[Film] Wheels, de Donavon Warren et Tim Gagliardo (2014)


Mickey est un paraplégique aux tendances suicidaires mais qui n’arrive pas à mettre fin à ses jours quelle que soit la manière qu’il emploie. Alors qu’il traine dans un bar, il croise la route de Drake, un sans-abri junkie au tempérament explosif, lui aussi en fauteuil roulant. Mickey lui offre 500$ pour qu’il l’aide à mettre fin à ses jours en lui tirant une balle dans la tête. Drake accepte, et c’est ainsi que nait une amitié entre les deux hommes. Une amitié forte qui sera leur seule arme pour survivre à la rue, l’héroïne, la cocaïne, aux prostitués, et à leur douloureux passé.


Avis de Cherycok :
J’aime bien me lancer des défis. Et aujourd’hui, je me suis dit « Tiens, si je me matais coup sur coup mon film le mieux noté sur IMDB et mon film le moins bien noté sur IMDB… ». Petit coup d’œil à mon logiciel de filmothèque et quelques instants plus tard les résultats sont là. Mon film le plus mal noté est l’adaptation cinématographique du phénomène des années 80 « Les Crados » (mais ça, on y reviendra dans une prochaine chronique), et le mieux noté est Wheels, un film de 2014 (qui a tourné dans les festivals) mais sorti un peu partout dans le monde en 2017 en VOD. 9.3/10 de moyenne pour un peu plus de 17250 votes, oui, ça claque, même si on sait que les moyennes sur IMDB peuvent parfois s’avérer fantaisistes. Wheels, c’est quoi ? Wheels, c’est l’histoire de deux personnes brisées qui cherchent une raison de vivre, ou de mourir. Mais surtout Wheels, c’était vachement bien.

« Je me suis toujours demandé à quoi la mort ressemblait. Mon nom est Mickey, et je vais vous raconter mon histoire ». C’est avec ses paroles qui déjà donnent le ton que commence Wheels. Mickey est un jeune homme en fauteuil roulant qui tente désespérément de se tuer mais qui n’y arrive pas, soit car quelqu’un est là pour l’en empêcher, soit car le sort en a décidé autrement, et qui cumule les séjours en hôpital psy. Il se dit que si lui n’y arrive pas, quelqu’un le pourra pour lui. C’est ainsi qu’au détour d’un bar, il fait la rencontre de Drake, un sans-abri sans scrupule, arnaqueur, cherche merde, lui aussi en fauteuil roulant. Il y voit l’homme parfait pour l’aider à mettre fin à ses jours en échange de 500$. Une fois de plus, le sort en voudra autrement et ça ne marchera pas. Il cherchait une raison de se suicider, il y aura trouvé une raison de vivre. Une vie certes faite de débauche, alcool, drogue, prostitués, arnaques, larcins, désillusions, qui va l’aider à atténuer son mal-être, l’aider à faire le point sur sa vie, l’aider rebondir.
Wheels est un drame social assez sombre, mâtiné de comédie noire. L’histoire de deux destins détruits mais surtout de deux personnages très touchants. Tantôt attachants, tantôt énervants, Mickey et Drake ont un train de vie autodestructeur, sans doute pour se sentir plus vivants dans une vie où tout va mal. L’histoire de deux gars capables de tout pour se procurer de l’argent et s’évader dans la drogue qui atténue, même temporairement, leurs souffrances, et qui nous est contée de manière parfois cinglante, parfois coup de poing, souvent étonnante et peu commune.

Donavon Warren (quelques courts à son actif) et Tim Gagliardo (dont c’est le premier film) ont cru à leur film jusqu’au bout. Donavon Warren a mis 14 ans à écrire le scénario, s’inspirant de sa propre dépression. 14 ans à essayer donner de son énergie pour le mettre en boite, n’hésitant pas à perdre, façon Christian Bale dans The Machinist, 23 kilos pour les besoins de la 2ème partie du film, à tester des médicaments pour des laboratoires pharmaceutiques afin d’avoir un peu plus de budget. L’autre acteur principal, Patrick Hume (des apparitions dans pas mal de séries TV) a lui aussi donné de sa personne, allant même jusqu’à s’arracher réellement deux ongles et entretenir sa saleté pour jouer son rôle de sans abri. Tous les deux ont passé énormément de temps dans les rues et les basfonds de Hollywood Boulevard afin de s’imprégner de cette ambiance parfois crasseuse. Patrick Hume a même été arrêté et questionné par la Police lors du tournage tellement il était convaincant dans son rôle de drogué. Il crève d’ailleurs l’écran à chacune de ses scènes et de manière générale, la direction d’acteur est une réussite totale.

Les deux réalisateurs arrivent avec leur petit budget à pondre une œuvre assez unique. La mise en scène est sobre, pure, et assure un cadrage et des plans exemplaires. Le côté sombre du scénario est accentué par des couleurs et des filtres ternes qui nous envoient directement dans le désespoir des protagonistes. Les flashbacks très présents sont bien amenés et appuient encore plus le « présent » déjà bien triste en soi. Pas « triste » dans le sens où on essaie de nous tirer une larmichette, mais « triste » plutôt dans le destin tragique de nos deux héros. Wheels est un film sombre, nihiliste, avec des moments très durs (la scène du bain), mais qui pourtant ne tombe jamais dans le pathos larmoyant grâce à un humour qui fait souvent mouche. Oui, il est possible de rire devant cette histoire d’handicapés moteurs alcooliques, drogués et sans abri, ce film nous le prouve. On est dans le cynisme, l’humour noir, voire l’ironie, dans des scènes souvent surréalistes, mais ô combien réjouissantes qui permettent à ce drame de dégager une aura très particulière et surtout une grande puissance. Celle des grands films tout simplement.

LES PLUSLES MOINS
♥ La mise en scène
♥ Les acteurs
♥ Le scénario
♥ Excellente BO
⊗ Quelques maquillages…
A la fois drame nihiliste, comédie noire, thriller et même film social, Wheels est une œuvre unique. Superbement écrit, magnifiquement interprété, il nous fait passer par toutes les émotions. Un film d’une rare justesse à voir absolument.



Titre : Wheels
Année : 2014
Durée : 1h55
Origine : U.S.A
Genre : Un fauteuil roulant pour deux
Réalisateur : Donavon Warren, Tim Gagliardo
Scénario : Donavon Warren

Acteurs : Donavon Warren, Patrick Hume, Diana Gettinger, Kevin McCorkle, Will Jennings, Parker Bolek, Irina Costa Jelinek, Samantha Siong

 Wheels (2014) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Matt
Matt
21 mars 2019 11:25

Typiquement le genre de film qui ne m’attire pas.
En fait je suis conscient que ça peut être très bien fait, mais aussi que ça peut sévèrement déprimer par son approche très réaliste de quelqu’un qui connait la dépression.
Comme cette foutue maladie ne m’est pas étrangère non plus ni à moi ni à certains membres de ma famille, je ne suis pas sûr de vouloir me plonger dans l’horreur du truc. ça mérite d’être vu pour ceux qui ne connaissent pas je pense^^