[Film] Baby Cart 4 : L’Âme d’un Père, le Coeur d’un Fils, de Saitô Buichi (1972)

Ogami Itto est engagé pour tuer Oyuki, une femme assassin tatouée. Pendant ce temps, son fils Daigoro, âgé de trois ans, se perd. Après avoir passé des jours à chercher son père, il est retrouvé par Genbei, le fils en disgrâce de Yagyu Retsudo, l’ennemi juré d’Ogami Itto.


Avis de Rick :
Une année, une seule, 1972, et pas moins que les quatre premiers films de la saga Baby Cart qui débarquent sur les écrans Japonais, ce quatrième opus débarquant à la toute fin de l’année, le 30 Décembre 1972. Ah ça, ils étaient productifs à l’époque. Peu surprenant de voir donc le réalisateur des trois premiers films, Misumi Kenji, laisser sa place pour ce quatrième film, avant de revenir pour le cinquième l’année suivante, 1973 donc. Et oui, un peu comme pour la saga Sasori, la saga Baby Cart change de réalisateur pour son quatrième opus. On peut donc s’attendre, comme pour Sasori, à une grosse baisse de qualité. Et pourtant. Oui et pourtant, L’âme d’un Père, le Cœur d’un Fils (le titre à rallonge de ce quatrième opus) n’a pas à rougir face aux trois premiers opus de Misumi Kenji, loin de là. La qualité est toujours au rendez-vous. En fait, et ce à titre personnel, j’irais même jusqu’à dire que ce quatrième opus est supérieur au troisième sur bien des points, sans pour autant atteindre la folie furieuse du second opus, jusque là indétrônable. On peut même dire, malgré un côté parfois un peu plus passe partout, et surtout un abus de certains effets de style (le plan passant au noir et blanc pour annoncer un flashback, effet qui ne dure à chaque fois qu’une seconde, mais qui a lui facilement 7 ou 8 fois dans le film), que Saitô Buichi s’en sort extrêmement bien. Il faut dire que le personnage du loup solitaire et de son enfant sont parfaitement établis depuis le premier film, tout comme le style général, cinématographiquement parlant. Il n’a alors qu’à suivre la direction déjà empruntée et filmer proprement son histoire, ce qu’il fait divinement bien.

Mieux, on peut même noter des idées foutrement intéressantes au niveau du scénario. Déjà dans sa première partie, avec l’idée de séparer le loup solitaire, Itto, de son enfant, chose qui n’était jusque là jamais arrivée. Mais finalement, le scénario se fait plus intéressant que prévu notamment grâce à deux histoires qui vont se rejoindre, la première étant un contrat d’Itto, celui de tuer une femme assassin qui a des tatouages dans le dos et sur la poitrine. Un des points forts du métrage, mais on y reviendra un peu plus bas. Et de l’autre, forcément, des complots, coups bas et autres manipulations de la part du shogun et des clans, le tout amenant l’ensemble jusqu’à un final dantesque qui surpasse même celui du troisième film, et en quelque sorte, fait bien plus penser au final d’un western que d’un chanbara, notamment par certains choix visuels, ou surtout de décors. Si Saitô se laisse sans doute moins aller à l’expérimentation dans sa mise en scène contrairement à Misumi. Un peu justement comme pour la saga Sasori, qui devenait du coup plus classique avec son quatrième film. Baby Cart 4 est en effet plus sage par certains aspects, comme pour que le réalisateur puisse apposer sa patte sur l’œuvre. Du moins je le pense, n’ayant vu aucun autre film de lui. Et malgré ce maigre changement, le reste ne dénote pas du tout avec les précédents. Les combats sont nombreux, rapides, nerveux, souvent expéditifs et se terminent dans des giclées de sang XXL avec membres tranchés dans tous les coins de la pièce. Si l’on pourra sans doute trouver un des combats un peu plus grotesques (dans le temple), l’ensemble se fait de manière surprenante très efficace. Il faut dire aussi que l’ensemble ne dure que 1h21, et passe comme une lettre à la poste.

Certains combats marquent, notamment celui ouvrant le film, mettant en scène la femme assassin, Oyuki, et le final, dans un terrain vague, avant de continuer dans des tranchées, où Itto va affronter des vagues d’ennemis par dizaines. Rien que ça. Mais l’ajout finalement qui fait la différence, c’est Oyuki, personnage principal féminin, la cible d’Itto, qui n’aurait pu être qu’une cible comme les autres, un personnage secondaire traversant le film, mais qui bénéficie d’un background plutôt sympathique qui rend son personnage attachant. D’autant plus que sa technique de combat, dénudé, montrant fièrement ses tatouages dans le dos et sur sa poitrine pour déconcentrer ses ennemis. Fort visuellement, mais un personnage également intéressant dans le fond, et sa dernière rencontre avec Itto sera un grand moment, d’autant plus que le métrage nous montre un nouveau visage du personnage que l’on connaît bien maintenant, montrant encore plus sa déshumanisation, ou non, plutôt son dégoût ou incompréhension de la nature humaine. Mais surtout, via quelques très rapides flashbacks, le film n’hésite pas à enfin nous révéler quelques détails clés de son passé, comment tout a commencé en quelque sorte. Vraiment, ce quatrième opus fait fort, et la saga parvient à maintenir un haut niveau de qualité de films en films.

LES PLUS LES MOINS
♥ Retrouver l’univers
♥ Saitô Buichi, le nouveau réalisateur, n’a pas à rougir
♥ Des combats toujours nerveux et gore
♥ Oyuki, un superbe personnage
♥ Le passé d’Itto
⊗ Ose peut-être moins de choses visuellement
note2
Changement de réalisateur, mais pas de baisse de qualité en vue pour Baby Cart, qui fait fort avec un quatrième opus toujours autant chargé en affrontements sanglants, mais qui en plus narrativement développe les personnages.



Titre : Baby Cart 4: L’âme d’un Père, le Coeur d’un Fils – Kozure Ōkami: Oya no kokoro ko no kokoro – 子連れ狼 親の心子の心

Année : 1972
Durée :
1h21
Origine :
Japon
Genre :
Chanbara
Réalisation : 
Saitô Buichi
Scénario : 
Koike Kazuo et Kojima Goseki
Avec :
Wakayama Tomisaburô, Hayachi Yoichi, Azuma Michie, Tomikawa Akihiro, Koike Asao et Endô Tatsuo

 Lone Wolf and Cub: Baby Cart in Peril (1972) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Faze
Faze
30 décembre 2020 2:36

Superbe saga Baby Cart !

Et dire que je l’ai découvert avec mon meilleur pote il y a plus de 20 ans via la VHS américaine (Shogun assassin) complétement pété et remonté (en gros les 2 premiers films sont remonté en un film de 90 min … aïe !!)
Malgré ça , on avait totalement adhéré à l’ambiance … depuis les 2 coffrets HKvidéo ont réparés cet affront !

Sinon ce 4 ème volet est assez marquant , entre l’errance de Daigoro et Oyuki aussi sublime que tragique.(et oui dur de se concentrer quand la dame combat 😀 )
Je préfère malgré tout le 2 ème épisode rien que pour les tueurs à gages qui inspireront le grand John Carpenter pour Jack Burton. 🙂

Last edited 24 jours Il y a by Faze
Cherycok
Administrateur
4 janvier 2021 8:49

Vu il y a bien 20 ans les Baby Cart. Je me les mélange un peu tous aujourd’hui mais je sais que j’avais beaucoup aimé ce 4ème opus.

Matt
Matt
4 janvier 2021 13:11

J’ai vu que les 3 premiers pour ma part…
Jamais tenté les 3 suivants. Faudrait que je m’y mette. J’aime bien.
je connais surtout ceux de Kenji Misumi qui avait déjà signé quelques bons Zatoichi.

Matt
Matt
Reply to  Matt
4 janvier 2021 18:10

Et encore en France je crois qu’on a 12 ou 14 films Zatoichi, non ? Il y en a 25 en fait^^
Je ne les ai pas tous vu. Mais le 1, le 6, le 17, le 21 sont bien.
Le premier est plus calme, relax…un peu dans la veine d’un Kurosawa. C’est au fil de la série que ça se met à lorgner vers l’ultra violence à la Baby Cart. Le 21 est bien plus violent par exemple. On peut d’ailleurs suivre l’évolution d’un genre avec cette série de films. Dans le 6, Mort ou Vif, Zatoichi affronte d’ailleurs un samourai joué par Tomisaburo Wakayama (qui jouera donc Ogami Itto dans Baby Cart)