[Film] Délivrance, de John Boorman (1972)

Ed Gentry, Lewis Medlock, Bobby Trippe et Drew Ballinger, quatre citadins américains, se réunissent lors d’un week-end afin de descendre une rivière très mouvementée en canoë. Cette rivière de Géorgie devant être recouverte par l’inondation de la région à la suite de la construction d’un barrage, ils montent cette expédition comme un dernier hommage à la nature défigurée par l’homme. Les épreuves qu’ils affrontent ne proviennent cependant pas seulement de la dangerosité du milieu naturel. Mais les dangers qu’ils affronteront ne proviendront pas uniquement des flots tumultueux de la rivière…


Avis de Rick :
Lors de la sortie du livre Délivrance, beaucoup voulaient adapter le roman. Sam Peckinpah voulait le réaliser, mais rapidement, John Boorman s’assure d’obtenir les droits. L’aventure est loin d’être achevée, puisque le réalisateur n’obtiendra qu’un budget de 2 millions, le forçant à réduire les coûts là où il le pouvait. Ainsi, malgré des rôles physiques, aucun acteur ne fut assuré. Ironique bien entendu, lorsque l’on sait que plusieurs acteurs se sont blessés durant le tournage, notamment Burt Reynolds. Et définitivement flippant lorsque l’on voit Jon Voight escalader une falaise pour de vrai. Pour réduire encore plus les coûts, les locaux seront embauchés pour les seconds rôles. Pas simple, surtout que le réalisateur sera en bataille constante avec le scénariste, adaptant son propre roman. Comme quoi, un film né dans des conditions difficiles peut pousser une équipe à livrer un travail mémorable. Bref, Délivrance, c’est simple sur le papier, c’est un survival. Un film où quatre américains moyens se retrouvent face à la nature. Mais pas seulement la nature, mais également face à des locaux pas forcément très amicaux et ne les voyant pas d’un bon œil. Mais Délivrance, c’est aussi un moyen de briser les clichés, avec le personnage le plus sûr de lui qui sera le premier a être blessé à la jambe et deviendra inutile au reste du métrage, et de voir que le personnage manquant le plus d’assurance et ayant le plus de chance de finir traumatisé sera finalement l’homme qui surmontera le mieux ces peurs.

Delivrance04

Un peu à la manière de ces survival cannibales qui sortiront à la fin des années 70 et dans les années 80 en Italie, Délivrance nous montre au départ juste quatre personnages, comme vous et moi, qui se lancent un défi, en explorant une zone relativement inexplorée de la nature. Avec ce que cela comporte bien entendu de retour à la nature, puisque nos personnages sont seuls, et n’ont pas de matériel leur permettant de surmonter les différentes épreuves se présentant à eux. Et si le métrage s’amuse avec certains clichés, il délaisse tout simplement les autres. Oui, ici, pas de fille sexy qui se dénudera, mais que des hommes. Pas non plus de noir à faire périr en premier et vite pour l’effet choc, rien de tout ça. Burt Reynolds joue un mec sûr de lui, qui assure, mais pour seule arme, il aura un arc. Et outre la nature, face à eux, les locaux, plus renfermés sur eux-mêmes, et n’aimant pas voir des étrangers tenter d’être intrusif dans leur environnement. Comment ne pas penser à Les Chiens de Paille de Peckinpah justement, film qu’il réalisa après avoir vu les droits de Délivrance lui passer sous le nez ? Mais comme dans tout survival, il faut s’adapter pour survivre.

Delivrance09

Ainsi, l’homme doit laisser parler la partie sauvage qui est en lui. Mais à quel prix ? Pourra-t-il vivre après de tels actes ? Outre son message, certes simple mais maîtrisé, Boorman parvient sans mal à poser une ambiance et un doute dés les premiers instants de son métrage, avec des scènes simples mais magnifiques, comme lorsque l’un des personnages improvise un morceau de banjo avec un petit enfant du coin, et que celui-ci détournera finalement le regard lorsque l’homme voudra lui serrer la main. Le tout sous le regard des habitants. Ces petits moments simples annoncent déjà la confrontation à venir. Et bien entendu, comment ne pas se souvenir des premières mésaventures de nos quatre héros, lorsque perdus dans la forêt, ils rencontreront deux locaux plutôt agressifs ? Restant réaliste d’un bout à l’autre, Boorman nous traîne avec ses héros dans des situations difficiles, qu’ils parviennent parfois à surmonter de peu. Et la délivrance dans tout ça ? La scène finale le démontre bien, la délivrance des personnages est plutôt relative. Délivrance physique peut-être, mais qu’en est-il du moral ? Néanmoins, on pourra lui trouver, notamment dans sa dernière partie, quelques facilités et moments qui avec le temps sont devenus clichés.

Delivrance13

LES PLUSLES MOINS
♥ Un traitement intelligent
♥ De très bons acteurs
♥ Une belle tension
♥ Des moments simples mais marquants
⊗ Quelques facilités sur la fin
John Boorman signe là probablement l’un de ses meilleurs films malgré quelques facilités. Une belle tension et un retour à la nature sauvage pour 4 américains.

Delivrance20



DélivranceTitre : Délivrance – Deliverance
Année : 1972
Durée : 1h49
Origine : U.S.A
Genre : Suspense
Réalisateur : John Boorman
Scénario : James Dickey d’après son propre roman

Acteurs : Jon Voight, Burt Reynolds, Ned Beathy, Ronny Cox, Ed Ramey et James Dickey

 Deliverance (1972) on IMDb


Delivrance22Delivrance24Delivrance25

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
10 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Éditeur
13 avril 2016 18:20

Très bon film un classique.

Feroner
Éditeur
Reply to  Feroner
13 avril 2016 18:21

Et surtout un très bon film avec Burt Reynolds, comme quoi c’est possible.

Feroner
Éditeur
13 avril 2016 19:04

Paul Thomas Anderson je suis fan un des meilleur actuellement son boogie Night est au top avec ses plan séquence de malade il a même réussi l’exploit de faire une bonne comédie romantique avec Adam sandler.
Pour Burt Reynolds il a fait beaucoup de comedie facile rien que les titres donnent une idée de la qualité.
Cours après moi shérif
Mi‑temps au mitard
Plein le gueule
La cage au poules
Haut les flingues
Merci d’avoir été ma femme
Un cœur a l’hameçon
Sans oublier ce grand film de Sylvester DRIVEN.
Il a quand même fait quelque bon film notamment des western, je suis très western genre qui manque un peut ici.
Les 100 fusils

scott
scott
14 avril 2016 0:13

un classique des classiques ! beaucoup de scènes sont quand même culte , la seance de Banjo , la scène dans la foret avec Ned Beathy (je spoilerais pas mais je me souviens de ma mère qui me cache les yeux pendant cette scène ) les plans dans la rivière ,les rednecks …
je serais éternellement reconnaissant a John Boorman qui entre des films plus que moyen (zardoz , l’exorciste 2 etc) a reussi a sortir quelques films superbes comme Délivrance et Excalibur (ainsi que la forêt d’emeraude même si il est pas exempt de defaut ,je le trouve fascinant ) et comme le precise d’avoir donner un bon film a Burt reynolds qui etait surtout connu pour des roles dans des comedies ou des actionners ..

scott
scott
Reply to  Rick
14 avril 2016 23:43

Zardoz ,je l’ai vu jeune aussi ,mais rien que la dégaine du pauvre Sean Connery passer de la classe de James Bond a ca 😀 non mais le film est un melange de kitsh et d’ideologie bizarre ,je te cache pas que j’avais rien piger a l’age que je l’ai vu ,mais j’ai jamais eu envie de le revoir ^^ dans le genre anticipation old school c’est vraiment tres en dessous de Rollerball ou l’age de cristal .. je pense pas que ca te motive un peu plus ce que je viens de dire ^^

scott
scott
Reply to  Rick
15 avril 2016 23:09

faut dire que dans les années 70 ils nous voyaient vraiment au top de la mode dans le futur ^^