[Film] The Outlaws, de Kang Yoon-Sung (2017)


Ma Seok-do, le chef de la brigade anti-criminelle, maintient la paix entre les gangs de Garibong, le quartier chinois de Séoul, jusqu’au jour où débarque le gang du Dragon Noir. Les membres de cette organisation ne respectent aucun code d’honneur et ne font preuve d’aucune pitié. Ils éliminent les gangs rivaux, de façon sanglante, l’un après l’autre.


Avis de Cherycok :
On revient au pays du matin calme avec The Outlaws, sorti fin 2017. Encore un polar, oui, mais force est de constater que, même s’ils ne brillent pas toujours par leur originalité, les polars coréens font souvent preuve d’une grande efficacité et d’une plastique superbe. De plus, à sa sortie, The Outlaws a réalisé pas loin de 7 millions d’entrées au box-office local, faisant de lui à cette époque le troisième film coréen le plus rentable jamais réalisé. Oui, ce n’est pas rien. Alignant un casting trois étoiles, rempli de têtes connues aussi bien dans les premiers que les seconds rôles, The Outlaws est effectivement très plaisant à voir. Un bon film mais malgré tout pas parfait.

The Outlaws est basé sur des faits réels, ceux de l’Incident de Heuksapa de 2007, une guerre de territoire entre gangs rivaux qui donna lieu à plus de 30 arrestations de membres de gangs par la Police anticriminelle. Le scénario nous narre comment Jang Chen et ses deux acolytes Yang-Tae et Wei Sung-Rak, fraichement débarqués à Séoul, vont rapidement instaurer un climat de violence et de peur dans le milieu des gangs de Séoul. Leurs méthodes brutales, semant estropiés et cadavres, auront beau être efficaces, elles viendront bousculer le fragile équilibre qu’avait réussi à instaurer l’inspecteur Ma Suk-Do dont la préoccupation principale était de maintenir la paix entre les différents gangs rivaux. Le film va s’articuler autour de la confrontation de deux personnages extrêmement forts. Nous avons d’un côté l’inspecteur Ma Seok-Do interprété par le toujours génial Ma Dong-Seok (Dernier Train pour Busan, Le Gangster Le Flic et L’Assassin) qui une fois de plus en impose par sa simple présence. Cette montagne, ancien combattant UFC, est désormais omniprésent dans le cinéma coréen tant par son charisme que par sa tendance à distribuer des taquets très facilement. Il a d’ailleurs parfois un petit côté Bud Spencer avec sa façon de démolir des adversaires en une seule claque et à sortir des petites blagounettes bien pensées. De l’autre côté, on retrouve Yoon Kye-Sang (The Executioner, Poongsan) dans un rôle à contre-emploi, celui d’un sociopathe terrifiant rien que dans son regard, sans aucune pitié ni remord, réglant le moindre problème à coup de hachette dans les côtes. Leur duel est clairement un des atouts de The Outlaws et leur affrontement final est un déluge de violence comme les Coréens en ont le secret. Mais de manière générale, c’est tout le casting du film qui tient la route et on notera toute une tripotée de têtes connues, que ce soit Jin Seon-Kyu (The Merciless, Extreme Job), Jo Jae-Yun (The Age of Blood, Inside Men), Kim Sung-Kyu (Le Gangster Le Flic et l’Assassin, Accidental Detective 2) ou encore Cho Jin-Woong (Assassination, A Hard Day) dans un cameo très fun.

Bien que s’inspirant d’un fait réel, The Outlaws va avoir un déroulement des plus classiques. Le film va certes multiplier les personnages, au point qu’il est parfois difficile de suivre au début avec tous ces gangs différents, il est malgré tout assez facile de voir où il veut nous amener. On n’évite bien entendu pas le cliché de la brigade de flics aux méthodes peu orthodoxes, ou les combats de couteaux entre gangs en pleine rue, et le film succombe à pas mal de facilités scénaristiques. Un peu comme si les personnages étaient toujours là où ils devraient être. Mais malgré cela, The Outlaws va faire preuve d’une grande efficacité au point qu’on ne voit pas passer ses 2h01. Bien qu’il ne s’agisse que de son premier film (son second selon certaines sources, à confirmer), le réalisateur Kang Yoon-Sung fait preuve d’une grande maîtrise dans sa mise en scène. La photographie de son film est superbe, la composition des plans toujours recherchée, et certaines scènes sont visuellement marquantes. La façon dont il dépeint les bas-fonds de Séoul, avec ces gangs qui se disputent le moindre bout de quartier, est certes déjà vue, elle n’en demeure pas moins prenante de par sa violence sèche, rugueuse, où ni vieux, ni femme ou enfant n’est épargné par ces guerres intestines. Même si loin de bobines telles que The Chaser ou I Saw The Devil en termes de représentation de cette violence, les excès de brutalité (qu’ils soient visibles ou suggérés) sont nombreux et les scènes de combat arrivent à intervalles réguliers. Barres de fer, battes, couteaux, haches, The Outlaws bastonne pas mal et les chorégraphies sont très travaillées. Tout est parfaitement lisible et le réalisateur se permet même un plan séquence du plus bel effet. Pour un peu contrebalancer cette violence, on notera un humour léger toujours présent lorsque l’imposant Ma Dong Seok est à l’écran. Les Coréens savent mélanger les genres, et ils nous le prouvent une fois de plus ici.

LES PLUSLES MOINS
♥ Mise en scène très classe
♥ Le duo Ma Dong Seok / Yoon Kye-Sang
♥ Des scènes d’action percutantes
♥ Bien rythmé
⊗ Classique
⊗ Des facilités
Bien que moins marquant que certains autres films du genre, The Outlaws est un polar d’action rondement mené avec un Ma Dong Seok qui, une fois de plus, crève l’écran. Bien que déjà vu, son rythme soutenu, son visuel alléchant et son casting en font un met des plus appréciables.

LE SAVIEZ VOUS ?
• The Outlaws a remporté pas moins de 7 prix dans les diverses cérémonies auxquelles il a été nominé. Il a notamment empoché celle du meilleur réalisateur au 37th Korean Association of Film Critics Awards et au 54th Baeksang Arts Awards, ou encore celui du meilleur acteur de second rôle (pour Jin Seon-Kyu) au 38th Blue Dragon Film Awards et au 9th Korea Film Reporters Association Film Awards (KOFRA)
• Une suite, appelée The Roundup, toujours réalisée par Kang Yoon-Sung et toujours avec Ma Dong-Seok, a été mise en chantier et devait sortir en 2020, mais s’est vue repoussée pour cause de COVID-19. Aucune idée à l’heure où j’écris ces lignes d’une potentielle date de sortie.


Titre : The Outlaws / 범죄도시
Année : 2017
Durée : 2h01
Origine : Corée du Sud
Genre : Ramen ta fraise !
Réalisateur : Kang Yoon-Sung
Scénario : Kang Yoon-Sung, Lee Seok-Geun

Acteurs : Ma Dong-Seok, Yoon Kye-Sang, Jo Jae-Yun, Choi Gwi-Hwa, Park Ji-Hwan, Ha-Joon, Hong Ki-Joon, Heo Dong-Won, Jin Seon-Kyu, Kim Sung-Kyu

 Beomjoidosi (2017) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
7 novembre 2020 15:18

Autant j’ai du mal a trouver des bon polar HK récent le dernier c’était white storm 2 il y a un an Project Gutenberg il y a deux ans la il y a A Witness Out of the Blue qui a l’air pas mal autant coté Coréen c’est la fiesta. Je l’ai en stock je regarde ca prochainement.
C’est incroyable de voir le niveau technique pour un premiers film comme pour Lucky Strike ou la traque.

Last edited 22 jours Il y a by Feroner
pti denis
9 novembre 2020 12:09

Merci Cherycok, je ne connaissais pas, j’ai adoré. Je l’ai même préféré au Gangster, le flic & l’assassin avec Ma Dong-Seok. Dans The Outlaws, l’acteur est ultra badass (Statham, The Rock ou Vin Diesel font Bisounours comparés à lui), le film film est bien violent, les 2H passent toutes seules et la baston finale est mortelle!
Puis ça fait du bien de voir dans un film policier-action un bad guy hyper flippant-menaçant.
Grosse surprise là.
Faîtes confiance à Cherycok, c’est du tout bon. 😉

Rick
Administrateur
Reply to  pti denis
11 novembre 2020 11:52

Je ne connaissais pas non plus, je l’ai vu avant hier après avoir lu l’avis de Chery. C’était très sympa il est vrai. Basiquement, tout a été dit, j’ai eu un poil de mal au début avec tous les gangs, mais bon, comme pas mal crèvent cash, après ça se resserre sur beaucoup moins de personnages. Sinon oui, c’est carré, rythmé, ultra violent par moment, la baston finale dépote bien.