[Film] Sucker Punch, de Zack Snyder (2011)

Fermez les yeux. Libérez-vous l’esprit. Rien ne vous prépare à ce qui va suivre. Bienvenue dans l’imaginaire débordant d’une jeune fille dont les rêves sont la seule échappatoire à sa vie cauchemardesque… S’affranchissant des contraintes de temps et d’espace, elle est libre d’aller là où l’entraîne son imagination, jusqu’à brouiller la frontière entre réalité et fantasme… Enfermée contre son gré, Babydoll a toujours envie de se battre pour reconquérir sa liberté. Combative, elle pousse quatre autres jeunes filles à s’unir pour échapper à leurs redoutables ravisseurs, Blue et Madame Gorski – avant que le mystérieux High Roller ne vienne s’emparer d’elle. Les filles partent en guerre contre des créatures fantastiques, des samouraïs et des serpents, grâce à un arsenal virtuel et à l’aide d’un Sage. Mais ce n’est qu’à ce prix qu’elles pourront – peut-être – recouvrer la liberté…


Avis de Iris :
Après l’armée des morts, Watchmen et 300, Zack Snyder nous livre en 2011 son premier film non inspiré par une œuvre existante et il a donc fallu cinq ans pour que la curiosité (bon ok et une forte indécision sur le programme TV) me pousse à explorer ce que le réalisateur avait à proposer. Présenté comme une œuvre onirique, de toooooooute beauté et frappé de notes élevées sur plusieurs sites, ce film portait tant de promesses. Les a-t-il tenues ? Clairement ? Non !

Alors Snyder ne nous a jamais menti sur la marchandise quel que soit le film et déjà, on sait que nous ne serons pas embêtés par le réalisme ou la cohérence de l’histoire. Mais, au bout de vingt minutes de film à peine, les regards se croisent, les sourcils se lèvent et une conclusion s’impose : « ‘tain, je comprends rien ». Alors Baby Doll (ouais, faut pas chercher hein) a vu sa mère mourir et à l’ouverture du testament, son beau-père malsain et intéressé va décider semble-t-il de tuer Baby Doll et sa petite sœur. Bien décidée à se défendre et à défendre sa sœur, Baby Doll va choper un flingue on ne sait trop où pour tuer son beau-père mais, peu coutumière des armes à feu apparemment, elle va tirer comme une burne et tuer sa petite sœur. Comme on dit, quand ça veut pas, ça veut pas. Et là, bien sûr, pas de police, pas d’enquête, pas de décision de justice, non non, son beau-père tout seul va décider de la faire interner dans l’asile psychiatrique le plus chelou qui soit, où on lobotomise sans soucis au bon vouloir de celui qui paye la pension. C’est donc à ce sort que Baby Doll est promise. Mouais. Ok, Ok, on me dit que faut pas chercher le réalisme, ah ben oui, tu m’étonnes ! Donc, et là, idée de génie, du jamais vu, du nouveau, du qui surfe pas sur la vague lancée à l’époque par Inception, on va voyager dans les rêves de Baby Doll, pendant deux trèèèèèèèès longues heures, seul refuge lui permettant de s’évader de sa réalité glauque. Du neuf quoi ! Bon et donc là trois univers vont cohabiter et passer de l’un à l’autre : l’asile, son rêve où son beau-père est devenu un curé, l’infirmier une espèce de mac laissant la psychiatre muée en chorégraphe entraîner les filles à des shows leur permettant d’exciter un gros et vieux pervers visqueux. Vous suivez ? Parfait. Et dans ce rêve, un rêve dans le rêve, où lorsqu’elle danse, Baby Doll déclenche des voyages encore plus fous où les filles travaillent en équipe et vont combattre, talons hauts et toutes de bas résilles et guêpières vêtues, tantôt des soldats allemands (zombies ?), des robots, un dragon, du troll, des orques, un train. Là, c’est assez WTF ou pas ? Bon à ce stade-là, convaincu ou pas, ça aurait encore pu le faire.

Oui mais non… Tout d’abord force est de constater que Snyder avait là l’occasion de démontrer qu’il pouvait, en ne basant pas son film sur une œuvre et en particulier sur une BD, se détacher du style qui était un peu nouveau qui pouvait bien passer dans 300, très bien passer dans L’Armée des Morts, passouiller dans Watchmen (s’il n’avait pas bousillé la BD toutefois) et livrer quelque chose d’un tant soit peu original. Or Snyder fait du Snyder. Et le style s’épuise lorsqu’il ne surprend plus. On va bouffer du SFX jusqu’à l’overdose (on s’y attendait bien sûr) mais du SFX assez mauvais, où le fond vert est sublimé et semble faire coucou toutes les deux scènes. Je pense que même les tables et les chaises sont en images de synthèse et franchement trop c’est trop, ça en est réellement indigeste. Ajoutez à cela une quantité incroyable de ralentis, justifiés ? Bah pourquoi ? Jusqu’aux clignements d’œil, pas un geste qui ne soit filmé à vitesse réelle. Ne parlons même pas des combats. Chorégraphiés à outrance mais tellement cut, tellement ralentis, tellement WTF que finalement l’esthétique laisse rapidement la place à l’ennui mortel que seul le saignement de mes yeux vient un peu bousculer. Les éléments de surprise tombent quasiment tous à plat et on peut prévoir à la virgule près ce qui va arriver. On aurait pu parier, au moins ça nous aurait occupés !

Niveau second degré et « critique » de la société ou allégorie de la « barricade quasi infranchissable entre l’imaginaire et la réalité, et jusqu’où nous sommes prêts à aller et quels sacrifices nous sommes enclins à faire pour nous tirer d’une situation difficile » pour citer le réalisateur, le film déçoit également. Là où Matrix (le 1 hein, faut pas déconner) poussait un peu le sujet, Sucker Punch semble avoir été écrit par un ado rebelle, boutonneux et en colère, ça frôle les différents sujets sans les explorer, ça tombe dans la facilité en permanence, c’est ridule parfois (hou les méchants soldats nazis qui ne saignent pas mais perdent du gaz parce que pendant la seconde guerre mondiale ils ont gazé des millions de personnes c’est profond ou pas ? ou pas… oui mais là c’est la première guerre parce qu’y a des tranchées. Ah bon ? C’est pas la même guerre, tè au temps pour moi….). Mais les exemples de ce genre-là sont trop nombreux pour les citer tous. C’est de la métaphore de bas étage, comme si le scénario avait été écrit un soir de biture dans le bistrot du coin. Oui mais avec un mot d’ordre : tâcher moyen de pouvoir coller à l’écran de la bombasse en petite tenue style pute classe, de l’action, de jouer sur tous les genres pour plaire au plus large public possible (Heroic Fantasy, SF, film de guerre, jeu vidéo, drame, teen movie, films de samouraïs, un peu de manga, du sexy… on a rien oublié là je crois ^^). Et à vouloir jouer partout ben on joue nulle part. Voilà, c’est ça, la vacuité de l’œuvre. Pendant deux heures, pour arriver à la conclusion à laquelle tout le monde s’attend, parce que non M. Snyder, cette histoire n’a rien de nouveau ni d’original ! Nos cinq furies aux seins remontés jusqu’au menton par des corsets serrés au treuil à troncs vont jouer de la gâchette, du katana, du lance flamme, conduire des robots ou piloter des hélicoptères, chaussées de bottes en cuir leur sculptant les jambes façon statues grecques (ça faut reconnaître, y a de la poupée) menées par une espèce de Bosley imaginaire et on se demande où est Charlie ? Mais on n’entre jamais dans la psychologie des personnages, on ne s’attache à aucune de ces barbies maquillées à la truelle aussi crédibles que Trump en président des States. Et de passer de plans lisses d’ordinateurs où on s’apitoie sur la difficulté des acteurs de jouer sur l’unique fond vert de leur décor à une shakycam qui vient illustrer quelques coups de speed et rendre épileptiques les plus sensibles d’entre nous.

À noter en revanche une BO excellente et qui sera l’unique atout de ce film. Composée des remix et des reprises explosives de titres comme I want it all, l’excellent Army of me ou Where’s my mind, de Bjork ou SkunkAnansie, la musique sera le seul élément soulignant l’ambiance fantasmée du film. Du lourd au niveau son, donc, qui réalise à lui seul ce que les pourtant sublimes Emily Browning, Abbie Cornish, Jena Malone… ne parviennent pas à faire.

LES PLUSLES MOINS
♥ La BO
♥ L’arrivée du générique de fin
⊗ Le scénario
⊗ Les SFX
⊗ Les images dégueulasses
⊗ Le mélange des genres
⊗ On nous prend pour des cons
Entre psychologie de comptoir, pastiche de trop de genres à la fois, empêtré dans ses effets spéciaux et ses ralentis au point où on se demande si Snyder aurait pu devenir cinéaste il y a trente ans, Sucker punch nous aura fait espérer un grand spectacle pour au final nous cracher à la gueule un film sans saveur, aussi chimérique que son sujet.



Titre : Sucker Punch
Année : 2011
Durée : 1h50
Origine : U.S.A
Genre : La métaphysique de bar
Réalisateur : Zack Snyder
Scénario : Zack Snyder, Steve Shibuya

Acteurs : Emily Browning, Abbie Cornish, Jena Malone, Vanessa Hudgens, Jamie Chung, Carla Gugino, Scott Glenn, Richard Cetrone, Jon Hamm, Oscar Isaac, Malcolm Scott, Ron Selmour

 Sucker Punch (2011) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
30 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rick
Administrateur
18 mars 2016 0:50

Un extrêmement douloureux souvenir au cinéma pour ma part. Je n’aimais déjà pas L’ARMÉE DES MORTS, jamais vu 300 (je n’adhère pas) ni WATCHMEN (il m’endort) en entier, et là, ben au prix de la place, j’ai tenté de tenir…. Ce fut pénible pour moi direct passé la scène d’ouverture, un joli clip on dira, sauf que le film ne raconte rien, enchaîne action – moments chiants – action – moments chiants, sans se soucier de rien. Entre la catastrophique reprise musicale de Queen et la scène du train qui m’avait filé une belle migraine, j’ai haïs Zach Snyder pour ce film, et son scénario “original” qu’il signe d’ailleurs…
Du coup je me suis dis que je ne verrais plus ses films, j’ai fais l’impasse sur MAN OF STEEL, et je ferais l’impasse sur son nouveau.

scott
scott
18 mars 2016 0:52

je pense tellement comme toi , pourtant les trois précédents films de Snyder m’avaient plutot emballer ,mais la … de plus quand on a vu les films de Kazuaki Kiriya ,Casshern et Goemon on peut se demander si Snyder ce fout pas de la gueule du monde en pompant l’essentiel des scènes chocs et une grosse parti de l’esthétique general tres manga de ses deux films ,c’est vraiment flagrant!

Rick
Administrateur
Reply to  scott
18 mars 2016 0:56

SUCKER PUNCH prend souvent des allures de fourre tout, il a balancé tout ce qu’il aimait à l’écran, sans se soucier de la cohérence ou de rendre l’ensemble intéressant!

Melber
Melber
18 mars 2016 8:51

Assault girls de Mamuro Oshii est insupportable mais des millions de fois mieux que ce que à Zack Snider à proposer dans le genre fighting girls in a virtual world 🙂

Oli
18 mars 2016 10:08

Dans mes bras Iris !

De ce réalisateur, je n’ai véritablement aimé que son film de zombies.

Cherycok
Administrateur
Reply to  Iris
18 mars 2016 11:58

Bah j’avais eu pas mal d’echos négatifs, donc je t’avais prévenue effectivement. Mais bon, maintenant c’est fait, on peut se débarrasser du bluray lol. Du coup, vends bluray de Sucker Punch, très peu servi, ça intéresse quelqu’un ? ^_^

Rick
Administrateur
Reply to  Iris
18 mars 2016 12:15

Sinon, le blu-ray peut sans doute servir de frisbee 😉

Cherycok
Administrateur
Reply to  Iris
18 mars 2016 13:23

Meuh non, sur le boncoin, ca peut partir lol

Rick
Administrateur
Reply to  Cherycok
18 mars 2016 13:37

Ou en cas d’invasion zombies, faites comme dans SHAUN OF THE DEAD même si eux ils utilisent des vinyles…. Un bon lancer dans la tête et basta !

scott
scott
Reply to  Iris
18 mars 2016 18:14

pareil j’aime bien 300,mais c’est du case par case il a embelli a l’image ce qu’il y a dans le roman graphique ,quand il roule tout seul comme tu le dit il bouffe a tout les rateliers ! MAn Of Steel y fait pas exception avec sa bataille final tout droit sorti de Dragon Ball Z …

Cherycok
Administrateur
18 mars 2016 10:19

C’etait mauvais, mais mauvais. Ca faisait longtemps que j’avais pas vu un navet pareil. C’est visuellement hideux, les dialogues sont a la fois niais et improbables, la mise en scène m’a donné de l’urticaire, le film n’a beau avoir que 5ans, les sfx sont déjà assez moches par moments,… Une grosse bouse. En termes de pop culture, je préfère me revoir pour la Xème fois Scott Pilgrim

Oli
Reply to  Cherycok
18 mars 2016 11:29

Pas mieux.

Feroner
Feroner
18 mars 2016 18:21

Eh bin moi j’ai adoré ce film au ciné et la deuxième fois a la TV, vous me donnez envie de le revoir.
Non ce n’est pas du second degré.

Feroner
Éditeur
18 mars 2016 20:07

Comme quoi les gouts …
Par exemple Watchmen (la BD et le film) j’ai trouvé ca chiant et inutilement bavard.

Il y a un modérateur maintenant et j’ai plus d’avatar.

Cherycok
Administrateur
18 mars 2016 22:14

Je n’ai aucune idée de pourquoi ca m’a demandé de valider ton commentaire O_o

Postscriptom
19 mars 2016 10:11

Je ne suis pas un grand fan du film (même si les scènes WTF me font bien rire) mais tu oublies quand même un point essentiel qui a beaucoup fait parler à l’époque de sa sortie : qui est l’héroïne du film : Sweet Pea ou Baby Doll ?… Des tas de théories s’affrontent sur le Net, voilà un des points de vues, qu’il faut avoir en tête je pense, en revoyant le film, plutôt sympa pour bien se prendre la tête avec SUCKER PUNCH, et peut-être le réévaluer un peu :

http://lestoilesheroiques.fr/2011/03/sucker-punch-fin-sucker-punch-reve.html

Cherycok
Administrateur
19 mars 2016 11:31

Je t’avouerais que en ce qui me concerne, je me contrefiche complètement de savoir si elle est Sweat Pea ou Baby Doll, ca ne changera absolument rien à ma vision du film qui est l’exemple même de tout ce que je déteste dans le cinéma hollywoodien. Pour moi, ca aura été une purge totale, Sweat Pea ou Baby Doll, avec une héroïne dont je me fichais éperdument du sort ou de ce qu’elle était, donc c’est te dire s’il y a peu de chance que je remate cet étron un jour…

Rick
Administrateur
19 mars 2016 11:44

À l’époque j’avais eu de trèèèès longs débats avec un fan du film, qui me disait justement à quel point le métrage était “intelligent” avec cette théorie….
Dans tous les cas, Sweet Pea ou Baby Doll, ça ne change rien à tous les défauts du film (pour moi le film est un défaut à lui tout seul…)

Postscriptom
19 mars 2016 16:52

On est pas obligé de le revoir à la suite, moi ça fait cinq ans que j’attends, encore deux ou trois je pense et je serai prêt à retenter le coup…

Cherycok
Administrateur
19 mars 2016 18:58

Dans 2 ou 3 ans, il sera complètement sorti de la mémoire ^_^

Rick
Administrateur
19 mars 2016 19:17

Pas sûr Chery, regarde 5 ans après je suis toujours traumatisé :O
Enfin je passe mon tour pour la seconde chance.

scott
scott
19 mars 2016 22:58

moi mon dvd apres vision a atterri a ca$h converters ,donc pas pret de le revoir non plus ^^

Paganizer
1 mai 2018 23:16

Comme Cherycok le sait déjà, j’aime bien ce film (alors qu’en temps normal, je suis allergique à ce genre de réalisation qui tient plus de la démonstration technique qu’autre chose !)
Mais sans que je m’explique pourquoi, je suis rentré dans le délire autour du pouvoir de l’imaginaire qui permet de fuir la réalité (voire de la modifier ou l’embellir..)
Certes, le thème de l’imaginaire et du rêve a déjà été traité, et souvent mieux (Inception, The Fall..)
Mais voilà, sans crier au génie non plus évidemment, je me suis amusé devant ce Sucker Punch.
Et puis les héroïnes m’ont un peu rappelé celles du manga “Ikki Tousen”.
Sinon, j’ai aussi aimé l’armée des morts (bon remake du Zombie de Romero !) 300, Watchmen (malgré quelques longueurs et fautes de goût) et le Royaume de Ga’hoole (qui propose une sorte de métaphore de la condition Juive pendant la 2e GM)
Voilà, ça me surprend moi-même, mais j’aime plutôt bien Zack Snyder !
C’est grave Doc ?