[Film] Gamer, de Patrick Levy (2001)

Tony, petit délinquant, sort de prison avec l’intention de se ranger ; il a dans l’idée de monter une société de jeux vidéo, avec un « intello » qui excelle en informatique.


Avis de John Roch :
Je ne suis pas le dernier pour regarder tout et surtout n’importe quoi, en sachant ou non à quoi m’attendre, pourtant je me suis toujours refusé de voir certains films qui sentent tellement l’étron fumant à des kilomètres, qu’il est inutile de vérifier par soi-même si leur réputation est méritée. En tête de liste, Dragon Ball Évolution, jusqu’ici tout va bien je n’ai jamais craqué, et je ne craquerai probablement jamais. Puis pas très loin dans la liste il y a Gamer, tentative Française de faire un métrage sur le thème du jeu vidéo. Et allez savoir pourquoi, la curiosité malsaine l’a emportée et je me suis enfin décidé plus de 20 ans après sa sortie à presser le bouton lecture pour voir de mes yeux le carnage. Et le carnage, il est à peine croyable, tant Gamer échoue sur tous les points, au point de se demander si le plus grave est de regarder le film, ou que six mains aient écrit un scénario pareil qui a trouvé financement pour faire son chemin jusque dans les salles obscures où il s’est planté avec un peu plus de 87 000 entrées. « C’est l’industrie du 3eme millénaire, mec réveille toi on va se faire des couilles en or ! », voilà comment résumer Gamer en quelques mots issus des dialogues du film. C’est aussi ce que Patrick Levy, caché sous le nom de Zak Fishman, car avoir un nom qui sonne Ricain ça fait plus branché, a dû dire à ceux qui ont craché 3 millions d’Euro pour mettre en image un métrage sur le jeu vidéo fait par des gens qui sont clairement étrangers au milieu car il est clair que remis dans le contexte de l’époque, Gamer sent bon le film opportuniste qui a voulu surfer sur le succès d’un média qui commençait à passer de sous-culture à culture de masse dans les années 2000. Dans Gamer, on suit Tony, petite frappe accompagné de son meilleur ami Rico qui bosse pour Albert, le caïd du coin. Suite à un braquage qui tourne mal, il se fait pincer et écope de 8 mois de zonzon, en sortant il décide de se ranger.

Mais attendez, il est ou le coté jeux vidéo là-dedans ? Et bien je vais vous refaire le résumé en l’incorporant, puisque c’est certainement de cette manière que Patrick Levy a procédé. Dans Gamer, on suit Tony, petite frappe gamer à ses heures perdues accompagné de son meilleur ami Rico qui bosse pour Albert, le caïd du coin. Après un braquage chez un développeur de Wipeout Fusion, il tente d’échapper à la police qu’il provoque en se croyant dans le jeu et se fait pincer. Pendant ses 8 mois à l’ombre, il imagine un concept de jeux vidéo révolutionnaire et à sa sortie, il veut se ranger et faire fortune en vendant son idée de jeu car il y a des couilles en or à se faire avec l’industrie du 3eme millénaire. Pour cela, Tony s’entoure de Luc, programmeur chez IBM, mais comme ils n’avaient pas les droits ce sera donc IBN ; de Nina, une experte en arts martiaux qui servira à la motion capture ; de José, développeur indépendant et enfin de Arthur, gosse de riche qui participe au financement. Et ça marche, Tony vend son concept à une boite tenue par Valérie, mais en vérité elle le trahit et lui vole son jeu. Toute l’équipe va donc bosser d’arrache-pied pour recréer le soft et rétablir la vérité, pendant que Albert le caïd du coin lui met quelques bâtons dans les roues. Traiter son film sous fond d’intrigue sur un amateur au concept brillant qui se fait déposséder de sa création par une grosse major avec son lot de trahisons, une petite histoire d’amour (inutile au passage) et un peu d’humour, pourquoi pas, mais Gamer est un film lamentable sur tous les aspects, à commencer par un portrait cliché et limite insultant des gamers et des développeurs. Car ici, les gamers sont caractérisés comme des attardés, attirés par la violence et les gros nénés, influencés par le média (il faut le voir pour le croire ce moment où Tony rentre dans sa bagnole, met à casque et dit « welcome to Wipeout » avant de tamponner une voiture de flics sans raison, si ce n’est qu’il a joué à Wipeout), et les développeurs sont de gros porcs qui matent du porno à longueur de journée entre deux lignes de codes. Gamer donne une image faussée et insultante des joueurs, tout en ayant été pensé pour les attirer dans les salles de cinéma mais pire encore. Le film montre clairement qu’il en a rien à faire du média et qu’il a été fait par des gens qui en ont aucune connaissance et se contente de citer des titres piochés au hasard dans un magazine de jeux vidéo (Tomb Raider, Metal Gear Solid et Tekken sont cités systématiquement lorsqu’il faut sortir le titre d’un jeu). Quant au concept imaginé par Tony, si révolutionnaire que l’on en saura rien, il est matérialisé par une scène cinématique dégueulasses de laideur. Car oui, le film fait appel aux CGI pour illustrer quelques scènes pendant lesquelles les personnages sont remplacés par leurs pendants numériques, en résulte des scènes très gênantes, dont la course poursuite susmentionnée et une baston qui fait saigner des yeux.

L’autre point, outre la laideur des images, la visions des joueurs, l’humour lourdingue (Julien Courbey et ses apparitions ponctuelles aussi vaseuses qu’inutiles) le scénario affreux, la musique (les fans de DJ Abdel et de Cut Killer vont pleurer toutes les larmes de leurs corps) et les dialogues horribles qui propulsent Gamer dans la stratosphère de la médiocrité, c’est son casting. Et là c’est du lourd, sans tous les citer bien qu’ils soient tous aussi mauvais les uns que les autres, on y trouve Saïd Taghmaoui qui porte un chapeau et tente de se donner un air de Rocky Balboa, Bruno Salomone qui est tout simplement mauvais, Jean-Pierre Kalfon qui est tout sauf crédible en genre de mafieux de bas étage, et Arielle Dombasle semble comme à son habitude revenir d’une autre galaxie. Mais la cerise sur le gâteau, c’est Gérard Vives dans le rôle d’un spécialiste de la motion capture Américain clairement pensé comme une parodie de Jean-Claude Van Damme, aussi mauvais que le reste de ses collègues mais aussi incroyable dans sa capacité à mal imiter un accent qu’il perd un mot sur deux. Il n’y a rien, mais absolument rien à sauver dans Gamer, un film qui ne semble plaire qu’a une seule personne : son réalisateur qui défend son film et se considère comme un metteur en scène qui a eu les tripes d’aborder le jeu vidéo sous un angle original. Si par original, Patrick Levy entend prendre pour thème un média qu’il n’a pas pris la peine de comprendre tout en balançant à la face du spectateur tous les clichés possibles et imaginables, on peut dire que son pari est réussi. Dommage pour lui, c’est tout le contraire qu’il fallait faire.

LES PLUSLES MOINS
♥ Avec toute la bonne volonté du monde, je cherche encore⊗ La vision des jeux vidéo et des joueurs
⊗ Les CGI
⊗ Des scènes très gênantes
⊗ Le casting
⊗ Le scénario et les dialogues
⊗ La musique
Dans Gamer, tout est raté. Mais ce qui marque le plus, c’est que le film prend pour thème le jeu vidéo sans aucune connaissance du média, si ce n’est toute une liste de clichés aberrants qu’il déballe sans honte. A éviter, que vous aimiez les jeux vidéo ou non.



Titre : Gamer
Année : 2001
Durée : 1h32
Origine : France
Genre : Gênant
Réalisateur : Patrick Levy
Scénario : Patrick Levy, Daive Cohen et Fabien Suarez

Acteurs : Saïd Taghmaoui, Camille de Pazzis, Arielle Dombasle, Bruno Salomone, Gérard Vives, Jean-Pierre Kalfon, Frédéric Saurel, Alexis Loret

 Gamer (2001) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : John Roch

Amateur de cinéma de tous les horizons, de l'Asie aux États-Unis, du plus bourrin au plus intimiste. N'ayant appris de l'alphabet que les lettres B et Z, il a une nette préférence pour l'horreur, le trash et le gore, mais également la baston, les explosions, les monstres géants et les action heroes.
S’abonner
Notifier de
guest

4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
25 juillet 2022 18:46

« Dragon Ball Évolution, jusqu’ici tout va bien je n’ai jamais craqué, et je ne craquerai probablement jamais » j’avoue être tenté.
« un portrait cliché et limite insultant des gamers » regarde La totale de Claude Zidi tu verais comment est présenté le milieu de Rap !!! Des mecs violent drogué, limite même des violeurs. La limite est très largement franchie.
Cut Killer le pauvre que vient il faire dans cette galère, t’as beau être très bon DJ si leur rappeurs son nuls ca peut pas le faire. Que des inconnu a part Doudou Masta qui est un pionnier du rap Francais mais aussi un des pire et Afu Ra un bon rapper Américain qui ne sait peut être même pas qu’il est sur la BO de ce film.
Bon j’ai presque envie de le voir ca fait un moment que j’ai pas regardé un film totalement nul.

Cherycok
Administrateur
26 juillet 2022 8:28

J’avais oublié totalement l’existence de ce film. Déjà à sa sortie, il puait sacrement du cul et la bande annonce que j’avais du voir sur un CD de trailer fourni avec CineLive m’avait directement convaincu de ne pas voir ce film. Vu ta note, c’est bien que je n’ai jamais craqué mais il m’a rappelé d’autres films que je ne m’étais juré de ne jamais voir (genre le film français Samouraï) et qui du coup rendent ma curiosité malsaine très active ^_^

Feroner
Reply to  Cherycok
26 juillet 2022 13:57

Samouraï c’est bien nul mais tu as quand même une BO signé Kenji Kawai et des combats de Philip Kwok.
Et un acteur Japonais qui a la classe Yasuaki Kurata. Je me rappelle d’un combat au sabre dans une cage d’escalier pas mal du tout. Par contre tu passes de Saïd Taghmaoui a Saïd Serrari (Ben voyons dirais un certain Eric Z) et c’est pas le même niveau. C’est aussi un des premiers film d’Omar Sy.
Il y a une vidéo assez fun sur ce film.
https://m.youtube.com/watch?v=AZX9IlERs6E

Last edited 20 jours Il y a by Feroner
Cherycok
Administrateur
Reply to  Feroner
26 juillet 2022 14:24

ah c’est Hard Corner, je connais l’émission, mais je n’avais jamais vu cet épisode. C’est désormais fait ^_^