[Film] Godzilla contre Destoroyah, de Okawara Takao (1995)

Le film se déroule en 1996, après la mort de SpaceGodzilla. Pendant que le cœur nucléaire de Godzilla rentre en fusion, menaçant d’exploser et d’anéantir la Terre à tout moment, un parasite mutant apparaît et attaque la population.


Avis de Rick :
Dernier épisode de la seconde période de la série Godzilla de la Toho, ce Godzilla contre Destoroyah clôt de bien belle manière la période, nous faisant oublier le mauvais Godzilla contre SpaceGodzilla qui précéda. La série des Godzilla a eu des hauts, et des bas, et cet épisode fait partie de la première catégorie. Le film commence là où le précédent s’arrêtait. L’île de Brass est détruite, et le fils de Godzilla disparaît. Godzilla, lui, revient, transformé cette fois. En effet, son coeur, une sorte de réacteur nucléaire, est en train d’entrer en fusion, ce qui pourrait amener à la destruction totale de la terre. Les humains se retrouvent devant un problème : Godzilla détruit des villes en se dirigeant vers Tokyo (comme d’habitude on pourra dire) et ils ne peuvent l’attaquer sous peine de détruire la Terre. Un point de vue en soit intéressant et assez innovateur pour la série. Si cela amène de bonnes idées, de nouveaux personnages arrivent, comme à chaque épisode, et certains s’avèrent être très vite énervants, notamment le petit génie qui a fait une thèse révolutionnaire sur Godzilla. Mais bon, des personnages intéressants, ce n’est pas ce que l’on attend du film, loin de là.

On suit donc dans la première partie deux histoires : celle de Godzilla, rougeoyant, dévastant des villes entières pour venir vers Tokyo, et celle de scientifiques essayant de créer une arme pour lutter contre Godzilla pour le refroidir avant que son coeur n’entre en fusion. Et en faisant ces recherches, ils finiront par créer, contre leur volonté, plusieurs monstres mutants, sorte de crabe de la préhistoire. Les combats entre les humains et les monstres ayant envahis l’usine est assez intéressant et joliment réalisé, tout comme la scène extérieure où une des créature s’attaque à l’héroïne, réfugiée dans une voiture. Okawara Takao fait du boulot plutôt solide à la mise en scène, et c’est un petit plaisir pour le fan de Kaiju Eiga que je suis. Puis, comme dans tout bon Godzilla, les monstres vont finir par s’affronter. Les monstres vont fusionner, pour donner naissance à un seul monstre : Destoroyah, qui subira encore une mutation dans le film, pour pouvoir carrément s’envoler. Un autre monstre apparaît : le fils de Godzilla. Mais si celui-ci était, dans tous les autres films dans lequel il apparaît, très énervant, avec sa tête de casimir ridicule (oui, tous les opus où il apparaît m’insupportent en général), il a ici grandit, et ressemble au Godzilla normal des autres films.

Un choix artistique et scénaristique qui fait grandement passer la pilule. Il finira même par affronter Destoroyah, avant l’arrivée de papa Godzilla. Et là, comme à l’accoutumé, combat de titan entre les deux monstres, où on fait exploser toutes les maquettes de tous les côtés. L’aspect plastique des monstres ne dérange pas du tout, comme d’habitude, à l’exception peut-être des plans où Destoroyah atterrit au sol. Ces plans sont en effet assez cheap, enfin, beaucoup plus que le reste. Mais excepté ce petit détail, Godzilla contre Destoroyah est un divertissement tout à fait honnête, ajoutant une touche de fraîcheur à la série, avec un nouveau design de Godzilla et quelques bonnes idées, ainsi qu’un tout nouvel ennemi. Une plutôt belle façon de clore la seconde période de la saga, juste avant que Roland Emmerich ne vienne réaliser un opus Américain qui n’a absolument rien à voir. Et pour avoir revu cet opus en version HD, je peux vous dire que je l’apprécie toujours autant aujourd’hui. Il faut dire que malgré une première demi-heure plutôt lente, Godzilla apparaît dès la première scène (avant d’être un peu en retrait), et si son affrontement avec l’ennemi de cet opus n’arrive que tardivement comme souvent, son ennemi apparaît malgré tout après une petite demi-heure pour donner du fil à retordre aux humains. Mieux, les premières apparitions rappeleront d’autres films, notamment lorsque l’héroïne se retrouve bloquée dans une voiture et que la créature laisse sortir une langue avec des dents pour essayer de l’attraper (Alien non ?). Bref, un bonheur pour les fans de la saga, où l’on retrouve en plus Ifukube Akira à la musique !

LES PLUSLES MOINS
♥De la destruction
♥De nouvelles idées
♥Le fils de Godzilla moins ridicule
⊗ Des personnages énervants
note8
Certes, Godzilla contre Destoroyah est à réserver aux fans de Kaiju Eiga, c’est clair, mais c’est un très bon épisode de la série, et surtout le dernier de la deuxième période de la Toho.



Titre : Godzilla contre Destoroyah – Gojira Tai Desutoroia – ゴジラvsデストロイア

Année : 1995
Durée :
1h43
Origine :
Japon
Genre :
Kaiju Eiga
Réalisation : 
Okawara Takao
Scénario : 

Avec :
Tatsumi Takuro, Ishino Yôko, Hayashi Yasufumi et Odaka Megumi

 Godzilla vs. Destoroyah (1995) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

4 Comments

Add a Comment
  1. Tu as réussi à le voir en japonais sous titré ?
    J’ai du me taper le doublage anglais, moi. Pfiou…ça gâche le film quand même.

    Du coup je pense que c’est un des épisodes que je préfère de la 2eme période avec “le retour”, “Biollante” et “Mothra”
    Godzilla vs King Gidorah j’ai trouvé que c’était trop n’importe quoi, le réal ne semble pas comprendre les conséquences des voyages dans le temps…
    Mechagodzilla 2 ou Spacegodzilla…euh…pas fan.

  2. Je l’ai revu en Japonais sous titré anglais pour être exact, car comme toi je suppose, je m’étais à l’époque procuré les doubles packs Godzilla, dont la moitié des titres étaient doublé en anglais, et comment dire que ça me sort totalement du truc (déjà les VF je peux pas, mais les doublages anglais de films asiatiques, c’est pas mieux).
    On s’y retrouve au final. Le Retour je suis pas fan, j’ai quelques réserves par contre, mais Biollante et Mothra, je suis fan. Le Mothra est d’ailleurs je crois mon préféré de toute la saga (le premier de 1954 étant bien entendu à part).
    King Ghidorah j’ai toujours eu du mal. Je pourrais le revoir, je ne le détestes pas, mais ça part dans tous les sens, y a des soucis de rythme. SpaceGodzilla je déteste, je trouve le film honteux pour te dire. Par contre le MechaGodzilla 2 j’ai beaucoup aimé (par le même réal de le Mothra et le Destoroyah d’ailleurs).

    1. Je viens d’aller vérifier. Le Mechagodzilla 2 est en doublage anglais…
      Peut être que ça a joué sur mon visionnage^^

  3. Ces deux là le sont, ainsi que SpaceGodzilla (je viens de vérifier ma collection). Mais ce dernier, en anglais ou en japonais, ça reste naze.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *