[Film] Suspiria, de Dario Argento (1977)

Suzy, une jeune étudiante américaine, arrive à Fribourg pour rejoindre une prestigieuse académie de danse. À son arrivée, elle croise une étudiante affolée qui s’enfuit. Plus tard dans la nuit, elle est assassinée. Suzy fait connaissance avec une amie de la victime et va découvrir les secrets que renferment son école…


Avis de Rick :
Après plusieurs essais au début des années 70 dans le genre du giallo, c’est finalement la sortie en 1975 de Profondo Rosso, alias les Frissons de l’Angoisse, qui propulse Dario Argento comme réalisateur culte, mais surtout, comme un réalisateur talentueux, stylisant ses plans et préparant sa mise en scène au millimètre près. Alors que la giallo est son genre de prédilection, il décide de casser les codes et surtout ce que l’on attend de lui en livrant en 1977 la bombe Suspiria, considéré par beaucoup (dont moi) comme son meilleur film. Si l’on pourra en cour de visionnage à plusieurs reprises voir certains emprunts aux giallo, Suspiria prend finalement un chemin fort différent, dans la forme comme dans le fond. Si meurtres de jeunes femmes il y aura, pas de tueurs gantés ici, ni d’enquêtes, puisque Suspiria est une œuvre expérimentale dont la narration importe finalement peu, préférant offrir une expérience visuelle et sonore unique aux spectateurs en lui parlant de sorcières ! Une œuvre très étrange, très viscérale également, où l’histoire, finalement mince, n’est qu’un prétexte pour nous offrir une œuvre forte, un mélange de couleurs vives, de plans baroques, d’ambiances uniques et de sons venant renforcer une ambiance surréaliste totale. Suspiria donc, où l’histoire de Suzy, une jeune américaine qui arrive un soir d’orage à Fribourg pour rejoindre une académie de danse classique.

Suspiria-009

Un métrage que Dario visualisait se dérouler dans une école pour jeunes danseuses de 12 ans, mais que son père, Salvatore Argento, finit par convaincre de vieillir à 20 ans afin de permettre au film de sortir, vu la violence de celui-ci. Rien d’étonnant donc à voir des dialogues ou des réactions de la part des personnages qui semblent quelque peu surréalistes, enfantins, puisque Dario, s’il vieillit ses personnages, ne toucha absolument pas au scénario. Un élément de plus faisant de Suspiria une œuvre à part, une œuvre étrange, mais surtout une œuvre hypnotisant. Il suffit de regarder les 15 premières minutes pour s’en convaincre. Après une narration (par Dario himself), nous arrivons à Fribourg, et immédiatement, la mise en scène se montre virtuose. Éclairages vifs, plans travaillés, mélange habile du son et des images, une Jessica Harper magnifique (comme dans Phantom of the Paradise quelques années plus tôt), décors baroques… Oui, Suspiria se montre sublime dés les premiers instants, et nous propose surtout une ambiance jamais vue, ambiance que l’on retrouvera dans sa suite beaucoup plus discutable en 1980, Inferno. Suspiria est une expérience, une expérience qui se vit, mais ne se raconte pas.

Suspiria-033

De toute façon, il n’y a pas grand-chose à raconter, le film prenant le plus souvent la forme d’une expérience abstraite, à laquelle on adhérera, ou pas. Il faut savoir mettre ses acquis de côté pour profiter pleinement de l’expérience proposée, une expérience pouvant s’avérer aussi prenante qu’éprouvante à de nombreuses reprises. Les moments marquants ne manquent pas. Non pas parce que le film nous implique dans sa narration, mais parce qu’il nous implique émotionnellement dans une succession de scènes toutes plus étranges les unes que les autres. L’arrivée à Fribourg sous la pluie, avec le magnifique thème du film et ses plans colorés à l’intérieur du taxi, le premier meurtre du métrage, violent, surréaliste mais surtout virtuose, la première nuit passée dans l’école dans le hall où les lits sont entourés de draps blancs, la scène de la piscine, ou encore celle de l’aveugle…

Suspiria-047

Chaque scène est prévue et montrée comme étant un tableau surréaliste de plus, formant un ensemble expérimental et psychédélique, prenant et éprouvant, hypnotisant et magnifique, et ce jusqu’à son final, dont malheureusement quelques effets d’incrustation accusent le poids des années. Oui, Suspiria est à mes yeux, malgré quelques défauts, un chef d’œuvre tenant bien plus de l’expérience sensorielle que du vrai film. Un coup d’essai hors du genre de prédilection de Dario Argento qui est aisément un coup de maître, qu’il ne parviendra jamais à atteindre une seconde fois, que ce soit avec le néanmoins bon Inferno (mais plus brouillon) que le nanardesque Mother of Tears des années plus tard. Alors oui, un remake est prévu avec Dakota Johnson, et non, je ne veux pas le voir !

suspiria-117

LES PLUSLES MOINS
♥ Une expérience unique
♥ Incroyablement beau
♥ Le mélange d’images surréalistes et de sons
♥ Absolument hypnotisant
⊗ Quelques effets vieillots
 coeur24
Suspiria, plus qu’un film, est une invitation à un voyage surréaliste et baroque, où l’intrigue importe peu. Une succession de scènes étranges et magnifiques, une imagerie unique, pour un film marquant et maîtrisé d’un bout à l’autre.

Suspiria-148



SuspiriaTitre : Suspiria
Année : 1977
Durée : 1h40
Origine : Italie
Genre : Fantastique
Réalisateur : Dario Argento
Scénario : Dario Argento et Daria Nicolodi

Acteurs : Jessica Harper, Stefania Casini, Flavio Bucci, Miguel Bosé, Alida Valli, Joan Bennet et Udo Kier

 Suspiria (1977) on IMDb


suspiria-161Suspiria-166Suspiria-172Suspiria-186Suspiria-237Suspiria-245

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
15 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
pti denis
14 février 2016 12:22

Une expérience unique, c’est totalement ça!
Un train fantôme hyper agressif complètement dément (avec de gros moments de flippe).
Je l’ai découvert ado, j’étais mort de trouille et halluciné devant ce spectacle tellement autre.
Clairement mon Argento préféré à égalité avec Les frissons de l’angoisse!

Matt
Matt
7 août 2018 8:55

Béh moi j’avais pas aimé…
Mais je sais plus trop pourquoi. J’avais du trouver le temps long, où la bande son très déplaisante.
J’aime bien ses épisodes TV pour les masters of horror par contre.

Il faudrait peut être que j’essaie ses films plus “classiques”, moins tape à l’oeil. Comme ses gialli.

Matt
Matt
18 mars 2019 16:09

Tu as vu Masks de Andreas Marschall ?
Il parait que ça s’inspire pas mal de Suspiria. ça se déroule dans une école de théâtre je crois.

Matt
Matt
Reply to  Rick
19 mars 2019 8:14

C’est possible, je radote des fois.^^

Matt
Matt
27 mars 2019 19:59

Alors j’ai vu Masks. En fait j’avais déjà vu un morceau mais je sais plus ce qui s’est passé, j’avais pas du le voir en entier^^

Alors le film est très beau visuellement, il s’inspire beaucoup du cinéma d’horreur italien (alors que c’est un film allemand, je précise^^)
ça se déroule dans une école d’acteurs/théatre, et une certaine méthode chelou est toujours enseignée, poussant les gens vers la folie pour en faire de bons acteurs.
La fin propose une explication un peu déroutante puisqu’on apprend le vrai but de cette méthode qui part d’un coup vers un truc plus fantastique, il faut accepter le délire.
Mais le film est bon^^ Bien gore aussi…

Matt
Matt
27 mars 2019 20:14

Enfin quand je dis fantastique, c’est pas surnaturel non plus. C’est juste…bizarre on va dire^^
Le film dans son ensemble est bien plus réaliste que Suspiria, il n’y a pas de sorcières, tout ça^^

Matt
Matt
27 mars 2019 20:16

Et je vois que le film se fait défoncer sur pas mal de sites.
Bon…des fois je comprends pas les avis majoritaires…

Matt
Matt
27 mars 2019 20:26

Ah ouf on trouve d’autres sites que Devildead qui en disent du bien^^

http://www.dvdcritiques.com/Dvd/7521

Bon c’est pas un chef d’oeuvre mais si tu aimes les giallos, les expérimentations visuelles avec de belles couleurs, tu peux tenter^^

Ghoulish
Administrateur
24 avril 2019 18:17

‘Suspiria’, très bon, mais clairement pas mon Argento favori. Le score des Goblin est superbe ( même si ce n’est pas mon préféré non plus ). Magique travail sur l’ambiance et la photographie, rien à redire, la narration qui manque de fil conducteur ne me gêne pas, j’aime bien les expériences sensorielles et psychédéliques, mais le rythme est un poil trop lent ( ça passe bien mieux dans ‘Les frissons de l’angoisse’ je trouve, vu que l’on suit une enquête ).
On sent bien que Lamberto Bava, surtout pour ‘Démons’, fut très influencé par ce travail ( et celui fait sur ‘Inferno’ ).

Ghoulish
Administrateur
29 avril 2019 18:28

WOAH c’est comme moi avec ‘L’enfer des zombies’ alors ( plus de cent visions déjà au milieu des années 90, j’ai arrêté de compter depuis, et je n’en étais qu’aux VHS ! ).
Je t’envie par contre pour le DVD collector Anchor Bay ( il est numéroté il me semble, je crois même qu’il y a la VF ).