[SVOD] Quoi de neuf sur Outbuster en juin ?

Chez Outbuster, la plateforme de SVOD française pas comme les autres, on fait justement rien comme les autres. Et une fois de plus, ils nous proposent des films pas comme les autres, pour le plus grand plaisir des curieux et des aventuriers du cinéma. Alors vous trouverez ci-dessous ce qui arrive en juin dans leur catalogue.

On vous rappelle que l’abonnement à Outbuster coute 6€ par mois (après une première semaine gratuite) et que si vous voulez y adhérer, ça se passe ICI.


NO IS YES (1997, U.S.A)

De Laura Parnes

0h40 – Drame, Érotique, Thriller, Art

Deux adolescentes tuent et mutilent leur rockstar préférée. Le film s’inspire de l’utilisation habituelle par MTV de techniques expérimentales de cinéma et de vidéo pour créer des publicités élaborées pour leur produit spécialisé : la pop star.

NO IS YES, c’est un moyen métrage à l’énergie créatrice très propre à l’ambiance 90s. Il y a de la transgression, du noise en fond sonore, une vengeance extrême et une caméra brouillonne qui plonge dans des pensées psychédéliques rehaussées par la surconsommation de drogues. Pour les amateurs d’expérimentations rock et punk, vous avez trouvé votre film. Laura Parnes sait happer l’attention du spectateur qui veut se laisser séduire par ces deux actrices un peu folles, un peu rebelles, un peu libres. Ajoutons à cela une attention particulière à la mode et à l’ambiance musicale et nous avons un film qui surfe sur le « cool et décalé », dans l’insolence la plus pure que procure la vingtaine et le sentiment de marcher sur le monde.

Fiche SensCritique : ICI

Disponible le : 05 juin 2024


RIVAL (2020, Allemagne)

De Marcus Lenz

1h36 – Drame / Thriller

Roman, neuf ans, suit sa mère Oksana en Allemagne où elle travaille illégalement. Elle y vit avec Gert, veuf de 62 ans, qui souffre de diabète. Gert essaie de se lier d’amitié avec le garçon, mais Roman a du mal à attirer l’attention de sa mère. Quand Oksana tombe soudainement malade, Roman se retrouve seul avec son rival. Gert s’avère être un bon camarade de jeu jusqu’à ce qu’il meure dans un accident. Roman est tout seul et peut désormais vivre sa folle curiosité et son désir de liberté.

Rival de Marcus Lenz est l’un de ces films si ouvertement bizarres que l’on finit le film sans savoir ce que l’on doit ressentir. Ce film, dont certains des thèmes les plus lourds sont peut-être un peu maladroits mais dont le visionnage est néanmoins intriguant, risque certes de diviser le spectateur, mais c’est ce qui le rend aussi intéressant. Le jeune acteur Yelizar Nazarenko livre une performance assourdissante et porte sur ses épaules ce commentaire sociopolitique percutant sur des questions importantes de notre société.

Fiche IMDB : ICI

Disponible le : 12 juin 2024


L’ENERGIE POSITIVE DES DIEUX (2021, Belgique)

De Laetitia Møller

1h10 – Documentaire / Musical

Leur musique est un élan de rock électrique. Leurs paroles sont une poésie sauvage. Accompagnés de quatre musiciens, Stanislas, Yohann, Aurélien et Kevin sont les chanteurs du groupe. Ils ont une vingtaine d’années, avec une présence scénique et un style singulier. Ils soufflent le vent et hurlent de colère.

Cinq ans après la mini-série télévisée « Pervers Narcissique », Laetitia Møller nous rapproche de son incursion au cœur du groupe Astéréotypie, né dans un institut médico-éducatif des Hauts-de-Seine. Caméra à l’épaule et un regard neutre sur le processus créatif des chansons, c’est tout simplement de l’authenticité que l’on cherche à capter. Cet aspect de la communication passera ainsi par chaque autiste, dont on viendra explorer les angoisses et les limites. C’est ce qui ajoute une certaine poésie dans le choix des compositions et des paroles chocs, qui viennent des tripes et c’est tout ce que l’on demande d’un documentaire aussi bienveillant. (Senscritique.com)

Fiche IMDB : ICI

Disponible le : 19 juin 2024


LUCIERNAGAS (2018, Mexique)

De Bani Khoshnoudi

1h28 – Drame

Ramin fuit les persécutions en Iran et finit par vivre dans les limbes de l’exil, loin de tout ce qu’il connaît, dans la ville portuaire tropicale de Veracruz, au Mexique.

A voir l’affiche, je m’attendais à une romance entre hommes sur fond d’immigration. Contre toute attente l’homosexualité n’est pas le sujet (principal) du film. L’exil, le déracinement, l’adaptation à une nouvelle vie, la quête d’identité, l’homophobie, la solitude, l’espoir d’autre chose…Tant de thèmes abordés avec force délicatesse et sensibilité de la part de Bani Khoshnoudi, jeune réalisatrice d’origine iranienne, pour ce deuxième long métrage. Le rythme est lent, avec peu de dialogues, tout est dit entre gestes et regards. Mais on ne s’ennuie pas une seule seconde. Une mise en scène discrète et sobre, sur des images superbes de Vera Cruz, distille une émotion qui m’a très vite serré le cœur jusqu’à une dénouement déchirant et ouvert à plusieurs interprétations. Les acteurs sont tous formidables. Arash Marandi est aussi charismatique que touchant, Edwarda Gurrola très émouvante et Luis Alberti envoutant dans un rôle aussi séduisant que difficile. Luciérnagas est donc un film magnifique, plein de finesse, de subtilité et terriblement mélancolique. Une belle surprise pour un très beau moment. (Senscritique.com)

Fiche IMDB : ICI

Disponible le : 26 juin 2024


0 0 votes
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments