[Film] The Toxic Avenger part II, de Lloyd Kaufman et Michael Hertz (1989)


Tromaville est à présent nettoyée de sa racaille. Déprimé et désœuvré, Melvin décide de partir à la recherche de son père au Japon. Alors qu’il parvient à retrouver sa trace, Tromaville est investie par une bande de pollueurs sans scrupules et la région est en danger. .


Avis de John Roch :
Débarrassé de toute présence criminelle, Tromaville est désormais un lieu où il fait bon vivre, les habitants sont heureux et dansent à longueur de journée. Tous sauf un : Melvin le toxic avenger, Toxie pour les intimes. Malgré le soutien de Claire (sans justification aucune, le nom de son aveugle de petite amie a changé), celui-ci se sent inutile aux yeux de la communauté, entraînant une dépression dont va se servir L’Apocalypse Inc., un puissant lobby se servant des produits chimiques pour faire fortune. Le stratagème est le suivant : mettre la dépression de Toxie sur le compte de l’absence de la figure paternelle, afin de le forcer à se rendre au Japon pour retrouver son père, et mettre la main sur Tromaville pendant son absence.

Pour Toxic Avenger 2, Lloyd Kaufman s’envole pour le Japon, ce qui peut s’expliquer par la présence de capitaux japonais dans le budget. En effet, la société Gaga Communications se lança dans la coproduction internationale pour être visible hors de l’archipel nippon, où The Toxic Avenger premier du nom avait été un succès, ceci expliquant la présente collaboration.

Occupant une bonne heure de l’ensemble du métrage, la délocalisation des aventures du vengeur toxique vaut-elle le coup ? Oui et non, car s’il faut reconnaître que de voir Melvin (qui voit son nom changé en un autre à consonance japonaise : Junko) affronter des Yakuzas, Ninjas et autres acteurs de Kabuki, il est dommage que l’on ait plus l’impression de voir un film de vacances de Lloyd Kaufman qui fait faire le con à sa créature qu’autre chose, l’un des personnages récurents étant par ailleurs… un guide touristique.

L’un des points forts du premier opus était son mélange entre l’humour et le gore, sauf qu’ici le premier ne fonctionne pas lorsqu’il n’est pas combiné à l’autre. On passe d’un humour certes débile, mais qui restait drôle, à du carrément lourdingue, voire imbuvable, en particulier dans les scènes se passant à Tromaville, dans lesquelles Claire est juste insupportable à gesticuler dans tout les sens, mais ceci n’est rien à coté de son hystérie épuisante sur la longueur. Ceci est heureusement relevé par une galerie de personnages encore une fois frappadingues. Citons le big boss de L’Apocalypse Inc., joué par un acteur qui passe de la sobriété au surjeu avec une habilité étonnante (malheureusement trop peu présent, le tir sera corrigé dans le troisième opus) ; son bras droit, une nymphomane ne rêvant que de se taper Claire ; et une bande de sbires au féminin, des bodybuildeuses qui passent leur temps à bander les muscles en arrière plan. Coté nippon, si la galerie des ennemies de Toxie est haute en couleurs, on retiendra Rikiya Yasuoka, un habitué des films de Takashi Miike, et à l’affiche d’une autre production américaine de cette année 1989 (Black Rain de Ridley Scott) dans le rôle de Big Mac Junko, et un caméo de Go NagaÏ, le papa de Goldorak.

En revanche coté tripaille, c’est un succès. Et autant prévenir ceux qui n’ont connu que la vhs ou les rares diffusions télé française, expurgées de toutes scènes gores : ils vont tomber à la renverse devant la version intégrale. Rien que la première scène qui voit Toxie affronter des hommes de mains de L’Apocalypse Inc. (dont un certain Michael Jai White) est à elle seule presque aussi gore que l’intégralité du premier film.

LES PLUSLES MOINS
♥ Toxie au Japon…
♥ Toujours aussi gore
♥ Des personnages toujours aussi frappés
⊗ …pour une visite guidée de Tokyo, ni plus, ni moins
⊗ L’humour, par moment insupportable
⊗ Claire, encore plus insupportable
C’est un toxic avenger en petite forme que l’on retrouve pour ce second opus. Moins percutant que son aîné, il reste néanmoins recommandable pour quelques scènes mémorables riches en gore qui tache.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Michael Jai White fait ses débuts à l’ écran dans ce film
• Rick Collins, qui joue le président de l’apocalypse inc., apparaît dans les quatre volets de la saga
• Phoebe Legere, qui joue Claire, et son groupe the four nurses of the apocalypse ont fait la première partie de la tournée de David Bowie en 1990.



Titre : The Toxic Avenger part 2
Année : 1989
Durée : 1h49
Origine : U.S.A
Genre : Big in Japan
Réalisateur : Michael Hertz, Lloyd Kaufman
Scénario : Lloyd Kaufman

Acteurs : Ron Fazio, John Altamura, Phoebe Legere, Rick Collins, Rikiya Yasuoka, Mayako Katsuragi, Jessica Dublin, Joe Fleishaker

 The Toxic Avenger Part II (1989) on IMDb


John Roch
5 1 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
11 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
29 septembre 2020 8:53

J’avais dû voir la version censurée à l’époque car le film m’avait déçu entre autre pour son absence de gore qui tâche. Y’avait des moments funs mais j’avais envie de tripaille et je n’en avais pas eu ^_^

Rick
Administrateur
Reply to  Cherycok
29 septembre 2020 10:13

Pareil, vu à l’époque la version censurée. J’ai depuis la version non censurée, mais pas encore vu, n’étant pas un grand fan du second opus. Enfin ça vaut toujours bien plus que le troisième opus, qui, censuré ou pas, je ne compte absolument pas revoir.

Faze
Faze
Reply to  John Roch
30 septembre 2020 1:24

Vu à l’époque mais également dans la version expurgée de son gore.
J’avoue que l’humour de ce 2 ème opus oscillait entre l’ennui poli et l’insupportable … alors avec le gore en moins autant dire que je fut largement déçu.

Mais apprenant ici qu’il y a donc une version “uncut” je vais quand même tenté de le revoir.

Et Michael Jay White … je l’avais pas du tout calculé à l’époque et pourtant j’aime bien le bonhomme ! Haha.

Rick
Administrateur
Reply to  John Roch
30 septembre 2020 21:41

Arf, tu sais me vendre du rêve…. Bon en même temps, rien d’urgent pour les revoir, vu que tu as déjà écris dessus haha ! Je vais laisser le coffret trainer quelques temps dans un coin et rattraper les autres films en retard que j’ai.

Mais ici on admire ton dévouement pour faire l’intégrale. Combien de sagas j’ai abandonné car c’était trop dur !

Faze
Faze
Reply to  Rick
30 septembre 2020 23:07

A part Twilight tu n’as jamais abandonné !
Rico il laisse jamais tomber !

Rick
Administrateur
Reply to  Faze
30 septembre 2020 23:51

J’ai vu tous les Twilight…….
Mais j’ai abandonné Leprechaun (pas vu le 6), abandonné Hunger Games après deux films, j’ai vu que 3 ou 4 Harry Potter, et sans doute pleins d’autres sagas qui ne me reviennent pas en tête là.

Faze
Faze
Reply to  Rick
1 octobre 2020 2:37

Twilight , Hunger Games , harry potter … jamais vu aucun de ces films.

Et Leprechaun j’ai du arrêter au 3 eme volet de mémoire.

Bref tu es bien plus courageux que moi ! 😀 (n’empêche Twilight … toute la saga … respect !)

Cherycok
Administrateur
Reply to  Faze
1 octobre 2020 7:34

Tapez vous les sagas des Nemesis et des Deathstalker bande de petits joueurs ^_^

Rick
Administrateur
Reply to  Faze
1 octobre 2020 20:45

Tu ne perds rien à ne pas les avoir vu, enfin avis perso.

Tu as raté Leprechaun 4, dans l’espace ! Un méga gros nanar celui-là. Bon après, pas sûr de vouloir, même pour la blague, le revoir un jour, mais il était sur le moment assez drôle. Quand dés la scène d’ouverture (cheap) tu vois le Leprechaun avec un sabre laser, tu capte tout de suite le niveau.

Et oui Chery, tu es courageux, mais aussi fou. En tout cas si un jour tu te lances dans Puppet Master 4 et 5, je veux bien ressortir mes chroniques d’il y a 10 ans des trois premiers et les remettre au goût du jour, vu que j’ai bien envie de revoir la trilogie de base ^^

Cherycok
Administrateur
Reply to  Rick
2 octobre 2020 12:05

J’ai les 5 premiers Puppet Master. Par contre, si je me lance dedans, je vais commencer par le premier hein. Je ne crois pas avoir déjà commencé une saga autrement que par le premier opus. Surtout quand j’ai appris que la suite de Dools qui était prévue (que j’ai chroniqué recemment et que j’ai aimé) est au final devenu la saga des Puppet Master