[Film] Conquest, de Lucio Fulci (1983)


A l’aube de la civilisation… Un adolescent et un formidable guerrier solitaire s’unissent pour affronter la puissance maléfique d’Ocron, la reine-sorcière des hommes-loups, et de ses effroyables alliés les hommes-fétus… Traqués dans la forêt ensorcelée, capturés par les hommes-taupes, réussiront-ils armés de l’arc flamboyant, à vaincre le mal et à libérer leur monde. Leur seule alternative : la Mort… ou la Conquête.


Avis de Cherycok :
Puisque Rick n’a envie de vous parler que des bons films du réalisateur culte italien Lucio Fulci, il faut bien que quelqu’un se colle à la lourde tâche de regarder ses mauvais films. Ce quelqu’un, ça sera moi, parce que je ne dis jamais non à un bon petit nanar des familles. On va commencer cette petite aventure avec Conquest, qu’il a réalisé en 1983 après La Malédiction du Pharaon (1982) et L’Éventreur de New-York (1982), en pleine période post-Conan où tous les pays y sont allés de leur clone lowcost. Ator, Sangraal, Thor Le Guerrier, Yor Le Chasseur du Futur, Dar L’Invincible, Hundra, et tous les autres. Mais Lucio Fulci décide que ce n’est pas suffisant. En plus de Conan le Barbare, il va également aller piocher dans Star Wars et La Guerre du Feu. Oui, c’est un gourmand le Lucio. Le résultat est complètement fou. Conquest est un film qui défie presque toutes les conventions. Un film qui ne ressemble à aucun autre. Un nanar hors du commun dont nos yeux ne sortent pas indemnes.

Après un générique digne d’une série TV bon marché de cette époque qui ne met pas en confiance, image fixe, écritures en blanc qui s’enchainent, nos yeux sont immédiatement et irrémédiablement soumis à rude épreuve. Un petit coup d’œil à l’image ci-dessus vous fera comprendre pourquoi. Non, n’essayez pas de régler l’image de votre écran, ça ne sert à rien. Conquest a la réputation d’être flou et d’avoir de la fumée dans toutes les scènes, et cette réputation n’est pas usurpée, bien que le terme qui serait plus adéquat est « vaporeux ». Le délire visuel est hautement improbable. On a parfois l’impression de regarder un film 3D mais sans lunettes 3D. Il y a des plans vraiment bien branlés mais qui sont malheureusement gâchés par cet effet de fumée et/ou flou. L’image est nébuleuse, comme lorsqu’on prend la route tôt un matin brumeux d’automne et qu’on y voit comme à travers une pelle. Quand on voit la gueule des hommes loups en début de film, on se pose tout de même la question de savoir si tout cela n’est pas voulu uniquement dans le but de cacher la misère. Misère de décors, misère de costumes, oui, Conquest est assez cheapos. On a parfois du mal à comprendre ne serait-ce que ce qu’il se passe, sans parler des nombreux contre-jours où on ne voit strictement rien si ce n’est des formes noires. Il semble que Fulci ait eu envie de donner à l’heroic fantasy un ton presque surréaliste, expérimental, comme si on avait gobé une poignée de champignons hallucinogènes. L’ambiance qui règne est très étrange, proche de l’onirisme, avec un choix de couleurs pastels. Conquest est plus une expérience sensorielle qu’autre chose, il nous demande de nous asseoir, d’ouvrir nos yeux et nos oreilles. Le spectacle visuel est étrange, tantôt hallucinant, tantôt WTFesque, bercé par une partition électrorock de Claudio Simonetti, leader du groupe Goblin, donnant aux images un côté encore plus improbable.

Conquest est donc une sorte de croisement entre Conan Le Barbare, La Guerre du Feu et Star Wars, le tout saupoudré d’une pincée d’érotisme (quelques plans boobs ci et là), de moments bien gores car on ne change pas un Fulci qui gagne, le tout à la sauce « j’ai sniffé un truc avant de pondre ça ». On y trouve pêle-mêle : un Conan impassible, des marionnettes d’oiseaux bon marché, de la fumée, une midinette écartelée, des zombies des marais, de la fumée, des illusionnistes qui ressemblent à des robots, des corps transpercés, de la fumée, des wookies qui perdent leur masque, des serpents, de la fumée, du cannibalisme, des dauphins détacheurs de liens (si si, je vous jure), des effets laser grattés à même la pellicule, des blessures qui suintent, de la fumée, des costumes moches, un masque d’or, une fin qui vaut son pesant de cacahuètes, de la fumée, et un peu de fumée aussi. Le scénario est d’une banalité hors normes, avec moult péripéties permettant de ne pas (trop) s’ennuyer, même si l’ensemble est malgré tout assez mou à cause de chorégraphies de combats inexistantes, faites à la va-vite. Qui est cette reine casquée et nue ? Aucune idée. Pourquoi les gens se transforment en hommes-chien ? On ne sait pas. Quelle est la langue que parlent ces indigènes ? On s’en fout. Le scénar ne nous explique rien, le héros est tout en contradiction – il préfère les animaux aux humains mais il bouffe des animaux et se lie à un humain -, les dialogues font parfois preuve d’une crétinerie sans nom, les SFX sont vraiment très kitchs, à l’instar de cet arc bleu fluo ou de cette nuée de flèches toute moche. Mais tous ces problèmes deviennent presque une force car ils plongent Conquest dans le nanar de compétition. Car tout est tellement foireux, tout est tellement à côté de la plaque, ou tout est tellement out of this world, qu’il faut le voir pour le croire.

LES PLUSLES MOINS
♥ L’ambiance générale kitchissime
♥ Le délire visuel un peu fou
♥ Les moments gores
♥ Des scènes bien nanars
⊗ Les dommages irréversibles sur nos yeux
⊗ Des acteurs qui jouent comme des pipes
⊗ Si on le prend au premier degré
Note :
Note nanar :
Conquest est un film un peu fou, à mi-chemin entre le trip onirique, l’expérience sensorielle et l’heroic fantasy fauchée. Sans doute un des films les plus ratés de Lucio Fulci mais qui pourtant vaut le coup d’œil.

LE SAVIEZ VOUS ?
• A l’occasion d’une interview, Lucio Fulci déclarait à propos de Conquest : « C’était un film que les producteurs voulaient faire à tout prix parce qu’il y avait Jorge Rivero, un des acteurs les plus importants du Mexique. Ils m’ont demandé de faire un film préhistorique. J’ai essayé de faire un film sur l’amitié entre Rivero et Occhipinti. On n’y trouve pas le thème typique des dinosaures… Je l’ai tourné tout en contre-jour, avec des images brumeuses, avec l’aide d’un grand cameraman, un Espagnol nommé Alexandro Ulloa. Bon, Conquest a été un échec en Italie, mais au Mexique, les gens ont fait la queue pour acheter leur place ! C’est parce que ce Jorge Rivero est tellement célèbre. »

• Suite au tournage du film qui se déroule en Sardaigne et dans les studios Elios de Rome, la post-production sera troublée puisque Lucio Fulci décide de rompre son contrat avec Gianni Di Clemente en refusant de tourner un second film pour le producteur. Le réalisateur n’est pas satisfait de la relation qu’ils ont pu avoir pour CONQUEST. L’histoire sera portée devant les tribunaux et Lucio Fulci aura gain de cause, ce qui lui permettra de reprendre sa liberté pour embrayer sur 2072 LES MERCENAIRES DU FUTUR, un autre film qui surfe sur un autre courant porteur.



Titre : Conquest
Année : 1983
Durée : 1h28
Origine : Italie
Genre : Trip psychédélique
Réalisateur : Lucio Fulci
Scénario : Giovanni Di Clemente, Gino Capone

Acteurs : Jorge Rivero, Andrea Occhipinti, Conrado San Martin, Violera Cela, José Gras, Gioia Scola, Sabrina Siani

 Conquest (1983) on IMDb


0 0 votes
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
pti denis
pti denis(@pti-denis)
15 octobre 2021 12:55

Je suis un taré du Bis Italien et j’adore beaucoup de leurs copies comme les sous-Mad Max, mais leurs sous-Conan, j’ai beaucoup de mal.
Je trouve qu’il y a toujours une certaine lourdeur dans l’Heroic Fantasy Italienne, ça manque de punch (au contraire du post-nuke Italien).
Même Les barbarians, j’adorais gamin mais revu ado et ce n’est pas passé du tout.

Conquest a pour lui une certaine ambiance mais c’est chaud quand même.
Si en plus on le replace dans la filmographie de son réalisateur, c’est encore plus chaud (tu me diras que son post-nuke, 2072 les mercenaires du futur, est aussi un gros raté).

Jean-Luke
Jean-Luke
15 octobre 2021 15:12

La qualité des affiches du cinéma bis (ici l’Heroic fantasy) contraste toujours avec celle des films, les posters rappellent les jaquettes des jeux (style Golden Axe) et promettent toujours du rêve. Après c’est une question d’appréciation. Très bon article en tout cas.

Rick
Rick(@rick)
Administrateur
15 octobre 2021 16:38

Un Fulci que je n’ai pas vu, et qui ne m’a jamais intéressé. Dans sa période un peu déchue des années 80, je préfère me taper un film d’horreur bancal mais que l’on peut relier à une tentative de retour, à des thématiques déjà présentes par le passé, plutôt qu’un post apo ou sous Conan fauché, deux genres qui ne me parlent pas beaucoup en plus.

Feroner
Feroner(@feroner)
Administrateur
15 octobre 2021 18:10

Une véritable fumisterie ce film.

Faze
Faze(@faze)
Reply to  Feroner
20 octobre 2021 23:59

Et comme le dit l’adage : « il y a jamais jamais de fumé sans feu » donc si Chery est passé c’est qu’il y a un vrai potentiel nanar !

Jamais vu car les critiques ont toujours été assez … mitigé par rapport à ce film.
Après j’avoue que si je tombe dessus un de ces jours je me laisserai tenter , ça à quand même l’air bien gratiné !