[Film] Body Melt, de Philip Brody (1993)

Les résidents de Pebbles Court, Homesville, ont été choisis à l’insu de leur plein gré pour faire office de cobaye afin de tester une nouvelle vitamine fabriquée par les laboratoires Vimuville. Distribuée sous forme de compléments vitaminiques ou encore de traitements pour la grossesse, c’est tout le quartier qui se retrouve rapidement contaminé. Malheureusement, les effets secondaires dus à un mauvais dosage sont désastreux pour le corps et les premiers symptômes se mettent très vite à apparaitre. La Police va devoir enquêter afin de trouver l’origine de la contamination.


Avis de Cherycok :
Même si le cinéma d’exploitation australien, aussi connu sous le nom de « Ozploitation », reprend du poil de la bête depuis le début des années 2000, avec des films tels que la saga des Wolf Creek, Undead, Wyrmwood, Primal, ou plus récemment Mad Max : Fury Road, il a connu ses heures de gloire dans les années 70 et 80. Leurs plus dignes représentants sont bien entendu les trois volets de la trilogie Mad Max de George Miller. Un cinéma souvent très cash, allant droit au but, cinématographiquement intéressant (malgré de belles bouses) mais malheureusement assez méconnu. Je vous conseille par ailleurs l’excellent documentaire de 2008 sur le sujet « Not Quite Hollywood: The Wild, Untold Story of Ozploitation! » pour ceux qui seraient curieux d’en savoir plus. Histoire de ne pas commencer par les classiques, et puisque l’horreur est un genre qui me parle, on va s’intéresser ici au cas de Body Melt, sorti chez nous dans une édition DVD moyennasse avec VF uniquement, sous le titre Body Trash. Une comédie satirico-horrifique qui a réussi à voir le jour grâce au succès un an plus tôt de Braindead de leurs voisins Néo-Zélandais. Body Melt se fait rapidement un petit nom en faisant le tour des festivals, régulièrement nominé dans les catégories meilleur montage, meilleur son, meilleurs costumes, et même meilleur film au Sitges Film Festival.

Body Melt est une sorte de satire de cette vie de banlieue, où les citoyens ne semblent avoir aucune motivation particulière à vivre mais qui font tout pour que leur vie dure le plus longtemps possible et en bonne santé. Ils vont devenir à leur insu les cochons d’inde d’une expérimentation de drogue visant à créer des super humains. Sauf que bien entendu, le dosage de ce produit n’étant pas correct, ceux qui en auront ingurgité volontairement ou involontairement vont en subir les effets secondaires quelques peu problématiques puisque, outre le fait de développer à l’intérieur de leur corps une forme de vie pas forcément amicale, leurs cellules humaines se liquéfieront sous différentes formes.
Les films ayant pour élément déclencheur un produit entrainant des mutations diverses et (a)variées sur l’être humain sont nombreux, autant dire que le sujet a été déjà usé jusqu’à la moelle. Pourtant Body Melt possède une identité bien à lui, lui permettant de se détacher un peu de la masse. Il ne manque pourtant pas de clins d’œil et d’hommages à d’autres films d’horreur tels que Hidden (pour la créature capable de passer de corps en corps), Street Trash (les corps devenant liquide) ou encore Re-Animator (pour l’affiche du film). Mais avec son ambiance assez étrange, son côté très 80’s et ses moments parfois expérimentaux, le film nous expose sa personnalité propre. La mise en scène est d’ailleurs réussie, avec une photographie qui sort du lot avec ses filtres inattendus ou ses effets de style bien pensés. La musique électro, composée par le réalisateur lui-même, lui donne même parfois un petit côté psychédélique pas désagréable.

Body Melt n’est clairement pas à prendre au premier degré. L’humour est disséminé ci et là, à commencer par la galerie de personnages bien barrés (les hommes de main bodybuildés avec des voix de crécelles sont épiques). L’apothéose étant atteinte bien entendu avec cette famille de dégénérés congénitaux pas piqués des vers dont un des passe-temps favoris est de taquiner du kangourou afin d’en ingurgiter les glandes surrénales parce que ça fait planer. Il n’y a d’ailleurs pas réellement de personnage principal, de héros. On passe d’un petit groupe à l’autre, où tous les clichés sont représentés, avec pour seul fil conducteur le duo de policiers essayant de trouver l’origine de cette contamination peu ragoutante. Il faut dire que les effets spéciaux sont souvent bien craspecs. Même si les scènes gores sont au final peu nombreuses, elles sont très réussies et on les doit à l’équipe qui s’était déjà occupée, entres autres, de ceux de Braindead. Du gore à l’ancienne donc, souvent original avec des corps qui s’auto-détruisent de l’intérieur. Maquillages, animatronics, latex, le budget de la bobine a beau être minuscule, cela ne se ressent à aucun moment sur ce point-là. Ils sont d’ailleurs, à l’image du film, remplis d’un certain humour savamment distillé (le coup de la langue), à grand renfort de slime dégoulinant vert fluo (pour le final).
A noter que le casting est à priori essentiellement composé d’acteurs de soap opéra australiens de l’époque, mais n’y connaissant absolument rien sur le sujet, je ne préfère pas m’étendre là-dessus.

LES PLUSLES MOINS
♥ Les effets gores
♥ La mise en scène
♥ La famille de rednecks
⊗ Le casting pas toujours juste
⊗ L’histoire bateau
Body Melt est une petite découverte sympathique à défaut d’être inoubliable, mais du haut de ses 1h19, il passe tout seul et ravira les amateurs de comédies horrifiques saupoudrées d’effets gores réussis.



Titre : Body Melt / Body Trash
Année : 1993
Durée : 1h19
Origine : Australie
Genre : Comédie satirico-horrifique
Réalisateur : Philip Brody
Scénario : Philip Brody, Rob Bishop

Acteurs : Gerard Kennedy, Andrew Daddo, Ian Smith, Regina Gaigalas, Vincent Gil, Neil Foley, Anthea David, Matthew Newton, Lesley Baker

 Body Melt (1993) on IMDb





















Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

8 Comments

Add a Comment
  1. Je me le fais bientôt, tu m’as rendu curieux là ^^

  2. Regarde le documentaire que je cite dans mon intro, je suis persuadé que plein de films dont on y voit les images t’intéresseraient ^_^

  3. Sympathique petit Bis, bien qu’un peu lent malgré sa très courte durée. J’en retiens surtout les personnages déjantés ( dont Vince Gil, l’inoubliable ‘aigle de la route’ alias ‘night rider’ dans le premier ‘Mad Max’ ) et bien entendu les passages gores imaginatifs et bien fichus. Le coup du placenta qui tombe sur le sol ( dans un gros SPLOTCH ), c’est aussi dégueu que savoureux et bien barré dans l’humour cracra. Je valide !

    1. Roh mais je vois que tu as très bon gout dis donc. Ca ne te dit pas d’écrire de bien belles choses sur de bien beaux films sur DarkSideReviews mon cher Ghoulish ? On ne mord pas, on est gentil (mais un pu détraqué du bulbe) et on aime partager les choses qu’on aime (ou qu’on déteste). Pareil pour toi Faze ^_^

      1. Comment savais tu que je lirai ce commentaire ?
        Bon après , un film aussie bien craspec , forcément je passe par ici !
        Je suis pas le plus doué pour rédiger une chronique mais j’en lâcherai bien une ou deux de temps à autres.
        Par contre faudra patienter , je fini d’abord de lire toutes les chroniques du site !

  4. Mais avec grand plaisir mon cher Ycock. Enfin, mon cher Cherycok lol. Désolé de te répondre cinq jours après, j’avais même oublié que j’avais lâché un commentaire sur ce film ( je sais, c’est impardonnable ).
    Justement, comme j’écris aussi pas mal de critiques, ça tombe plutôt bien.

  5. Alors je vous ai envoyé un mail avant même de voir vos messages ici. Donc le debut de mon message va peut-être sembler bizarre ^_^

    En tout cas, voilà, un mail a été envoyé, et si vous voulez discuter de ca via messenger en temps réel, c’est possible aussi ^_^

  6. Alors sur messenger avec plaisir aussi, par contre si j’ai bien un compte FB je ne m’y connecte plus depuis un moment, mais je compte y retourner de toute manière ( j’ai conservé mon compte et il n’est pas désactivé ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *