[Film] Jack Brooks : Tueur de Monstres, de Jon Knautz (2007)


Après avoir été témoin du meurtre sanglant de ses parents, un jeune homme consulte régulièrement un thérapeute pour ses excès de colère. Un jour, alors qu’il est en classe, son professeur se transforme en mutant tentaculaire assoiffé de sang.


Avis de Cherycok :
Jack Brooks : Monster Slayer est un film que j’ai vu pour la première fois il y a 10 ans et qui m’avait laissé une très bonne impression. Mais à l’époque, nous ne faisions sur HKMania que des critiques de films asiatiques. Il était donc temps de me faire un second visionnage de cette bobine canadienne qui mélange allègrement humour, gore, SFX à l’ancienne, tout en ne se prenant jamais au sérieux. Un micro-budget d’à peine 2M$US mais une réelle envie de bien faire pour un réalisateur qui connait ses grands classiques du cinéma d’horreur et qui a envie de leur rendre hommage. Tout n’y est pas parfait, mais pourtant ça marche et c’est super fun.

La première chose qu’on ressent lorsqu’on se lance dans Jack Brooks, c’est un retour immédiat dans le cinéma d’horreur des années 80, aussi bien dans le délire que le film peut proposer, les personnages, que dans les techniques utilisées pour les effets spéciaux. Parlons tout d’abord du héros, plus particulièrement de l’acteur qui l’interprète, Trevor Matthews (The Shrine, Girl House), également scénariste et producteur du film. Nous rappelant par moment le Bruce Campbell de la grande époque, il est tout bonnement génial, aussi bien dans ses expressions que dans les excès de colère de son personnage qu’il joue absolument parfaitement. En face de lui, le toujours excellent Robert Englund dans une de ses meilleures performances et à la base de quasiment toutes les séquences humoristiques du film. Figure emblématique du cinéma d’horreur de par son rôle de Freddy Krueger, il est une des attractions principales de la bobine, aussi bien dans sa forme humaine que dans le « festival » qu’il nous offre jusqu’à sa transformation en monstre tentaculaire à la bouche disproportionnée.
Voilà qui nous fait une parfaite transition pour parler des effets spéciaux garantis 100% sans CGI. Tout à l’artisanale, et sincèrement, ça fait plaisir à voir. Ce côté kitch qu’on apprécie aujourd’hui dans les bobines des années 80 se retrouve ici et donne un côté jouissif aux scènes d’action. Mention spéciale à l’énorme monstre en animatronic contrôlé par pas moins de 8 personnes qui a une sacrée gueule !

Jack Brooks : Monster Slayer réussit le tour de force d’être très rafraichissant tout en rendant hommage aux films gores des années 80. C’est assez rare pour être signalé tant ce revival 80’s très présent depuis pas mal d’années a engendré pas mal de bobines au final assez fades. Le réalisateur s’amuse, les acteurs s’amusent, ça se ressent à chaque seconde, et on s’amuse avec eux tant le film ne se prend jamais au sérieux. C’est ce qui permet d’ailleurs à la première heure de passer sans trop d’accroc car le film ne décolle réellement qu’à partir de là. Oui, sur 1h25 de film générique de fin compris, ça peut paraitre long mais c’était sans doute la meilleure solution pour pallier au faible budget : faire monter la sauce 1h durant, tout en se débrouillant pour ne pas ennuyer le spectateur en lui donnant un festival de show des acteurs, et balancer la purée pendant les dernières 20 minutes. Et ce final est tout bonnement mémorable dans sa générosité, dans son gros nawak et dans son côté parfois craspec.
Alors c’est sûr, il ne vaut mieux pas s’attarder sur le scénario qui est aussi mince que du papier à cigarette. Il faut également apprécier ces visuels parfois un peu kitchs dus à ce côté très artisanal. Et surtout se lancer dans le film en toute connaissance de cause en se disant qu’on est là pour passer un moment fun car il n’a aucune autre prétention.

LES PLUSLES MOINS
♥ Le casting
♥ Les SFX artisanaux
♥ Fun fun et encore fun
⊗ Met du temps à démarrer
Vous cherchez un film pour une soirée entre potes ? Un film pour vous détendre après une dure journée de boulot ? Un film pour vous remémorer le bon vieux temps du cinéma d’horreur des années 80 ? Alors Jack Brooks : Monster Slayer est fait pour vous. Ce n’est certainement pas un grand film, mais c’est un excellent divertissement.



Titre : Jack Brooks : Monster Slayer / Jack Brooks : Tueur de Monstres
Année : 2007
Durée : 1h25
Origine : Canada
Genre : Du fun !
Réalisateur : Jon Knautz
Scénario : Jon Knautz, Trevor Matthews

Acteurs : Trevor Matthews, Robert Englund, Daniel Kash, David Fox, Dean Hawes, Rachel Skarsten, James A. Woods, Ashley Bryant, Stefanie Drummond

 Jack Brooks: Monster Slayer (2007) on IMDb


Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

8 Comments

Add a Comment
  1. MON DIEU!!!! Ça veut dire que tu as vu le film deux fois, chose ultra rare!!!!!!!
    Bon sinon, jamais vu. La pochette me dit quelque chose mais m’a toujours effrayé, en mode “oula, ça sent la série Z”.

  2. Alors pas du tout série Z, plutot série B à petit budget (2M$US). Et ouais, tu as vu ? Ca m’arrive parfois de voir un film 2 fois !

  3. Celui-là, je me le suis chopé à sa sortie, ayant lu de très bons retours à son sujet, et le visionnage fût une excellente surprise !
    Comme tu le dis très justement Chery, on nage en plein dans le style 80’s, et ça rappele tous ces films qu’on louait au vidéo-club du coin, ces bobines gnéreuses au second degré souvent fendard et aux SFX maison bien craspec !
    L’humour du film est savoureux et le bestiaire assure la dose de fun !
    Quand à la perf de papy Englund, c’est clairement une de ses meilleures !
    Un croque-en-bouche saignant et fun à souhait à déguster sans hésitation !

  4. Ah ah, content de ne pas etre le seul à connaitre et surtout aimer ce film ^_^

  5. Ha ha !
    C’est clair qu’en matière de nanars, de bonnes petites séries B et d’ambiances 80’s, on s’entend comme larons en foire Chery ! 😀
    80’s are not dead !!

  6. C’est ça. D’ailleurs si tu en as du même acabit que ce Jack Brooks, je suis preneur. Ce genre de film, je le classe dans une categorie films funs comme Arac Attack ou Infestation

  7. Dans le genre, je me suis bien marré aussi avec Black Sheep et son histoire de moutons zombies !
    Tu dois sûrement connaitre…
    Zombeavers avec cette fois des castors zombies est assez fendard aussi dans le genre nanar horrifique sans-le-sous !

  8. Zombeavers, beaucoup aimé, chroniqué par mes soins en ces lieux. Black Sheep vu aussi y’a longtemps. Pareil, beaucoup aimé. C’est le genre de film con comme pas possible qui me fait bien délirer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *