[Film] Le Dentiste 2, de Brian Yuzna (1998)


Un dentiste psychopathe interné pour s’en être pris à ses clients s’évade de l’asile. Trouvant refuge dans une petite ville de montagne tranquille, il est accepté par la population qui voit en lui une personne intelligente et cultivée, mais ses anciennes pulsions refont surface et bientôt il se met à faire trembler la petite bourgade, passant de la torture la plus sadique aux meurtres les plus horribles. Parallèlement, sa femme tente de retrouver sa trace pour se venger.


Avis de Rick :
En 1996, Brian Yuzna avait réalisé Le Dentiste pour le producteur Pierre David. Avec un budget ultra réduit (suivant les sources, entre 700 000 dollars et 2,5 millions, mais vu l’action réduite à quasi deux lieux, à savoir un cabinet de dentiste et une maison, j’opterais plus pour l’option 1), Yuzna avait livré un métrage maladroit mais efficace. Et le succès fut au rendez-vous, évidemment, puisque de base, aller chez le dentiste, le commun des mortels n’aime pas ça. Du coup, un film sur un dentiste qui pète les plombs, ça attire. Le film est d’ailleurs responsable de ma peur du dentiste. Merci Yuzna. En 1998, fier de ce succès, Pierre David commande à Brian Yuzna une suite. Ironique que Brian Yuzna, avouant en interview que faire une suite n’est pas simple (puisqu’il faut à la fois être fidèle au premier film mais y ajouter de la nouveauté pour plaire au public), s’attèle encore à une suite, après Douce Nuit Sanglante Nuit 4, Re-Animator 2 et Le Retour des Morts-Vivants 3. Avec un 1,8 millions en poche et un nouveau scénariste (Richard Dana Smith, qui n’aura par la suite signé que des scénarios pour des thrillers DTV), l’aventure commence, et nous reprenons avec notre cher dentiste qui s’évade de l’asile où il est interné, et qui part dans un coin paumé pour commencer une nouvelle vie. Le docteur Feinstone devient le docteur Caine, puisqu’après quelques mésaventures avec le dentiste du coin, notre cher psychopathe va devoir reprendre le cabinet dentaire, tout en essayant de calmer ses pulsions meurtrières. Et bien entendu, en essayant de se reconstruire une vie, en sortant par exemple avec Jamie Devers, une jolie blonde en qui il a enfin confiance.

Les bons points du Dentiste 2, c’est clairement dés le départ que Yuzna a reprit bien entendu Corbin Bernsen pour le rôle titre, mais également qu’il ne s’attarde pas sur les éléments les plus grotesques de son intrigue, à savoir l’évasion de l’asile par son docteur. C’est gros, pas très crédible, pas forcément intéressant non plus, et cet aspect est torché en une scène pour que l’on retrouve notre docteur dans une nouvelle ville, à se construire une nouvelle vie. Les autres bons points, d’ailleurs nécessaires à une bonne suite, c’est que l’on connait déjà notre personnage principal, ainsi que quelques secondaires (sa femme, gravement blessée dans le premier film, est de nouveau là). Du coup, l’intrigue débute rapidement, le spectateur sait à quoi s’attendre, et notre brave dentiste fait tout son possible pour calmer ses pulsions. Mais malgré de bonnes scènes, et quelques scènes gores qui font toujours mal, Le Dentiste 2 ne parvient jamais à faire aussi bien que son ainé, même si celui-ci était déjà bancal sur certains aspects. L’intrigue est en soit moins intéressante déjà, l’effet de surprise n’est plus là, surtout que Yuzna et son équipe réutilisent le même procédé que le précédent en ce qui concerne les scènes gores, et beaucoup trop de scènes ramènent inlassablement à l’original. Car oui, la raison du nouveau pétage de plombs du dentiste, ce sera encore et toujours ses deux soucis principaux, à savoir la propreté (de manière générale) et les femmes. Ahlala, pas de bol ce pauvre Feinstone…. Je veux dire Caine. On pourra également regretter malgré tout que suite oblige, et donc, nécessité d’en faire plus oblige, le film prenne souvent la voie de l’humour.

Alors oui, le premier film maniait déjà un certain humour noir, mais celui-ci fonctionnait mieux (en même temps, Stuart Gordon et Dennis Paoli étaient au scénario). Ici, on se retrouve plus souvent devant un humour grotesque (voir la scène finale), qui donne parfois un aspect fun au métrage, mais pas inoubliable ou marquant. Même cas de figure au niveau de la mise en scène de Brian Yuzna, qui conserve ses défauts et qualités habituels, mais qui a un aspect beaucoup moins « clinique et froid » que le premier film. Peu étonnant quand l’intéressé avouera que comparé au premier film et sa longue préproduction d’un an, Le Dentiste 2 a été validé immédiatement et tourné pratiquement sur le tas, sans vraie préparation. Et ça se ressent beaucoup. Pour autant, en tant que série B pas prise de tête, et sans avoir le même impact que le premier film, Le Dentiste 2 demeure un film divertissant, parfois un peu con, mais pas prise de tête, amusant, et contenant malgré tout quelques bonnes scènes, ainsi que la prestation toujours folle de Corbin Bernsen dans le rôle titre, ce qui tire tout de suite le film vers le haut. Il en fait des tonnes, il est parfois à la limite du grotesque, mais il est à fond dans son personnage, et ça c’est cool. Le succès a d’ailleurs du être au rendez-vous, du moins lors des sorties vidéo, puisque Trimark, le studio, avait donné son accord pour un troisième opus. Mais Yuzna, comme on le sait, quitta les Etats Unis pour rejoindre l’Espagne et créer là-bas la Fantastic Factory.

LES PLUSLES MOINS
♥ Corbin Bernsen bien taré
♥ Des scènes sanglantes efficaces
♥ Une série B sympathique
⊗ Moins percutant que l’original
⊗ Peu de nouveautés au final
⊗ Un ton plus léger
Le Dentiste 2 est une suite sympathique bien qu’au ton plus comique la plupart du temps. L’effet de surprise est passé, ça fonctionne moins bien, mais ça divertira l’amateur du genre.



Titre : Le Dentiste 2 – The Dentist 2
Année : 1998
Durée : 1h40
Origine : U.S.A.
Genre : Horreur
Réalisateur : Brian Yuzna
Scénario : Richard Dana Smith

Acteurs : Corbin Bernsen, Jilian McWhirter, Jeff Doucette, Susanne Wright, Jim Antonio, Lee Dawon, Wendy Robie et Clint Howard

 The Dentist 2 (1998) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

8 Comments

Add a Comment
  1. Je viens d’acheter le coffret Blu-ray sorti récemment. J’avais oublié qu’il y avait la mignonne Jillian McWhirter ( que j’avais découvert dans les films PM entertainment ). Ta chronique me donne envie de le revoir du coup.

    1. Tu verras, les copies ne sont pas parfaites, mais tellement meilleures que les dvd TF1 Video qu’on avait. Le livret du coffret est intéressant, bien que finalement survolant pas mal de choses, et que je les trouve un peu méchants envers certains films de Yuzna.
      De mémoire, Jillian McWhirter joue également dans Progeny que Yuzna a fait la même année, mais je le connais peu celui-là, vu juste une fois, et n’ayant qu’un dvd en VF, pas motivé.

  2. Ben perso pour ‘Progeny’, j’ai la VHS et je n’en avais pas gardé un bon souvenir à l’époque. Je l’avais trouvé même assez ennuyeux. Pas revu non plus du coup, et pas envie non plus.
    Méchants dans le livret avec mon Yuyu que j’ai eu la chance de voir au Bloody Week-end il y a quatre ans ? Ca sent la fessée.

  3. Bon, j’ai commencé l’intégrale Yuzna sur le site, je vais continuer, mais ça attendra que je trouve un dvd zone 1 pour le revoir en VO hein ^^ Ben en fait ,c’est surtout un film misant plus sur l’ambiance et où les scènes chocs de papa Yuzna ont étés grave censurées, dont une qui par contre a du être retournée plusieurs fois à cause d’un souci technique, sauf que budget ultra limité, donc concessions…
    Ouais, de tête (car oui je suis assez flemmard pour ne pas tendre le bras sur l’édition qui est à portée 😀 ), ils disent d’ailleurs que Le Dentiste 1 est son dernier vrai bon film. Ils critiquent beaucoup Faust (bon il est bien bancal mais j’aime bien), ainsi que Beyond Re-Animator que j’aime beaucoup. Bon Rottweiler par contre, c’est à juste titre, son pire film.

  4. J’avoue c’est assez mauvais. ‘Beyond Re-animator’ est pas mal, mais en dessous des deux autres. Pour la troisième fois, Yuzna nous refait le coup de la fiancée zombie. Là ça marche plus trop. Et le nouveau collègue de West n’arrive pas à la cheville de Daniel Cain ( excellent Bruce Abbott ).
    Je ne suis pas fan du ‘Retour des morts-vivants 3’. Je le trouve sympa, sans plus. Personnages cloches, effets spéciaux ratés ( Steve Johnson en très petite forme ), gros ventre mou, trop piqué sur Romero.

  5. Rottweiler, je l’ai revu récemment pour écrire dessus, bordel ce fut une torture comme la première vision à l’époque….
    Beyond Re-Animator je suis un des rares à le préférer au second opus, auquel lui je n’adhère pas.
    Par contre tu es le premier qui me dit aimer Yuzna mais ne pas trop aimer Le Retour des Morts-Vivants 3, souvent considéré par beaucoup comme un de ses meilleurs ^^

    1. Sympa mais sans plus le Retour des MV 3 , de chouettes idées sur le papier mais pas toujours concrétisé correctement sur la pellicule.
      Budget limité , je sais ,mais c’est souvent le problème du père Yuzna.
      Sans doute pour ça qu’il a jamais été aussi bon qu’en duo avec son pote Stuart.

      Après je suis toujours partant pour découvrir ces films , car le Bribri est un gars attachant et plus que généreux dans ce qu’il veut nous offrir.

      1. C’est ça, Yuzna a toujours galéré pour trouver le moindre petit budget, et ça s’en ressent, à chaque fois, d’où la mise en scène que je qualifie moi même de télévisuelle hors des scènes chocs.
        Mais Yuzna est un mec honnête, qui aime ce qu’il fait et est généreux, et ça se ressent, et pour ça que son cinéma, bien que bancal, a toute ma sympathie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *