peu présente comme pour faire un parallèle sur le peu d’espoir de survie de cette famille, et une mise en place lente dans la première heure, afin de bien faire monter la pression. Et ça fonctionne puisqu’on craint immédiatement pour la vie de la famille, dès que « ceux qui respirent » commencent à être nommés. Le film devient prenant mais cela génère certaines longueurs (certaines scènes entre le père et la fille s’étirent beaucoup trop). Le film n’en fait jamais des tonnes. Très peu de SFX, très peu d’effets de style, juste de la survie vue sous un autre angle.
Le casting est de très bonne facture à commencer par la très jeune Emily Alyn Lind (La Baby-Sitter, Enter the Void). Les enfants au cinéma, c’est toujours une inquiétude. Mais la petite Emily joue bien, très bien même, et c’est assez rare pour être signalé. Andrea Riseborough (Birdman, Oblivion) et Alexander Skarsgard (War on Everyone, la série True Blood) s’en sortent également avec les honneurs, même si ce dernier a tendance à parfois exagérer les émotions. Ils tiennent sur leurs épaules ce film qui, malgré des incohérences certaines, essaie d’amener autre chose dans le genre « film de contamination post-apo ». Et rien que ça, c’est déjà une très bonne chose.

LES PLUSLES MOINS
♥ Très bonne ambiance
♥ Mise en scène sobre et efficace
♥ Twist inattendu
♥ Jolie BO
⊗ Des incohérences
⊗ Des longueurs dans la 1ère partie
Avec sa courte durée, son chouette casting, son retournement de situation et son envie d’amener un peu de sang neuf au genre, Hidden est un film de survie post-apo façon huis clos qui s’avère très divertissant. Des imperfections, certes, mais néanmoins un bon film.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Alexander Skarsgard et Andrea Riseborough ont déjà joué ensemble dans Disconnect (2012).
• Lorsque le personnage de Emily Alyn Lind dit « They’re here », c’est un hommage au personnage de Carol Anne Freeling disant la même chose dans Poltergeist (1982).


Titre : Hidden / L’Abri
Année : 2015
Durée : 1h22
Origine : U.S.A
Genre : Qui a éteint la lumière ?
Réalisateur : The Duff Brothers
Scénario : The Duff Brothers

Acteurs : Alexander Skarsgard, Andrea Riseborough, Emily Alyn Lind, Steven Elliot, Heather Doerksen, William Ainscough, David Lewis

 Hidden (2015) on IMDb


Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

9 Comments

Add a Comment
  1. AH bah voilà, oui il est très sympa ce film, j’en avais parlé à Rick^^
    Je ne me souviens pas trop de ces histoires d’incohérences mais j’avais bien aimé.

  2. Les incohérences, par exemple la façon d’éteindre le feu (une couverture sur le feu pour étouffer, et c’est éteint en 3 secondes pâr exemple. Mais il y en a d’autres. Lorsque tu sais ce qu’il y a en haut et le pourquoi tu es en bas, tu prévois toujours une sortie de secours, ca semble logique (d’autant plus qu’ils en ont une toute faite de sortie, mais tu prend un moment pour l’aménager pour que ce soit plus simple). Le rat qui ouvre les conserves, il a des dents en acier trempé ? lol. Les réactions qu’ils ont également. Lorsque tu fuis, tu ne fuis pas vers une voie bloquée (les panneaux Quarantaine) justement car tu sais que tu es bloqué.
    Bref, il y en a pas mal des petits trucs qui m’ont fait tiquer comme ca. Ce n’est rien de grave (d’où ma note bonne), c’est ce qui fait le ressort dramatique du film, mais y’a moyen de faire différemment je pense, tout en étant plus realiste et en gardant ce qui fait le suspense.

    1. Ah pour le coup je ne connais pas la puissance de pénétration des dents de rat^^ Du coup j’ai même pas relevé le truc.
      Pour la couverture, on va dire que c’est un coup de bol. La fuite…euh…la panique, tu réfléchis pas trop où tu vas, et tu espères peut être pouvoir te cacher même s’il n’y a pas de sortie. Je sais pas, moi j’ai joué à Outlast et je me suis souvent gouré de chemin lol^^

      Quoi ? Je donne trop d’excuses ?
      Nan mais c’est surtout que des trucs de ce genre, il y en a dans plein plein de films, et souvent des bien plus graves.
      Enfin ça ne m’a pas dérangé. La pseudo happy-end non plus en fait.
      Bon je dis pas que c’est parfait mais pour un premier film, y’a pas grand chose à dire.

      1. Moi je sais que dans leur situation,c ‘est la première chose que j’aurais fait, élaborer un plan de suite. La panique, justement au contraire, quand tu connais les lieux car tu y as vécu, tu sais ou fuir. Le rat, ca ronge pas mal de trucs, mais de la feraille euh… mutant le rat ^_^
        Et je le sais bien qu’il y en a dans plein de films, et tu remarqueras que je les remonte souvent. Mais je précise aussi que il ne faut pas forcément en tenir compte en général, sauf si c’est vraiment trop WTF.

        Le pseudo happy-end n’est ps trop génant car ca en est un sans en être un, mais vu le ton assez désespéré et glauque du film, j’aurais personnellement rajouté un mort de plus à la liste ^_^

        1. Espèce de sadique cruel !^^
          Oui remarque c’est vrai que si tu connais les lieux, ça parait plus logique. Quand tu connais pas par contre, dans la panique tu peux ne pas faire gaffe aux panneaux ou ne pas très bien réfléchir spontanément.
          Donc t’as pas tort.
          Mais c’est mineur comme défaut^^
          C’est pas du niveau des incohérences de…je sais pas…Jurassic World 2^^

        2. Et dans The dark knight de Nolan…il y a de ces délires que personne ne voit.
          Genre le bus qui passe au travers du mur de la banque au début. Franchement si tu peux passer au travers du mur d’un building sans plier ton bus comme un accordéon, faut faire un procès à l’architecte^^
          Et quand il sort de la banque, comme par hasard il y a 5 autres bus au milieu desquels se “camoufler”. Alors que le trafic ne semblait pas stoppé. Le coup de bol de fou hein.

          Et Batman qui tombe d’un immeuble et ouvre sa cape à 2m du sol, mais il atterrit quand même sans se faire bobo. 2m ça suffit pas à ralentir la chute !
          Two-face qui bute le chauffeur d’une voiture alors qu’il est dedans avec le chauffeur. La voiture fait une cascade de dingue. Ah oui ça fait classe le lancer de pièce, mais c’est pas complétement con de tuer le mec qui conduit la voiture que tu occupes ??

          Je sais que c’est du super héros mais c’est quand même du WTF au service de l’aspect “cool” qui fait vraiment tâche. Il y a plein de moyens de faire des scènes cool sans être incohérent comme ça.

  3. Pas vu Jurassic World 2, ni le 1 en entier d’ailleurs. J’évite tout ce qui est blockbuster (sauf exception) depuis pas mal d’années maintenant ^_^ Pour The Dark Knight, c’est blockbuster, donc forcement ca doit jouer dans le spectaculaire, pas dans le realisme lol

    1. Ouais ok mais il y a d’autres moyens. Tu peux faire sauter un mur avec des explosifs. C’est pas moins spectaculaire.
      J’ai l’impression que dans les blockbusters plus personne se fait chier à réfléchir, on fait voler des voitures sur 200m, on fait chuter des humains de 30m sans bobo, etc.
      ça devient du dessin animé quoi^^

  4. C’est bien plus spectaculaire quand un mec traverse un mur au ralenti avec des bouts du murs qui volent partout voyons. ET oui, plus personne ne se soucie du realisme dans les blockusters (il y a des exceptions bien entendu) car ce n’est plus ce que le public cherche (ou c’est ce qu’on lui donne et il l’accepte, c’est un autre débat). C’est aussi une des raisons pour lesquelles le cinema hollywoodien friqué (les blockbusters) ne m’intéresse quasi plus. J’ai besoin d’autre chose que de la poudre aux yeux, souvent dégueulasse en plus malgré les centaines de millions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *