[Film] Le Blob, de Chuck Russell (1988)

Une météorite percute la Terre. Une masse informe s’en extrait et grandit en ingérant un à un les habitants d’une ville des États-Unis. Le Blob se glisse partout pour traquer ses proies et rien ne semble pouvoir l’arrêter. Dans cette ambiance d’enfer, Meg Penny et Brian Flagg, tentent de survivre, alors qu’une mystérieuse équipe gouvernementale met la ville en quarantaine…


Avis de Rick :
Quoi qu’on puisse en dire, les remakes, ce n’est pas nouveau, et les années 80 en étaient déjà la preuve. Sauf qu’à l’époque, il y avait de solides équipes derrière ces remakes. John Carpenter derrière The Thing, David Cronenberg derrière La Mouche, Paul Schrader derrière La Féline. Le Blob, c’est un peu ça également. Chuck Russell venait de signer le troisième opus de la saga Freddy en 1987, et se lançait alors dans le remake de Danger Planétaire (à ne pas confondre avec sa suite ratée, Attention au Blob). Au scénario justement, il retravaille avec Frank Darabont, qui n’a pas encore la carrière que l’on connaît (La Ligne Verte, The Mist), mais qui commence à se faire une réputation en signant les scénarios de Freddy 3, Le Blob et La Mouche 2. Certes, pas des grands films, mais des films parfois intéressants, et qui osent parfois s’éloigner de leurs modèles. Pas un mal donc ! Et cette belle équipe récupère un budget de 19 millions pour mettre en scène leurs folles idées visuelles. Pas étonnant d’apprendre que la moitié du budget est parti uniquement dans les effets spéciaux. Car Le Blob est un film hautement généreux, et même surprenant par pas mal d’aspects. Si tout commence de manière très classique (petite ville américaine, des jeunes, quelques couples, des histoires d’amour, un héros beau gosse et sérieux, un autre personnage un peu bad boy), le duo de scénariste s’amuse bien vite à nous surprendre.

On pensait savoir qui serait le héros, et finalement, ils décident de l’éliminer après une petite vingtaine de minutes, faisant ainsi du bad boy le héros. Et ce genre de héros, ce n’était pas monnaie courante en 1988. La petite amie elle sera bien connue des amateurs du genre, puisque c’est une jeune Shawnee Smith qui tient le rôle, bien avant son long périple dans la saga Saw dans les années 2000. La suite, si elle se fait moins surprenante en terme de choix et de narration, laisse alors la « chose » s’exprimer, de manière très régulière, dans des plans franchement encore impressionnants aujourd’hui (tandis que quelques incrustations elles, ont prit un gros coup de vieux). Régulièrement, le blob apparaîtra à l’écran, et si au final il ne s’agît que d’une masse rose (qui grossit grandement au fur et à mesure que le film avance), ses effets dévastateurs vont en marquer plus d’un. Il faut dire que le film ose pas mal de choses, et le réalisateur ne recule devant rien pour mettre en scène le carnage de la manière la plus frontale possible, et ce dès les premiers méfaits.

La découverte du clochard sera plutôt ragoutante, tandis que lorsqu’un personnage meurt face à la caméra quelques minutes à peine plus tard, l’effet dégoûte et fascine (cette scène aura nécessité pas mal de techniciens). Et le film continue sur cette lancée, essayant un peu tout pour marquer durablement la rétine des spectateurs. La scène de l’évier, ou tout simplement le carnage dans la salle de cinéma seront de grands moments à même de marquer les esprits. Malheureusement, comme souvent avec ce genre de productions, et surtout les films de cette époque, on n’échappera pas à un final qui veut un peu trop nous expliquer les choses, rationnaliser tout, et le Blob perd alors un peu de sa puissance, aux yeux des spectateurs. Bien entendu, rien qui n’abaisse lourdement le verdict du film, mais on pouvait en attendre finalement un peu plus, et ce final ramène alors le métrage à ce qu’il est finalement depuis le début : une série B. Bien rodée, bien fichue, sérieuse, mais une série B. Toujours mieux j’en suis certain que le futur nouveau remake qui sera signé Simon West (Les Ailes de L’Enfer, Expendables 2, 12 Heures)…

LES PLUSLES MOINS
♥ Le Blob
♥ Des scènes impressionnantes
♥ Les effets spéciaux
♥ Quelques idées plutôt surprenantes
⊗ Un final un peu décevant et plus classique
note8
Remake bien différent du film original, Le Blob marque les esprits pour toutes les scènes mettant la créature en avant. Et il faut l’avouer, c’est parfois impressionnant.



Titre : Le Blob – The Blob

Année : 1988
Durée :
1h35
Origine :
U.S.A.
Genre :
Fantastique
Réalisation : 
Chuck Russell
Scénario : 
Chuck Russell et Frank Darabont
Avec :
Kevin Dillon, Shawnee Smith, Donovan Leitch Jr., Jeffrey DeMunn et Candy Clark

 The Blob (1988) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

11 Comments

Add a Comment
  1. Ce film est une pépite. Je l’ai revu il y a quelques années, et j’ai été surpris de voir à quel point il n’avait pas vieilli. Je pense qu’il pourrait figurer dans mon Top 15 horror movies. C’est bien filmé, les scènes gores sont bien fichues, les personnages bien écrits (chose suffisamment rare pour être signalée), il y a du suspense et même le début du film est intéressant. Une pépite, pas loin du 10/10 pour moi. Oui !

  2. J’adore aussi.

    Creepshow, Le blob, tu tapes dans le très bon là Rick 😉

  3. 10/10 Oli, et ben, carrément, c’est rare quand tu tape dans une note aussi haute !
    Je vais tenter de continuer de réexplorer les petits films cultes de ma jeunesse dans ce cas là 🙂

  4. Excellent film que ce ‘Blob’, qui se révèle toujours aussi agréable et efficace aujourd’hui. Des bons comédiens ( Kevin Dillon confirme qu’il a la classe et un bon charisme après ‘Platoon’ ), une héroïne bien plus intelligente que la moyenne du genre ( Shawnee Smith est très crédible ), des seconds rôles savoureux ( Michael Kenworthy, Art LaFleur, Paul McCrane, Joe Seneca… ), un rythme trépidant, une bonne musique d’ambiance, et des effets spéciaux spectaculaires agrémentés de gore cruel ( le monstre gobe un rat… histoire de se faire la main sur un gosse l’instant d’après !! ). D’ailleurs, si les incrustations ont vieilli, il me semble que c’était volontaire à l’époque, les concepteurs voulaient que ce soit visible histoire de faire un gros clin d’oeil à ‘Danger planétaire’.
    Si le remake me semblait intéressant via Rob Zombie, là ça fait franchement peur. Halle Berry ( que je n’apprécie pas du tout ), Samuel L. Jackson ( qui tourne tout et n’importe quoi ) dans un film qui sent la mélasse ( ! ), mitigé entre la grosse série B et le blockbuster insupportable camé à l’infographie… Attendons de voir, mais je le sens pas…

    1. Possible oui. D’ailleurs, jamais vu Danger Planétaire, ou peut-être gamin mais aucun souvenir, ça vaut quoi au final ? Les avis semblent super partagés sur ce film.
      Rob Zombie a été attaché a pas mal de remakes après Halloween, et finalement rien ne s’est fait, entre Le Blob, CHUD (une de mes péloches cultes du début des années 80). Enfin quelqu’un qui comme moi n’apprécie pas miss Berry.

  5. J’adore aussi ‘CHUD’, l’atmosphère new-yorkaise de l’époque est unique. Avec Rob Zombie, je pense que le résultat aurait été très réussi.
    Pour ‘Danger planétaire’, l’oeuvre reste assez sympathique, mais le rythme est lent, il y a peu d’action, les effets spéciaux, malgré quelques belles choses ( le Blob qui grimpe sur la main ), ont beaucoup vieilli. C’est plus une curiosité et un film assez historique vu que ce fut le premier vrai grand rôle de McQueen. La plupart des idées du film de 1988 sont déjà là : le vieil homme qui se fait manger la main, la créature qui sème la panique dans un cinéma… sauf que bon, c’est en 1958 et ça prend une claque dans la gueule. Reste le charme d’une pelloche datée et malgré tout agréable à suivre. Le Blu-ray récent sorti chez nous est pas mal ( et pas trop cher il me semble ).

    1. Tu m’as motivé à ressortir ma vieille chronique de C.H.U.D., je posterais ça demain ou après demain. J’adore ce film, et son OST, qui a mis un bail à sortir mais qui finalement, face au culte grandissant du film, y a eu droit il y a 2 ans ou un truc du genre. Il y a une vraie ambiance dans ce film que j’adore, même si en soit, les monstres sont un peu ratés, mais finalement peu présents, voir secondaires.
      Je tenterais de me le chopper ce Danger Planétaire, au moins pour la culture comme dit ^^

  6. Chouette pour Chud , j’aime beaucoup ce petit film avec son ambiance du new york bien sale … et la surprise de retrouver Daniel Stern à l’opposé de son rôle de cambrioleur idiot de Home alone.

    Sinon pour le blob , je pense que tout ado des années 90 fan de fantastique / horreur se doit de l’avoir vu et de l’aimer sous peine de goûter mon pied au cul !!

  7. Bon alors je posterais CHUD demain (le temps de relire, corriger, reprendre de jolies captures). Daniel Stern en petit gars au grand coeur qui nourrie les clochards 😀

    Ah ben Le Blob c’était très jeune en VHS pour moi, et oui, le choc à l’époque ! Je devais avoir 7 ou 8 piges en même temps.

  8. Je l’ai vu un peu plus tard, au début des années 90 il me semble. J’aime bien les monstres, ils ont une pure tronche, et puis possèdent l’avantage d’avoir des lampes de poche à la place des yeux, ce qui est pratique pour se déplacer dans le noir !
    Daniel Stern et John Heard étaient très potes, c’est aussi pour ça qu’on les retrouvent dans ‘Home alone’. Heard qui nous a quittés en 2017 hélas…
    La BO, je suis fan aussi, mais je n’ai pas récupéré le LP ( j’ai récupéré ceux de ‘Spookies’, ‘From beyond’ et ‘Démons’ qui est une édition ulra limitée, donc j’ai passé la main ). Mais j’espère acheter un CD s’il sort ( peut-être déjà ? ).

    1. Oui, apparemment ils auraient fait quelques réécritures non créditées sur CHUD d’ailleurs, ils étaient franchement beaucoup investis dans le projet.
      Alors en bon gros fan que je suis, je te le conseille vivement, mais aucune idée pour le format maintenant. Sans doute oui depuis le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *