[Film] A Moment of Romance, de Benny Chan (1990)


Wah Dee est un jeune voyou pauvre et orphelin, membre d’une triade qui, lors du braquage d’une bijouterie, prend la jeune Jo Jo en otage pour couvrir sa fuite. Ils finiront par rapidement tomber amoureux l’un de l’autre, mais la police et les membres de la triade qui aimeraient l’éliminer pour ne pas être identifiés ne leur laisseront aucun répit.


Avis de Cherycok :
Nombreux ont été les amateurs de cinéma de Hong Kong à attendre impatiemment, cette année 2021, la sortie de Raging Fire, film posthume du réalisateur Benny Chan qui nous a quitté l’an dernier à l’âge de 58 ans des suites d’un cancer. Il aura marqué les amateurs de cinéma de Hong Kong avec des films tels que Man Wanted, Big Bullet, New Police Story, Invisible Target ou plus récemment Call of Heroes. Nous allons nous intéresser aujourd’hui à son tout premier film, A Moment of Romance, gros succès local et devenu très rapidement un film culte à Hong Kong, au point d’inspirer dans les années 90 (voire 2000) de nombreuses autres bobines. Un film dans lequel Andy Lau semble au sommet de son art et dans lequel on découvre pour la toute première fois la beauté de Jacklyn Wu, alors qu’elle n’était encore qu’étudiante. Un film simple et intéressant, certes imparfait, mais réussi et qui vaut clairement d’être découvert.

Dans A Moment of Romance, tous les clichés du genre sont là, à commencer par son principe de base : l’histoire d’un mauvais garçon qui va tomber amoureux d’une gentille fille de riche. On devine très vite le schéma narratif que va suivre le film et comment cette histoire va se terminer. C’est un schéma aujourd’hui usé jusqu’à la moelle mais qui pourtant va fonctionner grâce à un côté naïf et ce charme un peu désuet du cinéma de Hong Kong de cette époque. Le personnage de Wah Dee, interprété par Andy Lau (Infernal Affairs, Shanghai Grand), est un garçon qui a grandi parmi des loups (les triades) et il est avant tout, qu’il trouve l’amour ou non, marié aux rues qui l’ont élevé et il finira par y mourir comme il a vécu. Le mélodrame se révèle rapidement via le profil d’un homme qui cherche désespérément à sauver les derniers morceaux de son propre code moral. Lorsqu’il sauve le personnage de Jo Jo, c’est parce qu’elle est en quelques sortes, sous ses airs parfois un peu stupide mais romantique, une représentation de la vie « propre » et heureuse qu’il ne pourra jamais avoir. Cette jeune fille avec des parents riches, qui s’occupent d’elle, contraste avec son enfance à lui, dépourvue d’amour familial et remplie de pauvreté, de corruption et de désespoir. En désobéissant à son associé et en épargnant la jeune fille, on peut y voir comme un acte d’honneur qui aura, certes, des conséquences profondes et imprévisibles sur la suite de sa vie, et même sur son caractère. Le couple que forment les personnages d’Andy Lau et Jacklyn Wu est assez mémorable, à l’instar de celui que cette dernière formera avec Lau Ching-Wan dans le très bon Beyond Hypothermia. Le duo est clairement très touchant et leur relation au final toute simple, à l’instar du film. La nature sans prétention d’A Moment of Romance est peut-être la raison pour laquelle cette romance parfois un peu guimauve sur le syndrome de Stockholm et ce drame souvent viscéral sur fond de triades a résisté à de nombreuses années de concurrence, d’imitations et de parodies (le final du film Needing You de Johnnie To).

Andy Lau et Jacklyn Wu sont donc très bons dans leur rôle, mais il y a un autre acteur qui tire son épingle du jeu. En effet, Ng Man-Tat (Shaolin Soccer, Fight Back To School) livre une performance remarquable dans le rôle d’un homme de la rue délaissé par les triades à cause de sa couardise. Quand on connait son parcours très grimaçant et « cabotinesque » aux côtés de Stephen Chow dans les années 90, on ne peut que constater qu’il fait preuve d’ici d’une étonnante retenue et livre un jeu très juste. A l’inverse, d’autres sont sous-exploités. Tommy Wong, dans le rôle de Trumpet, inévitable méchant du cinéma de Hong Kong, est transparent, à mille lieues de ses performances dans des films tels que Point of no Return, A Day Without Policemen ou encore Prison on Fire 2. La mise en scène de Benny Chan est déjà très bonne (pour un premier film j’entends). Les scènes d’action, comme par exemple les courses poursuites, sont très bien filmées, lisibles, nerveuses. L’action y est brute, tout comme la violence. On regrettera seulement que le personnage d’Andy Lau semble parfois un peu invincible, se remettant de grosses blessures presque comme si de rien n’était, bien qu’on ait l’habitude avec le cinéma de Hong Kong. Et puis il y a ces interludes lyriques, montrant l’amour croissant entre les personnages de Wah Dee et Jojo, soutenus par des ballades Cantopop un peu sirupeuses, certes très ancrées dans cette époque mais qui pourront interroger les néophytes devant la mièvrerie des mélodies. Certains adoreront. D’autres saigneront des oreilles. Mais quoi qu’il en soit, A Moment of Romance est un film HK bien représentatif de son époque, qui vaut clairement le coup d’œil.

LES PLUSLES MOINS
♥ Bien mis en scène
♥ Des personnages plus profonds qu’il n’y parait
♥ La performance de Ng Man-Tat
♥ Les scènes d’action
⊗ La Cantopop
⊗ Des personnages sous exploités
Pour son premier film, Benny Chan signe avec A Moment of Romance une romance tragique sur fond de film de triades dans lequel le duo Andy Lau / Jacklyn Wu marque les esprits. Un film perfectible mais ô combien attachant et réussi.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Ng Mam-Tat a remporté le prix du meilleur second rôle masculin aux Hong Kong Films Awards pour son rôle dans le film. Le film a également été nominé dans la catégorie Meilleur jeune espoir féminin (pour Jacklyn Wu) et meilleure chanson (Yuen Fung-Ying pour « Tin Yeuk Yau China »).

• Un 2ème volet, A Moment of Romance II, est sorti en 1993 avec une nouvelle intrigue mais des thèmes similaires. Benny Chan et Jacklyn Wu reviennent respectivement en tant que réalisateur et actrice principale, tandis qu’Andy Lau ne revient pas en tant qu’acteur principal, et c’est Aaron Kwok qui va être le héros. Un 3ème et dernier volet, A Moment of Romance III, est sorti en 1996. Johnnie To, producteur des deux premiers films, a pris les rênes de la réalisation et Andy Lau est revenu en tant qu’acteur principal aux côtés de l’actrice principale Jacklyn Wu.



Titre : A Moment of Romance / 天若有情
Année : 1990
Durée : 1h27
Origine : Hong Kong
Genre : Classique
Réalisateur : Benny Chan
Scénario : James Yuen

Acteurs : Andy Lau, Jacklyn Wu, Tommy Wong, Sandra Lang, Ng Man-Tat, Lau Kong, Yuen Bun, Joe Chu, Chu Tiet-Wo, Yee Tin-Hung, Cho Ging Man, Chung Wing

 Tin joek yau ching (1990) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
10 décembre 2021 14:46

Ce film est un concentré du cinéma HK. Si tu veut la définition d’un polar Hongkongais tu prends ce film il coche toute les cases du genre. Il a fait un carton pas possible au box office il est resté des mois à l’affiche. Perso j’aime ce film il a rien d’extraordinaire mais tout fonctionne ça passe tout seul. Le deuxième est pas terrible et j’ai jamais vu le troisième.