[Semaine Humour] Jour 5 : Conduct Zero

Titre : Conduct Zero / Manner Zero / No Manner / Pumhaeng zero
Année : 2002
Durée : 1h39
Origine : Corée du Sud
Genre : Comédie
Réalisateur : Cho Geun-Shik

Acteurs : Ryu Seung-beom, Im Eun-gyeong, Gong Hyo-jin, Kim Gwang-il, Bong Tae-gyu, Choi Woo-hyeok, Lee Chang-hak, Geum Bo-ra, Ahn Gil-kang, Ryu Seung-su, Park Seong-bin

Synopsis : Joong Pil, un jeune voyou plein d’énergie, s’est forgé une réputation de bagarreur qui le place en tant que « roi » du lycée de telle manière que personne n’ose s’opposer à lui… jusqu’au jour où un rival mystérieux débarque au lycée.

Avis de Ryô Saeba :
L’histoire de Conduct Zero se déroule dans un lycée en Corée durant les années 80 où Joong Pil, un jeune voyou, s’est forgé la réputation de « roi » du lycée grâce à la renommée de ses poings légendaires. Ainsi, dès le début du film, un des élèves narre à la classe un des exploits accomplis par Joong Pil la veille, et on entre tout de suite dans le film avec une séquence d’introduction totalement délirante dans laquelle Joong Pil défonce toute une équipe de Taekwondo dont les membres s’envolent comme des quilles sur la musique de Robot Taekwon (l’équivalent coréen de Astro Boy). Des moments comme ça, on en retrouvera par la suite également un autre pour narrer les exploits de son rival, tout frais transféré dans le même Lycée.

Avec Conduct Zero, il n’y a pas de prise de tête, on assiste à une comédie mettant en scène des gangs de lycée (filles comme garçons) avec des rivalités sur le plan du territoire / force comme sur le plan de l’amour. Car si le film commence comme une comédie pure, il va lentement glisser vers la romance mais heureusement le film n’est pas non plus une comédie romantique tel que les coréens ont l’habitude de nous servir avec 1 heure de comédie et 30 minutes de bons sentiments associés à un twist bien pourri que l’on voit arriver des kilomètres à la ronde.

On retrouve pas mal de références nostalgiques de la Corée des années 80 : la musique du générique de Robot Taekwon qui était diffusé à cette époque, tout comme dans le film Champion lorsque le héros court après le bus ; le matage du porno non censuré entre amis tout comme au début de Friend ; ou encore les gros disc LP 33 tours pour la musique. Les acteurs se débrouillent très bien, Ryu Seung-beom en tête dans son personnage de voyou au grand cœur mais aussi Gong Hyo-jin qu’on a pu déjà remarquer dans Volcano High, qui joue son équivalent féminin.

Au final, Conduct Zero est un bon divertissement avec des personnages bien construits, attachants, et un petit côté délirant par moment qui donne le sourire.

Note : 7.5/10

Ryo Saeba

C’est véritablement Shaolin Soccer qui déclencha un élan de passion à partir duquel il se lança dans la vision de films sous titrés anglais. Et là ce fut le bonheur, il avait devant lui tout un pan du cinéma à découvrir, des genres propres au cinéma de Hong Kong comme le kung fu old school, les girls with guns ou encore le Wu Xia Pian...

6 Comments

Add a Comment
  1. LA meilleure comédie coréenne, et sans doute l’une des meilleurs comédies (tout court) de ces 10 dernières années !
    Puis quelle bande originale !

  2. Magnifique chronique adolescente dans une Corée du Sud en plein pouvoir militaire, offrant un final émouvant et etonnant.
    Une fausse comédie, qui cache en fait un drame intelligent teinté de nostalgie, et une romance où émèrge des sentiments naissants d’une rare intensité ! 

  3. Très bonne comédie, originale et fraîche avec un petit côté vintage salutaire. L’OST est un must have.

  4. Sur les conseils de Cherycok, Rick ou I.D. je ne m’en souviens plus, j’ai regardé Conduct zero. Excellente surprise !
    Comédie réussie mêlant action et romantisme, dans la veine des comédies gangs collège, mais avec plus de dérision, de Fx et évitant de tomber dans la guimauve. Je n’ai reconnu aucun des acteurs, même en ayant vu Volcano high…
    Dans le même genre, en plus féminin et plus eau de rose, on peut trouver : “Girl X Girl”.
    Marrant d’entendre ‘Hit ‘Em High’ en début de film, une version rap qui a fait un carton lors de la sortie du film SpaceJam en 1996 (Extended Track Masters remix, B Real, Busta Rhymes, Coolio, LLCoolJ et method Man).
    Une des meilleures comédies coréennes que j’aie pu voir 8/10

  5. C’est pas moi parce que je ne l’ai pas encore vu. Je l’ai en stock, faudrait que je me le fasse car effectivement, il a très bonne réputation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *