[Avis] Bad Guys, de Bee Chan (2002)

Poon, Rick et Kwan sont des braqueurs connus dans l’Asie entière. Ils sont dangereux, recherchés, et très doués. Lors d’un casse, ils tuent même un flic infiltré. Alors qu’ils se mettent déjà sur un nouveau coup, deux des membres du groupe décident de tuer leur leader.


Avis de Rick :
Sorti en France sous le nom Bad Guys (avec une magnifique piste audio Cantonaise mais aucun sous  titres !), Partners est un polar tout ce qu’il y a de plus classique, arrivant un peu tardivement. En effet, en 2002, tout avait déjà été dit, de nombreux réalisateurs avaient, depuis John Woo et son A Better Tomorrow en 1986, épuisés le genre. Et pourtant, en 2002, c’est la résurrection, grâce à quelques réalisateurs (Johnnie To par exemple), et surtout, grâce à un film : Infernal Affairs. Le polar est relancé et revient à la mode, et tout le monde s’y met.

Badguys01Badguys02

C’est dans cette logique que Partners voit le jour cette même année. Sauf que le métrage fait les choses à moitié, voulant livrer beaucoup plus que ce que ses faibles moyens lui permettent. On se rend compte dés la scène d’ouverture, avec ses ralentis interminables (et pas très esthétiques il faut avouer) et sa musique un peu datée et répétitive, que Partners n’a pas le moyen de ses pourtant faibles ambitions. L’histoire, on la connaît, on la déjà vu pas mal de fois, et le scénario n’ajoutera pas d’idées de génie, se contentant de délivrer une histoire simple, classique, et surtout prévisible, sur des thèmes déjà traités maintes fois. Si l’on en croit la jaquette du DVD, on nous vend « un film d’action nourri de spectaculaires fusillades et cascades ». Oublions immédiatement tout ça, ou bien la déception sera encore bien plus grande.

Badguys07Badguys09

Malgré tout, Partners part avec un bon gros point pour lui : son casting en or, avec des valeurs sûres. Dans le gang de braqueurs, nous trouvons en effet, déjà, Simon Yam, habitué du cinéma de Johnnie To (PTU, Fulltime Killer), mais également vu dans d’autres polars et films cultes (Une Balle dans la Tête, SPL, Tiger Cage). Ajoutons à ces côtés le grand, l’unique, Michael Wong (Enter The Eagles, In The Line of Duty 1 et 4,  Beast Cops), mélangeant toujours, comme le veut sa réputation, le cantonais et l’anglais comme bon lui semble, et bien entendu, Eric Tsang, recyclé dans les polars (Infernal Affairs, Bullet and Brain) après les nombreuses comédies dans les années 80 (Le Flic de Hong Kong et tant d’autres).

Badguys10Badguys12

Ici, ils portent tous des costards noirs, des lunettes de soleil noires, ils sont armés, dangereux, ils marchent au ralentis, ils sont unis (plus ou moins), ils ont la classe, ils braquent des banques et autres. Voir ces trois grands acteurs évoluer dans une histoire certes convenue n’est jamais déplaisant, mais dès que l’action débarque, tout tombe à plat encore une fois. Car le film a un très petit budget, et il a bien fallut payer les acteurs. Le reste du film fait immédiatement beaucoup plus fauché, et cela s’en ressent énormément dés que l’action débarque, surtout qu’il n’y en a pas tant que ça, et que le métrage ne dure que 1h20. En effet, le réalisateur, Bee Chan, pour camoufler un peu son manque de budget, nous offre une caméra embarquée qui va souvent abuser du zoom. Ainsi, le sang, nous n’en verrons que peu, les impacts également, on ne comprend pas forcément grand chose à l’écran, et c’est fort dommage. Les scènes d’action, ou de braquages, seront en plus accompagnées d’une musique plutôt inadéquate, semblant datée avant l’heure.

Badguys13Badguys17

Il faut bien l’avouer, au final, Bad Guys n’a pas franchement beaucoup de choses jouant en sa faveur. Son histoire est classique et déjà vue, le déroulement ne nous réserve aucune vraie surprise, tandis que la mise en scène tente de faire ce qu’elle peut mais ne fait pas toujours les bons choix. L’action déçoit, il n’y a que quelques scènes parvenant à tirer leur épingle du jeu, et le trio d’acteur bien entendu, que l’on a toujours plaisir à voir.

note35

 

Badguys19Badguys20

 


badguysTitre : Bad Guys – Partners – 橫行霸道

Année : 2002
Durée : 1h20
Origine : Hong Kong
Genre : Policier

Réalisateur : Bee Chan

Acteurs : Simon Yam, Michael Wong, Eric Tsang, Mary Kwan et Chapman To


 

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

8 Comments

Add a Comment
  1. Ma review naze de l’époque : http://archives.hkmania.com/Polar/films/partners.htm

    J’avais été plus gentil que toi, mais il faut dire qu’à ce moment là, c’était un peu une période de vaches maigres en terme de vraies grosses sorties…

  2. Ah oui tu avais été gentil dis donc (ou alors j’ai vraiment été méchant…). Non je suis vraiment pas rentré dedans, et c’est sur que bon le voir maintenant, avec tous les autres à côté, ça ne fait pas le poids, mais pourtant j’en attendais pas grand chose…

  3. Je me range du coté de rick j’ai trouvé ca nul de nul.
    Alors oui c’est pas trop mal filmé quelque cadrage bien senti les trois acteur sont bon. Mais alors c’est tout car les fusillades sont horrible on comprend rien de rien ca bouge n’importe comment et même les acteurs on les a déjà vu des dizaines de fois dans des rôle bien meilleur ce film n’est qu’une succession de scène déjà vu cent fois il n’y a pas la moindre idée dans ce film.
    J’ai trouvé ca horrible mais ca vient aussi un peu du dvd comme tu dis pas de sous titres donc VF format cinémascope alors que c’est du 16/9 (ca ce règle pas grave) les accroches sont bien foireuse “par le producteur de Shaolin soccer” le truc qui pue l’arnaque, “un trios d’acteur qui a joué dans des films de Jet Li Jackie Chan et John woo” ca sent l’arnaque mais non manque juste les sous titres pour en profité.

    J’ai relu ta critique cherycok
    Tu as été très gentil maintenant je pense que tu n’écrirais surement pas “des gunfight bien orchestré” car ils sont atroce Shaky cam a mort illisible au possible et le final consiste a des gros plans sur les armes a feu et des douilles qui tombes au ralentit.

  4. Bah y’a eu un ventre mou au debut des années 2000. Et puis je me tapais tellement de produits bis inconnus que je crois que j’étais devenu moins difficile. Et ca avait du me faire du bien de revoir des acteurs que j’aimais. Si je me souviens bien, j’avais beaucoup aimé la bande originale

  5. Rohlala je l’avais quasiment oublié ce film les gars !!! J’avais voulu refourguer le dvd à un pote, mais l’absence de sous titres pour la VO a fait que non, il traîne dans un carton…

  6. Hi hi, Feroner et Matt, spécialiste du déterrage de vieille chronique ^_^

  7. Oui c’est sur des fois je vais même sur l’ancien HK mania et c’est pas finis car j’ai un stock énorme de vieux films HK a me faire, bon la j’ai déterrer une crotte.
    Rick le mien il est a la poubelle, un mauvais film dans une mauvaise édition que faire d’un truc pareil.

  8. Oui c’est vrai que même en amenant ça dans une boutique pour le revendre, je gagnerais quoi, 50cts au final… il m’en avait coûté 90, donc à la poubelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *