[Film] The Sleep Curse, de Herman Yau (2017)


De 1941 à 1945, durant l’occupation de Hong Kong par le Japon, la collaboration d’un jeune traducteur avec l’ennemi fait que sa vie est maudite par une “femme de réconfort” forcée à devenir une esclave sexuelle, puis assassinée. 45 ans plus tard, les péchés de l’homme reviennent hanter son fils, un professeur spécialisé dans les troubles du sommeil…


Avis de Cherycok :
Je ne sais même pas à quand remonte mon dernier Cat III. Six ans. Sept ans peut-être. Bref, trop loin pour que je m’en souvienne en tout cas. Et pourtant, j’en ai vu un sacré paquet à l’époque HKMania, fouillant les bas-fonds des sites de VCD pour trouver la pépite obscure car je ne pouvais me contenter que des classiques dont j’avais au final fait vite le tour. Quand on parle de Cat III, les noms qui nous viennent immédiatement en tête sont le duo Herman Yau / Anthony Wong qui nous auront pondu quelques pépites du genre tels que Taxi Hunter (1993), The Untold Story (1993) ou encore Ebola Syndrom (1996). Alors quand Yau annonce il y a quelques années qu’il a pour projet un nouveau Cat III intitulé The Sleep Curse, et qu’il désire que Wong soit l’interprète principal, il était attendu au tournant. Même si en deçà des films précédemment cités, le résultat est des plus réjouissants !

Pour ceux qui ne connaitraient pas la Cat III, c’est une classification dans le cinéma de Hong Kong, créée en 1988, pour des films à ne pas forcément mettre entre toutes les mains. On y trouvait pêle-mêle des films érotiques, des films amoraux, des films gores, des films ultra violents, des films traitant de manière frontale de drogue, … Bref, des films qui n’étaient pas à mettre entre toutes les mains et qui étaient en gros interdits aux moins de 18 ans. Très présents dans les années 90, ils représentaient la liberté de mouvement du cinéma de Hong Kong, et ont été de plus en plus nombreux avec l’approche de la rétrocession de 1997 et la peur qu’elle suscitait. Parmi les plus représentatifs du genre, citons Red to Kill, Run and Kill, Story of Ricky, Eternal Evil of Asia, Raped by an Angel, Underground Banker, Sex and Zen, ou encore Erotic Ghost Story. Herman Yau désirait retrouver avec The Sleep Curse l’ambiance et la violence de The Untold Story et Ebola Syndrom, même si, sur bien des aspects, son film a des points communs avec Daughter of Darkness de Ivan Lai, autre fleuron du genre. Herman Yazu et Anthony Wong ont également collaboré dans d’autres films plus sages tels que On The Edge (2006), Ip Man The Final Fight (2013) ou encore The Mobfathers (2016), mais il voulait ici que ce dernier rejoue dans un rôle de psychopathe qu’il tient si bien. Et c’est toujours autant le cas. Même si cet aspect n’est présent au final qu’en toute fin de métrage, Anthony Wong est une fois de plus exceptionnel, capable de tout jouer, ici en spécialiste du sommeil qui cherche à faire en sorte que les gens puissent vivre sans dormir. Il est capable en un fragment de seconde de passer d’un état calme à un état de furie froide. Il interprète d’ailleurs ici un double rôle, celui du spécialiste du sommeil donc, et celui de son propre père plusieurs dizaines d’années auparavant.

En effet, le film est construit sur deux époque, une contemporaine (les années 90 à vrai dire), et une autre 50 ans plus tôt, durant la guerre sino-japonaise (1937-1945), et la mise en scène va être des plus intéressantes. Le film va se focaliser d’abord sur la première époque, durant 30 minutes, puis sur la seconde, durant 30 minutes également, puis va entremêler les deux durant ses 30 dernières minutes. C’est posé, visuellement beau même si volontairement froid (avec utilisation de filtres souvent pâles), avec un rythme relativement lent, histoire de bien mettre en place son ambiance, sans jamais ennuyer. Herman Yau va se détacher ici de ses productions Cat III des années 90 en évitant l’humour et le second degré sous quelques formes que ce soit. Il va évoquer le karma, la souffrance humaine, la filiation, l’amour, l’horreur de la guerre pour les civils (en particulier les femmes), la vengeance, la traitrise, … le tout avec une très légère pointe de surnaturel (magie noire). Pour le coup, il y aura des moments assez durs, aussi bien psychologiquement (la fuite des fillettes, la maison de passe, …), que visuels, surtout lors du final où Yau va aller relativement loin dans le noir, le glauque, le désespéré, le gore bien crade. Ce gore n’est en vérité que peu présent, lors d’une scène au début du métrage, et sur ce final donc. Mais on reconnait là clairement le Herman Yau de Untold Story et Ebola Syndrom (décapitation, mutilation, cannibalisme) et ces scènes restent bien en tête.

LES PLUSLES MOINS
♥ Anthony Wong exceptionnel
♥ La mise en scène
♥ Le gore, rare mais percutant
♥ La reconstitution historique
⊗ Les giclées de sang en CGI
⊗ Les quelques tentatives de jumpscare
Drame virant vers l’horreur, The Sleep Curse est une nouvelle réussite pour le maitre de la Cat III Herman Yau. Même s’il n’arrive pas au même niveau que les fleurons du genre, il n’en demeure pas moins un bon film avec une fin bien marquante.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Herman Yau aurait annoncé que The Sleep Curse serait son dernier film du genre, en précisant qu’il n’aimait plus tourner ce genre de divertissement.
• Herman Yau et la scénariste Erica Lee ont travaillé ensemble sur pas moins de 12 films : Split Second Murders (2009), Ip Man – The Legend is Bon (2010), The Woman Knight of Mirror Lake (2011), Ip Man – The Final Fight (2013), Sara (2015), The Mobfathers (2016), Nessum Dorma (2016), Shock Wave (2017), 77 Heartbreaks (2017), The Leakers (2018), The Whitestorm 2 (2019) et donc The Sleep Curse (2017).
• Anthony Wong n’est pas le seul à incarner deux personnages. Il en est de même pour Michelle Wai (White Storm 2, Meow) qui interprète Man Ching et Man Woon, les sœurs jumelles.


Titre : The Sleep Curse / 失眠 / Shi Mian
Année : 2017
Durée : 1h40
Origine : Hong Kong
Genre : Ce rêve b… rouge
Réalisateur : Herman Yau
Scénario : Erica Li Man, Eric Lee Sing

Acteurs : Anthony Wong, Michelle Wai, Jojo Goh, Funaki Ikki, Mak Hwai-Yuen, Gordon Lam, Chye Yang, Pearlly Chua, Yip Ching-Fong, Bryant Mak, Jayden Sow

 Shi mian (2017) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
25 juillet 2020 16:37

Mais je savais pas qu’il existait ce film !!!
Quand j’ai vu que tu faisais une critique de ce film j’ai foncé direct sur rasbora en espérant en espérant le trouver.
Comme toi j’ai trouvé ca bien même si les apparitions de fantômes je trouverais toujours ca assez ridicule non mais franchement ca fais peur a qui? Le viol de fillette ca par contre c’est vraiment choquant et pas gratuit car c’est vraiment arrivé. Michelle Wai joue une jeune fille a 33 ans et ca passe elle sont incroyable ces Chinoises et Antony Wong est génial mais ca on le sait depuis longtemps. L’histoire est inintéressante surprenante mais sur la fin c’est un peut confus. Herman Yau ce débrouille vraiment bien maintenant niveau réalisation le c’est vraiment beau par moment avec de belles couleurs a dominante Jaune et rouge. Herman Yau est aussi devenu plus constant j’ai vu 5 de ses derniers film et aucun nanar a la con comme il faisait avant comme Lethal ninja tout en gardant le même rythme de 2 films par an en moyenne. Son White storm 2 m’a régalé je pense en faire une critique prochainement et j’attend Scok Wave 2 de pied ferme.
Je fais pas partie des nombreux fan d’Ebola syndrome je l’ai vu qu’une fois et j’ai eu beaucoup de mal au début (j’ai faillit arrêté plusieurs fois) et que c’est moche Anthony Wong est monumental mais le reste du casting et tout naze. Mais c’est sur que la fin est incroyable je risque pas de l’oublier.

Feroner
Administrateur
Reply to  Cherycok
26 juillet 2020 19:43

Les jumpcare ca marche pas du tout sur moi alors qu’il suffit qu’on frappe a ma porte ou que le téléphone sonne quand je suis en train de lire pour que je fasse un bond.

Last edited 3 mois Il y a by Feroner