[Film] Versus, l’ultime guerrier, de Kitamura Ryuhei (2000)

Deux détenus s’évadent pendant leur transfert et trouvent refuge dans une forêt où des yakuzas doivent les prendre en charge et assurer leur fuite. Cependant, les gangsters ont un tout autre projet pour nos deux détenus. En effet, ces derniers arrivent avec une jeune femme captive et leur demandent d’attendre leur chef. Une bagarre s’ensuit dans laquelle un des yakuzas meurt… pour mieux revenir à la vie.


Avis de Rick :
On en parlait il y a peu sur la critique de Godzilla Final Wars, voilà donc Versus. À sa sortie, Versus avait cartonné. Les critiques, le public, les passages en festival, tout le monde était sous le charme. Tout le monde, sauf une poignée de résistants, comme notre cher Oli, ou moi-même. Il suffit encore aujourd’hui de regarder les avis de la presse sur la pochette du DVD pour s’en convaincre. « De l’action non-stop » que l’on nous annonce. « Kitamura montre qu’il possède l’étoffe d’un grand réalisateur », « Jouissif », « Film Culte » et j’en passe. Versus est arrivé et a séduit le public. À sa sortie à l’époque, après un achat au hasard, si je n’avais pas été séduit, j’avais trouvé le film par moment fun. C’était fou, il y avait de l’action, des combats, des fusillades, des poses, des zombies, du gore. Tout ce que j’aimais, Kitamura m’avait caressé dans le sens du poil malgré les tares de son cinéma, à savoir du vide et des longueurs. C’était en 2002. Nous sommes en 2017, et c’est l’heure d’une nouvelle vision, 15 ans après, pour voir si Versus tient toujours la route, et en ayant donc connaissance de la suite de la carrière de Kitamura, une carrière bancale d’ailleurs, qui montre qu’il n’a pas l’étoffe d’un grand réalisateur. Car oui, il aura signé des films longs (Alive), parfois court mais un peu chiants (Aragami), un peu prétentieux (Sky High, même si je l’aime bien), nawak (Godzilla Final Wars) et deux films très divertissants en Amérique (Midnight Meat Train et No One Lives). Revoir Versus aujourd’hui, ça fait mal. Très mal. Il est la preuve que lorsque l’on est surpris par le film, nous sommes prêts à lui pardonner une quantité énorme de défauts, alors qu’une fois que l’on sait déjà plus à quoi s’attendre, les défauts nous frappe, et on ne comprend alors plus l’avis des professionnels.

Versus commence bien d’ailleurs, par une scène d’époque qui met dans le bain. Gore, zombies, samouraïs, réalisation affutée malgré un budget ridicule de 10 000. On est confiant, Kitamura sait filmer avec une somme ridicule, Kitamura aime l’action et la soigne. Il faut dire qu’il a su s’entourer d’une bonne équipe technique. Mais dès l’arrivée de nos jours, ça se gâte. Car oui Versus contient tous les éléments dont on en avait le souvenir, mais Versus est également un film bancal, inégal et affreusement long pour ce qu’il raconte. À savoir donc, une histoire peu passionnante pour 2h de film. Oui, deux heures dans une forêt, avec des feuilles, des mecs pas intéressants qui parlent pendant 3 plombes pour ne rien dire, et des scènes d’action absolument pas non stop. Alors soyons clairs, ne retirons pas tout à Versus, il délivre parfois la marchandise et Kitamura fait preuve d’un grand professionnalisme. Certains plans sont clairement beaux, certains combats sont dynamiques et bien foutus, sa mise en scène n’est pas catastrophique vu les conditions de tournage et le budget. On n’est clairement pas dans le bas fond du V-Cinema, loin de là. Sauf que comme souvent, Kitamura a étiré son concept. Alors quand le concept tient en deux minuscules lignes, forcément, ça fait très mal. En gros, des Yakuzas sont dans la forêt de la résurrection, et cherchent une fille et un évadé, car le grand méchant a besoin de leur sang pour avoir un grand pouvoir. C’est tout. Une base simple, mais qui jamais ne va se développer. Voilà qui aurait pu fournir une série B sympathique d’1h20 (ou moins). Sauf que ça dure 2h, avec facile 45 minutes de remplissage.

Les personnages avancent dans la forêt, parlent, un petit combat de 3 minutes, des zombies pendant 2 minutes, puis ils repartent dans l’autre direction, pour reparler, se perdre, rencontrer quelqu’un d’autre et parler, encore. La vision de Versus dans son ensemble est laborieuse, pas toujours passionnante, et Kitamura en rajoute des tonnes dans des dialogues prétentieux, avec des personnages prenant la pose pour rien. La moitié du temps, Versus ennuie. Mais il reste l’action vous me direz, et c’est vrai que vu le budget, le film se fait généreux dans l’action et dans le gore. Il faut bien ça pour rattraper le scénario catastrophique, les personnages mal écrits et peu intéressants, les acteurs à côté de la plaque et certaines erreurs de mise en scène (des plans flous dans les moments calmes, quelques combats malgré tout filmés avec les pieds). Mais dans ces instants, Versus redevient le film fun qu’il est censé être. Ça va vite, ça crie, ça gicle, ça explose, ça se fighte à coup de gros guns et de katana, voir à mains nues, aux couteaux, et là, c’est fun. Et c’est pour cela que Versus est difficile à détester. Car il nous donne d’un côté ce qu’il nous promettait, mais de l’autre, il s’obstine à vouloir être plus et échoue lamentablement. Seul sans faute du métrage à mon goût, l’OST, excellente.

LES PLUSLES MOINS
♥ Quelques scènes d’action bien foutues
♥ Vu le budget, ça a de la gueule souvent
♥ Du fight, des guns, des zombies, du gore
⊗ Mais 2h pour ça c’est looooooong
⊗ Pas très intéressant au final
⊗ Un rythme inégal (chiant ?)
note8
Versus, c’était une petite claque en 2002 (2000 au Japon) pour beaucoup, mais aujourd’hui avec le recul, c’est presque un ratage. Reste sa générosité dans tous les domaines, même dans les mauvais domaines. Et le fait que oui, Versus aura lancé la carrière de beaucoup de monde.



Titre : Versus -ヴァーサス- Vāsasu

Année : 2000
Durée :
2h
Origine :
Japon
Genre :
Action
Réalisation : 
Kitamura Ryuhei
Scénario : 
Kitamura Ryuhei et Yamaguchi Yudai
Avec :
Sakaguchi Tak, Sakaki Hideo, Misaka Chieko, Matsuda Kenji, Arai Yuichiro et Matsumoto Minoru

 Versus l'ultime guerrier (2000) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

9 Comments

Add a Comment
  1. Comme tu le dis en conclusion, le principal intérêt de VERSUS aura été de lancer quelques petites carrières. Celles de Kitamura, de Sakaguchi Tak, de Shimomura Yûji, de Matsuda Kenji et de Yamaguchi Yûdai. Je pense aussi que ce film a décomplexé certains réalisateurs et producteurs nippons.

  2. Caca prout!!!! (on à déJà eux le débat).

    Je me souvient de cedsifu sur le forum qui faisait des films amateurs du même niveau que ce film!!!

    1. Tient c’est gentil de penser à moi XD
       

      1. Service 😉
        Et alors les films amateurs continuent?

  3. Je vais sûrement être seul mais je continue à toujours prendre du plaisir devant celui-là. Je suis d’accord, contrairement à ce qui avait été vendu, ce n’est pas du non-stop mais je trouve ça fun quand même ^^

    1. Après je te rejoins un peu Ptit Denis, tout n’est pas à jeter non plus. D’ailleurs c’est marrant, mais il y a 7 ans, j’ai revu le film et ai rédigé une nouvelle review, et on dit plus ou moins la même chose Rick et moi. C’est mon clone, ah, ah, ah !
      https://echecetcinemat.wordpress.com/2010/10/04/versus-kitamura-ryuhei-2000/

  4. Haha oui je vois qu’on a basiquement le même avis sur le film, même si après les acteurs, y en a pleins que j’ai seulement revu chez Kitamura. J’aurais pu parler de Yamaguchi par contre en effet, même s’il n’est que coscénariste ici ^^

  5. Comme pti denis, j’ai toujours beaucoup aimé ce film, malgré le fait qu’il a clairement été survendu et malgré ses imperfections..
    Il faut dire que c’est avec cette œuvre que j’ai découvert le cinéma de Kitamura !
    Le film reste plaisant, du bon fight, du gore, du fun..et ça je kiffe !
    Et il en va de même pour “Azumi” qui n’est pas exempt de défauts non plus mais reste fun et exaltant !
    Et puis c’est pas si souvent qu’on a une héroïne qui tranche dans le lard à ce point !
    En terme de bodycount, elle fait mieux qu’Uma Thurman dans Kill Bill !

  6. À sa sortie, on a tous découvert Kitamura (et quelques autres de l’équipe) avec ce film. Et j’admets qu’à l’époque, je n’étais pas aussi sévère que ça. Mais son côté survendu “action non stop” face à d’autres qui méritent mieux ce titre ne joue pas en sa faveur.
    Je lui préfère en effet Azumi, qui a malgré tout aussi d’affreuses longueurs par moment, surtout au milieu. Mais certains moments sont bien réussis, notamment son final.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *