[Film] Les Feebles, de Peter Jackson (1989)

Une grenouille droguée, un rat réalisateur de films pornos et une mouche journaliste animent un spectacle satirique de marionnettes…


Avis de John Roch :
Après Bad Taste, le monde s’ouvre à Peter Jackson, en particulier le Japon, prêt à mettre de la thune dans son prochain film qui promet d’être le plus sanglant de l’histoire. Son nom : Braindead, un film de zombies. Mais le projet capote, faute d’investissement, Jackson se rabat sur un projet moins ambitieux, du moins en apparence : une comédie musicale (n’ayez pas peur, des chansons, il y en a peu, et elles sont drôles) avec des marionnettes dedans. Car au pays où il y a 8 moutons pour un habitant selon le dernier recensement, Peter Jackson est désormais un genre d’ambassadeur, et la New Zealand Film Commission via son boss Jim Booth lui débloque un budget de 750000 dollars pour mettre sur pellicule ce nouveau délire trash dans lequel Peter Jackson a voulu, je cite, « montrer ce qui se passait vraiment dans les coulisses entre Peggy la cochonne et Kermit la grenouille ». Mieux que ça, c’est tout le star-system, ou du moins la vision que Jackson en a, qui est passé au lance flamme.

Les Feebles, c’est une troupe de music hall qu’intègre Robert le hérisson, nouvelle recrue qui arrive pile pour le grand jour : les Feebles vont passer à la télévision le soir même, en direct. Le scenario se passe pendant cette journée de répétition pour le grand soir, pendant laquelle Robert, et par extension le spectateur, va découvrir que l’univers du show biz est un milieu des plus malsains. Les Feebles n’est peut-être pas le film le plus gore de Peter Jackson, mais sans aucun doute le plus trash. La présence de marionnettes lui permet de faire ce qu’il veut, en résulte des personnages complètement cramés, parmi lesquelles figurent Heidi l’hippopotame, actrice has been qui n’est plus que l’ombre d’elle même ; son mari Bletch le morse, producteur véreux qui trempe dans des affaires louches et qui s’envoie en l’air avec sa maîtresse dès que l’occasion se présente ; son bras droit Trevor le rat, dealer de came et réalisateur de films pornos undergrounds ; Fly la mouche à merde paparazzi qui va jusqu’à bouffer des excréments pour avoir un scoop ; Harry le chaud lapin, qui a force de collectionner les conquêtes et les orgies contracte ce qui est une allégorie du sida ; Wynyard la grenouille, lanceur de couteaux vétéran du Vietnam et accro à l’héroïne ; Sebastien le renard, metteur en scène homo qui aimerait chanter une ultime chanson si celle-ci n’était pas problématique… La galerie de personnages principaux est déjà folle, mais elle est complétée par des seconds rôles qui le sont tout autant. Évidement tout n’est pas noir au royaume des Feebles, et Robert pourra compter sur le bienveillant Arthur le ver de terre, et sur le caniche Lucille, dont il tombe amoureux.

Producteur véreux et queutard, acteurs au conquêtes multiples, le sida, les vétérans du Vietnam, le monde du porno, deal qui tourne mal, actrice qui rêve de sa gloire d’antan, bien aimée qui est droguée et violée Peter Jackson a-t’il eu peur de Hollywood et du monde du show business ? Venant de la part d’un réalisateur qui a toujours tourné à domicile, la question ne se pose peut être pas, mais trêve de supposée sur-interprétation, Jackson dresse un portrait peu glorieux et corrosif du show biz, mais finalement pas si éloigné de la réalité, celle qui n’en finit plus de scandales sexuelles, de producteurs louches (Belch est ni plus ni moins qu’un Weinstein avec presque 30 ans d’avance sur le scandale, la mafia a été en étroite collaboration avec Hollywood, des studio RKO à gorge profonde, pendant de nombreuses décennies), d’acteurs et d’actrices qui tentent d’exister tant bien que mal alors qu’aux yeux de Hollywood, la date de péremption est passée depuis longtemps. Une triste réalité, mais on est chez Peter Jackson, première génération, et les Feebles fait preuve de tellement de mauvais goût qu’il aurait pu se nommer Bad Taste. Le réalisateur n’épargne rien au spectateur, ni les scènes explicites dont je vous ai subliminalement spoilé des scènes dans ma description des personnages, tous développés de manière à ce qu’ils soient aussi détestables qu’attachants, ni des moments épiques tel que le tournage d’un porno SM urologique, une chanson vantant les bienfaits de la sodomie, une parodie de Voyage au Bout de l’Enfer, ou un massacre final d’anthologie, le tout sublimé par des dialogues hilarants et orduriers. Le rythme est aussi fou que les personnages qu’il met en scène, il n’y a aucun temps mort, et c’est là ou les Feebles pêche, la frénésie du script (qui a son importance puisqu’il signe la première collaboration entre Peter Jackson et Fran Walsh, qui se sont rencontrés pendant le tournage de Bad Taste, et ne se quitteront plus depuis) ne laisse aucun répit au spectateur, le film est tout simplement trop généreux et on aurait aimé souffler ne serait-ce qu’une minute devant tant de frénésie pelliculée.

LES PLUSLES MOINS
♥ Un sommet du film trash
♥ Des dialogues drôles et orduriers au possible
♥ Un film loin d’ être con
♥ Une galerie de personnages complètement dingues
♥ Le star-system vu par Peter Jackson
♥ Un rythme de folie…
⊗ … mais trop généreux ?
Deuxième essai, deuxième réussite. Peter Jackson prouve avec les Feebles que Bad Taste n’était pas un coup de chance, et livre une vision du star-system trash, drôle, aux personnages aussi attachants que détestables.

LE SAVIEZ VOUS ?
• On peut apercevoir un alien de Bad Taste dans le public, joué par Peter Jackson.
• Tourné à Wellington.
• Le titre original du film est à double sens. Meet the Feebles peut être traduit tel quel, mais c’est aussi une expression anglaise qui peut se traduire par “avoir la nausée”


Titre : Les Feebles / Meet the Feebles
Année : 1989
Durée : 1h37
Origine : Nouvelle-Zélande
Genre : Bébête show
Réalisateur : Peter Jackson
Scénario : Peter Jackson, Fran Walsh, Stephen Sinclair, Danny Mulheron

Acteurs : Danny Mulheron, Donna Akersten, Stuart Devenie, Mark Hadlow, Brian Sergent, Peter Vere-Jones, Mark Wright

 Les Feebles (1989) on IMDb


 

John Roch
0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
11 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rick
Administrateur
21 avril 2021 14:38

Pas revu depuis un sacré bout de temps, mais j’avais beaucoup aimé lorsque je l’avais découvert sur Canal + à l’époque il me semble. Contrairement à un certain autre film de Jackson fait juste avant que je n’aime pas du tout haha. C’était con, trash, mais en effet, aussi de mémoire, un peu trop remplit de tout, avec toujours de nouveaux gags, situations, personnages, ça n’arrête pas, et c’est également donc fatalement un peu fatiguant sur la durée.

Faze
Faze
Reply to  Rick
22 avril 2021 4:47

Le seul Jackson que j’ai jamais vu …

Hors import , il y a des éditions correctes en BR de préférence ou en DVD ?

ps : Tu aimes pas Bad taste Rick ? Quel mauvais goût de ta part ! :p

Faze
Faze
Reply to  John Roch
22 avril 2021 22:26

Ok , d’où mes recherches infructueuses …
Merci John ! 😉

Dr_Gonzo
Dr_Gonzo
Reply to  Faze
23 avril 2021 13:49

Il est visible sur Youtube facilement en fr. J’adore la VF d’ailleurs. Peut-être le peter jackson que je préfère

Faze
Faze
Reply to  Dr_Gonzo
25 avril 2021 1:51

Dire qu’il était là , depuis tout ce temps sous mon nez …

Merci Dr Gonzo ! 😀

Rick
Administrateur
Reply to  Faze
24 avril 2021 12:02

Ahlala, il va falloir le voir, peu importe le moyen donc 😀
Bizarre n’empêche comment en France on ne semble absolument pas pressé de le sortir…
Et oui, je n’aime pas du tout Bad Taste. La dernière vision en soirée avec des potes, il y a quelques années, n’a même pas fonctionnée.

Faze
Faze
Reply to  Rick
25 avril 2021 1:55

Je suis à la limite content , ça fait enfin un autre film sur lequel on pourra être en désaccord , c’est tellement rare que ça en devient précieux ! (reste couché Gollum !)

Faudra que tu développes le pourquoi du comment car tu as jamais été contre un bon gros Z qui tâche , et celui ci est plutôt fort inventif et généreux dans ce qu’il offre !

Rick
Administrateur
Reply to  Faze
25 avril 2021 11:38

Ha ha, comme quoi, on ne peut pas toujours être d’accord. Il y a des titres parfois, rien à faire, c’est physique 😀 Mais je ne suis pas un grand fan de Jackson en réalité. J’apprécie ce qu’il a fait des Feebles jusqu’à Créatures Célestes, et après, le reste me laisse de marbre.

C’est sans doute la perception du film, je sais pas en fait. Surtout que les Feebles et Braindead, j’aime bien, ça m’amuse, Bad Taste la sauce ne prend pas avec moi. Peut-être le combo film fauché (et tout ce que ça comporte comme défauts, auquel on peut pardonner ou pas suivant l’humeur et ce que l’on recherche) + gore pour du gore, je sais pas. C’est un peu comme Premutos, beaucoup adorent, et moi il m’ennuie car je n’y vois qu’une accumulation de gore juste pour du gore. Mais voilà, c’est un vaste débat, et au final beaucoup de ressenti, donc difficile de débattre trop longtemps dessus sans tourner en rond.

Faze
Faze
Reply to  Rick
25 avril 2021 22:48

Ok merci , au moins c’est clair !

Pour ma part , ça va jusqu’au King Kong , qui si il était sympa ne valait pas ces films précédents à mes yeux.

Mais le gamin élevé au jeux de rôle ne pouvait qu’adorer sa trilogie du Lotr.
Et un gros coup de coeur pour Fantôme contre fantôme à sa sortie. (et encore aujourd’hui)