[Film] Party Bus To Hell, de Rolfe Kanefsky (2018)


Un bus de soirée se rend au festival Burning Man avec un groupe de jeunes qui espèrent passer un week-end de folie où les maitres-mots seront « Alcool, Drogue et Sexe ». Mais sur le chemin, ils tombent en panne dans le désert et vont être attaqués par un groupe de satanistes qui recherchent « l’élue » afin de faire revenir le diable sur Terre. Un massacre laisse sept survivants se battre pour rester en vie tout en se demandant si les gens qui les entourent sont réellement ce qu’ils semblent être…


Avis de Cherycok :
Lorsque je me suis lancé dans Party Bus To Hell, je savais déjà que je n’étais pas en présence d’un bon film. Mais que voulez-vous, quand j’ai cinq petites heures de sommeil dans les pattes et que je m’endors à la pause méridienne au boulot, il me faut un truc léger, décérébré, et un peu con-con histoire de me garder éveillé. Et vu que ça ne me pose aucun souci de regarder un truc moisi tant qu’il me fait rire, un mélange boobs/gore/fauché/nawak me semblait des plus adéquats pour maintenir ouvertes des paupières qui me semblaient lourdes, mais lourdes… Party Bus To Hell a comblé toutes mes attentes : c’était nul, c’était fun, mais en plus je ne me suis pas endormi comme une loque sur mon bureau. Et rien que pour ça, il a ma sympathie.

Scénariste et réalisateur de bobines de seconde zone telles que Emmanuelle 2000, Sex Files : Alien Erotica, ou encore The Erotic Misadventures of the Invisible Man (que du lourd donc…), Rolfe Kanefsky nous annonce immédiatement la couleur et on sait qu’on n’est pas là pour voir un grand film. En pas moins de 6 minutes de Party Bus To Hell, on assiste à une décapitation, avec tout ce que cela comporte de giclées de sang, et quatre plans boobs parfaitement gratuits. Il va y avoir du gore et du téton à l’air mes amis, moi je vous le dis ! Et effectivement, il y en aura tout le long des 1h20 du film. Vont se rajouter à ça des momies sortant de terre, des moines tueurs au teint pâle, des mecs habillés comme dans un post apo bis italien des années 80 (ça cite d’ailleurs Mad Max), des rites sataniques plein de boobs, du cannibalisme, des clins d’œil à La Colline a des Yeux et Une Nuit En Enfer, de la musique hard rock/métal, et même une partouze improbable avec des bouts d’humains en plastique (bras, tête, jambe), de la tripaille en carton, du sang, nous renvoyant immédiatement vers le Society (1989) de Brian Yuzna. En prime, une Tara Red (American Pie) qui entre deux volets de la saga Sharknado essaie de payer ses impôts avec des rôles tenant plus du cameo que de la vraie prestation. A peine cinq minutes de présence à l’écran et pourtant son nom est en gros sur l’affiche du film. Ils sont forts ces mecs du marketing, ils sont forts ! A noter un petit clin d’œil à Sharknado justement, elle perd un bras comme dans la bobine aux requins volants de chez The Asylum.

A la lecture du paragraphe précédent, on peut se dire que Party Bus To Hell a tout de la mauvaise série Z. Et c’est vrai. Mais ce qui fait que le film est fun, c’est qu’il s’assume comme tel, au point qu’un des personnages, après que son camarade lui ait expliqué ce qui était en train de se passer (le culte satanique, la cérémonie pour l’élu, …) balance un « Arrête, on dirait un scénario de mauvaise série Z ». Les acteurs sont en surjeu permanant, sans doute pour compenser le fait qu’ils ne savent pas très bien jouer, que la majorité des actrices sont en fait des stripteaseuses reconverties actrices pour l’occasion car elles devaient passer la majeure partie de leur temps les boobs à l’air. Les dialogues sont d’une poésie extraordinaire, du genre « Ma bite est un cadeau ». Le budget du film semble tellement au ras des pâquerettes que le résultat est des plus fauchés. Même les plans aériens sont kitchs… Comme le drone pour les filmer n’est pas très rapide, eh bien le bus en dessous va devoir rouler tout doucement, histoire de ne pas sortir du champ.
Mais Party Bus To Hell est un film généreux. Vous voulez des boobs et du sang, on va vous donner des boobs et du sang. Même si le sang numérique n’est pas du plus bel effet (comme tous les CGI du film d’ailleurs, semblant avoir été réalisés par le stagiaire qui passait par là), ils ont pensé à ceux qui aiment l’hémoglobine à l’ancienne et en placent un peu partout. Le film est volontairement trash et assume à 100% ses excès, quitte à tomber dans le vulgaire le plus total et défier toutes les lois du cinéma. A noter qu’une suite pourrait voir le jour si le « succès » est au rendez-vous si on en croit le plan final.

LES PLUSLES MOINS
♥ Généreux en gore
♥ Généreux en boobs
♥ Jamais sérieux
⊗ Le jeu des acteurs
⊗ Les CGI dégueulasses
⊗ Nul au premier degré
Party Bus To Hell, c’est ce genre de film qu’il faut voir avec un pack de bière, un paquet de chips et des potes. C’est mauvais, mais c’est tellement crétin, assumé, et over the top en matière de gore/boobs gratuits que ça en devient très divertissant.



Titre : Party Bus To Hell
Année : 2018
Durée : 1h21
Origine : U.S.A
Genre : L’Enfer du Bus Noir
Réalisateur : Rolfe Kanefsky
Scénario : Rolfe Kanefsky, Michael Mahal

Acteurs : Stefani Blake, Sadie Katz, Devanny Pinn, Aaron Groben, Elissa Dowling, Nailya Shakirova, Vidonna Michaels, Ben Stobber, Tara Red, Brian Blu

 Party Bus to Hell (2017) on IMDb






















Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

Les derniers articles par Cherycok (tout voir)

5 Comments

Add a Comment
  1. J’avais entendu furtivement parler du film un peu avant sa sortie, ayant été en contact avec l’actrice Devanny Pinn (fort sympathique d’ailleurs), mais après, j’admets que ça ne me tentait pas plus que ça, et ton avis ne va pas me motiver à tenter l’expérience ^^

  2. Mais il est fun pourtant ce film. Il est conscient de ce qu’il est et du coup il joue à fond la carte du second degré

  3. Houla, en effet, ça à l’air bien naze ! 😀
    j’ai lu un ptit article au sujet de ce film récemment, et je me souviens que ça disait entre-autre :
    “Un Projet X version extreme !”
    Projet X etant à mes yeux une nullité sans nom, ça ne m’a donc pas plus attiré que ça…
    Après avoir lu ta critique Chery, ça semble en effet surfer sur le concept des Skins Party, ces fêtes “extrèmes” pour jeunes (enfin, d’après ce que j’ai entendu, dans ces fêtes, c’est plus souvent “Gauloises, Panaché et touche-pipi” que réellement drogue, alcool et sexe…) mais avec le côté gore en plus !
    Après, à regarder d’un œil, ça peut être rigolo.
    Quand à Tara Red, je ne vois même pas vraiment qui c’est.. (pas vu American Pie, pas du tout mon truc).
    Je pense que le film devrait en effet trouver son public principalement auprès des ados impressionnables et en manque de sensations…et peut être auprès des fans de gore débile.

  4. Alors ca n’a strictement rien à voir avec Project X. Ceux qui ont dit ça n’ont sans doute pas vu Party Bus To Hell…

  5. C’est sûrement le côté teuf de jeunes et mélange “alcool, drogue et sexe” qui fait qu’ils ont rapproché ça de Project X… mais en version gore extreme.
    Après, certains sont prêts à dire tout et n’importe quoi pour attirer le châland…
    Un peu comme les phrases d’accroche qui disent nawak sur les boitiers de dvd.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017