[Film] Retro Puppet Master, de David DeCoteau (1999)


A Paris, avant la 1ère guerre mondiale, un jeune homme, André Toulon, dirige un théâtre de marionnettes d’avant-garde. La femme qu’il aime, Ilsa, est le témoin du meurtre violent de Afzel, un vieux sorcier égyptien. Sur son lit de mort, Afzel doit transmettre “le secret de la vie” qu’il a dérobé à Sutekh, un ancien dieu. Toulon, qui porte un regard septique sur ce secret, dont il est le nouveau gardien, doit utiliser ses pouvoirs pour amener ses marionnettes à la vie: Le Docteur Mort, Le Simplet, Le Cyclone, Le Tireur, La Taupe… afin de combattre les guerriers envoyés par Sutekh et sauver la femme dont il est épris…


Avis de Cherycok :
Ça y est, on a dépassé la mi-saga. Et là, on est bien dans le lard, bien dans le gras, bien dans la mauvaise passe de la saga avec ce septième opus qui, autant le dire tout de suite, n’a pas grand-chose pour lui. Pourtant, lors de sa sortie en 1999, il a rencontré un gros succès, sans doute que les fans ont voulu en connaitre un peu plus sur les origines de leurs marionnettes favorites, Retro Puppet Master se passant, chronologiquement parlant, en premier (d’où le “retro” du titre). Mais avec David DeCoteau (encore lui !) à la barre, il ne fallait clairement pas s’attendre à des miracles, même si c’est peut-être sa mise en scène qui s’en sort le mieux. Comme quoi, on n’est pas à l’abri d’un petit miracle. Mais ça reste mauvais, très mauvais même. Mais il faut savoir apprécier les mauvaises choses à leur juste valeur quand on sait que l’opus suivant est encore pire…

A la fin des années 90, afin de capitaliser sur la popularité de la série et surtout de ses marionnettes, Full Moon Pictures sort une série de figurines. Celle-ci comprend bien entendu celles que les fans connaissent, mais également plusieurs « retro » qui rencontrent un succès inattendu. C’est ce succès qui a inspiré la réalisation du 7ème volet de la saga Puppet Master. Charles Band fait appel à David DeCoteau, qui avait donc réalisé le 6ème un an avant, et l’envoie en Roumanie afin de tourner ce Retro Puppet Master, mais également Witchouse (1999). Parce que faire des économies en tournant deux films en même temps, ça n’a pas de prix. Bref. Dès la première scène, un très bon point : le retour de Guy Rolfe (dont c’est le dernier rôle) dans le rôle de André Toulon. Mais en même temps, un très mauvais point : cette scène se passe en 1944 alors qu’il est censé être mort en 1939 ou 1941 (selon les films). Essaie-t-on de nous faire comprendre qu’on tente de retrouver l’essence de la saga mais qu’on se fout complètement des six films qui ont été faits auparavant ? Ou alors, on veut nous dire qu’on peut survivre à une balle en pleine tête. Je ne sais pas moi hein, je ne suis pas médecin. Très rapidement, on quitte Guy Rolfe pour revenir 40 ans en arrière avec une version bien plus jeune de lui, interprétée par Greg Sestero que les amateurs de nanars connaissent pour son rôle dans le mythique The Room (2003). Et là, quelque chose se produit. Qu’est-ce que c’est que cette photographie ? Mais c’est que c’est beau dis donc ! Non mais vraiment ! De beaux décors, de très beaux costumes, une photographie soignée. Comme quoi, y’en a certains qui ont réussi à faire correctement leur boulot dans cette histoire. Bon, ils ne sont pas beaucoup mais il faut quand même leur rendre hommage. Là où les opus 5 et 6 ne faisaient aucun effort en termes d’ambiance, ici c’est plutôt travaillé et c’est même correctement filmé malgré cette caméra qui semble se balancer lors de certaines scènes. Bon, voilà, c’est tout pour les points positifs du film, car à côté, c’est la catastrophe.

Hormis Guy Rolfe, dont la présence à l’écran se limite en tout et pour tout à une minute en début de film et la même durée avant le générique de fin, le reste du casting est d’une nullité affligeante. Le jeu d’acteur est à la limite de la sitcom. Les dialogues semblent récités, il n’y a aucune direction d‘acteur, et rien n’est naturel. Le héros est même le pire de tous ce qui, affublé d’une coiffure dégueulasse et d’une veste rouge à paillettes, l’empêche d’être crédible du début à la fin. Retro Puppet Master nous présente donc de nouvelles marionnettes, plus anciennes : Doctor Death, Drill Sergeant, Cyclops, Retro-Blade, Retro-Pinhead, Retro-six-Shooter, mais elles ne sont aucunement marquantes, ni même réellement réussies à part peut-être Dr Death et Retro-Six-Shooter qui se détachent un peu du lot. Pire encore, les marionnettes bougent à peine. On a l’impression qu’il n’y a plus d’animateur à la barre et que c’est fait à l’arrache. Exit le stop motion (tu nous manques David Allen), parce qu’à l’aube des années 2000 ça doit être ringard. A la place, on a droit à du fil visible et même une main d’un technicien qui fait bouger la marionnette lorsque le sorcier Afzel aide le jeune Toulon à faire revenir sa première marionnette à la vie. Et nos marionnettes emblématiques dans tout ça ? Il faut croire qu’ils ont oublié de les mettre dans l’avion pour la Roumanie car, outre leur temps de présence d’à peu près 48 secondes à l’écran, il ne s’agit que de stockshots d’autres films de la saga. Les effets spéciaux sont pourris, que ce soit les CGI ratés ou les maquillages à la truelle de notre trio de méchants de choc, rendant les scènes d’action encore plus nulles qu’elles ne l’étaient déjà. Aucun suspense, aucune intensité, aucun enjeu, les rares fois où le film s’aventure dans l’action tombent à plat tellement c’est mou. Mais cela nous permet malgré tout d’apprendre deux choses : les morts clignent parfois des yeux, vous le saviez ? Et quand on est en train de mourir, on a parfois un sourire en coin, vous le saviez ça aussi ? si au moins Retro Puppet Master nous proposait des moments gores, mais même pas. C’est ici complètement tout public, sans aucune goutte de sang, bref c’est n’importe quoi.

LES PLUSLES MOINS
♥ Visuellement joli
♥ Quelques idées rigolotes
⊗ Le jeu très amateur des acteurs
⊗ Rythme chiant
⊗ Les SFX quels qu’ils soient
⊗ Les nouvelles anciennes marionnettes
Malgré un visuel réussi, Retro Puppet Master est un ratage sur quasiment toute la ligne. Ce septième opus frise souvent le ridicule, oubliant une fois de plus que ce qui a fait le succès de la célèbre saga de Charles Band, ce sont les marionnettes.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Si Retro Puppet Master sert à expliquer comment Toulon a commencé à pratiquer le sort qui anime ses marionnettes, il ignore ce qui a été établi à l’origine dans le second film comme étant exactement la façon dont il a appris le sort d’animation.
• Le livre de Greg Sestero de 2013, The Disaster Artist, tout en se concentrant principalement sur son film le plus célèbre The Room, comprend deux chapitres sur son casting et le tournage de Retro Puppet Master.
• James Franco a auditionné pour jouer le jeune André Toulon, le rôle de Greg Sestero. Depuis, il a collaboré avec Sestero sur The Disaster Artist (2017), une adaptation cinématographique du livre de Sestero “The Disaster Artist” : My Life Inside The Room (2003), le plus grand mauvais film jamais réalisé”.
• Greg Sestero a d’abord été invité à auditionner pour André Toulon avec un accent britannique, ce qu’il n’a pas pu faire. Sestero, après avoir découvert que Toulon était un personnage français, a demandé aux directeurs s’il pouvait passer son audition avec un accent français. Sestero lui-même est d’origine française par sa mère et parle couramment le français. Il pense que c’est pour cela qu’il a obtenu le rôle.
• On a dit à l’équipe des effets spéciaux du film que les momies ne seraient finalement pas présentes dans le film. Mais elles ont été rajoutées à la dernière minute. Ils ont donc dû faire rapidement des courses à Bucarest et acheter des rouleaux de bandages de gaze, puis retourner au studio et préparer les momies en seulement 3 heures.


Titre : Retro Puppet Master / Puppet Master 7
Année : 1999
Durée : 1h20
Origine : U.S.A
Genre : On touche encore plus le fond ?
Réalisateur : David DeCoteau
Scénario : Neal Marshall Stevens, Charles Band

Acteurs : Greg Sestero, Brigitte Dau, Stephen Blackehart, Jack Donner, Guy Rolfe, Robert Radoneanu, Vitalie Bantas, Sando Teodor, George Calin, Giuliano Doman

 Retro Puppet Master (1999) on IMDb


0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments