[Film] Jeu D’Enfant, de Tom Holland (1988)

Charles Lee Ray est un tueur en série psychopathe qui, en tentant d’échapper aux forces de l’ordre, est tué dans un magasin de jouets. Avant de mourir, il utilise la magie vaudou pour placer son esprit dans une poupée. Karen Barclay offre à son jeune fils Andy cette poupée qui imite le physique d’un petit garçon roux en salopette. Il s’agit d’une poupée “Brave Gars”, qui fait fureur auprès des jeunes à cette époque, et qu’Andy souhaitait posséder…


Avis de Rick :
Si les années 80 voient naître tout un tas d’icônes du cinéma horrifique, l’heure est avant tout aux slashers. Jason Voorhees, Michael Myers et tant d’autres sont présents, les suites se multiplient, les sagas naissent. Mais quelques sagas, tout en conservant une base typiquement slasher, essayent des choses nouvelles. Wes Craven aura créé Freddy Krueger en 1984 et son tueur qui traque ses proies dans le monde du rêve par exemple. En 1988, une nouvelle icône du genre va naître. Sauf que le tueur n’est pas comme les autres. Charles Lee Ray, notre grand méchant joué par l’infatigable Brad Dourif, meurt dés la scène d’ouverture, et place son esprit… dans une poupée. Oui, le tueur est une poupée, un jouet. Après tout, pourquoi pas. Et d’ailleurs, ça fonctionne, Jeu d’Enfant était d’ailleurs une excellente série B, même si je lui préfère le second opus. Don Mancini a donc créé une légende, et il continuera en écrivant tous les autres opus, et en réalisant les cinquième (Le fils de Chucky) et sixième (La Malédiction de Chucky) opus. Ici, c’est Tom Holland qui s’y colle après avoir signé en 1985 Vampire Vous Avez Dit Vampire ? (Fright Night). Il préférera d’ailleurs réaliser Jeu d’Enfant que la suite de son propre film, qui atterrira entre les mains de Tommy Lee Wallace. Avec l’aide de John Lafia, il va retoucher le scénario de Don Mancini, lui ajoutant d’ailleurs des éléments clés de la mythologie, comme la fameuse formule vaudou que Chucky prononce, et donc tout le background du métrage. Oui, le premier opus de cette saga devait être au départ un film à suspense qui prenait son temps, et surtout, qui parlait d’un pacte de sang entre une poupée et un enfant.

Beaucoup de choses furent donc changées par Tom Holland et John Lafia (réalisateur ensuite du second opus), et le film réduit son suspense pour révéler beaucoup plus rapidement le fin mot de l’histoire. Oui, le doute ne sera pas permis pendant bien longtemps, on comprend bien vite que la poupée est vraiment possédée par l’esprit du tueur et qu’Andy, le jeune garçon tout content de recevoir la dite poupée pour les fêtes de fin d’année, ne ment pas. Mais comme c’est un enfant, personne ne va le croire, pas la baby-sitter, première victime de Chucky qui passera par la fenêtre, pas même sa mère, ni bien entendu la police. Jeu d’Enfant aura beau s’amuser quelque peu de la nature de son tueur (critique du milieu des jouets ?), donner un background vaudou au film, et même mettre plus d’enjeux que le banal slasher (Chucky doit vite renvoyer son âme dans un corps humain sous peine d’y rester bloqué), dans la forme, le métrage reste un mélange plutôt banal entre le slasher et le film de vengeance, Chucky voulant se venger à la fois de son ancien partenaire et du flic qui l’aura descendu de son vivant. Mais pourtant, ça marche, et ce premier opus de la saga, s’il n’est pas le plus violent ou le plus sanglant, reste le plus sérieux et le plus sombre surtout. Tout en respectant un cahier des charges bien présent, Tom Holland parvient à gérer son rythme avec une première partie plus calme, avec quelques doutes, et mettant doucement en place la psychologie bien psychopathe de Chucky, avant d’accumuler les effets dans la seconde partie ainsi que les tentatives de meurtres, et donc, les scènes de poursuites.

Et malgré le fait que Chucky ne soit qu’une poupée nous arrivant seulement aux genoux, l’ensemble reste plutôt crédible dans l’ensemble, est bien menée, notamment la partie se déroulant dans l’hôpital. Après oui, par moment, le film se laisse aller en se voulant plus grand spectacle, comme dans la scène de la voiture dans la rue, où le conducteur est attaqué par Chucky, un poil tirée par les cheveux, mais faisant honorablement son boulot, comme le film dans son intégralité. Mais là où le métrage s’en sort le mieux et parvient à se différencier quelque peu des autres, en se rapprochant dans un sens plus d’un Freddy que d’un Jason, c’est dans son humour, noir bien évidemment, distillé dans les dialogues de Chucky. Brad Dourif se fait plaisir et nous fait plaisir en même temps, donnant vie au travail de Kevin Yagher (designer de la poupée) et une personnalité autant détestable (le salaud dans sa splendeur) et jouissive au personnage. Nul doute que le succès du métrage viendra en partie de là. Sa personnalité sera encore plus jouissive dans le second opus, et deviendra petit à petit beaucoup moins sérieuse. Fun, sadique, pourri, Chucky dans le premier (et second) métrage est un personnage fort, et culte ! Tout comme le film, même s’il faut avouer qu’en hésitant souvent dans la direction à prendre (thriller fantastique, banal slasher, poursuite pleine d’humour), Jeu d’Enfant se retrouve parfois le cul entre deux chaises, et manque parfois un peu de surprises passé son personnage principal.

LES PLUSLES MOINS
♥ Chucky
♥ Rythmé
♥ Un slasher banal mais sympa au final
♥ L’opus le plus sombre
⊗ Hésite souvent dans la direction à prendre
⊗ Ressemble parfois trop à un banal slasher
note8
Si Jeu d’Enfant est un film culte et le naissance d’une saga et d’un bad guy du cinéma d’horreur, le film est loin d’être parfait. Une très bonne mise en bouche et un film néanmoins fort sympathique.



Titre : Jeu d’Enfant – Child’s Play

Année : 1988
Durée :
1h27
Origine :
U.S.A.
Genre :
Fantastique
Réalisation : 
Tom Holland
Scénario : 
Don Mancini, John Lafia et Tom Holland
Avec :
Catherine Hicks, Chris Sarandon, Alex Vincent, Dinah Manoff et Brad Dourif

 Child's Play (1988) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

5 Comments

Add a Comment
  1. La saga Chucky ne m’a jamais réellement emballé. Je les ai tous vu jusqu’a la fiancée de chucky, mais je n’en garde quasi aucun souvenir. Ca me fait la même chose avec pas mal de films d’horreur “cultes” des années 70/80 (L’Exorciszte, Carrie,…). Sans doute que si je les avais vu au moment de leur sortie, l’effet n’aurait pas été le même…

  2. J’ai vu les 5…. euh non 6 (et le 7 débarque je crois en Septembre).
    Une saga très inégale, qui a commencée de manière sérieuse (1, 2 et 3), puis ironique (4), puis nawak total (5) avant de revenir au sérieux (6). Je trouve la saga pas mal, j’adore le 2 et le 4. Le 1 et 6 sont très sympas. Le 3 m’insupporte, le 5 est bien trop nawak pour me plaire.

  3. Moi j’adhère vraiment aux trois premiers, le quatrième est bien fun aussi, après ça se dégrade. Le cinq essaie de surfer sur le précédent mais c’est lourdingue et raté, le six est pas mal mais un poil trop lent, le sept je l’ai acheté mais il est encore sous cello.
    Pour en revenir à ce premier volet, ça fait effectivement mélange entre film d’horreur et film policier, ça manque peut-être un peu d’imagination et d’audace dans la mise en scène, dans l’image et les rebondissements ( Freddy était déjà passé par là, donc c’était un peu plus difficile de surprendre ), mais le côté sombre, additionné d’un humour noir bienvenu, remporte finalement la mise. Et puis c’est dans celui-ci que Chucky possède une vraie sale gueule, LA plus grosse sale gueule de la série ( alors que les concepteurs disaient qu’ils n’arrivaient pas à lui enlever son air gentil ).
    Mention spéciale pour les interprètes, Chris Sarandon notamment, qui rebondit super bien après ‘Fright night’.

    1. Basiquement je pense pareil sur l’ensemble de la saga, sauf le trois que je n’aime pas du tout donc 😀 Mais bon, avec le recul, oui, il est sans doute meilleur que le 5 qui se perds trop dans l’humour (même si certains gags fonctionnent, l’ensemble n’est pas top). Le sept est un peu fauché mais je n’ai pas détesté.
      Sur ce premier ça manque d’audace, mais Tom Holland reste un metteur en scène solide et sérieux. Bon je préfère son taf de loin sur Fright Night (et la magnifique OST de Brad Fiedel, notamment le thème), mais ça passe.

  4. La BO de ‘Fright night’ est superbe, qu’il s’agisse des compositions de Brad Fiedel ou des chansons. Toujours pas récupérée d’ailleurs, les CD coûtent une blinde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *