[Film] Jurassic World Le Monde d’Après, de Collin Trevorrow (2022)

Quatre ans après la destruction de Isla Nublar. Les dinosaures font désormais partie du quotidien de l’humanité entière. Un équilibre fragile qui va remettre en question la domination de l’espèce humaine maintenant qu’elle doit partager son espace avec les créatures les plus féroces que l’histoire ait jamais connues.


Avis de Rick :
Une chose est sûre et certaine, Hollywood fonce droit dans le mur. Pire que jamais. A une époque où Disney commence bien malheureusement à avoir le monopole sur le monde du cinéma, pouvant boycotter certains pays si on ne les écoute pas (la France est ses délais avant la disponibilité des films après le passage au cinéma), il serait temps que les quelques grands studios restant se bougent pour riposter. Alors oui, le verdict ainsi que la critique est facile, car pour riposter, il faut malgré tout amener les gens dans les salles, et si Disney le fait avec des hommes en collants et de la nostalgie, les autres tentent de faire pareil, Warner et son DC universe, et dans le cas de Jurassic World, Universal et la nostalgie. Seulement la nostalgie ne doit pas devenir une fin en soit, ce qu’elle est malheureusement devenue. La nostalgie attire les gens en salles, donc pourquoi en plus se casser la tête de faire un bon film ? Je me souviens, en 1993, j’avais pu découvrir le premier Jurassic Park de tonton Spielberg en salle. Une salle blindée, qui m’avait forcé à m’installer au troisième rang, et la fameuse scène du T-Rex qui m’avait traumatisé (j’étais jeune !). Même Le Monde Perdu en 1997 et Jurassic Park 3 en 2001, je les avais appréciés et découvert en salles. Et dans le cas des deux premiers donc, c’était réalisé par Spielberg, réalisateur issu du nouvel Hollywood, au même titre que Scorsese, Lucas, De Palma et tant d’autres, des auteurs qui, finalement auront façonnés une nouvelle façon de faire, et relevé Hollywood, qui allait mal juste avant. Malheureusement, la génération de cinéastes qui aura suivi n’aura aucunement eu le même impact, ce sont les financiers et autres exécutifs qui dictent les règles, et le réalisateur n’est là que pour obéir aux studios. Evidemment, il y a des exceptions, et heureusement, et parmi la génération actuelle, on mettra de côté Christopher Nolan et Denis Villeneuve. Mais avec des films comme Jurassic World Dominion, on fonce droit dans le mur. Le positif de tout ça ? Un nouvel Hollywood va sans doute devoir pointer le bout de son nez si le cinéma dit « blockbuster » veut s’en sortir. Car après avoir enfin achevé cette nouvelle trilogie, on ne peut que faire un constant, Jurassic World, c’est comme Star Wars. Un premier nouvel opus trop proche des originaux qui a peur de s’éloigner, un second qui tente des choses visuellement mais qui se crashe scénaristiquement, et un dernier qui voit le retour du coupable du premier, pour un résultat catastrophique.

Il serait temps d’en parler d’ailleurs, de ce Dominion, cet ultime opus de la saga Jurassic Park, et dernier opus de la triste trilogie Jurassic World, initiée en 2015 par Collin Trevorrow, qui quitta le navire le temps du second métrage, non sans avoir signé avant le scénario catastrophique. Et pour cet ultime opus, qu’est-ce qu’il nous livre donc ? Du fan service, de la nostalgie, les personnages de la trilogie originale qui reviennent avec Sam Neill, Laura Dern et Jeff Goldblum, mais aussi, attention… un personnage totalement secondaire qui revient juste pour faire office de bad guy. Mais ce n’est pas tout, car Omar Sy revient également, le tout dans un scénario inepte écrit on ne sait pas trop comment tant rien ne va, entre des moments inutilement chiants, des personnages trahis qui n’ont plus grand-chose à voir avec ce qu’ils étaient, des lignes de dialogues et des plans copiant les films originaux pour dire « hey, tu as aimé ça il y a 30 ans, regarde, on fait pareil », et des dinosaures. Beaucoup de dinosaures. Tout le temps ! Alors oui, il est difficile en 2022, à une époque où les CGI permettent tout (et surtout n’importe quoi) d’être surpris par quelque chose, d’être surpris par des dinosaures. Mais aller dans la surenchère risible était-elle la bonne solution ? Oui, c’était sans doute compliqué de faire, dans le fond, comme tonton Spielberg, de faire durer l’attente pendant une heure avant que la magie de la première apparition ne fonctionne, j’en suis conscient. Mais en cherchant un peu trop souvent à copier les films originaux, Jurassic World Dominion se tire en plus une balle dans le pied, tant il montre un manque de talent et de sérieux radical séparant Spielberg du nouvel instigateur de cette trilogie. Il suffit de voir comment c’est le montage catastrophique qui permet de sauver les personnages 9 fois sur 10, tant ils auraient en réalité du mourir au bout de quelques minutes de métrage, tant rien ne fonctionne, les scènes ne sont pas pensées comme une succession de plans logiques, mais comme des plans censés impressionner un jeune public. La magie n’est plus, la crédibilité non plus.

Car si le montage est aux fraises, le scénario et les personnages le sont aussi. Ne paniquez pas, les dinosaures, on y viendra. Le scénario donc ? Il n’utilise même pas l’idée du second opus, à savoir, les dinosaures vivent parmi nous. Oui, on en verra deux ou trois dinosaures en liberté, et sinon, ils sont surtout capturés, et ramenés dans un labo, ce qui en gros, se résume à un… parc, encore. Des promesses vaines donc, rien de nouveau sous le soleil. Pour le reste ? Un méchant très méchant que l’on oubliera d’ici 2h27 (en gros, après la projection), et surtout, il serait temps d’en parler, mais les personnages. Entre Laura Dern qui retourne sur le terrain car il faut qu’elle soit là, Jeff Goldblum qui passe de scientifique sur la théorie du chaos à espion infiltré, ou Omar Sy qui revient le temps de deux scènes inutiles, et qui passe de dresseur de dinosaures à agent armé et dangereux. Si seulement dans la vraie vie, on pouvait changer de boulot à ce point-là, demain j’aimerais être cosmonaute pour ma part. Oui, le film n’a pas compris les personnages, et ne sait surtout pas quoi en faire, donc on a le plus souvent l’impression que les deux scénaristes avaient une liste de personnages à mettre absolument dans le métrage pour le fan service, et une liste de fonction pour faire avancer le scénario, et que chacun s’est vu attribué une fonction un peu au pif. Bon bon, alors, on pourra bien dire que durant un court instant, voir à l’écran dans le même plan les trois vedettes du premier Jurassic Park procure un brin de nostalgie. Mais dés que le scénario leur fait faire quelque chose, cette nostalgie est dés lors brisée. Une fête de courte durée. Et les dinosaures donc ? Très présent dans le film, non-stop même parfois, ils n’émerveillent jamais. C’est plutôt l’opposé en fait, on est très rapidement blasé, jamais surpris, jamais ébahis par ces amas de CGI qui se battent dans des plans montés n’importe comment.

Le choix du tout CGI parfois ne fonctionne pas, et en plus, oui, il y a ces scènes là uniquement pour nous rappeler comment c’était mieux avant. Un tyrannosaure qui se retrouve face à un autre prédateur. Oui, mais sans le côté surprenant de Jurassic Parc 3. Le retour d’un fameux dinosaure que l’on n’avait pas revu depuis le tout premier métrage ? Oui, mais aucune montée de tension, aucune appréhension d’un possible danger, juste là histoire de cocher la case « hey on ne l’a pas oublié lui ». Une fuite en voiture suivie d’une scène de tension en bord de falaise ? Oui, mais sans la tension de la scène du Monde Perdu, scène qui était d’ailleurs la plus réussie du métrage, et qui fonctionne encore aujourd’hui. Se cacher derrière une jeep renversée pour échapper à un dangereux carnivore ? Déjà vu dans le tout premier, mais dans une scène annonçant le début de le menace chez Spielberg, et non pas au bout de quasi deux heures de film ici. Jeff Goldblum faisant diversion en agitant un bout de bois en feu ? Ça fonctionnait mieux dans l’original, introduisant les personnages et donc rendant la menace crédible, puisqu’il pouvait y passer. En 2022, on sait d’avance que seuls les méchants seront punis. Bon, vu le méchant que l’on voit gesticuler comme un débile pour montrer qu’il est énervé, encore heureux qu’il sera puni, mais bon ! Au final, on ne sauvera du désastre que la scène d’action à Malte, totalement débile et improbable, mais qui au moins, réveille, car le reste, c’est l’ennui. Comme dirait Goldblum dans le film : « Jurassic World ? Not a fan”. Tu n’es pas le seul ! Ah, et un mot sur les nouveaux personnages de cette trilogie ? Comme on leur dit au milieu du film pour s’infiltrer : « soyez transparents ». Pas de soucis, vu qu’ils ne sont pas écrits !

LES PLUSLES MOINS
♥ En soit le casting n’est pas mauvais…
♥ La scène à Malte, nulle mais amusante
⊗ …Dommage qu’on leur fasse jouer de la merde
⊗ Ennuyeux la plupart du temps
⊗ Jamais rien de magique
⊗ Le fan service pour le fan service
⊗ Scénario catastrophique
⊗ Le montage, aux fraises
note75
Il serait temps, au choix, de laisser les dinosaures se reposer en paix, ou de confier les futurs films à quelqu’un qui comprenne la saga, ce qu’elle raconte, et qui soit compétent sans se prendre pour un génie. Car là on a touché le fond.


Titre : Jurassic World Le Monde d’Après – Jurassic World Dominion
Année : 2022
Durée :
2h27
Origine :
Etats Unis
Genre :
Aventures
Réalisation :
Collin Trevorrow
Scénario :
Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Laura Dern, Sam Neill, Jeff Goldblum, DeWanda Wise, Mamoudou Athie, Isabelle Sermon, Campbelle Scott et Omar Sy

 Jurassic World: Le monde d'après (2022) on IMDb


Galerie d’images :

5 1 vote
Article Rating

Auteur : Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de David Lynch, John Carpenter, David Cronenberg, Tsukamoto Shinya, Sono Sion, Nicolas Winding Refn, Denis Villeneuve et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.
S’abonner
Notifier de
guest

11 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
26 juillet 2022 8:32

Le coup des vieux acteurs qui reprennent leur rôles et sont « confrontés » à la nouvelle génération. J’y ai eu droit dans Scream et c’était pas bon. Cette saga Jurassic World, je n’ai vu aucun des trois. Je ne veux pas les voir, ça ne m’interesse pas. J’aime les trois vieux films (oui, même le 3) et je vais m’arrêter là. Laissez les vieilles sagas tranquilles si vous ne savez pas quoi en faire, faites fonctionner votre petit cerveau et pondez nous des trucs nouveaux, même s’ils sont pompés sur des trucs anciens, je m’en fous à la limite de ça, mais au moins un truc qui n’est pas un remake / reboot / suite / requel / autre d’un truc qui a 20, 30, 40 ans. Y’en a sincèrement assez. Le problème, c’est que c’est pas fini malheureusement. Mais bon, ca me fait toujours ça de moins à voir, au moins j’économise du temps et je peux voir d’autres films (non, pas que des films de requins !)

Feroner
Reply to  Cherycok
26 juillet 2022 12:34

Pareil RAF j’ai vu que le premier que j’ai téléchargé. Le problème c’est que ces saga usée jusqu’à la moelle ça cartonne a chaque fois au box office.
http://www.cine-directors.net/boxoff.htm
La majorité du public n’est plus intéressé par la nouveauté.
Jurassic Park je viens de me refaire les deux premiers en 4K. Deux films vraiment cool et les effets spéciaux on pris un coup de vieux mais ça passe on sent bien le poids des bestioles elles bougent bien et il y a pas mal d’animatronic. Le deuxième est tiré par les cheveux (en fait il y a une deuxième isle) mais je le trouve nettement mieux niveau effet spéciaux. Le trois est sympa ça perd pas de temps mais il y a un côté nanar.

Cherycok
Administrateur
Reply to  Feroner
26 juillet 2022 13:39

Ah ben moi c’est l’inverse, on a revu le tout premier il y a quelques mois, et j’ai trouvé que ca n’avait pas du tout vieilli. Alors pas vu en 4K (je suis pas équipe et parait en plus que ca fait ressortir encore plus les defauts des vieux CGI), seulement en 1080 classique, donc je ne pourrais pas juger si cela vient de là

Feroner
Reply to  Rick
26 juillet 2022 17:58

J’ai commencé cette saga par le monde perdu et au cinéma ça doit être pour ça que je le trouve aussi bon que le premier voir meilleur. Et puis Laura Dern et Sam Neill je les trouve pas extraordinaire je préfère Jeff Goldblum.

Feroner
Reply to  Cherycok
26 juillet 2022 17:54

On ressent que les dinos sont ajouté sur l’image c’est pas très bien intégré. Mais ils sont bien fait et ça reste mieux que la plupart de ce qu’on voit en Chine presque 30 plus tard. C’est le côté un peut embêtant de la 4K faut que ce soit parfait dans T2 j’ai vu des fonds verts bien voyant pareil dans casino royal.

NB7
NB7
27 juillet 2022 11:34

Quelle daube !
Ce sera le dernier Jurassic Park que j’irai voir.

Liojen
Liojen
28 juillet 2022 14:54

J’étais tellement hypé par cet épisode mais la déception à été énorme.
Rien ne va dans ce film du début à la fin. C’est clairement du foutage de gueule (c’est vraiment la première fois que je sors énervé à ce point de la projection d’un film tant je me suis senti roulé).
Dès la première scène l’attaque du Mosasaure est filmée n’importe comment, sans aucun effort de mise en scène pour faire monter la tension et est expédiée en 30 secondes chrono
Quand à la promesse de nous montrer le monde des humains confrontés aux dinos (absolument TOUTE la promo était basée là dessus!) elle est elle aussi expédiée en 2mn par le biais d’un pseudo reportage tv à la bfm.
Et ce scénario???
spoiler
spoiler
spoiler
spoiler

Des P***** DE SAUTERELLES MUTANTES commemenace principale! Qu’est-ce que ça vient faire ici???

C’est sans hésiter le pire épisode de la saga, et une belle arnaque!

Last edited 18 jours Il y a by Liojen
Feroner
Reply to  Liojen
28 juillet 2022 19:14

Des sauterelles mutante !!!
Sérieux ? Mais ça me donne presque envie de le voir.

John Roch
Administrateur
3 août 2022 19:25

je viens de voir la bête et que dire si ce n’est pfiiioouuu whoawwww qoeuizopfuiflmziurhfzio.

Non, je ne fais pas un avc en direct sur mon clavier, c’est juste que les mots manquent devant ce Jurassic World 3eme du nom, d’autant plus que je viens de l’avaler sans l’avoir digérer.

Effectivement il y a un coté syndrome Satr Wars dans cette ultime ( espérons le, croyez moi vous voudrez tout voir dans le futur sauf un truc estampillé Jurassic après avoir vu ça) séquelle: après un opus qui a tenter des choses sans avoir convaincu, comment réparer les conneries scénaristique dans le suivant? Et oui, en mode deux minutes chrono, ne cherchez pas les dinosaures qui vivent aux cotés des humains malgré quelques plans pré-post-apo, on ne verra cela qu’en début de métrage et en toute fin, deux minutes donc. Cette histoire de clonage? Paie ton twist en milieu de bobine histoire de tout balayer en deux minutes.

Le reste du film? Du n’importe quoi, tel cette scène effectivement aussi improbable que jouissive à Malte ou les dinos poursuivent les héros qui sont en camionete, en moto, et même à pied sur les toits dans des moments Jason Bournien. Sauf que là, le saut caméra à l’épaule d’un balcon à un autre ne se fait pas avac Matt Damon, mais avec un raptor, c’est plus classe ^-^. N’empêche que cette scène, par ailleurs inutile à l’intrigue, est une sorte de démontration de ce que Asylum pourrait faire si la boite avait 250 briques à dépenser.

Balayer les conneries scénaristique du second volet est une chose, l’intention du Monde d’Après cette fois c’est d’éviter tout risque. Et on fait quoi pour éviter toute prise de risque? On fait dans le fan service et on ramène les anciens sur le terrain aux cotés des nouveaux. Sauf que d’ effacer des conneries scénaristique c’est bien, encore aurait il fallu ne pas en faire de nouvelles et il en ont fait une de taille en faisant passer les dinosaures au second plan, assez débile quand la promo est basé sur « le monde d’après » ( un petit dino qui barbote dans une marre donc. Si si, c’est dans le film!). Faut s’accrocher mine de rien, parceque de passer de Jurassic Park ou un scientifique un brin fêlé et blindé de thunes voulait ouvrir un parc à thème, à une intrigue à base de complot mené par un méchant qui veut dominer le marché agroalimentaire ( si si, c’est dans le film!!) en se servant de sauterelles géantes ( si si, C’est dans le film!!!), c’est chaud, même raccordé à Jurassic World premier du nom..

De toute façon les dinosaures dans ce film on s’en fout, tant ils ne provoquent rien à part livrer le quota de scènes d’action. Pas d’émotion, pas de suspens, les scènes sont déjà vues dans d’autres volets de la saga, parceque fan service tout ça sauf que ça ne fonctionne absolument pas,c’est peut être même ce qui a été fait de pire avec Star Wars 9 dans le domaine. Il n’ y a aucune nostalgie qui se pointe, pas plus devant Jeff Goldblum que devant le T-Rex qui fait coucou de temps à autre, tous sont, humains comme dinos, de toute façon présent pour parler à ceux qui ont encore envie de croire à un film d’une franchise qui est devenue le visage du blockbuster Hollywoodien actuel. Mention spéciale à BD Wong qui avec sa coupe de cheveux et son gilet semble avoir été directement cherché à l’hospice sans avoir été informé au préalable de la reprise de son rôle.

Et la cerise sur le pompon? C’est d’un chiant! Entre les dialogues à dormir debout, les références ici et là qu’on ne se donne même plus la peine de chercher tellement elles nous pètent à la gueule, et des scènes d’action pas franchement impressionnantes, le film devient si inintéressant que les yeux se détachent peu à peu de l’écran, en espérant ne pas être trop loin de la fin (2h27, faut le subir le bestiau).

Bref, Rick ( que je remercie au passage pour m’avoir épaulé dans cette épreuve) à tout dit, tout est vrai, Jurassic World 3 est une purge Hollywoodienne, une crotte de pigeon qui s’écrase dans vos cheveux en pleine rue qui va demander du temps avant d’être nettoyée, et pour l’oublier ce film, va falloir frotter fort.

Last edited 12 jours Il y a by John Roch