[Film] Operation Mekong, de Dante Lam (2016)

Dans le triangle d’or, 13 cadavres chinois sont retrouvés par les autorités thaïlandaises. Bien que celles-ci tentent de dissimuler les causes réelles de leur mort, les investigations chinoises ne laissent aucun doute : les 13 hommes ont été les victimes d’un baron de la drogue local, le très puissant mais très instable Naw Khar. Pour que ce dernier soit capturé et jugé, une force d’intervention spéciale est créée en partenariat avec les pays concernés. L’escouade menée par le capitaine se lance alors à la poursuite de Naw Khar et de ses acolytes.


Avis de Cherycok :
Dante Lam est depuis quelques années un des spécialistes du film d’action testostéroné made in Hong-Kong : Fire of Conscience, Beast Stalker, Stool Pigeon, ou encore The Viral Factor. Et même si ses films sont souvent bancals sur de nombreux points, force est de constater qu’il sait mettre en scène de la bonne grosse action sévèrement burnée. Aidé de Stephen Tung Wai (Kung Fu Jungle, Reign of Assassins, Purple Storm) pour les chorégraphies et grâce à la très grosse implication d’une partie du casting qui n’a pas hésité à passer un mois à s’entrainer au maniement des armes et au combat à mains nues, son dernier film en date, Operation Mekong, va encore plus loin dans le concept pour proposer des scènes d’action parmi les plus impressionnantes de ces dernières années pour un film chinois. Mais à trop vouloir en faire, Dante Lam retombe dans ses travers et oublie certains points tout aussi importants. Dur dur de trouver le bon équilibre…

Operation Mekong est tiré d’une histoire vraie qui s’est déroulée en 2011. Treize marins chinois ont été assassinés sur les ordre d’un baron de la drogue pour avoir refusé de payer le droit de passage pour entrer dans le fameux Triangle d’Or (Birmanie / Laos / Thaïlande), plaque tournante du trafic drogue dans toute l’Asie. Le film leur est d’ailleurs dédié (le nom des 13 victimes est inscrit au début du générique de fin) et, selon ce qu’il se dit, il serait assez fidèle aux évènements qu’il narre.
On y suit donc la création de cette unité d’élite composée de spécialistes divers et variés (explosifs, infiltration, maitre-chien, drone,…) et les différentes « étapes » du plan qui va être élaboré pour faire tomber ces mafias de la drogue possédant de multiples embranchements et autres filières, jusqu’à bien entendu la classique grosse scène finale, une énorme scène d’action de pas moins de 40 minutes. On se rend compte que Operation Mekong est découpé un peu comme un jeu vidéo façon Call of Duty, en différents actes s’enchainant en construisant l’histoire petit à petit. Une scène d’infiltration, une course poursuite, un sauvetage d’indic, un gunfight, une poursuite en bateau, … Le réalisateur prend un grand plaisir à déplacer son histoire un peu partout et son film a le mérite de proposer des environnements très variés : jungle, caverne, centre commercial, gare, ville, bas-fonds d’un marché, … La mise en scène de Dante Lam est par ailleurs superbe avec une excellente photographie rendant hommage à des décors naturels assez stupéfiants. Il a déjà prouvé par le passé qu’il était un bon artisan, que ses réalisations étaient carrées, et Operation Mekong ne déroge clairement pas à la règle, tout particulièrement comme stipulé plus haut sur les scènes d’action.

C’est simple, elles sont tout bonnement impressionnantes, aussi bien les gunfights que les scènes au corps à corps ou les courses poursuites. A grand renfort de gros effets pyrotechniques et de destruction massive du plus bel effet, Dante Lam part dans le over the top façon Hollywood même si, comme à l’accoutumée, Hong Kong est toujours un peu à la traine dès qu’il faut utiliser du CGI (la scène de la voiture jaune dans le supermarché pique parfois les yeux). Mais l’intensité et le côté brut de décoffrage de ce qui nous est proposé à l’écran compense assez facilement d’autant qu’il semblerait que le parti pris était de réaliser le maximum de cascades « à l’ancienne ». Et puis, quel final ! Ça se tire dessus de partout, ça explose dans tous les sens, et pour une fois on a droit à une utilisation assez originale du meilleur ami de l’homme et des nouvelles technologies. Clairement, l’amateur d’action qui envoie du lourd en aura pour son argent avec tout ce que cela comporte de giclées de sang et d’impacts de balle (une fois de plus, très exagéré).
Seulement voilà, il y a un hic. Plusieurs même. Operation Mekong ressemble à un gros foutoir. Pourtant le scénario en lui-même est assez mince, avec une histoire assez simple. Mais il y a trop de personnages, beaucoup trop de personnages. A tel point qu’on peut rapidement se perdre. Trop de forces spéciales, trop de bras droits pour notre baron de la drogue, une action qui se déroule parfois dans plusieurs lieux différents simultanément, une mise en scène qui alterne trop vite d’un lieu à l’autre. Et du coup, qui dit trop de personnages dit également un développement de ces derniers proche du néant. Le seul pour lequel on ressent quelque émotion lorsqu’il lui arrive quelque chose de grave, c’est Bingo, le berger allemand de l’escouade. Et pourtant, le film n’est pas avare en scènes intenses comme celles impliquant des gamins drogués jouant à la roulette russe ou qui se font tuer par balles. Mais non, ça ne prend pas et on reste presque insensible à tout l’aspect dramatique que le réalisateur essaie d’insuffler à sa bobine.

LES PLUSLES MOINS
♥ Mise en scène efficace
♥ Un long final qui déboite
♥ Très beaux paysages
⊗ On s’y perd parfois
⊗ Les personnages creux
Malgré son côté brouillon dû à la multiplication de personnages, Operation Mekong reste un sympathique divertissement qui plaira sans doute aux amateurs de grosses scènes d’action qui décoiffent.



Titre : Operation Mekong
Année : 2016
Durée : 2h03
Origine : Hong Kong / Chine
Genre : Action
Réalisateur : Dante Lam
Scénario : Dante Lam, Chu Kang-Ki, Lau Siu-Kwan, Tam Wai-Ching, Eric Lin

Avec : Zhang Han-Yu, Eddie Peng, Joyce Feng, Ganesh Acharya, Chen Bao-Guo, Ken Lo, Oak Keerati, Pawarith Monkolpisit, Carl Ng, Ron Weaver, Xudong Wu

 Mei Gong he xing dong (2016) on IMDb
















0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
16 juillet 2017 16:40

Ah les films d’action qui ce passent dans le triangle d’or ca rappelle de bon souvenirs les “Angel” entre autre. La ca na plus rien a voir énorme budget c’est moins fou mais ca fait le job. Un des meilleurs block buster Chinois avec “call of heroes” de Benny Chan.