[Film] Big Bullet, de Benny Chan (1996)


Renvoyé de sa brigade pour insubordination, le sergent Bill, un policier casse-cou et « fort-en-gueule », se fait transférer dans une petite unité de surveillance. Obligé de revêtir l’uniforme, entouré de collègues courageux bien que pas toujours efficaces, il pense avoir fait une croix sur son passé de flic exemplaire. Mais un gang de braqueurs psychopathes, semant la terreur dans Hong-Kong, lui fera changer d’avis…


Avis de Cherycok :
Benny Chan est un réalisateur que j’apprécie particulièrement. Bien qu’il n’ait pas de véritable chef d’œuvre à son actif, il est pour moi un très bon faiseur et a longtemps fait partie des réalisateurs sur qui l’amateur de films d’action HK pouvait compter. New Police Story, Invisible Target, Heroic duo, Divergence, … Autant de bobines qui, à défaut d’être originales, étaient très efficaces et proposaient un divertissement solide, certes souvent très américain dans la façon de faire, Benny Chan allant jusqu’à remaker un film américain avec son plutôt cool Connected (2008). Beaucoup le connaissent surtout pour sa période 2000 / 2010 (avec les films cités précédemment), où il a aidé à maintenir le ciné d’action HK post rétrocession à flot aux côtés de Wilson Yip, Soi Cheang et autres Johnnie To. Mais ses débuts sont également très intéressants et, malgré des ratages comme What a Hero ou Gen-X Cops, des films comme A Moment of Romance, The Magic Crane ou Man Wanted valent vraiment le coup d’œil. A ces derniers, on rajoutera le très bon Big Bullet (1996) dont nous allons parler aujourd’hui.

Qu’on se le dise tout de suite, le scénario de Big Bullet est très classique. Que ce soit dans le déroulement de son scénario, avec ce flic efficace mais un peu bourru qui va se retrouver rétrogradé et mis sur un poste de plus petite envergure, mais qui va braver certains interdits, parfois mettre sa nouvelle équipe en danger, pour essayer malgré tout de clore une énorme enquête de son ancienne équipe, ça a déjà été vu moult fois. Il en est de même avec les personnages, très clichés, que ce soit ce jeune flic toujours très (trop) droit dans ses bottes, cette jeune pro en informatique, celui en fin de carrière qui compense son âge avancé par une grande sagesse, … Là aussi on est dans quelque chose de très classique. Très rapidement, on se rend compte que Benny Chan ne cherche aucunement à innover. Par contre, il va essayer d’être le plus efficace possible. L’intrigue est minimale ? Oui, mais elle est d’une fluidité exemplaire. Les personnages sont clichés ? Oui, mais ils sont rapidement très attachants. Attardons-nous sur ces personnages justement, car ils sont une des forces du film. S’ils sont si attachants, c’est car ils sont humains, avec tout ce que cela peut comporter de failles. Et Benny Chan va leur apporter un soin tout particulier, à eux-mêmes, mais aussi aux interactions entre eux via des scènes intimistes. Il y a de la fraternité, des conflits, de la collaboration, des compromis, et surtout on sent une réelle alchimie entre eux. L’amitié dans la vraie vie des acteurs se ressent au travers des personnages. Les méchants ne sont pas en reste et Yu Rong-Guang et Anthony Wong sont des choix judicieux dans les rôles de méchants sadique, le premier pour son côté classe, le second pour son côté too much avec ses répliques en italien. Le casting est d’ailleurs trois étoiles et les amateurs de ciné HK seront aux anges devant tant de têtes connues, aussi bien les vieux de la vieille (n’oublions pas Francis Ng), que dans les petits nouveaux, tous très bons, dont un Jordan Chan qui trouve ici un très bon rôle.

Benny Chan va parfaitement gérer le rythme de son film et les moments de partage entre les personnages vont sans cesse se trouver perturbés par des moments de bravoure qui font réellement plaisir à voir. Les séquences d’action sont pleines de tension, avec certaines fusillades en pleine rue qui lorgnent parfois du côté du Heat de Michael Mann dans leur mise en scène. On pourrait leur reprocher d’être très simples dans leur déroulement, dans leur mise en scène, mais elles font le job à 200%, avec un côté parfois bourrin assumé. Il s’en dégage une réelle énergie et on les vit en même temps que les personnages. On pourra reprocher à la scène finale d’être too much, très américaine dans l’âme, manifestement inspirée du final de Die Hard 2, mais sans en avoir le budget. Il s’en dégage un côté un peu cheap, mais c’est aussi ce qui fait le charme de toutes ces séries B d’action hongkongaises, ce côté bricolé, tout au système D, avec un montage un peu portnawesque pour essayer de faire illusion. Lorsque le générique retentit, avec son happy end qu’on espérait, on se dit que Big Bullet n’a pas inventé l’eau tiède. Non, clairement pas. Mais pourtant, on a passé un excellent moment. Il y a une expression qui dit que « les choses simples sont parfois les meilleures ». On peut l’appliquer certes à la gastronomie, ou aux petits plaisirs de la vie, mais également au cinéma. Big Bullet en est l’exemple même. Oui, c’est parfois assez facile, c’est souvent prévisible. Mais on se prend immédiatement d’affectation pour cette brigade, et on s’accroche à son fauteuil quand ils sont en danger. Preuve s’il en est que Big Bullet réussit son pari.

LES PLUS LES MOINS
♥ Le très bon casting
♥ Des personnages attachants
♥ Les scènes d’action
♥ Bien rythmé
⊗ Le final bâclé
Avec Big Bullet, Benny Chan signe une série B qui compense son classicisme par une efficacité redoutable. Bien rythmé, avec des personnages attachants et des scènes d’action qui ont de la gueule, Big Bullet est un film à voir pour tout amateur d’action made in HK.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Prix du meilleur montage et nomination au prix des meilleures chorégraphies (Ma Yuk-Sing), meilleur acteur (Lau Ching-Wan), meilleure photographie, meilleur réalisateur, meilleure musique, meilleur film, meilleur second rôle masculin (Jordan Chan) et meilleur second rôle féminin (Theresa Lee), lors des Hong Kong Film Awards 1997.



Titre : Big Bullet / 衝鋒隊─怒火街頭
Année : 1996
Durée : 1h31
Origine : Hong Kong
Genre : Série B nerveuse
Réalisateur : Benny Chan
Scénario : Joe Ma, Susan Chan, Benny Chan

Acteurs : Lau Ching-Wan, Anthony Wong, Yu Rong Guang, Francis Ng, Berg Ng, Jordan Chan, Theresa Lee, Spencer Lam, Cheung Tat-Ming, Vincent Kok, So Wai-Nam

 Big Bullet (1996) on IMDb


5 2 votes
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments