[Avis] The Lost Bladesman, de Felix Chong et Alan Mak

Titre : The Lost Bladesman / Guan Yun Chang / 關雲長 / 关云长
Année : 2011
Durée : 1h45
Origine : Hong-Kong / Chine
Genre : Donnie ras la barbe

Réalisateur : Felix Chong, Alan Mak

Acteurs : Donnie Yen, Jiang Wen, Andy On, Betty Sun, Chin Siu-Ho, Andy On, Dong Yong, Alex Fong, Calvin Li, Shao Bing, Wang Bo-Chieh, Wang Xuebing, Zhao Ke

Synopsis : Dernières années de la dynastie Han. Afin d’unifier le pays, le général Cao Cao, véritable détenteur du pouvoir derrière l’Empereur, décide d’enrôler le plus fort des guerriers, Guan Yu. Mais ce dernier est un loyal ami de l’ennemi juré de Cao Cao : le chef militaire Liu Bei. Afin de forcer Guan Yu à le rejoindre, Cao Cao projette d’enlever Qi Lan, la concubine de Liu Bei, dont Guan Yu est secrètement amoureux. Après avoir mené les forces de Cao Cao vers la victoire, Guan Yu retrouve Qi Lan. Mais Cao Cao considère désormais Guan Yu comme une menace et envoie ses troupes pour l’anéantir.

Avis de Slimdods :
Quand une partie du staff à l’origine de Infernal Affairs s’essaie au Wu Xia Pian, ça donne The Lost Bladesman, un film un peu … perdu dans ses ambitions. En même temps, il est dur de se démarquer et de se faire une place au milieu des dizaines d’autres films du même genre. Bon, John Woo et son Red Cliff a mis les pendules à l’heure concernant les films contemporains dira t’on, mais l’ombre des anciens Tsui & co reste et restera toujours dans nos mémoires collectives, d’où notre tendance à juger par le nivellement par le bas, car bien évidemment et n’en déplaise à certains, c’était mieux avant !


Visuellement sympa, mais c’est bien trop banal pour en frissonner de plaisir …

Et ce n’est pas The Lost Bladesman qui déroge à la règle ! Malgré la présence d’un « bon » Donnie Yen crédible en général, le film manque son coche dans quasiment tout ce qu’il entreprend. Le scénario tout d’abord ne marque pas les esprits, même si le film se base sur une partie de l’histoire des Trois Royaumes (que vous devez connaître depuis le temps). Entre des tromperies entre généraux, de la politique de bas étage et des histoires de cœur mal enflammées, nous ne sommes pas servis ici malgré la bonne prestation du cast. C’est simple : aucun enjeu dramatique ne ressort de cette soupe tiède : des gens meurent, sont tristes, sont énervés … et pendant ce temps là, à Vera Cruz, que se passe t’il ?


Donnie se la joue William Wallace … et se retrouve face à son égo !

Bien évidemment, le manque d’enjeu ne va pas en faveur des différents combats parsemant le film et , oh surprise, aucun ne se passera sans notre Donnie galactique ! Les combats sont sympas, plutôt bien filmés qui plus est, mais le souci est qu’il y a toujours un petit souci justement : photographie bizarre pour l’un, trop court pour l’autre, trop sombre pour le suivant, trop plat pour la bataille du début … bref, c’est sympa, mais cela reste quelconque et pas toujours maîtrisé donc ! Dommage car la mise en scène sait donner une certaine puissance aux coups donnés, et quelques passages valent vraiment le coup d’œil ! Ainsi, un combat dans un passage étroit ne sera pas sans rappeler Seven Sword, où encore Donnie qui court en pleine forêt en évitant les flèches ! Bref, quelques bons moments tout de même, mais que cela reste banal et de l’ordre du déjà vu.


Début et fin du plan séquence le plus osé de l’année (et le plus foutage de gueule aussi).

La seule chose que le film arrive à faire, c’est de nous divertir (par moment), et puis il faut tout de même avouez que le réalisateur prend le temps de faire évoluer ses personnages ce qui n’est pas si mal, même si au final, ça ne sert pas à grand chose. La fille du film n’est autre qu’une greluche déguisée, mais le personnage de Cao Cao joué par Jiang Wen (Les démons à ma porte) , premier ministre du dernier empereur (une tête à claque : Wang Po-chieh) de la Dynastie Han est celui qui s’en sort le mieux, car intriguant et surtout imprévisible. Il y avait vraiment de quoi rendre l’histoire vraie de ce général blasé Guan Yu sur écran bien plus épique que çà tout de même. Même le rythme manque malgré le nombre important de scène d’action … un comble.


Une baston qui n’est pas sans rappeler Seven Sword !

En conclusion, The Lost Bladesman ne m’a pas vraiment plu, car l’ennui et la non originalité du tout a fini par me mettre KO. Quelques séquences d’actions valent tout de même le détour car Donnie, quoi qu’on en dise, est toujours aussi impressionnant ! Mais quel dommage tout de même que le film manque d’enjeu à ce point, on pourrait presque croire que les deux réalisateurs étaient aussi blasés que leur film blasant. Tiens, exactement comme ce long (mais long) plan séquence de l’énorme baston à 1 contre 20 qui se déroule derrière une porte (quelle belle porte d’ailleurs). Blasant.

Note : 3.5/10

——————————————————————

A propos du DVD Z2:

Sortie le 24 Novembre 2011 en France.

Editeur : Seven Sept

Vidéo : Une image propre sur toute la durée du film. Les couleurs ressortent bien, le master est nickel et aucun défaut apparent ne vient perturber le visionnage du film. Très agréable de bout en bout. (les screens sont issus du dvd présent)

Son : Pas grand-chose à en redire, c’est excellent en général. Les enceintes se mettent à trembler lorsque nos combattants se réveillent, la puissance est palpable et c’est fort agrébale. Un son fonctionnel.

Sous titres : Français

Bonus :
– Court making of promotionnel
– Court teaser sur le cast

– Teaser et BA

Conclusion :
Un dvd honorable au facteur technique plus que satisfaisant. Les bonus sont par contre négligeables. Un bon support pour ceux qui veulent découvrir le film dans de bonnes conditions.

Les derniers articles par slimdods (tout voir)
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Supavince
19 novembre 2011 13:53

Ouais j’ai été un peu déçu aussi comme toi, même si j’aurai pas été aussi dur dans la notation.

Dans la version que tu as vu, la scène entre Donnie et Chin Siu-Ho sur son cheval au début du film est-elle censurée? Car sur ma version Blu-ray UK, je ne le vois pas tombé, le chwal! ^^ Ah, ces britanniques, amis des bêtes et grands sentimentaux, c’est bien connu!

Supavince
19 novembre 2011 14:06

Ah ouais, c’est bien ce que je pensais. Donc scène censuré en UK, pas en France…

Ben de toute façon, toutes ces nouvelles prod. HK/Chine, plutôt fortement influencée par le dernier cité se ressemblent bcp. Pas déplaisante, mais banal comme tu dis…

Cherycok
Administrateur
19 novembre 2011 14:28

Celui là, je me l’étais chopé, je l’ai juste survolé 30 secondes, voir ce que ca pouvait donner en un coup d’oeil, je m’en étais méfié car ça ne m’emballait pas. Je crois que j’ai bien fait même si visuellement ça a l’air correct.

Rick
Administrateur
20 novembre 2011 0:58

Clair que visuellement ça a franchement l’air pas mal, mais si ça ne se démarque pas du reste des prod du genre, je ne vois pas franchement l’intêret, surtout si c’est parfois mal calibré en rythme et les combats inégaux. Dommage. Je passe mon tour.

jujusan
jujusan
24 novembre 2011 10:22

Salut à tous !

Juste comme ça, vous savez ce que vaut PAINTED SKIN avec mister Yen ?

THANKS ^^

rootbwoy
rootbwoy
11 février 2012 11:38

Salut, je viens juste de visionner le film et j’adhère totalement à ton analyse. Les autres critiques du web, généralement avantageuses, se concentrent essentiellement sur l’esthétique au détriment de l’intérêt scénaristique, du rythme et certains aspects de la réalisation.
Le seul point fort que je lui reconnait c’est la réussite des scènes de combats. Entre chaque affrontement, il faut alors prendre son mal en patience, tant le reste a du mal à capter l’attention du spectateur (rythme lent, intrigue exposée de manière alambiquée,…). A ceux qui désirent découvrir le meilleur de Donnie Yen, je conseille vivement de se rabattre sur le récent et excellent “14 blades”, dont la critique sur le même site (http://blog.hkmania.com/?p=5835) me semble très sévère.
Merci pour ta critique.