[Avis] Twin Dragons, de Tsui Hark et Ringo Lam (1992)

Séparés à leur naissance dans les années 60, des jumeaux grandissent dans deux contextes totalement différents. Le premier est élevé aux Etats Unis par ses riches parents et va devenir un musicien réputé, tandis que le second, recueilli par une prostituée, passe son temps à se bagarrer. De nos jours, Boomer commence à avoir des ennuis à force de vouloir aider son meilleur ami à sauver sa petite amie… qui ne sait pas encore qu’elle est sa petite amie. Au même moment, John Ma, son jumeau, arrive à Hong Kong pour un concert…


Avis de Rick :

Twin Dragons est un projet étrange, pour un peu tout le monde, et qui changera beaucoup de choses, pour un peu tout le monde également. Film de charité, Twins Dragon réunit deux gros talents HK à la mise en scène, une valeur sure de l’action et de la comédie dans un double rôle, mais aussi une actrice qui commence à monter sérieusement. Film de charité, mais également film de talents donc. Mais le pire, c’est qu’à la base, c’est un film de talents qui ne sont pas forcément compatibles entre eux. En effet, en 1992, Jackie Chan ne réalise plus de films, du moins, plus officiellement, suite à certains soucis sur Opération Condor l’année précédente. Donc au mieux, il trouvera un réalisateur docile (Stanley Tong pour Police Story 3 la même année), au pire, il deviendra envahissant (Crime Story de Kirk Wong l’année suivante) voir finira par coréaliser officieusement (Niki Larson de Wong Jing en 1993, Drunken Master 2 de Liu Chia-Liang en 1994, Who Am I ? de Benny Chan en 1998). Un acteur plutôt concerné par son image de petit rigolo acrobatique et qui aime contrôler l’aspect de ces métrages.

Twindragons07

Pour Twin Dragons, c’est bien simple, il ne se retrouve pas avec un mais DEUX réalisateurs. Le premier, c’est Ringo Lam, plutôt habitué aux films sombres, comme les On Fire ou Full Contact qu’il réalisa juste avant. Sauf que là, on parle de Twin Dragons, soit une bonne grosse comédie HK à base de quiproquo. L’autre réalisateur, c’est Tsui Hark, réalisateur producteur qui aime également contrôler tous les aspects de ces produits. La rencontre entre Tsui Hark et Jackie Chan n’a pas du être de tout repos, surtout que Jackie ne détient donc pas le rôle principal, mais DEUX rôles principaux. Et à ce tableau, on peut ajouter Maggie Cheung, star montante, qui joue donc ici pour la dernière fois avec Jackie Chan (avec Police Story 3 la même année), avant de se diriger vers un cinéma plus intimiste, un cinéma d’auteur, ou du moins, parfois plus donnant des rôles plus étoffés (Green Snake de Tsui Hark et Heroic Trio de Johnny To l’année suivante). Ce que Twin Dragons n’est assurément pas !

Twindragons11

Que peut-on donc attendre avec de tels talents devant et derrière la caméra ? A de l’action, a beaucoup de comédie, le tout a un rythme effréné avec une réalisation dantesque. Et au final, même s’il faut bien avouer que les deux réalisateurs livrent une œuvre totalement impersonnelle et un brin faignante sur les bords (la réalisation n’a rien d’exceptionnelle), le spectateur en a pour son argent, tant Twin Dragons se révèle être au final une comédie débile certes, mais hilarante, au même titre que Niki Larson l’année suivante. Pourtant, le prologue du film ne laissait absolument pas présager ça. En effet, lorsque le film commence, nous avons droit à une scène dans un hôpital. Des jumeaux naissent, la famille est heureuse, et pendant ce temps, un criminel est transféré à l’hôpital. Il réussira à s’évader en prenant un des bébés en otage. Bébé qui sera ensuite retrouvé dans la rue par une prostituée qui va l’élever comme s’il s’agissait de son fils, tandis que les vrais parents, eux, quittent le pays pour rejoindre les Etats Unis avec leur seul bébé restant, pour lui offrir une vie meilleure.

Twindragons14

Un début sec, assez froid, effet renforcé par le filtre présent sur l’image. On les retrouve de nombreuses années plus tard, et là, dés que Jackie arrive à l’écran, deux fois donc, le film prend immédiatement le ton de la comédie. Jackie interprète donc d’un côté un musicien poli et courtois, et de l’autre un jeune homme qui a grandi dans la rue. Et dès l’arrivée de Ma, le musicien, à Hong Kong, les choses tournent au gros délires, puisque par un simple accident, chacun va fréquenter la « femme » de l’autre. Ainsi, le gentil Jackie propre sur lui va se retrouver avec Maggie Cheung, qui n’aimait justement pas les manières du Jackie Chan qu’elle connaît, et celui ci va justement se retrouver avec Nina Li Chi, qui s’ennuyait du Jackie qu’elle connaît. Les filles y trouvent un avantage, et cela va amener des situations extrêmement folles, puisque l’un va se retrouver face à des gangs alors qu’il devrait conduire un orchestre, et vice versa.

Twindragons17

Le film va très loin dans son humour débile et bon enfant, parfois déjà vu certes, mais parvenant toujours à nous décrocher de nombreux sourires, tant Jackie Chan en fait des tonnes dans les deux rôles, et que les actions de l’un entraineront des conséquences physiques sur l’autre. Ainsi, niveau humour, les idées folles arrivent par paquet de 25 à la minute, et la séquence dans la salle de bain où les deux Jackie Chan sont présents à l’écran restera un grand moment de comédie où le spectateur retrouve son âme d’enfant. Les deux femmes du casting, elles, sont cruches au possible, mais elles ont l’air de s’éclater et permet au métrage de conserver son aspect « toujours plus stupide » d’un bout à l’autre. Bon, et l’action dans tout ça ? Justement, elle va se faire sacrément rare. Pour faire simple, le film ne comporte que deux combats et une course poursuite, mais toujours noyés dans l’humour, pour le meilleur et pour le pire. Tout le monde a l’air de s’éclater et les caméos sont très nombreux (John Woo, Tsui hark, Ringo Lam, Kirk Wong et j’en passe) dans le but unique de nous faire passer un bon moment, au détriment d’une vraie mise en scène travaillée, ce que l’on aurait pu attendre de l’association d’un tel duo. Ainsi, dans la carrière de tout le monde, Twin Dragons n’est pas un grand film, il est vrai, il ne s’agît que d’une comédie légère agrémentée de quelques combats très sympathiques dans des lieux peu communs (la scène finale se déroule dans un garage pour faire des tests sur les voitures), mais on rigole de bon cœur et on passe un bon moment. Une réussite bien qu’un film mineur.

Twindragons19

Twin Dragons est un très bon moment de rigolade, avec quelques bonnes cascades à un très bon rythme, mais c’est tout. Un excellent divertissement, léger, une pause dans la carrière de tout le monde.

note75


A noter que le film sort chez nous en DVD et Blu-Ray chez Metropolitan Film & Video le 10/02/2014


Twindragons25

 

 

twin dragonsTitre : Double Dragon – Twin Dragons – Shuang Long Hui – 雙龍會
Année : 1992
Durée : 1h40
Origine : Hong Kong
Genre : Comédie d’action

Réalisateur : Tsui hark et Ringo Lam

Acteurs : Jackie Chan, Maggie Cheung, Nina Li Chi, Teddy Robin, Sylvia Chang, Alfred Cheung, David Chiang, Kirk Wong et Philip Chan


Galerie d’images : 

Twindragons26Twindragons34Twindragons38Twindragons43Twindragons45Twindragons49


 

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

14 Comments

Add a Comment
  1. Je plussoie ta chronique, Twins Dragons est une très bonne comédie, bien débile comme il faut, avec un Jackie parfois en roue libre, mais aussi d’excellentes scènes. A voir !

  2. Moi quand je vois les réal et les directeurs de combats qui figurent aux générique, évidemment je suis un peu déçu du résultat. D’abord un gros ventre mou au milieu du métrage, ajouté à une pénurie de combat que les scènes de comédies font tout juste oublier. Par contre j’adore les deux rôles de Jackie, l’alchimie avec Teddy Robin Kwan est fort réussie ainsi que le 1er fight dans le resto-karaoke. Sur le final j’avoue que si l’humour, les cascades et acrobaties sont au top, en terme de chorégraphie pure c’est pas l’extase, surtout avec de tels noms aux manettes. Je pinaille certe, mais ce film avait tout pour être une grande date dans sa carrière, et au final il reste un bon divertissement, mais pas la bastos que son générique de luxe préfigurait.

  3. Perso, j’avais meme pas remarqué qu’il y avait peu d’combats tellement je trouve que le film va à cent à l’heure à base de quiproquos et d’humour con con. J’me lasse pas de ce film là, de voir Jackie jouer Boomer avec son tic bizarre. Pour moi le combat dans l’usine Mitsubishi est génialissime. Quand j’ai découvert ce film en VHS dans le magazine Kumité j’ai eu un gros coup d’coeur. Je suis ressorti du visionnage avec un gros sourire plaqué sur la face. Et puis voir ( presque ) toutes les tronches de l’industrie cinématographique d’HK dans un film ça fait toujours plaisir. PS : Est-ce que la version FR est intégrale ?

    1. La version du DVD français est intégrale, elle fait 100 minutes. Bon par contre, au niveau du son, c’est du mono pur et simple.

  4. Ok, ouf alors j’n’ai rien raté ! Merci pour l’info Rick !

  5. Perso j’adore se film!!!! oki ça ne révolution rien mais un tel plaisir je ne dit pas non!!

    PS: comme notre camarade je ne suis même pas rendus compte qu’il y avait peut de combat!!!

  6. Je remonte ce billet pour la sortie du film chez Metropolitan ce 10 fevrier

  7. ça fait un sacré moment que je ne l’ai pas regardé; la sortie en dvd est une bonne nouvelle! Un beau cadeau de st valentin tiens ^^

  8. Twin Dragons est pour moi l’une de ses meilleurs comedies d’actions.
    Je l’ai recu l’année dernière, et j’ai regretté de ne pas avoir vu plus souvent Jackie Chan campé le genre macho, grande gueule avec une clope au bec comme Boomer. Ça lui allait comme un gant !

    9/10 pour moi tant le replay value fonctionne.

  9. Poilant dans les 90’s. Je n’aurais jamais dû le revoir. Tout simplement nul, tant du point de vue de l’humour que de l’action et de la réalisation.

    1. C’est ça de grandir, vieillir et évoluer ! 😉 On adopte un nouveau regard, jugement sans qu’il soit guidé par la nostalgie.

      1. la nostalgie est tenace chez certains .. pas sur que cette histoire de ferry soit oubliée à 80 berges

    2. Aerosniff Someglue

      Revu…encore. Ah ben finalement j’aime bien, Blu-ray commandé.

  10. Revu et c’est vraiment une comédie d’action alternant rires et bastons, un agréable divertissement bien rythmé. Entre caméos ( Tsui Hark, John Woo, Liu Chia Liang), courses poursuites et situations rocambolesques, pas le temps de s’ennuyer. Maggie Cheung & Nina Li Chi apportent la touche féminine au film, mettant en valeur le buddy Jackie/Jackie lors de scènes comiques forts sympas (la baignoire, le concert etc…).

    La bonne époque jackie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *